La gazette des grands prédateurs n°59 (mars 2016) | FERUS

La gazette des grands prédateurs n°59 (mars 2016)

edito-gazette-59

Edito gazette 59

couv-gaz-59Mars 2016

Éditorial par Pierre Athanaze

Je suis optimiste

Etions-nous 3500, 5000 d’après les plus optimistes ou « seulement » 2300 selon la police ?

Toujours est-il que la mobilisation pour la protection du loup a surpris tout le monde, y compris le sous-préfet qui nous a reçus à l’issue de cette superbe manifestation du 16 janvier à Lyon. Y compris les nombreux journalistes présents pour couvrir cet événement. Et bien sûr, y compris les opposants aux loups qui avaient parié sur un échec.

Nos associations ont fait là la démonstration que le combat pour la protection du loup est l’une des causes les plus fédératrices de la protection de la nature de ce début de XXIème siècle en France. Certains étaient là pour défendre le fantastique animal qui nous fait tous rêver. D’autres manifestaient pour le symbole que représente le loup dans une nature blessée par toutes les agressions que notre monde moderne lui inflige quotidiennement.

Il y avait dans nos rangs de grands noms de la protection de la nature, des militants engagés depuis longtemps, des adhérents des quelques 36 associations qui avaient appelé à manifester, mais également, à notre plus grande joie, ce fameux « grand public » dont on parle souvent sans trop savoir à quoi il ressemble.
Et pourtant il était là, au milieu de nous avec des masques de loup, des pancartes ou des fanions. En fait, le grand public est en tout point identique à nous. Il a le même amour de la nature et des animaux sauvages, et la même fascination pour les grands prédateurs.
C’est lui qui, lorsqu’il est interrogé sur la réintroduction de l’ours dans les Pyrénéens, le relâcher de lynx orphelins dans le massif du Jura ou sur le retour du loup dans nos montagnes y est systématiquement favorable à plus de 80% !

Nous avons su aller à sa rencontre et le faire descendre dans la rue pour dire non aux tirs de loups, à ces abattages tout aussi absurdes qu’inutiles, qui ne sont en aucun cas une solution pour une protection pérenne des troupeaux de moutons. Tout le monde le sait. Et la France fait une nouvelle fois figure de cancre de la protection de la nature face à tous les pays d’Europe où le pastoralisme cohabite depuis toujours avec la présence de loups, d’ours et de lynx.

Nos associations sauront-elles transformer cet essai en se mobilisant durablement ensemble pour qu’enfin un peu de raison éclaire les ministères de l’agriculture et de l’écologie enfermés plus que jamais dans des schémas d’un autre âge ?

Pour une fois, je suis optimiste.

Pierre Athanaze, président d’Action Nature.
Pierre Athanaze, instigateur de la manifestation du 16 janvier 2016, a rejoint le conseil d’administration de FERUS. Bienvenue à lui !

Sommaire :

+ d’actus

Chargement…

Share

Les commentaires sont fermés.