Consultation du public : mobilisons-nous pour soutenir les lâchers d'ours !

Le gouvernement consulte le public sur le lâcher de deux ourses en Pyrénées occidentales : les associations appellent à participer massivement.

Le Ministère de l’Écologie vient de lancer la consultation du public obligatoire sur son projet de lâcher deux ourses en Béarn, comme annoncé par Nicolas Hulot le 26 mars 2018.
Les associations FERUS & Pays de l’Ours – Adet appellent toutes les personnes favorables à la protection de l’ours dans les Pyrénées à y participer, en commençant leur texte par : « Je suis favorable au lâcher de deux ourses en Pyrénées occidentales à l’automne 2018. » et à personnaliser leur message avec les arguments qui leur tiennent à cœur.

Le succès de la précédente consultation publique sur l’ours, en février-mars 2017, avait permis d’obtenir l’annonce des lâchers, le succès de cette consultation qui commence sera déterminant pour soutenir ces lâchers contestés par une opposition bruyante et agissante, mais minoritaire.

La consultation dure du 25 juin au 25 juillet 2018 et se fait via internet, à cette adresse : http://www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr/Politiques-publiques/Cadre-de-vie-eau-environnement-et-risques-majeurs/Consultation-du-public/Demande-d-autorisation-d-introduction-de-deux-ourses-dans-les-Pyrenees-Atlantiques

Accès direct au formulaire pour donner votre avis : https://www.enquetes-publiques.com/Enquetes_WEB/FR/DEPOSER-I.awp?P1=EP18276

Soyez bénévole pour le loup cet été !

Parole de loup, programme d’information et de communication sur le loup.

En août 2018, rejoignez les équipes de Parole de Loup !

Votre mission ?

En devenant bénévole « Parole de loup », vous participerez à une action de terrain dont l’objectif est de rappeler que la cohabitation du loup avec l’homme est possible.

Basé sur l’échange, l’écoute et la sensibilisation, ce programme d’écobénévolat a pour objectif d’apporter, aux habitants et aux gens de passage, une information de qualité sur la présence du loup, le choix de sa protection et sa possible cohabitation avec l’Homme, contribuant ainsi à une meilleure acceptation de l’espèce. FERUS souhaite aussi répondre à une forte inquiétude et une peur grandissante de la proximité du loup (bien souvent due à la méconnaissance de cet animal), ou encore sur la présence de chiens de protection en montagne.

En août 2018, l’équipe de Parole de Loup ira à la rencontre des habitants et touristes sur les marchés, fêtes et auprès des commerçants… L’objectif sera de distribuer de nombreuses plaquettes d’informations concernant le loup, mais aussi et surtout, de dialoguer, répondre aux questions et aux inquiétudes, et recueillir le sentiment de chacun au travers notamment d’un questionnaire. Le champ d’action 2018 se situe dans le nord du Vaucluse et le sud de la Drôme.

Lire la suite

Un ourson en difficulté : la poursuite du sauvetage

 Communiqué de presse de la Préfecture de la Région Occitanie, 16 juillet 2018

Un ourson en difficulté : la poursuite du sauvetage

L’ourson de 6 mois aperçu seul jeudi 5 juillet, près de la la commune de Fos (31), qui avait été pris en charge par les agents de l’Office de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), n’a pas retrouvé sa famille mais est toujours vivant.

Pour mémoire, l’ursidé avait dû être capturé et relâché dans un secteur où sa mère potentielle avait été localisée.

Afin de garantir des mesures de sécurité et ses chances de survie, l’ensemble du secteur avait été interdit à la promenade. Depuis, il avait été suivi par l’ONCFS grâce à un émetteur placé à son oreille ainsi que par un vétérinaire pour le suivi sanitaire.

Malgré ces mesures, l’ourson n’a donc pas retrouvé sa famille et s’est même déplacé vers des secteurs moins favorables à son alimentation. Son état et son comportement (apathie, désorientation, etc) sont restés préoccupants jusqu’au mardi 10 juillet dernier et ont nécessité une nouvelle prise en charge par les agents de l’ONCFS en l’aidant à se nourrir puis en le déplaçant à nouveau dans une zone d’altitude riche en alimentation. Désormais, il manifeste un comportement plus vif (il est par exemple monté dans un arbre). Ces éléments permettent désormais d’être plus confiants dans sa capacité à survivre seul en milieu naturel. Le suivi télémétrique et l’observation à distance avec jumelles par les agents de l’ONCFS sont maintenus le temps nécessaire pour s’en assurer.

Rappel aux randonneurs et usagers de la montagne :

L’Ours brun est par nature discret, surtout vis-à-vis de l’homme. Il possède une bonne ouïe, un très bon odorat et une vue moyenne. De façon générale, il repère les marcheurs de loin et s’éloigne pour éviter le contact. En cas de rencontre avec un ours à courte distance (moins de 50 m), il convient de l’aider à nous identifier, de se manifester calmement en se montrant, en bougeant et en lui parlant. S’éloigner progressivement en s’écartant du trajet qu’il pourrait emprunter dans sa fuite. Ne pas courir.

Si un ours se dresse sur ses pattes arrières, ce n’est pas un signe d’agressivité. Il est curieux, il cherche à reconnaître les odeurs et à mieux voir.
Il faut également toujours garder son chien à proximité, ne pas le laisser divaguer, car il pourrait provoquer l’ours.

http://www.occitanie.gouv.fr/communiques

Opération : Cet été « Destination Ours Béarn »

DESTINATION OURS BEARN

Pour montrer votre soutien au renforcement de deux ourses à l’automne 2018, séjournez en Haut-Béarn.

Les grandes vacances approchent à grand pas… Un collectif d’associations de protection de la nature vous invite a participer et à relayer cette opération positive.

Une journée, une nuit, une semaine ou plus… Les citoyens peuvent, par les choix de leurs destinations de vacances, conjuguer l’utile à l’agréable.

A bientôt en Béarn

A télécharger :

L’affiche de l’opération

A diffuser sans modération !

 

Trois oursons de l'année repérés en Ariège

Flash Info ONCFS / Équipe Ours, 29 Juin 2018, numéro 2

Détection d’une ourse suitée de 3 oursons sur la commune de Sentein, Ariège, France

Le 29 juin 2018, l’Equipe Ours de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage a relevé une série de photos automatiques montrant une ourse suitée de 3 oursons âgés d’environ 5 mois. Ces images ont été prises le 26 juin 2018 à 0h39 sur la commune de Sentein en Ariège.

Pour l’instant, aucun indice biologique n’a pu être relevé sur le site où ont été obtenues les photos automatiques. Des prospections sont en cours afin d’essayer de récolter des excréments ou des poils provenant de cette portée qui permettront par analyse génétique de déterminer le sexe des oursons et l’identité des parents. Cela permettra en outre, de vérifier si cette portée est différente de celle comprenant 2 oursons détectée par vidéos automatiques le 30 mai 2018 à 20h17 sur la commune de Bonac-Irazein en Ariège et de celle de 2 oursons détectée par observation visuelle le 21 mai 2018 et confirmée par des photos d’empreintes sur la commune de Melles en Haute-Garonne (voir Flash-Info du 13 Juin 2018, numéro 1).

N’oubliez pas de participer à la consultation publique pour le lâcher de deux ourses cet automne ! ==>> ICI.

 

Des hybrides à gogo... pour les gogos

Photo Anthony Kohler

Nous connaissons désormais les résultats de l’analyse génétique du loup tué à Bayons (Alpes-de-Haute-Provence) le 1er décembre 2017 ==>> communiqué de l’ONCFS, 3 juillet 2018

Pas de surprise. Le loup est de souche italienne, autant balte que Marcello Mastroianni. Et autant hybridé que peut l’être le Roquefort AOC avec un fromage hollandais.

C’est donc un vent de folie qui souffle dans certaines chaumières des Alpes françaises, tourbillonne entre les parois du Vercors et du Mont Aiguille, pour aller s’échouer dans les courriers d’élus de la République les plus haut placés, prêts à gober n’importe quoi pour aller glaner les électeurs les moins recommandables.

Que se passe-t-il ? Les pseudo loups hybridés russes ou baltes seraient-ils les nouveaux avatars de « l’espion venu du froid », ou de « l’oeil noir de Moscou »?

Des sbires de Poutine pour annexer les alpages français ?

Lire la suite

Hausse de la population de loups en France, hausse des tirs...

Loup en Lozère. Photo P. Baffie

Le dernier bilan du suivi hivernal de la population de loups vient de paraître. La population de  loups en France est estimée à 430 individus à la sortie de l’hiver 2017-2018. Une population en hausse par rapport à l’année dernière (360 loups à la sortie d’hiver 2016-2017). Malgré le braconnage et les tirs de prélèvement autorisés par les pouvoirs publics, ça reste une bonne nouvelle. Mais une augmentation sur une ou deux années ne doit pas faire oublier que l’espèce reste vulnérable en France. Par comparaison, il y a 2000 loups en Espagne et 1000-1500 loups en Italie. Le (pauvre) seuil de viabilité de 500 loups donné par le plan loup 2018-2023 n’est donc pas atteint*. Pourtant, le gouvernement français, profitant de cette augmentation, vient de revoir à la hausse le nombre de loups pouvant être abattus, passant de 40 à 43 animaux. La France régule le loup et ne s’en cache plus depuis longtemps. Ces tirs restent inutiles vu que la prédation sur les troupeaux continue d’augmenter ; ils ne sont là que pour faire plaisir au lobby de l’agriculture.

Si le nombre de loups et la répartition géographique augmentent, la population lupine reste très majoritairement confinée au massif alpin. Aucune meute (et donc aucune reproduction) n’est constatée en dehors des Alpes cette année encore alors que des loups sont en dispersion depuis plus de 20 ans dans le massif Central, les Pyrénées ou encore les Vosges (dans les Vosges, une reproduction a été constatée en 2013 pour la première fois ; depuis, plus rien…).

A ce jour, 14 loups ont été décomptés du plafond de loups pouvant être abattus en 2018 (détails ICI) .

Cette hausse du nombre de tirs de loups intervient alors que le ministre de l’Écologie vient de présenter son plan pour la biodiversité….

Lire la suite

Décod'Ours : nous démontons les fausses informations véhiculées dans les médias

FERUS et Pays de l’Ours-ADET ont lancé l’opération Décod’ours, dont le but est de démonter les fausses informations véhiculées dans les médias par les opposants à l’ours.

Décod’Ours n° 1,

suite à un article de la Dépêche du Midi du 5 juin 2018. Dans ce Décod’Ours, FERUS et Pays de l’ours -Adet démontent un par un les propos mensongers de Sylvain Brouielh-Nogué, vice-président de la FDSEA.

Par exemple :

  • « il y a déjà eu de nombreuses attaques, un bélier tué au pays Toy. » FAUX ==>> 3 attaques imputées à l’ours en mai 2018, pour 9 bêtes tuées et 2 blessées. Le bélier est classé en « mortalité indéterminée » et donc non due à l’ours .
  • « ils en introduisent [des ourses] qui font 4 à 5 petits par an. » FAUX ==>> Une ourse fait au maximum 1 à 3 oursons tous les 2 ou 3 ans, dont 70% survivent.
  • « Le slovène a déstabilisé et fait disparaître l’ours pyrénéen. » FAUX ==>> Lors des premiers lâchers dans les Pyrénées centrales, en 1996-1997, il ne restait plus que 5 ours en Pyrénées occidentales (Béarn), dont la dernière femelle, qui a été abattue par un chasseur en 2004. Sans ces lâchers , l’espèce était condamnée à court terme.

Lire la suite

Loup : toujours pas d'hybrides à signaler

Loup de lignée italo-alpine dans les Alpes. Photo Patrice Montero

Note de FERUS : FERUS soutient l’ONCFS sur ce sujet et lui accorde toute sa confiance. D ‘autre part, on remarquera qu’il est encore question de loup balte chez les anti-loup… (tout comme l’indice de loup de lignée balte trouvé en Lozère). On dit ça, on dit rien….

Communiqué de presse de l’ONCFS, 3 juillet 2018

Hybridation de la population de loups en France : l’ONCFS assume les méthodes avec lesquelles il travaille

Depuis le retour du loup en France en 1992, l’Etat a chargé l’Office national de la chasse et de la faune sauvage d’assurer le suivi de la population sauvage. Ces travaux reposent sur la recherche d’indices de présence et de matériel biologique par les 3500 correspondants du réseau Loup-lynx et sur des analyses génétiques à partir des échantillons collectés. A cet effet, l’établissement public a sélectionné le laboratoire Antagene par un processus transparent d’appel d’offre au niveau européen.
Ce laboratoire est reconnu au niveau international sur la génétique des canidés et en particulier sur l’hybridation entre chien et loup. Un premier état des lieux des niveaux d’hybridation en France a été rendu public en septembre 2017. Il confirme l’existence du phénomène d’hybridation à une fréquence faible (sur 120 échantillons exploités, 1,5% relèvent d’une hybridation récente, 6% correspondant à une hybridation plus ancienne). Ce faible taux est par ailleurs cohérent avec ce qui est observé dans d’autres pays européens.

Lire la suite

Un loup de lignée balte en Lozère ?

Photo Jeremy Mathieu

Note de FERUS : un loup de lignée balte ou seulement un indice arrivé là on ne sait comment ? Telle est la question…

Communiqué de presse de l’ONCFS, 29 juin 2018

Découverte d’un loup de lignée balte en Lozère

Depuis le retour naturel du loup (Canis lupus lupus) sur le territoire national, au début des années 1990, le suivi biologique de cette espèce a été confié à l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS). Les opérations conduites par ses agents et par le réseau que l’établissement public anime permettent de caractériser la progression de la population de loups du point de vue géographique et démographique. Le réseau Loup Lynx de l’ONCFS est en effet constitué de quelques 3500 correspondants répartis sur l’ensemble du territoire national. Ce réseau assure une surveillance permanente de la présence de l’espèce sur la base du recueil d’indices de présence (proies sauvages ou domestiques, empreintes, observations, photographies, excréments, poils, hurlements). Ce monitoring est complété par l’étude génétique de la population de loups, réalisée à partir des échantillons biologiques collectés sur le terrain (fèces, poils ou urines).

Lire la suite

Des oursons de l'année repérés en Ariège

Flash Info ONCFS / Équipe Ours, 13 Juin 2018

Détection d’une ourse suitée de 2 oursons sur la commune de Bonac Irazein (09)

Le 08 juin 2018, l’Equipe Ours de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage a relevé une série de vidéos automatiques montrant une ourse suitée de 2 oursons âgés d’environ 5 mois. Ces images ont été prises le 30 mai 2018 à 20h17 sur la commune de Bonac-Irazein en Ariège.

Pour l’instant, aucun indice biologique n’a pu être relevé sur le site où ont été obtenues les vidéos automatiques. Des prospections sont en cours afin d’essayer de récolter des excréments ou des poils provenant de cette portée qui permettront par analyse génétique de déterminer le
sexe des oursons et l’identité des parents.

Lire la suite