Agissez : un plan Lynx oui, mais pas sans Lynx !

Photo Anthony Kohler

Une consultation publique est actuellement en cours pour permettre aux citoyens de s’exprimer quant au projet de Plan régional d’actions (PRA) Lynx Massif des Vosges. La consultation se terminera le 11 février et nous invitons nos adhérents et sympathisants à y participer activement. Pour y participer ==>> ICI (voir en bas de page, votre avis doit être adressé à cette adresse consultation-publique-especes.dreal-grand-est@developpement-durable.gouv.fr )

S’il est positif que ce PRA favorise la cohabitation du lynx avec les activités humaines, il ne sert pas à grand chose s’il n’y a plus de lynx dans le massif. La situation est en effet plus que critique dans les Vosges (4-5 individus, uniquement des mâles et dont au moins 3 viennent du Palatinat allemand) où l’habitat est pourtant favorable pour le lynx.

Il est donc urgent qu’une opération de renforcement de la population vosgienne par des lâchers de lynx, notamment des femelles, fasse partie des actions prioritaires du PRA. C’est sur ce point en particulier que vous devez insister en participant à la consultation publique : pas de lynx = inutilité du PRA.  

Lire la suite

Non, le Plan ours n’est pas remis en cause !

Photo Anthony Kohler

Communiqué des associations de CAP-Ours, 10 février 2020

Suite à la rencontre d’éleveurs opposés à l’ours avec le Président de la République le 14 janvier à Pau, la Coordination Associative Pyrénéenne pour l’Ours (Cap Ours) a été reçue le 5 février au cabinet de la Ministre de la Transition Ecologique.

Contrairement à ce qui a pu circuler récemment dans les médias, le Plan ours (2018-2028) n’est pas remis en cause, selon le cabinet de la Ministre qui a été catégorique, après discussion avec l’Elysée.

Lire la suite

Suspicion de destruction illégale de Lynx dans le Jura : des associations interrogent le Procureur de la République sur l’existence d’une enquête judiciaire

Photo Morgane Bricard

Communiqué des associations SFEPM, FERUS, FNE, Aspas, Jura Nature Environnement, Pôle Grands Prédateurs, SOS Faucon Pélerin Lynx, 7 février 2020

Le 06 février 2020, un collectif d’associations a décidé d’écrire un courrier au Procureur de la République de Lons le Saunier concernant l’affaire des ossements d’animaux découverts par des spéléologues dans le gouffre du Prévalot à Fontenu le 13 novembre 2019. Parmi les nombreux ossements retrouvés, un crâne aurait été identifié comme étant celui d’un lynx et présente plusieurs blessures évoquant fortement une destruction illégale.

Les destructions illégales de lynx ont été trop longtemps sous estimées et cette menace est désormais bien identifiée dans le Plan National d’Actions Lynx en construction. Quelle que soit l’ancienneté des faits, tous les moyens judiciaires devraient systématiquement être mis en œuvre pour faire la lumière sur chaque suspicion de destruction illégale de lynx.

Malgré cela, les associations craignent qu’aucune enquête n’ait été ouverte et ont souhaité interroger le Procureur à ce sujet.

Lire la suite

Marche blanche pour le lynx le 15 février à St Amarin

Photo Morgane Bricard

Suite au braconnage d’un lynx il y a quelques jours à Fellering, en plein cœur du parc naturel régional des Ballons des Vosges (voir « Troisième extermination du lynx dans les Vosges : FERUS porte plainte » ), une marche blanche aura lieu le samedi 15 février à St Amarin (Haut-Rhin) pour protester contre cet acte odieux et réclamer une vraie protection du lynx dans les Vosges.

Pour rappel, il ne subsiste que 4 ou 5 individus, tous des mâles, dont au moins 3 viennent du Palatinat allemand où se déroule actuellement un programme ambitieux de réintroduction.

Cette marche blanche est à l’initiative de quelques personnes de la vallée de la Thur avec le soutien et la présence des associations FERUS, LPO, SOS Massif des Vosges, Alsace Nature.

Le rendez vous est à 13h30 devant le centre culturel de St Amarin.

Venez nombreux !

Plus d’infos ==>> page facebook Ma Thur Sauvage

Lire la suite

Loup : massacre programmé en Norvège

Carte des meutes et couples de loups en Scandinavie (ROVDATA)

Loup en Scandinavie. Photo Baard Næss

Mise à jour du 4 février 2020 :

La Cour d’appel a jugé illégal l’abattage des loups en 2018 ==>> voir ici.

Article du 3 décembre 2019 :

Pour la troisième année, le gouvernement norvégien se prépare à un massacre de masse. Il prévoit de faire abattre 43 loups sur une population estimée à… à peine une soixantaine de loups !

Trois meutes (soit 17 loups) sont concernées dans la « wolf zone » (zone loup) + 26 animaux hors de cette zone.

Pourtant, le loup est classé en danger critique dans le pays

Lire la suite

Feu : le premier loup abattu en 2020….

Communiqué de FERUS, 28 janvier 2020

Dans la nuit du 25 au 26 janvier, un premier loup vient d’être abattu sous autorisation des pouvoirs publics, dans l’Ubaye (Alpes-de-Haute-Provence).

A l’heure où les grands discours s’inquiètent de la crise majeure que subit la biodiversité, l’Etat français continue de faire n’importe quoi et de réguler drastiquement les loups, espèce protégée.

FERUS condamne une nouvelle fois cette politique absurde et inutile.

Les études scientifiques et le Conseil National de Protection de la Nature ont déjà à maintes reprises souligné que les tirs de loups étaient trop nombreux et étaient une mauvaise solution pour protéger les troupeaux. Ces tirs peuvent également s’avérer contre-productifs en augmentant la prédation, notamment sur les troupeaux peu ou mal protégés, ce qui constitue un grand nombre de troupeaux dans les Alpes.

En 2019, 98 loups ont été tués par l’Etat français. En 2019, on enregistre 12 487 animaux domestiques victimes de la prédation du loup (un record en Europe !) ; en 2018, ce chiffre était de 12 055 (source DREAL). Les tirs de loups ne font pas baisser la prédation ! Seuls les moyens de protection correctement mis en place peuvent le faire comme le démontre chaque année notre programme Pastoraloup sur le terrain.

Lire la suite

Troisième extermination du lynx dans les Vosges : FERUS porte plainte

Photo Anthony Kohler

Communiqué de FERUS, 23 janvier 2020

La préfecture du Haut-Rhin vient d’annoncer qu’un lynx mâle a été retrouvé mort ce 16 janvier sur la commune de Fellering. Il aurait été tué par arme à feu et une enquête judiciaire a été ouverte.

Ce cas de braconnage est une catastrophe pour les Vosges dont la population est estimée à seulement quelques individus.

Le lynx a été exterminé des Vosges au milieu du XVIIe siècle puis a de nouveau quasiment disparu à cause du braconnage dans les années 2010 suite au programme de réintroduction de 21 lynx entre 1983 et 1993.

Alors qu’un programme de réintroduction ambitieux actuellement en cours dans le Palatinat allemand voisin était source d’espoir pour la présence du lynx dans les Vosges françaises *, se dirige-t-on vers une troisième extermination de l’espèce dans le massif ?

Les pouvoirs publics vont-ils enfin se réveiller pour réagir et mettre les moyens qu’il faut pour enrayer ce braconnage ? Ce mutisme n’a que trop duré. Nous exigeons une enquête sérieuse et le remplacement de tout lynx braconné par deux nouveaux lynx.

Lire la suite

Décod'Ours : nous démontons les fausses informations véhiculées dans les médias

FERUS et Pays de l’Ours-ADET ont lancé l’opération Décod’ours, dont le but est de démonter les fausses informations véhiculées dans les médias par les opposants à l’ours.

Décod’Ours n° 16

Article décodé : Editorial de Jean-Louis Toulouze « La chèvre et le chou » (Nouvelle République des Pyrénées, 15 janvier 2020).

Extraits :

  • « Comme s’il était naturel d’implanter dans nos montagnes un ours venu de contrées lointaines. » PARTI-PRIS ! Venu de contrées lointaines, certes, mais de même espèce et de même lignée génétique que les ex-spécimens autochtones. Si l’on suit la même logique, les espèces suivantes, non-autochtones ou disparues depuis 15000 ans, et
    introduites par l’homme, n’ont donc pas, à fortiori, leur place dans le massif : la marmotte, le mouflon de Corse, le bouquetin ibérique.
  • « De quoi satisfaire tout le monde. Pas de réintroduction, mais de nouveaux ours quand même. Il faudrait être bien mal léché pour ne pas approuver cette décision » MAUVAISE CONNAISSANCE DU DOSSIER ! Ces translocations de nouveaux spécimens ne sont pas un caprice d’écologistes dont le but serait l’augmentation indifférenciée de la population d’ours. Elles sont recommandées par les scientifiques

Voir le Décod’Ours n° 16 en intégralité et avec les sources ==>> ICI

Lire la suite

La Confédération Paysanne de l’Ariège a la gâchette facile : une mise au point s’impose

Photo Nathalie Masson

Suite aux premiers dégâts de loup au Nord-Est de l’Ariège, à Moulin-Neuf, frontière avec l’Aude, la Confédération Paysanne de l’Ariège a déclaré dans un communiqué que  « Ces loups font leur entrée en Ariège dans un contexte extrêmement tendu sur la question de la prédation, puisque l’Ariège est le deuxième département Français impacté en nombre de constats, et le cinquième en termes de nombre d’animaux tués par les ours protégés » et « que le loup peut être tiré en toute légalité en situation d’attaque notamment et dans la limite d’un quota fixé annuellement par les autorités (17 % selon la publication du Journal Officiel du 3 janvier). » [1]

Il convient d’effectuer une piqûre de rappel anti-amnésie concernant les conditions de dérogation au statut protégé du loup, cet animal n’étant ni une cible de ball-trap, ni un défouloir : c’est une espèce classée vulnérable en France dans la liste rouge des espèces menacées de l’UICN.

Lire la suite