Mortalité des loups - 2019

Début 2019, les pouvoirs publics ont autorisé l’abattage de 43 nouveaux loups (voir note technique de la DREAL Auvergne-Rhone-Alpes). Un chiffre qui vient d’être ré-évalué le 7 juin avec la nouvelle estimation de loups : 530 soit 53 loups pouvant être abattus. Dans quelques semaines, le plafond sera rehaussé à 17-19 % de la population soit 90-100 loups… Une consultation publique vient de se terminer pour dire NON à ce projet ==>> ICI.  En 2018, 51 loups (47 loups abattus et 4 cas de braconnage) ont été décomptés du plafond et FERUS a porté plainte auprès de la Commission Européenne.

==>> Ce que nous contestons

A ce jour,  43 loups sont décomptés du plafond de 53.

Lire la suite

Décod'Ours : nous démontons les fausses informations véhiculées dans les médias

FERUS et Pays de l’Ours-ADET ont lancé l’opération Décod’ours, dont le but est de démonter les fausses informations véhiculées dans les médias par les opposants à l’ours.

Décod’Ours n° 11, juin 2019

Nous décodons l’article de l’Essentiel / AFP, rapportant notamment les propos de Philippe Lacube, président de la Chambre d’agriculture de l’Ariège  » Un été catastrophique à cause de l’ours ?« , 5 juin 2019

Exemples :

  • « un comportement qualifié d’«anormalement prédateur». FAUX ! Leur comportement est normal, mais opportuniste vis-à-vis de troupeaux « anormalement sous protégés ». Problème de protection bien mis en évidence par le rapport des inspecteurs des ministères de l’écologie et de l’agriculture lors de leur expertise en Ariège en 2018.
  • « 448 dossiers de dommages liés à des attaques d’un ours ont été officiellement enregistrés, contre 265 un an auparavant (+70%). » FAUX ! Les constats de dommages peuvent recouvrir n’importe quelle cause de mortalité, et ne sont pas automatiquement attribués à l’ours. Seuls 264 constats sur les 448 cités ont été attribués à l’ours.
  • « «Les éleveurs vont vivre un été catastrophique» » PEUT-ÊTRE. A force de traîner les pieds pour protéger les troupeaux efficacement (source p.16,23), le monde agricole en France détient le
    triste record de l’UE en termes de pertes par ours ou par loup (6 à 10 fois plus que la plupart des autres pays) (source p.48). Cela malgré des dépenses record par rapport à nos voisins pour les moyens de protection et les indemnisations

Voir le Décod’Ours n° 11 en intégralité et avec les sources ==>> ICI

Lire la suite

L'ourson orphelin s'est échappé de son enclos

Mise à jour 19 juin : l’ourson a été retrouvé en bonne santé ==>> France 3 Occitanie

Article du 17 juin :

Le 10 juin dernier, un ourson affaibli de 5 mois était retrouvé seul sur la commune de Couflens, en Ariège. Récupéré par les agents de l’ONCFS, il avait été placé chez un capacitaire ursidés dans le Tarn. Mais la nuit dernière, l’ourson s’est échappé de son enclos.

« Des spécialistes de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), accompagnés de 3 chiens créancés, sont sur le terrain pour le récupérer. Cet animal ne présente aucun danger pour l’être humain qu’il fuit d’instinct. (communiqué de la préfecture du Tarn) »

A quand un protocole pour les ours et oursons en difficulté ? Les associations de Cap Ours ont pourtant travaillé avec les services de l’Etat sur un tel protocole dont la version finale a été validée en…2017. Mais depuis, rien. En attendant, les pouvoirs publics gèrent au cas par cas…

Lire la suite

530 loups en France

Photo Nathalie Masson

Carte de répartition du loup en France (ONCFS)

L’ONCFS vient de publier le bilan hivernal 2018-2019 de la population en France.

En bref :

  • Nouvelle estimation : 530 individus (intervalle entre 477 et 576)
  • 92 Zones de Présence Permanente dont 70 constituées en meutes
  • Toujours aucune meute en dehors des massifs alpins et provençaux

Télécharger le bilan ==>> ICI.

Note de FERUS : les pouvoirs public français ont estimé que 500 loups constituaient un seuil de viabilité contrairement à ce qu’indique l’expertise scientifique ONCFS / Muséum National d’Histoire Naturelle de  2017 (il faudrait 2500 individus mâtures). Ils ont donc décidé d’abattre purement et simplement près de 20 % de la population de loups annuellement, soit 100 loups par an ! Par comparaison, la communauté autonome espagnole de Castille-Leon, pourtant en annexe V de la Directive Habitats-Faune-Flore (donc un statut de protection moindre qu’en France) abat chaque année 80 à 90 de ses 1600 loups. Cherchez l’erreur…

Pour dire NON à ces abattages honteux, nous vous invitons à participer à la consultation publique (jusqu’au 19 juin) ==>> ICI.

Lire la suite

Un ourson retrouvé seul en Ariège

@ préfecture de l’Ariège

Mise à jour du 12 juin : l’ourson va bien. L’objectif premier est de le rendre à la vie sauvage ==>> La Dépêche du Midi.

Article du 11 juin : Hier à Salau sur la commune de Couflens en Ariège, suite au témoignage d’un habitant, un ourson esseulé a été capturé et récupéré par l’équipe de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. Il a été confié à un centre de soins vétérinaires. Selon la préfecture de l’Ariège, il aurait été écarté de sa mère par un mâle.

Nous vous tiendrons informés.

Lire la suite

Palu, lynx né dans le Palatinat, a été photographié côté français

Palu photographié en Pays de Bitche © SOS Faucon Pèlerin Lynx / Claude Kurtz

Mise à jour du 11 juin 2019 : Bienvenue à Brano, relâché il y a quelques jours dans le Palatinat ! C’est un mâle capturé en Slovaquie. C’est le dix-septième lynx relâché. Voir le communiqué de presse ici. Par ailleurs, le mâle Lucky a été tué par une voiture en mai (voir ICI).

Lire la suite

Pour la première fois, les associations boycottent une réunion sur l'ours

Photo Sabine Matraire

Communiqué des associations CAP-Ours, 5 juin 2019

Les associations ne cautionneront pas la feuille de « fausse-route » ours – Pastoralisme de l’Etat et en appellent à François de Rugy  avant de lancer des procédures juridiques

Pour la première fois depuis 19 ans, les associations environnementales ne participeront pas à une réunion sur l’ours organisée par l’Etat.
Aucune association représentant la coordination Cap Ours n’assistera à la présentation de ce que nous considérons comme une feuille de « fausse-route » sur l’ours et l’élevage jeudi 6 juin 2019 à la Préfecture de Toulouse.

Nous entendons ainsi protester contre le mépris de l’Administration envers les associations, mais aussi, ce qui est plus grave, envers les procédures et le statut de protection de l’ours brun.

Alors que la feuille de route est censée être présentée jeudi, plusieurs mesures, toutes néfastes à la conservation de l’ours et à la cohabitation avec les activités humaines, sont déjà annoncées, et certaines sont même déjà appliquées. Cette réunion n’a dès lors plus aucun sens …

Lire la suite

Les oursons de Sorita sont morts

Oursons

Photo d’illustration © Pascal Etienne

Communication de l’ONCFS, 5 juin 2019

Suspicion de prédation sur les petits de l’ourse Sorita

Le suivi quotidien de l’ourse Sorita, assuré par l’ONCFS, laisse aujourd’hui envisager la probable disparition de ses deux oursons. De nombreux éléments recueillis par les agents de terrain ces dernières semaines donnent à penser que l’ourse relâchée en octobre 2018 en Béarn n’est plus suitée et que les deux petits ont été victimes de la prédation d’un ours mâle.

Les deux oursons, nés dans la tanière de leur mère en pays Toy (65), avaient été aperçus pour la première fois le 17 avril dernier par un agent de l’ONCFS. L’annonce de leur présence sur les hauteurs de Luz-Saint-Sauveur avait fait l’objet d’un communiqué de la Préfecture des Hautes-Pyrénées fin avril.

Sorita et ses petits faisaient depuis l’objet d’un suivi des services de l’État et de l’ONCFS. Il s’agissait tout à la fois d’assurer la sécurité des animaux et celle des usagers de la montagne. C’est dans ce cadre que le 1er mai dernier, les agents de l’ONCFS avaient relevé les empreintes laissées par la mère et ses oursons dans la neige. Ce sont les derniers indices de présence des deux petits de Sorita retrouvés à ce jour.

Lire la suite

100 loups à tuer : l’État fait décidément fausse route

Communiqué FERUS / ASPAS, 4 juin 2019

100 loups à tuer : l’État fait décidément fausse route

Mardi dernier s’est tenu à Lyon le Groupe National Loup regroupant tous les acteurs du dossier Loup sous la présidence de monsieur le Préfet coordonnateur, en présence des différents acteurs du monde associatif de l’élevage, des espaces protégés, des administrations, de l’Etat et du conseil scientifique.

Au sortir de cette réunion et comme suite aux vifs échanges qui s’y sont tenus, nos ONG souhaitent :

– réaffirmer le statut d’espèce protégée du loup en France

-rappeler que l’objectif à atteindre est bien une cohabitation apaisée en France entre les loups et le pastoralisme.

Au moment où les citoyens indiquent par leurs votes une très forte demande sur l’écologie et les animaux, l’État se trompe de priorité et ne montre aucune vision d’avenir. Nous dénonçons avec vigueur le nouvel arrêté en préparation qui propose de passer de 10/12 % de loups abattus à 17 /19 % par an soit une centaine d’individus pouvant être tués annuellement ! Dans cette nouvelle configuration, et si nous suivons les recommandations de l’expertise du Museum National d’Histoire Naturelle publiée en 2017, l’État va mettre en danger la population. Encore une fois, nous rappelons que l’efficacité des tirs n’est démontrée ni scientifiquement ni sur le terrain et nous appelons tous les citoyens à exprimer leur opposition en prenant part à la consultation publique lancée par ministère de la Transition Ecologique et Solidaire :  http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-d-arrete-portant-experimentation-de-a1960.html *

Lire la suite