Les éleveurs voyous récidivent en Aveyron | FERUS

Les éleveurs voyous récidivent en Aveyron

pascal pavani afpCommuniqué de presse FERUS, 7 août 2017

Les éleveurs voyous récidivent en Aveyron

Le 5 août, le naturaliste Pierre Rigaux, représentant de la coordination CAP Loup, a été insulté et violemment agressé par des éleveurs lors d’une manifestation à Sévérac le Château alors qu’il venait pacifiquement rencontrer des journalistes pour une interview.

Présent depuis le début de la matinée et observant calmement le déroulé de la manifestation, Pierre Rigaux a d’abord été expulsé de force et couvert d’injures par les éleveurs alors que les journalistes présents essayaient de l’interviewer. Mis à l’écart, les journalistes ont à nouveau tenté de le questionner et c’est à ce moment-là que des éleveurs furieux, une trentaine, se sont jetés sur lui, l’ont molesté, jeté au sol et lui ont asséné plusieurs coups dans le ventre, sous l’œil incrédule des journalistes.

Il est à noter l’attitude de certains élus locaux présents, dont certains n’ont pas hésité à l’injurier, un l’ayant même traité de « nazi » !

Nous condamnons fermement ces faits inadmissibles et assurons Pierre Rigaux du soutien absolu de notre association. Rien ne peut justifier de tels actes de violence dans un Etat de droit où la parole est libre et le respect de la personne sacré. Pierre Rigaux ayant porté plainte, nous espérons que la justice passera et saura condamner de tels actes comme ils le méritent.

Nous rappelons que la prédation attribuée au loup dans le département est de 120 ovins pour un cheptel évalué à 800 000 animaux.

Nous rappelons également que le 17 mai dernier, deux bergeries ont brûlé à Sévérac le Château, entraînant la mort de 350 ovins, soit plus du double de la prédation attribuée au loup. Les éleveurs n’ont pas communiqué sur ce fait tragique qu’ils n’ont pas pu attribuer au loup !

Les éleveurs de cette région n’en sont hélas pas à leur coup d’essai puisque certains se réclamant de la Coordination Rurale de Lozère avaient saccagé le siège de l’association ALEPE, dans la région près de Mende, le 9 novembre 2015. Ils avaient d’ailleurs été condamnés par la justice pour ces faits violents.

+ d’actus

Chargement…

Share

Les commentaires sont fermés.