Hécatombe dans les Abruzzes : 12 loups tués en 2 mois | FERUS

Hécatombe dans les Abruzzes : 12 loups tués en 2 mois

loup mort majella

Un loup retrouvé mort en 2011 dans le parc national de la Majella © PN Majella

Depuis le début de l’année, 12 loups ont été retrouvés morts dans le Parc national des Abruzzes, dont la plupart du fait de l’homme :

- 3 loups tués par arme à feu, ce qui démontre que des actes de braconnage existent bel et bien au cœur même du parc national,

- 2 confirmations au moins d’empoisonnement au Carbamate.

Pour les autres, il y a de fortes présomptions d’empoisonnement (des chiens errants en ont également été victimes). Des analyses sont en cours auprès de l’Institut zoo-prophylactique de Teramo pour le confirmer (il faut rechercher une cinquantaine de poisons potentiels). Mais ce qui est beaucoup plus inquiétant, c’est que les autopsies ont montré que 4 loups étaient positifs à la maladie de Carré, ce qui ne veut pas dire qu’ils soient forcément morts de la maladie car des traces de poison ou des impacts de balles ont été également trouvés. Le poison a pu contribuer à affaiblir des animaux déjà touchés par la maladie. Cela est tout de même assez inquiétant pour les loups mais cela présente surtout un énorme danger pour les ours marsicains.

Étrangement, le parc a très peu communiqué sur le sujet : le journal gaianews a tenté de joindre plusieurs responsables notamment celui du parc qui a bien transmis l’information au Procureur de la République d’Avezzano. Pourtant ni le Ministère, ni le conseil du projet Life Arctos pour l’ours, ni le coordinateur scientifique pour le loup n’ont été officiellement avertis. Ce dernier, le Professeur Boitani, se dit être très surpris de n’être informé que par les médias et non de manière officielle alors que pour lui la situation pour l’ours marsicain est d’une gravité exceptionnelle.

Il y aura la semaine prochaine une réunion entre les autorités sanitaires locales, la région Abruzzes et les parcs nationaux de la région afin de prendre des initiatives. Il semblerait cependant que la présence de la maladie de Carré soit attestée depuis plusieurs années dans le parc national des Abruzzes.

Le braconnage sévirait-il en toute impunité à l’intérieur même du Parc ?

L’association Legambiente parle d’une véritable guerre menée contre le loup et estime qu’il est nécessaire de mettre en place une action conjointe entre les institutions concernées (Ministère, Régions, Provinces, Communes) afin de lutter efficacement contre les actes de braconnage qui se multiplient de façon alarmante dans des zones protégées.

Pour info, deux autres loups ont eux aussi été retrouvés empoisonnés dans la province de Perugia (voir cet article) et un autre a été sauvé à temps après avoir été retrouvé empoisonné près de Nocera Umbra à l’est de Pérouse (région Ombrie), c’est-à-dire à environ 200 kilomètres à vol d’oiseau au nord du Parc national des Abruzzes. C’est toujours dans la chaîne des Apennins. Le loup a été soigné puis remis en liberté (voir cet article et celui-là).

Le Président du Parc Giuseppe Rossi a depuis tiré l’alarme : le soin apporté à la protection des loups est en baisse. Les loups souffrent de plus en plus d’une image d’animaux nuisibles et nocifs. A l’origine de ce discrédit, les différentes initiatives politique actuelles visant à réformer le statut des espèces protégées et qui pourraient avoir contribué à mettre en doute la place du loup au sein de la protection de l’environnement.

Merci à Jocelyne GWYER-GIBBS et Stéphane Nataf pour l’aide apportée à la traduction des sources!

Source : Da gennaio morti 12 lupi in Parco nazionale Abruzzo (ANSA.it) + Parco Nazionale d’Abruzzo: strage di lupi, 11 da gennaio (gaianews)

Lire aussi :

- Italie : 3 loups braconnés, un ours victime d’une infection virale (janvier 2012)

- Abruzzes : 2 loups et 2 renards retrouvés morts dans le parc de la Majella (décembre 2011)

- Italie : un ours équipé d’un collier-émetteur, un loup braconné, un autre empoisonné (octobre 2011)

 

+ d’actus

Chargement…

Share

Les commentaires sont fermés.