La Finlande accorde 459 licences de tir pour réduire la population de lynx | FERUS

La Finlande accorde 459 licences de tir pour réduire la population de lynx

Le Ministère de l’Agriculture et des Forêts a autorisé la chasse de 459 lynx pour l’hiver 2010/2011. Le RKTL met en garde contre une chasse si intensive car elle pourrait remettre en cause la pérennité de l’espèce. Il précise que ce nombre dépasse de moitié les niveaux d’abattage durables.

Cette décision fait suite à un essor constant de la population de lynx qui a vu sa population plus que doublé en 5 ans, atteignant aujourd’hui 2.200 à 2.400 individus.

Cet essor cause de nombreux dommages sur le bétail, en particulier sur l’élevage de rennes. D’autre part, les lynx ont commencé à s’approcher de plus en plus des habitations, allant jusque dans les cours des maisons, créant l’hostilité des populations locales à leur égard.

Les avis sur la question diverge : d’un coté, le RKTL limite à 282 le nombre d’individus pouvait être tués sans menace pour la survie de l’espèce, de l’autre, le chercheur Ilpo Kojola estime que cette décision ne mettra pas en danger la population de lynx car elle compte plus de 2000 individus et est par ailleurs strictement protégée.

Le but de cette chasse est de freiner le développement du lynx afin d’éviter les zones de trop forte densité, comme c’est le cas dans le nord et le sud Savo. Dans les autres régions, la population de lynx y est plus clairsemée.

De ce fait la répartition proposée pour les tirs serait de :

-80 individus dans le Nord de la Finlande

-238 dans l’est de la Finlande

-141 lynx dans l’ouest de la Finlande

Selon le Conseiller Principal du ministère de l’Agriculture et du Département des forêts, de la pêche et du gibier, cette mesure viserait à protéger le lynx des attitudes de plus en plus négatives des populations locales qui subissent sa présence.

Pour résoudre ce problème, 60 licences de tir seront attribuées dans le cas de lynx devenus trop familier avec les habitations humaines.

Le Conseiller Principal rappelle les effets pervers que peuvent avoir une politique de protection trop stricte : dans le cas du loup, alors très fortement protégé, les populations de loup s’étaient bien développées, exacerbant les tensions avec les populations locales, ce qui avait finalement conduit à une recrudescences des actes de braconnages . Résultat, on constata un effondrement de la population de loups, en grande partie due au braconnage.

Les réclamations pour dommages causés sur les rennes par les lynx ont doublé en cinq ans. En 2009, on chiffre à 3,45 millions les dommages causés sur les rennes par les grands prédateurs, dont 1 millions d’euros imputables aux attaques de lynx (ils sont 120 à 165 individus à être présents dans la région de l’élevage des rennes). Dans le reste de la Finlande, les lynx font peu de dommages sur les animaux domestiques.

La Finlande compte quatre espèces de grands prédateurs qui sont strictement protégées : le glouton, l’ours brun, le loup et le lynx, et leur chasse est interdite. Exceptionnellement, le ministère peut autoriser des quotas de chasse concernant l’ours, le loup ou le lynx quand aucune autre solution n’a été trouvée et à condition que cela ne mette pas en danger leur conservation. Seul le glouton bénéficie d’une protection totale.

Source : « Finland plans to launch hunt to reduce lynx population », Helsingin Sanomat (10 nov. 2010)

+ d’actus

Chargement…

Share

1 commentaire pour La Finlande accorde 459 licences de tir pour réduire la population de lynx

  • PHILIPPE

    Quel dommage de tuer de si beaux animaux
    ils pourraient nous en envoyer une bonne dizaine pour les PYRENEES ..la montagne est vaste,boisée et cerfs ,chevreuils et sangliers ne manquent pas

    Que pensez-vous de ce commentaire ? Thumb up 7 Thumb down 4

Poster un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>