Décod'Ours : nous démontons les fausses informations véhiculées dans les médias

FERUS et Pays de l’Ours-ADET ont lancé l’opération Décod’ours, dont le but est de démonter les fausses informations véhiculées dans les médias par les opposants à l’ours.

Décod’Ours n° 3, août 2018

Nous décodons aujourd’hui un article de Explicite.info du 26 juillet : « Milices anti-ours dans les Pyrénées« .

Extraits :

  • « Belloc, hameau du Couserans, une zone truffée d’ours ». PAS VRAIMENT ! La densité est d’environ 0,02 ours/km².
  • « L’ours s’est adapté à notre odeur. Il n’a plus peur de l’être humain ». FAUX ! Quand l’ours repère l’homme, il fuit ou s’éloigne dans 79% des cas (source). Les statistiques en Europe montrent le même pourcentage. Aucune étude ne montre une « adaptation » à l’odeur de l’homme.
  • « Toutes ne sont pas mortes à cause de l’ours, il y en a des perdues et des malades ». VRAI ! Pour un troupeau non gardé, les pertes hors prédation peuvent atteindre 10% ou plus (source, p418-19), soit plus de 80 bêtes dans ce cas.

Lire la suite

Une louve allaitante abattue : pourquoi les louveteaux ne sont-ils pas décomptés ?

Louveteaux abattus à Chichilianne en septembre 2016

FERUS vient d’adresser un courrier au ministre de l’Écologie Nicolas Hulot, au préfet coordinateur sur le loup Stéphane Bouillon et au directeur général de l’ONCFS ==>> lire ICI.

Communiqué de presse de l’association FERUS, 2 août 2018

Une louve allaitante abattue : pourquoi les louveteaux ne sont-ils pas décomptés ?

Nous apprenons qu’une louve allaitante a été abattue ce 2 juillet 2018 par la brigade loup dans les Alpes-Maritimes (Vésubie).

A cette période, les louveteaux ne sont pas sevrés et sont depuis sans doute tous morts de faim.

Si la louve a été décomptée du plafond des 43 loups pouvant être abattus en 2018, les louveteaux, eux, passent manifestement en pertes et profits. Une aubaine pour les pouvoirs publics qui autorisent toujours plus de tirs pour faire plaisir à une minorité.

Pourtant, les tirs ne fonctionnent pas et la prédation attribuée au loup continue d’augmenter *.

D’autre part, éliminer des loups dominants (comme cette louve) déstabilise la meute et a pour conséquences d’augmenter localement la prédation des individus éparpillés. S’ensuit la création de nouvelles meutes. Plusieurs études ont montré que les tirs favoriseraient la multiplication des naissances. La multiplication des nouvelles meutes depuis la politique de tirs intensive (2013-2014) en serait-elle une preuve (le nombre de meutes a doublé) ** ?

Nous continuons toujours de demander une étude sur l’efficacité des tirs en matière de protection des troupeaux.

Lire la suite

Plan Ours: difficile conciliation entre préservation de l’espèce et maintien des activités humaines

© Jure Makovec / AFP

Ce lundi 6 août, un excellent article est paru sur France Soir, signé Jean-Marc Neumann, juriste chargé d’enseignement en droit de l’animal. A lire absolument ! 

Plan Ours: difficile conciliation entre préservation de l’espèce et maintien des activités humaines

Le sujet de la protection de l’ours des Pyrénées éveille en nous un bouquet d’émotions et de sentiments qui illustrent parfaitement tous les enjeux et difficultés auxquels l’Etat et les acteurs locaux sont confrontés.

« Tendresse », lorsque par miracle on peut observer une ourse et ses petits;

« Colère », lorsque certains individus armés et cagoulés déclarent ouverte la chasse à l’ours en Ariège;

« Empathie », à l’égard des bergers qui aiment leur métier, leurs animaux et les estives;

« Tristesse », lorsqu’un ourson orphelin baptisé Mellous décède prématurément;

Lire la suite

Mortalité des loups - 2018

Loup retrouvé mort lors d’une sortie scolaire le 12 janvier 2018. Photo JP Telmon, parc national des Écrins

Les 19 et 20 février dernier ont été publiés le nouveau plan loup 2018-2023 et les arrêtés ministériels permettant l’abattage de 40 loups en 2018. Le 25 juin 2018, un nouvel arrêté rehausse à 43 le nombre de loups pouvant être abattus en 2018.

==>> plan loup 2018-2023

==>> arrêtés du 19 février 2018 (nombre de loups pouvant être abattus et modalités)

==>> l’avis de FERUS

==>> Juin 2018 : hausse du nombre de loups, hausse des tirs…

A ce jour, 20 loups sont décomptés du plafond de 43 : 19 loups abattus et un cas de braconnage.

Loups tués par tirs dans le cadre d’autorisations préfectorales :

  • Depuis le 14 juillet : 4 loups abattus (1 dans les Alpes-de-Haute-Provence, 2 dans les Hautes-Alpes, 1 dans les Alpes-Maritimes). Plus d’infos à venir. 16, 17, 18 et 19
  • 14 juillet (Savoie) : un loup mâle adulte abattu en Tarentaise (La Léchère) par un lieutenant de louveterie (TDS). 15
  • 8 juillet (Savoie) : un loup abattu en Tarentaise (La Léchère) par un lieutenant de louveterie (TDS). 14
  • 2 juillet (Hautes-Alpes) : une louve adulte abattue à Monetier-les-Bains par un lieutenant de louveterie (TDS). 13
  • 2 juillet (Alpes-Maritimes) : une louve allaitante abattue en Vésubie par la brigade loup (TDR). 12
  • 26 juin (Alpes-de-Haute-Provence) : un loup mâle adulte abattu à Entrages par un éleveur (TDS). L’autopsie a révélé un état cachexique (misère physiologique) lié à une fracture complète des 2 membres antécédentes de plusieurs jours issu d’un trauma. 11
  • 11 juin (Alpes-Maritimes) : une louve adulte abattue à Duranus par la brigade loup (TDR). 10
  • 6 juin (Alpes-Maritimes) : un loup mâle adulte abattu à La Croix-sur-Roudoule par un lieutenant de louveterie (TDS). 9
  • 2 juin (Savoie) : une louve adulte abattue en Maurienne (Pontamafrey-Montpascal) par un lieutenant de louveterie (TDR). 8
  • 29 mai (Alpes-Maritimes) : une louve adulte abattue à Coursegoules par la brigade loup (TDR). 7
  • 25 mai (Savoie) : une louve adulte abattue en Maurienne (Pontamafrey-Montpascal) par un lieutenant de louveterie (TDR). 6
  • 25 avril (Alpes-Maritimes) : une louve abattue par la brigade loup dans les Préalpes de Grasse(TDR). 5
  • 17 avril (Var) : un loup mâle abattu par la brigade loup sur Canjuers (Comps-sur-Artuby) (TDR). 4
  • 14 mars (Var) : une louve abattue par la brigade loup sur Canjuers (Comps-sur-Artuby) par la brigade loup (TDR). 3
  • 21 février (Var) : un loup abattu à Canjuers (Comps-sur-Artuby) par la brigade loup (TDR).  2
  • 20 février (Var) : un loup mâle abattu à Canjuers (Comps-sur-Artuby) par la brigade loup (TDR).  1

Lire la suite

Mercantour : partez sur les traces des loups en septembre 2018

Du 11 au 14 septembre 2018

Venez vous ressourcer au grand air et découvrir le parc national du Mercantour et les Alpes du sud, territoires où les loups sont présents depuis plus de 25 ans.

Buts du séjour : parcourir les biotopes à loup, mieux connaître sa biologie, appréhender les conflits loup / pastoralisme, etc.

Programme (susceptible de variations en fonction de la météo notamment) :

– recherche d’indices de passage des loups : empreintes, carcasses, laissées…

– observation de la faune de montagne : chamois, mouflons, cervidés, oiseaux…

– randonnée en zone déserte et découverte des panoramas grandioses

Lire la suite

Venez vivre une journée exceptionnelle sur les traces de l'ours des Pyrénées !

Avec nos amis de Pays-de l’ours -ADET

Devenez le temps d’une journée un expert du suivi de terrain.
L’espèce emblématique des Pyrénées n’aura plus de secret pour vous !

Avec un accompagnateur en montagne membre du Réseau Ours Brun, venez découvrir la vallée des premiers lâchers d’ours dans les Pyrénées et participez à la recherche des indices de leur présence : traces, poils, photos, vidéos … sur le seul itinéraire de suivi accessible au public.

Vous suivrez notre expert au coeur de la forêt pyrénéenne pour la recherche et la collecte d’indices de présence d’ours le long d’un sentier spécialement équipé.

  •  Apprenez à identifier les indices de présence de la faune sauvage
  •  
Faites vous-mêmes les relevés scientifiques des traces, poils, crottes … d’ours, qui seront transmis au réseau de suivi officiel pour analyse
  •  Relevez les pièges photo et vidéo et visionnez les images sur place, en avant-première !
  •  Découvrez tous les secrets de l’Ours des Pyrénées et la richesse exceptionnelle de la biodiversité du massif.

Tarifs et réservations ==>> www.surlestracesdelours.fr

Vous avez découvert ce séjour par FERUS ? 10 % du séjour seront reversés à l’association pour ses actions de conservation ours / loup / lynx. Lors de votre inscription en ligne, il suffit d’indiquer « séjour connu par FERUS » dans la case « Comment avez-vous connu ce séjour ? ». Merci !

 

Lire la suite

Pyrénées : les images d'ours en juin avec des oursons et des mâles et femelles ensemble

Ourse et ses 2 oursons le 30 mai 2018 en Ariège

L’Écho des tanières n° 43 / juin 2018, le bulletin mensuel du Réseau Ours Brun, vient de paraître (à télécharger ICI) avec le bilan des activités de recherche sur le terrain, la cartographie et les informations diverses du mois de juin 2018.

Les photos et vidéos automatiques de juin 2018 viennent également d’être diffusées sur la chaîne Youtube de l’ONCFS (ci-dessous).

En bref :

Versant français, 172 indices de présence ont été collectés sur 5 départements (09, 31, 64, 65, 66) des Pyrénées françaises dont 92% dans les Pyrénées centro- orientales. Sur les vidéos-pièges photo, 6 mâles (Néré, Cannellito, Bonabé, Pépite, Boet et Rodri probables) ont été identifiés ainsi que  2 ourses indéterminées suivies d’1 mâle, 1 ourse suitée de 2 oursons d’un an et demi, 1 ou 2 ourses suitées de 2 et 3 oursons de l’année. La proximité géographique de ces dernières ne permet pas de certifier l’existence de 2 portées distinctes. Dans les Pyrénées occidentales, la présence d’au moins un individu de taille moyenne, probablement Rodri, a été confirmée.

 

Lire la suite

Pyrénées : l'ourson orphelin n'a pas survécu...

L’ourson le 5 juillet lors de son sauvetage. Photo : sapeurs-pompiers de Haute-Garonne

Triste nouvelle… FERUS salue les pouvoirs publics pour avoir tenté le maximum pour cet ourson, notamment pour qu’il puisse vivre sa vie d’ours en liberté.

Communiqué de la DREAL Occitanie / ONCFS

L’ourson en difficulté n’a pas survécu

L’ourson de 6 mois, découvert le 5 juillet dernier sur la commune de Fos (31), a été retrouvé mort le 23 juillet malgré le sauvetage, les soins et le suivi intensif dont il avait fait l’objet par les agents de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) et ses partenaires.
Depuis le relâcher de l’ourson en milieu naturel, l’animal était suivi par les agents de l’ONCFS qui pistaient ses déplacements grâce à un émetteur radio placé sur son oreille. Après plusieurs jours d’activité rassurante de l’ourson, cet émetteur a déclenché un signal d’alerte le 20 juillet, indiquant l’immobilité persistante de l’ourson.
Des recherches ont alors été programmées pour vérifier de visu la situation de l’animal.
Après plusieurs jours de recherches actives, rendues difficiles par la météo capricieuse et la topographie accidentée du terrain, les agents de l’ONCFS ont finalement retrouvé le cadavre de l’ourson le 23 juillet.
A ce stade, il est impossible de conclure sur les raisons de la mort du plantigrade.

Une autopsie sera prochainement réalisée pour tenter d’éclaircir les causes du décès, de même que des analyses toxicologiques seront effectuées dans le cadre du réseau de surveillance épidémiologique de la faune sauvage (SAGIR).

Lire la suite

Un ourson en difficulté : la poursuite du sauvetage

 Communiqué de presse de la Préfecture de la Région Occitanie, 16 juillet 2018

Un ourson en difficulté : la poursuite du sauvetage

L’ourson de 6 mois aperçu seul jeudi 5 juillet, près de la la commune de Fos (31), qui avait été pris en charge par les agents de l’Office de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), n’a pas retrouvé sa famille mais est toujours vivant.

Pour mémoire, l’ursidé avait dû être capturé et relâché dans un secteur où sa mère potentielle avait été localisée.

Afin de garantir des mesures de sécurité et ses chances de survie, l’ensemble du secteur avait été interdit à la promenade. Depuis, il avait été suivi par l’ONCFS grâce à un émetteur placé à son oreille ainsi que par un vétérinaire pour le suivi sanitaire.

Malgré ces mesures, l’ourson n’a donc pas retrouvé sa famille et s’est même déplacé vers des secteurs moins favorables à son alimentation. Son état et son comportement (apathie, désorientation, etc) sont restés préoccupants jusqu’au mardi 10 juillet dernier et ont nécessité une nouvelle prise en charge par les agents de l’ONCFS en l’aidant à se nourrir puis en le déplaçant à nouveau dans une zone d’altitude riche en alimentation. Désormais, il manifeste un comportement plus vif (il est par exemple monté dans un arbre). Ces éléments permettent désormais d’être plus confiants dans sa capacité à survivre seul en milieu naturel. Le suivi télémétrique et l’observation à distance avec jumelles par les agents de l’ONCFS sont maintenus le temps nécessaire pour s’en assurer.

Rappel aux randonneurs et usagers de la montagne :

L’Ours brun est par nature discret, surtout vis-à-vis de l’homme. Il possède une bonne ouïe, un très bon odorat et une vue moyenne. De façon générale, il repère les marcheurs de loin et s’éloigne pour éviter le contact. En cas de rencontre avec un ours à courte distance (moins de 50 m), il convient de l’aider à nous identifier, de se manifester calmement en se montrant, en bougeant et en lui parlant. S’éloigner progressivement en s’écartant du trajet qu’il pourrait emprunter dans sa fuite. Ne pas courir.

Si un ours se dresse sur ses pattes arrières, ce n’est pas un signe d’agressivité. Il est curieux, il cherche à reconnaître les odeurs et à mieux voir.
Il faut également toujours garder son chien à proximité, ne pas le laisser divaguer, car il pourrait provoquer l’ours.

http://www.occitanie.gouv.fr/communiques