NON à l'effarouchement des ours !

Photo Jacques Carriat

Communiqué des associations FERUS / Pays de l’Ours-ADET, 19 avril 2019

Pyrénées : NON à l’effarouchement des ours !

Le ministre de l’Agriculture vient d’annoncer que des mesures d’effarouchement contre l’ours seront déployées incessamment sur les estives pyrénéennes, comportant entre-autres des tirs à balle plastique.

Ces mesures sont inadéquates, inutiles, contre-productives, et de plus illégales.

Elles s’appliquent envers une des trois seules espèces de mammifère en danger critique d’extinction en France, et alors que la très grande majorité des groupements pastoraux touchés par la prédation n’a pas mis en place des moyens de protection adaptés.  Cet état de fait a été souligné dans le rapport des inspecteurs de l’Etat en Ariège l’an dernier.

Rappelons que l’effarouchement des ours est la mission des chiens de protection. Présents 24H sur 24 auprès des troupeaux, ils l’accomplissent avec une efficacité exemplaire, pour un coût réduit.

Lire la suite

État de la population d'ours dans les Pyrénées : l'espèce toujours fragile

Le bilan 2018 concernant la population d’ours des Pyrénées vient d’être publié ( rapport annuel du réseau Ours brun (ROB)/ONCFS) ==>> ICI . Sans être alarmant, ce décompte 2018 rappelle toutefois que la population d’ours dans les Pyrénées reste fragile et que nous devons continuer à l’accompagner pour obtenir un bon état de conservation.

En 2018, 40 ours ont été détectés dans les Pyrénées, dont les deux ourses lâchées en Béarn à l’automne 2018 soit 38 seulement sur la population existante. Pour rappel, le nombre d’ours détectés en 2017 était de 43.

L’aire de répartition passe à 7400 km² avec donc une augmentation de 2400 km² par rapport à 2017. Désormais, les services de l’État considèrent qu’il y a une seule population d’ours (et non deux noyaux de population).

Côté dégâts en France, 313 attaques sur troupeaux pour 516 animaux tués ou blessés et 7 sur ruchers pour 20 ruches détruites. Pour rappel, sur un cheptel en estive de près de 600 000 brebis, la profession agricole admet chaque année une perte de 18 000 à 30 000 brebis sur le massif des Pyrénées toutes causes confondues ; les dégâts causés par la population d’ours dans les Pyrénées représentent environ 2 % des pertes.

Il convient d’attendre le bilan 2019 de la population d’ours dans les Pyrénées pour mesurer sa bonne santé ou non. En attendant, FERUS reste vigilant et est fort de propositions pour que la France honore son engagement de restaurer sur son territoire une population d’ours en bon état de conservation.

Lire la suite

Décod'Ours : nous démontons les fausses informations véhiculées dans les médias

FERUS et Pays de l’Ours-ADET ont lancé l’opération Décod’ours, dont le but est de démonter les fausses informations véhiculées dans les médias par les opposants à l’ours.

Décod’Ours n° 9, mars 2019

Nous décodons la Motion de l’Union des Elus de la Droite et du Centre de la Région Occitanie (28 mars 2019).

Exemples :

  • « Aucune concertation ». FAUX ! Des réunions de concertation ont eu lieu, qui ont systématiquement été boycottées par les opposants à l’ours.
  •  » Les Pyrénéens ont majoritairement exprimé leur opposition ». FAUX ! Il s’agit de l’avis d’une minorité issue du monde de l’élevage.
  •  » Les Pyrénéens ont majoritairement exprimé leur opposition ». FAUX ! Il s’agit de l’avis d’une minorité issue du monde de l’élevage.
  •  » Des ours agressifs ». FAUX ! Il n’y a pas d’ours « agressifs » identifiés à l’heure actuelle. Juste des ours normaux qui vont prélever par opportunisme des brebis pas, ou mal protégées. Pas plus « agressifs » que le chat qui va opportunément se nourrir de la tranche de jambon oubliée sur la table.

Voir le Décod’Ours n° 9 en intégralité et avec les sources ==>> ICI

Lire la suite

Un loup percuté sur l'A8 (Var) et euthanasié

Photo Morgane Bricard

Article 20 minutes, 13 avril 2019

 » Un loup a été percuté par un véhicule sur l’autoroute A8, près d’une zone commerciale fréquentée de Fréjus (Var), indique samedi l’Office national de la chasse de la faune sauvage (ONCFS), qui a dû euthanasier l’animal sur place en raison de ses blessures. L’accident s’est produit dans la journée de jeudi, précise l’ONCFS, dont les équipes ont retrouvé, à la suite de témoignages, l’animal agonisant dans un caniveau le long de l’autoroute, confirmant une information de Var-Matin.

Une autopsie vendredi « a confirmé que la bête avait eu la colonne fracturée au niveau des lombaires et présentait aussi des lésions internes au foie et aux poumons », a précisé à l’AFP Eric Hansen, délégué interrégional Paca-Corse de l’ONCFS. Des prélèvements génétiques ont été effectués sur l’animal, un mâle de 32 kg, pour éventuellement déterminer s’il figurait dans la base de données de l’Office qui répertorie un certain nombre de spécimens.

Une présence pas étonnante

« Nous avons dans la région Paca, qui représente deux tiers des effectifs de loups en France, de plus en plus de cas de loups percutés par des voitures mais aussi par des trains », ajoute Eric Hansen, pour qui la présence de loups à cet endroit n’est pas étonnante, Fréjus étant situé près des massifs des Maures et de l’Estérel.

« Dans tous les massifs forestiers de la région, on peut avoir des passages de loups, ce qui ne veut pas dire qu’ils vont s’y installer », note ce spécialiste.

Lire la suite

Mortalité des loups - 2019

En 2019, les pouvoirs publics autorisent l’abattage de 43 nouveaux loups (voir note technique de la DREAL Auvergne-Rhone-Alpes). Un chiffre qui sera ré-évalué quand la nouvelle estimation de loups sera connue (mars 2019). En 2018, 51 loups (47 loups abattus et 4 cas de braconnage) ont été décomptés du plafond et FERUS a porté plainte auprès de la Commission Européenne.

==>> Ce que nous contestons

A ce jour,  14 loups sont décomptés du plafond de 43.

Loups décomptés du plafond en 2019 (tirs dans le cadre d’autorisations préfectorales, braconnage, autre) :

  • 2 avril  : un loup mâle abattu sur Canjuers (Var), par la louveterie. TDR. 14
  • 18 mars : un loup mâle abattu dans les Pré-Alpes de Grasse (Alpes-Maritimes), par la brigade loup. TDR. 13
  • 17 mars : un loup mâle abattu dans les Pré-Alpes de Grasse (Alpes-Maritimes), par un louvetier. TDR. 12
  • 26 février : un loup mâle abattu dans le massif des Monges (Alpes-de-Haute-Provence), par un lieutenant de louveterie. TDS. 11
  • 26 février : un loup mâle abattu dans les Pré-Alpes de Grasse (Alpes-Maritimes), par un lieutenant de louveterie. TDR. 10
  • 20 février : une femelle subadulte abattue dans les Pré-Alpes de Grasse (Alpes-Maritimes), par un louvetier. TDR 9
  • 14 février : un loup mâle abattu à Bormes-les-Mimosas (Var), par les gendarmes, hors protocole. Plus d’infos ICI. 8
  • 14 février : un loup  mâle abattu dans le massif du Serrois-Rosannais (Hautes-Alpes) par la brigade loup. TDR. 7
  • 9 février : 1 loup mâle abattu par un louvetier (Verdon sud, Var). TDS. 6
  • 6 février : 1 loup mâle abattu par la brigade loup, pré-Alpes de Menton (Alpes-Maritimes). TDR. 5
  • 4 février : 1 loup mâle abattu à Caussols (Alpes-Maritimes) par un éleveur. TDS. 4
  • 13 janvier : 1 loup mâle retrouvé braconné dans les Alpes-de-Haute-Provence. Instruction judiciaire en cours. 3
  • 26 janvier : 1 loup abattu dans le Haut-Verdon (Alpes-de-Haute-Provence) par un lieutenant de louveterie. TDS. 2
  • 13 janvier : 1 loup femelle  abattue dans le Haut Var -Alpes-Maritimes) par un lieutenant de louveterie. TDR . 1

 

Lire la suite

Bilan génétique des loups 2008-2018

Photo Nadège Haessig Photographies

Il y a quelques jours, l’ONCFS a publié un bilan génétique sur 10 ans des loups présents en France. Pour résumer simplement : rien de neuf.

  • Les  profils génétiques identifiés sont tous de la lignée italo-alpine (sauf 2 trouvés en Lozère en 2017 et non retrouvés depuis, de lignée Europe de l’Est dont l’origine est encore inconnue ; peut être à lier aux loups échappés du parc animalier du Gévaudan suite à un acte de malveillance ; des analyses ont été réalisées sur tous les loups du parc l’année dernière, les résultats ne sont pas encore connus)
  • Le taux d’hybridation est bas, conforme aux autres populations de loups en Europe, et non problématique pour l’espèce.

Résumé de l’ONCFS :

1. Un marché public pour la conduite des analyses génétiques sur la population de loups en France a été conclu entre le laboratoire Antagene et l’ONCFS pour la période 2018-2021. Le cahier des charges requiert l’identification de l’espèce et des lignées populationnelles, l’élaboration de cartes d’identité ADN individuelles et robustes par un génotypage sur 22 marqueurs microsatellites, et la caractérisation du potentiel caractère d’hybridation entre le loup et le chien. Les analyses se basent sur l’exploitation d’échantillons d’excréments, de poils, d’urine ou de sang collectés par le Réseau Loup/Lynx de surveillance patrimoniale de l’espèce.

Lire la suite

Un loup identifié en Ariège

Le loup photographié en Ariège. Photo ONCFS

Communiqué de la préfecture de l’Ariège, 5 avril 2019

Un loup identifié en Ariège en limite de l’Aude

Depuis 2014, le secteur du Razès, dans le département de l’Aude, est concerné par la présence d’au moins un individu de loup. Depuis cette date, le Razès est identifié comme zone de présence permanente au sens du plan national loup. Un suivi a donc été mis en place sur cette zone grâce au réseau des correspondants formés à la récolte d’indices et animé par l’office national de la chasse et de la faune sauvage. Ce suivi est renforcé par le dispositif de surveillance de l’ONCFS, qui a déployé sur le secteur des pièges photographiques, en partenariat avec les services de l’État et la fédération départementale des chasseurs de l’Aude.

Lire la suite

Résultats d'autopsie du vieux loup d'Angoustrine

Le loup d’Angoustrine 10 jours avant sa mort. Photo Lindsay Nègre

Communiqué de la préfecture des Pyrénées-Orientales, 4 avril 2019

Résultats de l’autopsie du loup euthanasié à Angoustrine-Villeneuve-des-Escaldes

Le mardi 29 janvier 2019, un loup très affaibli était euthanasié par un vétérinaire sur la commune d’Angoustrine-Villeneuve-Les Escaldes dans les Pyrénées Orientales (66).

Comme prévu par le protocole,sa dépouille a fait l’objet d’une autopsie complète réalisée par le Laboratoire Départemental d’Analyses avec l’appui technique et scientifique de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) afin de définir les causes précises de sa mort. Différents experts en pathologie de la faune sauvage ont également été mobilisés pour réaliser un examen minutieux de l’animal ainsi que des examens histologiques, toxicologiques, sérologiques et radiologiques.

L’usure des organes et des dents indique que l’animal était âgé de 6 à 10 ans. A sa découverte, l’animal présentait un état de maigreur important, avec une fonte musculaire marquée sur le train-arrière . Les principales lésions observées sont liées à l’âge : des lésions dentaires et des abcès au niveau de la colonne vertébrale et dans l’abdomen. L’animal était également atteint de septicémie, probablement consécutive aux abcès. L’ensemble de ces constatations permet de comprendre que le loup devait avoir de sévères difficultés à se déplacer et à chasser et donc à se nourrir correctement. Le contenu de l’estomac a d’ailleurs révélé la présence de paille et de plastique.

Lire la suite

Nouveauté boutique : DVD Loups et moutons, des solutions ?

Loups et moutons, des solutions ?

D’Axel Falguier

Une enquête objective et dépassionnée sur la protection des troupeaux ovins en France

Le retour du loup dans les Alpes françaises a entraîné des dégâts importants sur les troupeaux de brebis et déclenché un conflit idéologique fort entre pro et anti loup.

Malgré tout, la France ne veut pas voir disparaître ses activités pastorales et le loup ne sera plus éliminé puisqu’il est protégé.

Mais alors, comment faire pour protéger les troupeaux face au loup ?

Cette enquête  nous emmène en alpage afin de dresser un état des lieux honnête de la situation et apporter des réponses objectives et dépassionnées à travers les interviews croisées de scientifiques, d’éleveurs, de représentants de l’Etat et d’associations de protection de la nature.

Avec la participation de :

  • Jean-David Abel (France Nature Environnement)
  • Laurent Garde (Centre d’Etudes et de Réalisations Pastorales Alpes-Méditerranée)
  • Pascaline Cousin et Sylvain Troubetzky (Direction Départementale des Territoires 04)
  • Nicolas Jean (Office Nationale de la Chasse et de la Faune Sauvage)
  • Eric Vissouze (Programme Pastoraloup de FERUS)
  • Jean François Darmstaedter (Association FERUS)
  • Jean-Pierre Roux (Eleveur)

Bande annonce :

 

Lire la suite