Les attaques contre le loup se multiplient

Photo Morgane Bricard

Alors que le projet de plan loup 2018-2023 comporte quelques avancées en faveur du loup et de la cohabitation, notamment le versement des indemnisations seulement si les moyens de protection ont été mises en place, il reste très axé sur les tirs de loups. Néanmoins, les attaques contre le loup se multiplient.

Dernière en date : un mail envoyé à de nombreuses communes des Alpes-de-Haute-Provence mais aussi des Alpes-Maritimes de la part de Denise Leiboff, maire de Lieuche et présidente de l’association des Communes Pastorales de la région PACA, leur demandant de prendre un arrêté municipal afin que « Tous les animaux errants sur le territoire de la commune de .. ………. susceptibles de présenter un danger grave et immédiat pour les personnes ou les animaux domestiques, [soient] appréhendés et placés dans un lieu de dépôt adapté à leur garde, pour faire l’objet d’un examen vétérinaire destiné à déterminer leur espèce d’appartenance. Pour le cas où celui-ci relève de l’espèce Canis Lupus, l’animal appréhendé sera replacé dans son milieu naturel, auquel ne correspond pas le territoire de la commune de …………… ». Un projet d’arrêté rédigé par François Balique, avocat de profession et maire de Le Vernet.

Un arrêté illégal !

Lire la suite

Nouvelle liste rouge de l'UICN : l'ours, le loup et le lynx toujours menacés

La liste rouge des espèces menacées en France de l’UICN * vient d’être mise à jour. Huit ans après le premier état des lieux, les données montrent une aggravation de la situation des mammifères : 33 % des espèces terrestres et 32 % des espèces marines apparaissent menacées ou quasi menacées, contre respectivement 23 % et 25 % en 2009. Parmi les 125 espèces de mammifères en France métropolitaine, 17 sont menacés. Le vison d’Europe, dont les effectifs sont en baisse, rejoint la triste catégorie des espèces en « danger critique d’extinction », le plus haut niveau.

Pour les grands prédateurs, il n’y a pas d’amélioration, ils restent menacés. L’ours brun reste « en danger critique d’extinction » (une catégorie où figurent deux autres mammifères : le vison d’Europe et le Rhinolophe de Méhely), le lynx boréal est toujours « en danger  » et le loup gris « vulnérable ». Et pendant ce temps là, l’État français ne lâche toujours pas les nouvelles ourses indispensables, autorise toujours plus de tirs de loups et ne se préoccupe pas le moins du monde de la situation du lynx, notamment dans les Vosges.

Lire la suite

Loups tués en France pour la période 2017-2018

louve-abattue-alpes

Louve abattue à Bouvantes dans la Drôme en 2004. C’est le premier loup tué par les pouvoirs publics en France. Photo ONCFS

loup cible MB noir et blancUn arrêté interministériel autorise le tir de 40 loups du 1er juillet 2017 au 30 juin 2018. L’arrêté et notre réaction ==> ICI. A ce jour, 33 loups ont déjà été abattus + un loup braconné soit 34 loups décomptés du plafond. .
Participez à la campagne #SOSLoups pour dire NON à cet abattage massif inutile ==> ICI.

Loups tués par tirs dans le cadre d’autorisations préfectorales :

  • 9 novembre (Hautes-Alpes) : un loup mâle abattu en tir de défense à Châteauroux. 33
  • 1er novembre (Hautes-Alpes) : une louve de l’année abattue par un chasseur en TDR à Cervières. 32
  • 26 octobre (Alpes-Maritimes) : 1 loup mâle adulte abattu dans le cadre d’un tir de défense renforcé par la brigade loup à Isola. 31

Lire la suite

CAP Loup interpelle les maires qui menacent de recourir au braconnage

Photo DR

Courrier de CAP Loup (dont FERUS est membre fondateur)

Objet : Votre action « loups – n’obligez pas les maires à faire ça ! ». Crest, 14 novembre 2017

Madame, Monsieur le Maire,

Vous avez récemment posé pour une photo envoyée à la presse, vous montrant avec un fusil à la main, accompagné du slogan « loups – n’obligez pas les maires à faire ça !».

Nous vous rappelons que le loup est une espèce protégée, et que tuer une telle espèce sans autorisation est un délit passible de 2 ans d’emprisonnement et 150 000 € d’amende.

Une menace publique de commettre un délit, proférée par un élu, représentant de l’État dans la commune et dépositaire de l’autorité publique, est inacceptable dans un État de droit.

Lire la suite

Séjour fin d'année Traces de vie - Piste de loup

Pour bien finir l’année, offrez-vous un séjour vivifiant dans les Hautes Terres de Provence !

Du vendredi 29 décembre 2017 au lundi 1er janvier 2018

A la recherche de la faune sauvage et de ses indices de présence :

-Des observations durant la journée et des sorties nocturnes à l’écoute des bruits de la forêt.
-Des paysages sauvages.
-Des diaporamas.
-Du confort au gîte « la Maison des Hôtes » (04250 la Motte du Caire) avec une chambre pour 2 personnes.

Lire la suite

Pyrénées : les dernières nouvelles des ours

L’ourse Hvala à Melles en septembre 2017

L’Écho des tanières n° 39, le bulletin mensuel du Réseau Ours Brun, vient de paraître (à télécharger ci-contre) avec le bilan des activités de recherche sur le terrain, la cartographie et les informations diverses du mois d’octobre 2017.

Les photos et vidéos automatiques d’octobre 2017 viennent également d’être diffusées sur la chaîne Youtube de l’ONCFS (ci-dessous).

Extrait :

Le contenu des crottes trouvées confirme la faible production (et donc consommation) de fruits charnus (myrtilles, framboises, sorbes, …) constatée cette année sur l’ensemble des Pyrénées, alors que les ours les consomment généralement en abondance à cette époque. Il semble que les fruits secs (glands, faînes et noisettes) soient également rares en montagne cet automne sur l’ensemble des Pyrénées, alors qu’ils constituent habituellement une ressource alimentaire très prisée et importante pour les ours en cette période d’hyperphagie. L’étude du succès reproducteur des femelles et du taux de survie des jeunes en 2018 devrait nous permettre de vérifier si cette rareté automnale en fruits secs aura pu avoir un impact sur la dynamique de la population l’année suivante, ou si les ours auront réussi à compenser ce manque et constituer ainsi convenablement leurs réserves de graisse avant l’entrée en tanière, en diversifiant leur régime alimentaire (herbe, larves d’insectes, charognes…).

Lire la suite

Loup retrouvé mort en Savoie : FERUS demande les résultats de l'autopsie à la DREAL

Le loup qui aurait été retrouvé mort le 8 novembre 2017 à Sainte-Foy-Tarentaise

Courrier adressé à la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 10 novembre 2017

Bonjour

La dernière mise à jour du protocole d’intervention sur la population de loups de la DREAl fait état d’un loup retrouvé mort naturellement en Savoie. Or, dans le même temps, circule sur les réseaux sociaux une photo d’un loup qui aurait été retrouvé mort ce 8 novembre à Sainte-Foy-Tarentaise en Savoie (voir photo ci-contre). Cette image montre un animal en état de décomposition mais apparemment criblé de plusieurs impacts de balles.

Nous attendons de votre part une vraie transparence en publiant au plus vite et publiquement les résultats de l’autopsie qui en résulte.

S’il s’avère que l’animal mentionné par la DREAL a été braconné, nous demandons qu’il soit rapidement reclassifié en braconnage et donc décompté  du plafond des 40 loups.

Lire la suite

32 loups décomptés du plafond : FERUS interpelle Nicolas Hulot

Monsieur le Ministre,

A ce jour, 31 loups ont été abattus par le gouvernement français. En seulement 3 mois. Et sans compter le braconnage dont le nombre reste inconnu (le cadavre d’un loup braconné vient d’ailleurs d’être découvert en Haute-Savoie). Une fois le plafond de 40 loups atteint, ce qui interviendra sans conteste bien avant le 30 juin 2018, que comptez-vous faire ? Permettre encore et encore des tirs sur une population de loups qui reste vulnérable ?

Vous nous rétorquerez peut être qu’à compter du 32ème loup abattu, seuls les tirs de défense sont autorisés. Mais dans la réalité, 23 des 31 loups ont été justement abattus par tirs de défense qui n’interviennent pas toujours près des troupeaux et peuvent même être réalisés en l’absence de ceux-ci. Où est la défense des troupeaux ?

Lire la suite

Motion anti-loup : CAP Loup rappelle à l’ordre le Parc Naturel Régional du Vercors

loup-ak-texte-pp

Photo Anthony Kohler

En septembre dernier, le bureau du parc naturel régional du Vercors a adopté à l’unanimité une motion contre le loup. CAP Loup vient d’adresser un courrier au président et au vice-président du parc.

Objet : « motion loup » du Parc Naturel Régional du Vercors, 26 septembre 2017

Monsieur le Président,

Monsieur le 1er Vice-Président,

Le 20 septembre dernier, le bureau du Parc Naturel Régional du Vercors (PNRV) a signé par vos mains une « motion loup » présentant la présence des loups dans le PNRV de façon uniquement et très abusivement négative : « impact sur l’équilibre cynégétique », « mise en péril de certaines exploitations [d‘élevages] », etc.

Face à cette position ouvertement défavorable à la présence d’une espèce strictement protégée, position inacceptable de la part d’un Parc Naturel Régional, nos 40 associations, représentant plus de 200 000 adhérents, tiennent à vous adresser des demandes précises.

Vingt ans après le retour naturel des loups dans le Vercors, les 205 000 ha du PNRV (dont 125 000 ha de forêts) n’accueillent que 2 à 3 meutes, soit une « densité » moyenne très faible de 1 loup par carré de 10×10 km.

Les difficultés que peuvent rencontrer certains éleveurs ovins à s’adapter au retour des loups dans le Vercors ne doivent pas faire oublier que la présence des loups est une chance formidable pour ce territoire, tant sur le plan écologique (rôle de prédateur naturel des grands herbivores sauvages), que touristique (attrait du public pour cette espèce aimée par 80% des Français*).

Lire la suite