Api'ours | FERUS

Archives

Api'ours

Programme de plantations, ruches et pollinisation.

Un chantier est prévu le 14 janvier 2017 ! ↓

afficheapi

Un programme complet autour des enjeux pour la biodiversité dans les Pyrénées.

Si les abeilles continuent de disparaître, combien de temps faudra-t-il attendre avant de voir à leur tour disparaître les écosystèmes pyrénéens tels que nous les connaissons ? Qu’adviendra-t-il alors de l’ours dans les Pyrénées ? Que deviendra l’Homme qui vit essentiellement de l’agriculture ? Sans attendre de réponses, l’association FERUS propose une solution : Api’ours !

Présentation générale/ enjeux du projet :

logo Api'ours de ferusFERUS a créé et lancé dans les Pyrénées, un programme de plantations, ruches et pollinisation, nommé Api’ours© : Un programme complet autour des enjeux pour la biodiversité dans les Pyrénées. Le programme est concrètement lancé depuis 2015.

Avec l’aide des habitants pyrénéens, FERUS souhaite constituer un réseau de parcelles sur lesquelles seront plantés des arbres fruitiers et/ou placées des ruches, dans le but :

 

  • de favoriser la pollinisation,
  • maintenir l’apiculture en zone montagne,
  • et assurer ainsi la fructification nécessaire à la survie de la faune sauvage.

1er-chantier-Apiours-Aspet-copyright-Aurélia-Puerta-16 (Copier)Api’ours est donc un programme destiné à impliquer pleinement et sensibiliser la population locale dans son ensemble autour des pollinisateurs et de l’ours ; les premiers représentent les enjeux de survie de la biodiversité de demain et l’ours est l’espèce emblématique de la biodiversité préservée dans les Pyrénées.

La biodiversité n’est pas simplement l’addition des espèces, c’est un ensemble formé des espèces, de leurs variations génétiques, de leur abondance relative et de l’ensemble de leurs relations au sein des écosystèmes dans lesquelles elles s’épanouissent.

Ainsi, pour conserver la biodiversité, il y a deux notions très importantes et totalement liées, à savoir :

  • copyright Sabine MatraireA- conserver les écosystèmes et leur fonctionnalité.
  • B- conserver les espèces elles-mêmes.
  • Ainsi de l’ours. Ce n’est pas la seule espèce emblématique de cette bataille pour la biodiversité, mais c’est la plus connue en France. L’ours incarne bien la double problématique A et B puisque la forêt pyrénéenne est menacée et qu’il est lui-même victime de braconnage et d’ostracisme. Sa conservation est passionnante, enjeu de notre capacité à sauvegarder et accepter « l’autre ». Il est important que nous, concitoyens pyrénéens, mesurions tous les enjeux autour de la biodiversité pour notre avenir. La biodiversité n’est pas ce qui reste quand sont passés les aménagements publics et les intérêts privés ponctuels.

La pollinisation, gage d’une biodiversité préservée :

Replacer l’abeille et l’ours dans un contexte global permet donc de mieux comprendre les enjeux environnementaux et de cerner les solutions pour l’avenir. Être capable de sauver l’ours ou de préserver les abeilles est un challenge de taille qui en dira long sur notre capacité à préserver la biodiversité au sens large et à assurer un avenir durable aux générations qui suivront.

En effet, l’ours a besoin d’une bio « DIVERSITÉ » préservée que les abeilles assurent en grande partie puisqu’elles pollinisent près de 80% des espèces végétales.

chaine alimentaire de l'abeille à l'ours

  » Saviez-vous que… grâce à L’Abeille domestique (Apis mellifera), en Europe, 80% des espèces végétales sont pollinisées et que 35% de la production alimentaire mondiale en tonnage dépendent d’elle. Le monde apicole représente 10% du chiffre d’affaires de l’agriculture mondiale. « 

Travailler avec de nouveaux acteurs locaux :

Le programme Api’ours, avec ses chantiers de plantations et de ruches, est donc utilisé pour travailler avec de nouveaux acteurs locaux autour de l’ours mais aussi pour la biodiversité au sens large car comme vu plus haut (cf. A et B), tout est lié.

ruche dessin 3Peuvent donc être impliqués :

  • des propriétaires terriens ;
  • des propriétaires communaux ;
  • des apiculteurs ;
  • des habitants ;
  • des agriculteurs ;
  • des fournisseurs et producteurs locaux d’arbres fruitiers ;
  • les écoles (certains terrains serviront de support à un projet pédagogique que nous mènerons avec des scolaires)…

Parce que sans l’implication des communes, des habitants pyrénéens, et de tous les acteurs du territoire, l’acception de l’ours ne sera pas totale.

Précisons que nous n’ignorons pas l’existence du pastoralisme dans les Pyrénées. Mais FERUS décide de ne plus se focaliser uniquement sur le monde de l’élevage qui bénéficie non seulement du soutien des associations de protection de la nature depuis près de 40 ans et des mesures obtenues pour le pastoralisme par les ONG, mais aussi de nombreuses aides et subventions de l’État et de l’Europe. Nous constatons que tout est fait pour rendre la cohabitation facile et même financièrement rentable mais on se heurte à une instrumentalisation de l’ours par le monde de l’élevage. La stratégie de FERUS à court terme dans les Pyrénées est plutôt de « contourner » l’opposition structurée des durs de l’élevage en travaillant avec de nouveaux partenaires.

Objectifs d’Api’ours/ Finalité :

  • renforcer et développer la culture de la nature à travers l’ours ;
  • replacer la biodiversité dans son contexte au sens large ;
  • interpeller les hommes sur leurs responsabilités passées, présentes et futures vis à vis de la biodiversité ;
  • rétablir l’évidence de cette relation Homme/Nature ;
  • impliquer les acteurs locaux du territoire dans cette prise de conscience en faveur de la biodiversité ;
  • améliorer l’acceptation de l’ours par la population locale et donc favoriser une meilleure cohabitation.

Concrètement, sur le terrain :

arbres et ruchesSont prévus :

  • des chantiers de plantations d’arbres fruitiers ;
  • la mise en place de ruches ;
  • des réunions publiques en amont des chantiers pour expliquer le projet aux habitants ;
  • des animations avec les scolaires…

 

2ème étape placer le piquet-matraire (Copier) premiere étape creuser un trou-matraire (Copier) Les arbres sont plantés sur différentes terrasses-matraire (Copier)

Plantations : Situation en 2016 et perspectives 2017 :

Un premier chantier de plantations d’arbres fruitiers a eu lieu le 6 février 2016 sur la commune d’Aspet avec laquelle FERUS a signé une convention en 2015.

D’autres chantiers de plantations sont prévus les mois à venir, avec notamment :

- des chantiers sur la commune de Melles en Haute-Garonne, le samedi 14 janvier 2017 (plus d’infos => ICI).

- un chantier avant la fin de l’hiver sur la commune de Couflens en Ariège (plus d’infos à venir).

Les chantiers peuvent se faire aussi bien sur des terrains communaux, que sur des terrains privés.

carte site ferus - localisation terrains Api'ours

Documentation à consulter pour en savoir plus :

Dossier de présentation du programme Api’ours => ICI

Livret explicatif sur Api’ours – Appel aux propriétaires de terrain =>ICI

Bénévolat :

Pour ce programme, FERUS fera appel ponctuellement au bénévolat. L’association peut en effet être amené à solliciter l’aide des habitants locaux, des adhérents de Ferus ou tout simplement des sympathisants, auquel cas, l’association communiquera sur les besoins identifiés, via ce site internet ou encore via la page Facebook de FERUS.

afficheapi

Parrainer une ruche ou un arbre :

FERUS vous propose de soutenir nos actions de terrain en faveur de la biodiversité et de l’ours en devenant parrain ou marraine d’une ruche ou d’un arbre fruitier du programme Api’ours.

Pour cela lire le document ci-dessous et nous retourner l’encart « Formulaire à remplir et à nous retourner ».

=> Parrainez une ruche ou un arbre

Partenaires :

Ils nous soutiennent :

Fonds de dotation privé  ITANCIA

Itancia sans i« Le programme Api’ours de l’association FERUS bénéficie du soutien du Fonds de dotation ITANCIA » .

Le fonds de dotation Itancia est un fonds de dotation privé apolitique et indépendant. Il a été créé à l’initiative de Yann Pineau, PDG du groupe ITANCIA et propriétaire d’un domaine viticole «le Château de l’Escarelle » dans le Var. Véritablement respectueux de la nature et soucieux de réduire l’empreinte écologique de son groupe, M. Pineau, par l’intermédiaire du fonds de dotation, s’engage dans le soutien de projets concrets et innovants en faveur de la protection de la biodiversité.

Basé dans le Var sur la commune de la Celle, le fonds de dotation, depuis sa création en 2011, a soutenu plus de 50 projets répartis sur l’ensemble du territoire français et en Afrique. Son action s’articule autour de 4 grands axes : La sauvegarde des espèces et de leur habitat, La protection des milieux naturels, La diffusion de pratiques agroécologiques, La lutte contre la pollution.

Fonds de dotation Itancia : www.fondsdedotationitancia.com

La Fondation Nature et Découvertes

Fondation N&DParce que faire connaître, c’est aussi prendre conscience des dangers auxquels nous exposons la nature, Nature & Découvertes s’engage pour la protection de la nature.

Depuis 14 ans, chaque année, l’enseigne Nature & Découvertes reverse 10 % de ses bénéfices nets à sa Fondation, conformément à l’engagement écologique de sa charte fondatrice. À ce jour, près de 800 projets ont été financés pour un montant global de plus de 5 millions d’euros.

Plus qu’un simple mécène, la Fondation Nature & Découvertes, sous l’égide de la Fondation de France et membre de l’IUCN, se positionne en tant qu’initiatrice de projets en France métropolitaine, en Afrique francophone et en Outre-mer.

C’est ainsi que la Fondation Nature et Découvertes soutient le programme Api’ours grâce à des financements tels que des subventions coup de cœur ou grâce à l’ARRONDI en caisse (Concrètement ce dispositif de générosité permet aux clients d’enseignes partenaires de MicroDON de demander l’ARRONDI de leurs achats à l’euro supérieur au moment de régler leurs achats en caisse).

Site de la Fondation Nature et Découvertes : www.fondation-natureetdecouvertes.com

L’association du Parc Animalier de Sainte Croix

parc-animalier-de-sainte-croixLe parc animalier de Sainte-Croix est le parc de faune européenne le plus visité de France avec plus de 215 000 visiteurs par an. Au cœur du parc naturel régional de Lorraine à Rhodes, il a été créé en 1980 par Gérald Singer.

Le parc présente plus de 1 500 animaux issus de 100 espèces vivant en semi-liberté sur 120 hectares de forêts, étangs et prairies. Ce parc, bien que se développant en grande partie grâce aux visites, est une plateforme d’études éthologiques.

En 2016, le Parc permet aux visiteurs de découvrir ce qu’il nomme les « quatre fantastiques » soit les quatre plus gros carnivores d’Europe avec l’ours brun d’Europe, le loup gris d’Europe, le lynx boréal et le glouton.

Depuis sa création en 1980, l’association du Parc Animalier de Sainte-Croix milite pour :

L’éducation pour les scolaires à l’environnement ;

La sensibilisation du grand public à la protection de la faune et de la flore patrimoniale ;

Le suivi de la faune sauvage migrant et vivant sur le Parc ;

Le soutien à des programmes de conservations Lorrains.

Le parc de Sainte-Croix soutient l’action de FERUS via différentes actions. C’est notamment le cas avec le programme Api’ours, dans le cadre de la « conservation-recherche ».

 Site : www.parcsaintecroix.com

Les marraines et parrains de ruches et d’arbres fruitiers

Début 2016, et ce, depuis le lancement de l’appel à parrainage fin 2014, nous comptons cinquante marraines et parrains. Nous remercions tous ces donateurs, sans qui Api’ours ne pourrait exister.

Appel à don de matériel de jardinage et d’horticulture

Fin 2015, FERUS a lancé un appel à don de matériel de jardinage et d’horticulture. Tout don de matériel de ce genre peut-être déposé à l’antenne locale pyrénéenne de Ferus : Maison des associations, Place du Biasc, 31160 Arbas. Si vous habitez tout proche d’Arbas, nous pouvons également nous déplacer. D’avance merci.

Informations complémentaires :

Contactez Aurélia Puerta, chargée de missions à FERUS, chargée du programme Api’ours.

oursferus@gmail.com ou au 06 46 62 19 47

Share