Le loup Billy : une traversée de plusieurs pays avant d'être abattu... en France

Le loup Billy. Photo Pieter-Jan D’Hondt

Note de FERUS : nous publions ci-dessous le communiqué de l’Office Français de la Biodiversité. Le loup GW1554m, surnommé Billy, né en Allemagne, a été abattu en France en septembre dernier par les pouvoirs publics après une belle dispersion qui l’aura amené à passer par la Belgique et les Pays-Bas. Ce loup est le premier détecté en France comme n’étant pas de souche italo-alpine *.

Un double gâchis (loup sur un front de colonisation et patrimoine génétique)… Pour les prédations côté français, nos constatations sur le terrain ont montré des mesures de protection des troupeaux insuffisantes ; le communiqué de l’OFB ne précise d’ailleurs pas que les mesures de protections étaient effectives et suffisantes. Seules deux choses auront tué ce loup : le manque de moyens de protection des troupeaux et le lobby de l’élevage (le manque de courage de l’État français allant de pair).

La gestion du loup, espèce protégée, est de plus en plus calamiteuse en France. Seuls les moyens de protection des troupeaux sont efficaces à long terme et compatibles avec la cohabitation, obligatoire, avec le loup. L’association FERUS milite en ce sens.

* Seules deux données, provenant d’un seul individu, ont été récoltées en Lozère et sont de la lignée d’Europe centrale. Nous ne savons pas à cette heure si ces deux données sont à recouper avec le parc zoologique « Les loups dont du Gévaudan » dont certains individus s’étaient échappés.

Lire la suite

Monographie Les loups de France

Photo Groupe PP Alpes

Par Roger Mathieu

A télécharger gratuitement ICI

Une version papier est disponible au prix de 15 euros l’exemplaire + 6 euros de frais de port en France métropolitaine (il s’agit d’un prix coûtant). Bon de commande ICI .

Cet ouvrage de 112 pages abondamment illustré s’adresse à tous les publics. Ce livre essaie de répondre, sans tabou, à toutes les questions que vous pouvez vous poser sur les loups de France. Il offre une synthèse des connaissances sur les loups installés sur nos territoires (description, historique, biologie, indices de présence…) et propose un point, le plus complet possible, sur leurs rapports avec
les troupeaux domestiques (dommages, protections, indemnisations, économie de la filière ovine…).
Le propos s’appuie sur plus d’une centaine de publications enrichies des connaissances acquises au sein d’un groupe d’une douzaine de naturalistes qui suivent une quinzaine de meutes établies dans les Alpes (Groupe PP Alpes). Ces connaissances de terrain ont été complétées par une multitude d’échanges avec d’autres naturalistes, biologistes et professionnels de l’élevage ; en France, Italie et Espagne.
Chaque chapitre intègre les éléments fournis par plus de 80 documents-sources (publications, rapports, articles, textes officiels…).
Les illustrations ont été obtenues à l’aide de caméras automatiques ; sauf exceptions explicitent, ces documents montrent des loups libres qui vivent en France.
Le texte s’accompagne de 17 encarts qui développent des points particuliers comme l’hybridation, les attaques de chiens errants, les méthodes d’abattages légaux…

Lire la suite

Appel à bénévoles pour la biodiversité le 1er mars à Etsaut (Pyrénées-Atlantiques)

Chantier de plantation Api ours. Photo Sabine Matraire

Appel à bénévoles, chantier collectif : plantation d’arbres fruitiers à Etsaut (Pyrénées-Atlantiques), lundi 1er mars 2021, 9h-17h.

Dans le cadre de notre programme Api’Ours, programme pour la biodiversité dans les Pyrénées.

A Etsaut, au-dessus du chemin de la Mâture, est une ancienne ferme où vivaient il y a encore quelques décennies une famille. Il y avait donc potager et pourquoi pas fruitiers. Ces derniers pourraient conserver à cet espace son lien entre le cultivé et le non-cultivé, entre espace fermé et ouvert. Nous planterons aussi nos fruitiers sur un autre terrain plus facile d’accès.

Nous planterons une quarantaine d’arbres sur ces terrains, en espérant qu’ils feront un jour le bonheur des visiteurs humains et non-humains des lieux. Il faut prévoir 1 h de marche chargé pour ce chantier.

Lire la suite

Mortalité des loups - 2021

Photo d’illustration

En 2021, malgré les mises en garde des scientifiques et l’opposition des citoyens et contre l’avis du CNPN (avis défavorable à l’unanimité), les pouvoirs publics autorisent de nouveau l’abattage de 110 loups, soit 19 % de la population de loups estimée. Dans une note technique édifiante, même les propres organismes de l’Etat, l’Office Français pour la Biodiversité (ex ONCFS) et le CNRS, alertent sur la « dégradation de la dynamique de la population » de loups, une population en croissance qui passe à une population stable, c’est à dire une baisse de la survie.

A ce jour, 5 loups ont été décomptés du plafond 2021.

En 2020, 105 loups ont été décomptés du plafond dont 97 abattus. En 2019, 99 loups ont été décomptés du plafond dont 94 abattus.

Pour rappel, le loup est classé vulnérable sur la liste rouge des espèces menacées en France (UICN).

Lire la suite

Monsieur le Président de la République, fi aux menaces, oui aux ours !

Photo Maurice Chatelain

Lettre ouverte de CAP Ours au Président de la République, mardi 16 février 2021

Monsieur le Président,

Fi aux menaces, oui aux ours

La semaine dernière, les locaux de responsables associatifs militant pour l’ours ont été tagués d’un « Mort aux ours » et subi une tentative de destruction par incendie.

Nous, les représentants des associations de CAP Ours, ne céderons pas aux intimidations ni aux menaces. Nous vous réitérons Monsieur le Président nos demandes :

  • un discours clair et ferme confirmant l’engagement de la France en faveur de la restauration de la population d’ours dans les Pyrénées.

  • Le remplacement rapide des trois ours tués par l’homme en 2020, conformément à l’engagement pris sous votre présidence dans le « plan ours ».

  • La fin de l’impunité pour les opposants violents.

Lire la suite

Une queue de loup en cadeau : nous demandons des précisions au procureur de la République

Photo Anthony Kohler

Mise à jour du 15 février 2021 le procureur de la République a requis deux mois de prison avec sursis et 3500 euros d’amende à l’encontre de Jean-Marie Bernard. Le jugement mis en délibéré sera connu le 12 mars.

Mise à jour du 9 décembre 2020 :  le président du département des Hautes-Alpes Jean-Marie Bernard a comparu hier mardi 8 décembre au tribunal de Gap. Refusant la procédure de reconnaissance préalable de culpabilité, il est renvoyé en correctionnelle le 15 février 2021. Il a indiqué ne pas savoir qu’il s’agissait d’une queue de loup…alors que c’était bien l’objet du « cadeau ». A suivre.

Mise à jour du 18 septembre 2020 :  le président du département des Hautes-Alpes Jean-Marie Bernard comparaitra le 8 décembre prochain pour détention, transport et cession d’une partie d’une espèce protégée.  Il encourt jusqu’à un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende.

Lire la suite

Chasseurs dans les écoles : FERUS et d'autres associations réagissent

Suite à un courrier de la Fédération Régionale des Chasseurs d’Ile de France destiné aux établissements scolaires (voir ICI), avec l’utilisation usurpée du logo de l’OFB, FERUS et plusieurs associations partenaires ont adressé ce courrier à Barbara Pompili et Jean Michel Blanquer == >> ICI

Extrait de notre courrier : « Non seulement la crédibilité de l’OFB et celle de l’Éducation nationale sont usurpées pour justifier d’une intervention du monde de la chasse dans les écoles de la République, mais les promoteurs insistent à plusieurs reprises sur la gratuité des interventions. Le métier d’éducateur nature est déjà très fragile car difficile à équilibrer financièrement. Il n’a sûrement pas besoin de ce genre de concurrence déloyale. Que les deux ministères concernés ne soutiennent pas les activités d’éducation nature de nos associations agréées et désintéressées est déjà difficile. Qu’ils permettent grâce à l’argent public versée l’écocontribution à des associations cynégétiques d’intervenir gratuitement dans les écoles est inacceptable ».

Associations signataires : Aspas, FERUS, FNE, Humanité et Biodiversité, LPO, Opie, SFEPM, SNPN

Le Conseil d’Etat annule les autorisations d’effaroucher les ours dans les Pyrénées

Photo Serge Montagnon

Communiqué, 5 février 2021

Par décision du 4 Février 2021, le Conseil d’Etat annule la possibilité d’autoriser l’effarouchement des ours à l’aide de tirs non-létaux (dit « effarouchement renforcé”) prévu dans l’arrêté ministériel du 27 juin 2019.

Comme les associations l’affirment depuis le début, ce texte ne respectait pas le cadre légal dans lequel il serait possible de déroger à l’interdiction de perturbation intentionnelle de l’espèce protégée et prioritaire qu’est l’ours brun, même à titre expérimental comme avait tenté de le justifier l’Etat.

En clair, effaroucher les ours “à l’aide de tirs non-létaux” est illégal, en plus d’être inefficace.

Toutes les autorisations accordées par les Préfets des départements pyrénéens sur la base de ce texte sont donc annulées.

Lire la suite

La Commission européenne demande à la France et à l'Espagne de remplacer les ours tués dans les Pyrénées

L’ours Cachou, retrouvé mort en avril 2020. Photo Conseil général d’Aran

CAP – Ours Coordination Associative Pyrénéenne pour l’Ours – Pyrénées, Pays des Hommes, Pays des Ours

Communiqué, 29 janvier 2021

En réponse à la demande faite le 8 janvier par 28 associations espagnoles et françaises d’intervenir auprès des Etats français et espagnols afin de remplacer les 3 ours tués de la main de l’homme en 2020, la commission européenne a rapidement réagi et demande à la France et à l’Espagne de remplacer les ours tués dans les Pyrénées.

La Commission souligne notamment :

« Je vous informe que la Commission a déjà indiqué aux autorités françaises, que le remplacement des trois ours tués semble à minima nécessaires, à la lumière de l’état de conservation défavorable de l’ours en France, des recommandations formulées dans l’expertise scientifique du Muséum National d’Histoire Naturelle en matière de réintroductions et des dispositions du plan d’actions Ours brun 2018-2028. »

Elle rappelle que « la France avait fait l’objet d’une procédure d’infraction en 2012. »

Lire la suite