L'ours : biologie | FERUS

L'ours : biologie

Devenez bénévole pour l’ours

Description

description ours FERUS

Durée de vie. Dans la nature, un ours vit entre 25 et 30 ans. Papillon, qui fut longtemps le doyen des ours pyrénéens, s’est éteint en 2004 à l’âge de 29 ans.

Une seule espèce. L’ours brun vit en Eurasie et en Amérique du Nord. L’ensemble des ours bruns européens et nord-américains appartient à la même espèce : Ursus arctos.

Habitat et domaine vital

Dans les Pyrénées, l’ours occupe une large variété de milieux selon les saisons, entre les fonds de vallées à moins de 600 mètres d’altitude et les prairies d’altitude à plus de 2000 mètres. Son milieu de prédilection est la forêt, principalement la hêtraie-sapinière. Contrairement à une idée reçue, l’ours ne recherche pas forcément les forêts les plus hautes et difficiles d’accès, mais celles qui sont les plus calmes et les plus riches en ressources alimentaires ce qui, selon les saisons, le conduit à moyenne voire basse altitude.
L’ours est un animal solitaire : les deux sexes ne se rencontrent qu’au moment du rut. Son domaine vital est très vaste (de 200 à 1000 km² pour un mâle et 70 à 300 km² pour une femelle). Il est composé d’une zone dite refuge, de faible superficie, occupée de manière régulière et où il est très sensible aux dérangements de toutes sortes, et de plusieurs zones de présence plus occasionnelle, où il n’est que de passage ou présent seulement à certaines saisons.

Reproduction

La période de rut s’étend de fin-avril à mi-juin. L’ourse possède une gestation différée, c’est-à-dire que la durée réelle de gestation est très courte (8 à 10 semaines seulement). Une femelle fécondée au printemps ne mettra bas que si son état d’engraissement à l’entrée en tanière est suffisant. A cet égard, l’existence de zones d’alimentation automnale tranquilles est essentielle pour l’espèce.
Si tout va bien, la femelle met alors bas 1 à 3 oursons de très petite taille (300- 400 grammes environ), dans la tanière d’hibernation, au cœur de l’hiver.
La mortalité est très forte chez les oursons (accidents, malnutrition, prédation, infanticide par les mâles adultes), surtout lors de la première année. Moins de 50 % des jeunes ours atteignent l’âge adulte.
Après un à trois ans d’élevage, les ours s’émancipent.

ourse et oursons FERUS

Photo Daniel Trinquecostes

Sommeil hivernal

Durant l’hiver, l’ours entre en dormance hivernale dans une tanière ou tout autre abri plus ou moins aménagé.
Il ne s’agit pas d’hibernation stricte comme chez le loir ou la marmotte, mais d’une période de repos. Ainsi, l’ours peut se réveiller lorsqu’il fait beau et doux et même effectuer de courts déplacements autour de sa tanière.
La durée de la période d’hibernation varie beaucoup (entre 1 et 7 mois) selon l’individu (sexe, âge, statut reproducteur), la région, la rigueur hivernale, la disponibilité alimentaire…
Dans les Pyrénées, la dormance hivernale débute en novembre pour les femelles pleines et en décembre pour les mâles et se termine entre début mars pour les mâles et fin avril pour les femelles suitées.

Régime alimentaire

L’ours est un animal omnivore opportuniste, à nette dominante végétivore.
Son régime est constitué de 75 à 80 % de végétaux (fruits secs et charnus, végétaux herbacés, tubercules) et 20 à 25 % d’aliments d’origine animale. Parmi ces derniers, 10 à 15 % sont des insectes ; le reste est composé d’ongulés sauvages ou domestiques, de micromammifères ou d’amphibiens dont la moitié est consommée sous forme de charogne.

ours alimentation FERUS

Régime alimentaire de l’ours brun dans les Pyrénées. Illustration Florian Graf pour FERUS.

 

L’ours slovène n’est pas plus carnivore que l’ours pyrénéen !

Les différentes études conduites dans les Pyrénées ont montré que les ours bruns de souche slovène ont un comportement alimentaire semblable à celui des ours autochtones.

  • Dans les Pyrénées, ce n’est pas l’origine des ours qui conditionnent les dégâts aux troupeaux, mais bien la différence de mode de gardiennage :
    De mai 2000 à mai 2001, un ours d’origine slovène (Néré) a causé des dégâts en Bigorre où les troupeaux ne sont pas protégés. Durant l’été 2001, il s’installe en Haut-Béarn (région où les troupeaux sont protégés). Les dégâts de la zone n’augmentent pas et Néré prélève aussi peu de brebis que les ours autochtones.
  • Inversement, dès juin 2001, de nouveaux dégâts sont enregistrés en Bigorre. Tout le monde pense au retour d’un nouvel ours d’origine slovène. Il s’agissait en fait du vieux mâle autochtone Papillon, habituellement présent et tranquille en Haut-Béarn.
regime-alimentaire-ours-pyrénées-slovénie

Illustration Pays de l’ours – ADET

 

Que faire en cas de rencontre avec un ours ?

SMontagnon - Ours 0106

Photo Serge Montagnon

L’ours brun a peur de l’homme, mais comme tout animal de grande taille (cerf, sanglier, bovins…), sa taille et sa force peuvent le rendre dangereux lorsqu’il est surpris ou se sent menacé.
Même si cela est très peu probable, voici quelques consignes à adopter.

Si vous croisez une piste d’ours, ne suivez jamais les traces. En cas de rencontre avec un ours (même à grande distance), ne cherchez pas à vous en approcher. Evitez de laisser votre chien divaguer, car il pourrait provoquer l’ours.
Enfin, en cas de rencontre à courte distance, aidez-le à vous identifier, sans pour autant l’inquiéter :

  • Manifestez-vous calmement en vous montrant, en bougeant et en parlant calmement (pas de cri, ni de gestes brusques).
  • Eloignez-vous progressivement en vous écartant du trajet qu’il pourrait emprunter dans sa fuite.
  • Ne courez pas.

L’ours peut se dresser sur ses pattes arrière, mais ce n’est absolument pas un signe d’agressivité. Il lui est d’ailleurs impossible de courir dans cette posture. Curieux, il cherche seulement à mieux vous identifier.

 

Share