Soyez bénévole pour le loup cet été !

Parole de loup, programme d’information et de communication sur le loup.

En août 2018, rejoignez les équipes de Parole de Loup !

Urgent, suite à des désistements de dernière minute, il nous manque des bénévoles jusqu’à fin août ! Merci !

Votre mission ?

En devenant bénévole « Parole de loup », vous participerez à une action de terrain dont l’objectif est de rappeler que la cohabitation du loup avec l’homme est possible.

Basé sur l’échange, l’écoute et la sensibilisation, ce programme d’écobénévolat a pour objectif d’apporter, aux habitants et aux gens de passage, une information de qualité sur la présence du loup, le choix de sa protection et sa possible cohabitation avec l’Homme, contribuant ainsi à une meilleure acceptation de l’espèce. FERUS souhaite aussi répondre à une forte inquiétude et une peur grandissante de la proximité du loup (bien souvent due à la méconnaissance de cet animal), ou encore sur la présence de chiens de protection en montagne.

En août 2018, l’équipe de Parole de Loup ira à la rencontre des habitants et touristes sur les marchés, fêtes et auprès des commerçants… L’objectif sera de distribuer de nombreuses plaquettes d’informations concernant le loup, mais aussi et surtout, de dialoguer, répondre aux questions et aux inquiétudes, et recueillir le sentiment de chacun au travers notamment d’un questionnaire. Le champ d’action 2018 se situe dans le nord du Vaucluse et le sud de la Drôme.

Lire la suite

Tir de loup dans les Vosges : victoire juridique sur le fond

Loup dans les Vosges/printemps 2012 © CROC – ONCFS

Le tribunal administratif de Nancy vient de donner raison aux associations ASPAS, One Voice, FERUS, ASPA Vosges, Flore 54 et Oiseaux Nature. L’État français est condamné à verser à nos associations la somme globale de 3400 euros.

En décembre 2016, nous avions attaqué en justice les arrêtés de tirs de prélèvement et de défense renforcée signés par les préfets de Meurthe-et-Moselle et des Vosges visant le seul loup présent en plaine des Vosges. A l’époque, le juge des référés avait suspendu en urgence le tir de prélèvement mais pas les tirs de défense.

Aujourd’hui, la justice s’est prononcée sur la légalité « au fond » de ces arrêtés. Le juge a en effet constaté l’insuffisance des moyens de protection mis en place, préalable à l’autorisation de tirs.

Rappelons que les tirs de loup ne font pas baisser la prédation ; ils peuvent même être contre-productifs en faisant éclater les meutes et en éparpillant les individus, plus prompts alors à attaquer les troupeaux domestiques, surtout lorsqu’ils sont pas ou mal protégés. Seuls les moyens de protection des troupeaux sont efficaces.

Le loup est toujours une espèce menacée en France.

Lire la suite

Décod'Ours : nous démontons les fausses informations véhiculées dans les médias

FERUS et Pays de l’Ours-ADET ont lancé l’opération Décod’ours, dont le but est de démonter les fausses informations véhiculées dans les médias par les opposants à l’ours.

Décod’Ours n° 3, août 2018

Nous décodons aujourd’hui un article de Explicite.info du 26 juillet : « Milices anti-ours dans les Pyrénées« .

Extraits :

  • « Belloc, hameau du Couserans, une zone truffée d’ours ». PAS VRAIMENT ! La densité est d’environ 0,02 ours/km².
  • « L’ours s’est adapté à notre odeur. Il n’a plus peur de l’être humain ». FAUX ! Quand l’ours repère l’homme, il fuit ou s’éloigne dans 79% des cas (source). Les statistiques en Europe montrent le même pourcentage. Aucune étude ne montre une « adaptation » à l’odeur de l’homme.
  • « Toutes ne sont pas mortes à cause de l’ours, il y en a des perdues et des malades ». VRAI ! Pour un troupeau non gardé, les pertes hors prédation peuvent atteindre 10% ou plus (source, p418-19), soit plus de 80 bêtes dans ce cas.

Lire la suite

Une louve allaitante abattue : pourquoi les louveteaux ne sont-ils pas décomptés ?

Louveteaux abattus à Chichilianne en septembre 2016

FERUS vient d’adresser un courrier au ministre de l’Écologie Nicolas Hulot, au préfet coordinateur sur le loup Stéphane Bouillon et au directeur général de l’ONCFS ==>> lire ICI.

Communiqué de presse de l’association FERUS, 2 août 2018

Une louve allaitante abattue : pourquoi les louveteaux ne sont-ils pas décomptés ?

Nous apprenons qu’une louve allaitante a été abattue ce 2 juillet 2018 par la brigade loup dans les Alpes-Maritimes (Vésubie).

A cette période, les louveteaux ne sont pas sevrés et sont depuis sans doute tous morts de faim.

Si la louve a été décomptée du plafond des 43 loups pouvant être abattus en 2018, les louveteaux, eux, passent manifestement en pertes et profits. Une aubaine pour les pouvoirs publics qui autorisent toujours plus de tirs pour faire plaisir à une minorité.

Pourtant, les tirs ne fonctionnent pas et la prédation attribuée au loup continue d’augmenter *.

D’autre part, éliminer des loups dominants (comme cette louve) déstabilise la meute et a pour conséquences d’augmenter localement la prédation des individus éparpillés. S’ensuit la création de nouvelles meutes. Plusieurs études ont montré que les tirs favoriseraient la multiplication des naissances. La multiplication des nouvelles meutes depuis la politique de tirs intensive (2013-2014) en serait-elle une preuve (le nombre de meutes a doublé) ** ?

Nous continuons toujours de demander une étude sur l’efficacité des tirs en matière de protection des troupeaux.

Lire la suite

Plan Ours: difficile conciliation entre préservation de l’espèce et maintien des activités humaines

© Jure Makovec / AFP

Ce lundi 6 août, un excellent article est paru sur France Soir, signé Jean-Marc Neumann, juriste chargé d’enseignement en droit de l’animal. A lire absolument ! 

Plan Ours: difficile conciliation entre préservation de l’espèce et maintien des activités humaines

Le sujet de la protection de l’ours des Pyrénées éveille en nous un bouquet d’émotions et de sentiments qui illustrent parfaitement tous les enjeux et difficultés auxquels l’Etat et les acteurs locaux sont confrontés.

« Tendresse », lorsque par miracle on peut observer une ourse et ses petits;

« Colère », lorsque certains individus armés et cagoulés déclarent ouverte la chasse à l’ours en Ariège;

« Empathie », à l’égard des bergers qui aiment leur métier, leurs animaux et les estives;

« Tristesse », lorsqu’un ourson orphelin baptisé Mellous décède prématurément;

Lire la suite

Mortalité des loups - 2018

Loup retrouvé mort lors d’une sortie scolaire le 12 janvier 2018. Photo JP Telmon, parc national des Écrins

Les 19 et 20 février dernier ont été publiés le nouveau plan loup 2018-2023 et les arrêtés ministériels permettant l’abattage de 40 loups en 2018. Le 25 juin 2018, un nouvel arrêté rehausse à 43 le nombre de loups pouvant être abattus en 2018.

==>> plan loup 2018-2023

==>> arrêtés du 19 février 2018 (nombre de loups pouvant être abattus et modalités)

==>> l’avis de FERUS

==>> Juin 2018 : hausse du nombre de loups, hausse des tirs…

A ce jour, 20 loups sont décomptés du plafond de 43 : 19 loups abattus et un cas de braconnage.

Loups tués par tirs dans le cadre d’autorisations préfectorales :

  • Depuis le 14 juillet : 4 loups abattus (1 dans les Alpes-de-Haute-Provence, 2 dans les Hautes-Alpes, 1 dans les Alpes-Maritimes). Plus d’infos à venir. 16, 17, 18 et 19
  • 14 juillet (Savoie) : un loup mâle adulte abattu en Tarentaise (La Léchère) par un lieutenant de louveterie (TDS). 15
  • 8 juillet (Savoie) : un loup abattu en Tarentaise (La Léchère) par un lieutenant de louveterie (TDS). 14
  • 2 juillet (Hautes-Alpes) : une louve adulte abattue à Monetier-les-Bains par un lieutenant de louveterie (TDS). 13
  • 2 juillet (Alpes-Maritimes) : une louve allaitante abattue en Vésubie par la brigade loup (TDR). 12
  • 26 juin (Alpes-de-Haute-Provence) : un loup mâle adulte abattu à Entrages par un éleveur (TDS). L’autopsie a révélé un état cachexique (misère physiologique) lié à une fracture complète des 2 membres antécédentes de plusieurs jours issu d’un trauma. 11
  • 11 juin (Alpes-Maritimes) : une louve adulte abattue à Duranus par la brigade loup (TDR). 10
  • 6 juin (Alpes-Maritimes) : un loup mâle adulte abattu à La Croix-sur-Roudoule par un lieutenant de louveterie (TDS). 9
  • 2 juin (Savoie) : une louve adulte abattue en Maurienne (Pontamafrey-Montpascal) par un lieutenant de louveterie (TDR). 8
  • 29 mai (Alpes-Maritimes) : une louve adulte abattue à Coursegoules par la brigade loup (TDR). 7
  • 25 mai (Savoie) : une louve adulte abattue en Maurienne (Pontamafrey-Montpascal) par un lieutenant de louveterie (TDR). 6
  • 25 avril (Alpes-Maritimes) : une louve abattue par la brigade loup dans les Préalpes de Grasse(TDR). 5
  • 17 avril (Var) : un loup mâle abattu par la brigade loup sur Canjuers (Comps-sur-Artuby) (TDR). 4
  • 14 mars (Var) : une louve abattue par la brigade loup sur Canjuers (Comps-sur-Artuby) par la brigade loup (TDR). 3
  • 21 février (Var) : un loup abattu à Canjuers (Comps-sur-Artuby) par la brigade loup (TDR).  2
  • 20 février (Var) : un loup mâle abattu à Canjuers (Comps-sur-Artuby) par la brigade loup (TDR).  1

Lire la suite

Histoire et enjeux croisés autour de la forêt, des cervidés et des loups

Photo Rémy Jouhaud

Histoire et enjeux croisés autour de la forêt, des cervidés et des loups. Par Romain Ribière

Article paru dans la Gazette des grands prédateurs n°64 (juin 2017)

Abonnez-vous à la Gazette !

La disparition du loup en France est souvent présentée comme une singularité. L’aboutissement pour l’Homme d’ « une lutte acharnée contre une espèce qu’il a exécrée [ …] » traduite par « une politique d’extermination [qui] a abouti en quelques décennies au grand massacre des loups » (Moriceau 2010).

Cette lecture bénéficie à nos esprits contemporains d’un consensus assez large, où elle exprime avant tout une métaphore symbolique : le triomphe implacable de la civilisation occidentale sur le sauvage. Le retour de Canis Lupus sonne à cet égard comme un anachronisme qui alimente la controverse entre ses détracteurs et partisans.

Lire la suite

Mercantour : partez sur les traces des loups en septembre 2018

Du 11 au 14 septembre 2018

Venez vous ressourcer au grand air et découvrir le parc national du Mercantour et les Alpes du sud, territoires où les loups sont présents depuis plus de 25 ans.

Buts du séjour : parcourir les biotopes à loup, mieux connaître sa biologie, appréhender les conflits loup / pastoralisme, etc.

Programme (susceptible de variations en fonction de la météo notamment) :

– recherche d’indices de passage des loups : empreintes, carcasses, laissées…

– observation de la faune de montagne : chamois, mouflons, cervidés, oiseaux…

– randonnée en zone déserte et découverte des panoramas grandioses

Lire la suite

La Gazette des grands prédateurs n° 68 (juin 2018)

Juin 2018

Éditorial par Patrick Leyrissoux

Gérer, valeur ajoutée…

Ces termes de management d’entreprise ressortent de temps en temps au fil des conversations. Dans la rudesse des évènements, ou devant la sécheresse d’un compte d’exploitation qui conditionne l’existence d’une association, ils ont certes leur rôle, voire sont indispensables.

Mais seul(e) face à un versant de montagne glissant dans l’obscurité, et que l’on pressent confusément habité par une présence, ces termes n’ont plus guère de sens… C’est le rêve qui prend leur place, et qui nous habite in fine.

Jean-Jacques Camarra lui-même, qui est à l’origine de bien des choses, a écrit un livre de rêveur, rêveur dans l’action, avec « Boulevard des ours ». Rétrospectivement, il en ressort une profonde nostalgie, voire mélancolie, quand on songe au sort de cette population ursine. Je ne peux m’empêcher de penser que ceux qui ont présidé à cette disparition n’avaient que ces mots à la bouche : gérer, valeur ajoutée… mots aussi fréquemment usités dans le monde de la chasse.

Ils sont les chiens de garde d’un utilitarisme, parfois anthropocentrique, que nous évoquons parfois pour justifier l’existence de nos grands prédateurs. Espèce parapluie, économie nature, utilité pour les forestiers, etc. Certes, encore une fois il le faut peut-être, nous ne vivons pas d’amour et d’eau fraîche. Mais ne perdons pas de vue que le fondement de nos motivations a des racines beaucoup plus profondes.

Lire la suite

Urgent ! Recherche bénévoles dans les Alpes pour la cohabitation loup-élevage jusqu'en octobre

PastoraLoup est un programme de soutien bénévole au pastoralisme en zone à loups qui propose des stages de formation pour intervenir en estives et chez les éleveurs, pour des missions de surveillance des troupeaux. Nous réalisons aussi des parcs de pâturage qui ne nécessitent pas de stage préalable, simplement un minimum de pratique du travail manuel.

Lorsqu’il manque des bénévoles, comme c’est le cas actuellement, nous faisons parfois appel à des personnes qui n’ont pas suivi de stage pour les missions de surveillances. Il faut une certaine pratique du camping et de la marche en montagne pour pouvoir y participer, et être adhérent de FERUS. La surveillance nocturne consiste à rester à côté du troupeau (sous tente le plus souvent), prêt à intervenir s’il y des mouvements et des bruits inhabituels. Avec la surveillance diurne, il s’agit d’accompagner le troupeau en secondant le berger au niveau de la présence humaine, du matin jusqu’au soir. La nourriture est à la charge de l’éleveur, les déplacements peuvent être intégrés au crédit d’impôt. Les missions commencent en avril et durent jusqu’en décembre, principalement dans les Alpes-de-Haute-Provence et, dans une moindre mesure, dans les départements limitrophes.

Il nous manque du monde  :

  • du 1er au 10 août et du 7 au 15 septembre dans les Alpes-Maritimes
  • du 25 août au 10 septembre, du 1er au 23 septembre, et en octobre dans les Alpes-de-Haute-Provence

Renseignements : Eric, chargé de mission Pastoraloup 06 60 38 13 77  ou pastoraloup.ferus@ferus.org

En savoir plus sur PastoraLoup ==>> ICI

PastoraLoup est un programme de l’association FERUS.

Lire la suite