La Gazette

La Gazette

Photo N Haessig photographies

Le magazine du loup, de l’ours et du lynx


Editée depuis 1993, d’abord sous le nom de Gazette de la meute, la Gazette des grands prédateurs est la revue trimestrielle de l’association FERUS consacrée à l’ours, au loup et au lynx.

A chaque numéro, découvrez nos dossiers, interviews, réflexions et récits de voyages, les actualités nationales et internationales, les publications des dernières données scientifiques, les actualités internationales et les rubriques habituelles (vie associative, lectures, courrier des lecteurs…). Et chaque trimestre, une page galerie est dédiée à un artiste animalier : photographes, sculpteurs ou encore peintres.

Pour s’abonner à la Gazette des grands prédateurs ==>> CLIQUEZ ICI


Participez à La Gazette des Grands Prédateurs !

Vous êtes auteur, peintre, photographe, dessinateur… mettez votre talent au service des grands prédateurs !

Contactez Sandrine ANDRIEUX à sandrine.andrieux@ferus.org

Soutenez la cohabitation entre la nature et l’homme en publiant votre annonce pub dans La Gazette des grands prédateurs : ICI !


Tous les numéros

N° 81 (octobre 2021)

Actus Loup. Une louve pendue, et après ? Par Sandrine Andrieux.Actus Ours. Estives 2021 : l’empire contre-attaque. Par Patrick Leyrissoux.Actus Lynx. Quelques lueurs d’espoir dans les Vosges ? Par Olivier […]

N° 80 (juin 2021)

Actus Loup. Juridique, réunions et loups en dispersion. Par Sandrine Andrieux.Actus Ours. Les ours s’efforcent de respecter les engagements de la France, contrairement à l’Etat. Par Patrick Leyrissoux.Actus Lynx. La […]

N° 79 (mars 2021)

Actus Loup. La France : la voie sans issue. Par Sandrine Andrieux. Actus Ours. Des succès juridiques et une pression sur l’Etat qui s’accentue. Par Patrick Leyrissoux. Actus Lynx. Destructions […]

N° 78 (Décembre 2020)

Annus horribilis 2020, « Annus horribilis » pour les hommes et les femmes de tous les pays touchés par la Covid-19, à tous points de vue. « Annus horribilis » aussi pour nos grands […]

N° 77 (Octobre 2020)

La Gazette des Grands Prédateurs n° 77, octobre 2020 Édito Je me souviens Je me souviens du jour où j’ai appris officiellement le retour du loup dans notre pays, en […]

N°76 (Juillet 2020)

Éditorial : Yves Paccalet, vice-président de FERUS

La population humaine explose, vaque, brasse et se mêle. Les migrations s’accélèrent. Les guerres et les glorieux assassinats jettent sur les routes des cortèges de réfugiés. Dans le même temps, nous saccageons les ultimes milieux naturels de la planète. Nous rasons les forêts. Nous pillons les océans. Nous modifions les climats.

N°75 (Mars 2020)

Éditorial : Bertrand Sicard, vice-président de FERUS

L’Etat nous aurait-il entendus ? Du moins en partie ? L’année a été dévastatrice pour nos amis les loups. Près de 100 bêtes abattues officiellement, à quoi il faut ajouter les pertes naturelles inconnues, ce qui nous laisse penser qu’au moins 150 loups ont dû perdre la vie en 2019 en France.

N°74 (Décembre 2019)

Éditorial : Pierre Peyret, coordinateur loup et vice-président de FERUS, accompagnateur en montagne

“Le monde ne mourra pas par manque de merveilles, mais uniquement par manque d’émerveillement” Vincent Munier

N°73 (Octobre 2019)

Éditorial : Patrick Boffy, vice-président de FERUS

Un été meurtrier ... Comme attendu à la suite de la publication de l’arrêté ministériel fixant un plafond du nombre de loups à tirer en 2019, à 17% (+2%) de la population estimée, soit 90, puis 100 loups, l’été 2019 a été une longue litanie d’annonces de loups tués.

N°72 (Juillet 2019)

Éditorial : Jean-Marc Neumann, juriste/chargé d’enseignement en droit de l’animal

Ils peuplaient jadis montagnes, forêts et plaines. Traqués et exterminés, ils avaient disparu par la faute de l’homme. Ours, loups et lynx repeuplent désormais nos espaces.

N°71 (Mars 2019)

Éditorial : Bertrand Sicard, vice-président de FERUS

Alors que l’année 2018 fut déjà bien sanglante avec près de 51 spécimens abattus, l’année 2019 s’ouvre sous les plus mauvais auspices. Si l’on en croit la dernière réunion du Groupe National Loup, l’Etat se prépare au pire en voulant officiellement réguler l’espèce en France au-dessus de 500 loups, propos fièrement confirmés par notre Président et, cerise sur le gâteau, lui interdire certaines zones géographiques.

N°70 (Décembre 2018)

Éditorial : Jean-François Darmstaedter, président de FERUS

Le lynx aura la vedette dans ce numéro de fin d’année. Ce bel animal, fascinant à plus d’un titre, le mérite vraiment. Pouvons-nous espérer voir un jour une population française de lynx solidement installée dans notre pays ? Nous l’espérons et sommes prêts, en tous cas, à faire tout pour cela et, dans ce cadre, pouvoir enfin mettre en oeuvre en 2019 notre action de communication de terrain Parole de Lynx.

N°69 (Septembre 2018)

Éditorial : Sabine Matraire, vice-présidente et coordinatrice ours de FERUS

« L’année de la biodiversité n’a, sans surprise, rien changé à la situation : de nous et de nous seuls dépend la suite, que les pouvoirs publics cessent de baisser la garde sur le loup et de succomber aux sirènes de ceux qui réclament sa « régulation » ; que les ours mâles isolés du Béarn soient rejoints par des femelles ; qu’enfin un plan national de sauvegarde soit adopté pour le lynx. » Gilbert Simon, Gazette des Grands Prédateurs n°38, décembre 2010.

N°68 (Juin 2018)

Éditorial : Patrick Leyrissoux, administrateur de FERUS

Ces termes de management d’entreprise ressortent de temps en temps au fil des conversations. Dans la rudesse des évènements, ou devant la sécheresse d’un compte d’exploitation qui conditionne l’existence d’une association, ils ont certes leur rôle, voire sont indispensables. Mais seul(e) face à un versant de montagne glissant dans l’obscurité, et que l’on pressent confusément habité par une présence, ces termes n’ont plus guère de sens… C’est le rêve qui prend leur place, et qui nous habite in fine.

N°67 (Avril 2018)

Éditorial : Hervé Boyac, administrateur de FERUS

L’année 2018 sera déterminante pour tous les Français soucieux de l’avenir du loup, qu’ils soient naturalistes chevronnés ou simples passionnés. De nombreux défis nous attendent avec l’arrivée du nouveau plan loup, qu’on nous avait annoncé réfléchi et loyal mais finalement contestable.

N°66 (Décembre 2017)

Éditorial : Jean-François Darmsteadter, président de FERUS

2018, année du renouveau ? Pouvons-nous l’espérer ? La nomination de Nicolas Hulot comme ministre de la transition écologique fut pour nous une «bouffée d’oxygène» et un réel espoir en des jours meilleurs pour les trois grands prédateurs présents dans notre pays.

N°65 (Septembre 2017)

Éditorial : Bertrand Sicard, vice-président de FERUS

C’est moins de la température dont je parle que des multiples altercations et violences dont sont victimes les protecteurs de la nature qui ont eu lieu cet été. Nous pourrions citer l’agression de notre ami Pierre Rigaux, violemment pris à partie par des éleveurs en Aveyron, les agents de l’ONCFS accueillis à coups de fusil lors d’un constat sur troupeau dans les Pyrénées ou la violence inouïe des débats sur les réseaux sociaux qui interdisent les filtres de l’écoute et de la courtoisie.

N°64 (Juin 2017)

Éditorial : Patrick Leyrissoux

Le gouffre, le parapluie et le bipède Nous sommes au bord d’un gouffre. D’après le WWF, les effectifs des vertébrés ont fondu de 58% depuis 1970. Les scientifiques montrent que le rythme de disparition des espèces est 100 à 1000 fois plus rapide que la normale, et que nous avons entamé la 6ème grande crise d’extinction massive depuis 540 millions d’années.

N°63 (Mars 2017)

Éditorial : Yves Paccalet

Délires paranoïaques à soigner d’urgence. Les journalistes (je les connais, je pratique leur métier) reflètent la réalité de manière parfois bizarre. La plupart d’entre eux exercent leur profession avec le souci des faits et des preuves (ne parlons pas d’« objectivité », c’est un inaccessible rêve). Ils vont sur le terrain, questionnent, enquêtent, recoupent, argumentent.

N°62 (Décembre 2016)

Éditorial : Jean-François Darmstaedter

Que pouvons-nous espérer ? L’année 2016 qui vient de s’écouler restera de triste mémoire pour tous ceux qui s’intéressent aux grands prédateurs dans notre pays.

N°61 (Septembre 2016)

Éditorial : Pierre Jouventin

CAR LE MONDE ET LES TEMPS CHANGENT (chanson de Bob Dylan). En France, les dernières réintroductions de lynx ont eu lieu dans les années 1980-90, alors que l’Allemagne vient de relâcher trois animaux cet été. Notre population d’ours des Pyrénées occidentales ne compte plus que des mâles depuis près de douze ans et aucun renforcement ne vient sauver cette situation.

N°60 (Juin 2016)

Éditorial : Gérard Frigaux

Faut-il se réjouir ? En mai juin 1996, la petite commune de Melles dans les Pyrénées Centrales était à l'origine d'un évènement exceptionnel dont on peut encore mesurer la portée aujourd'hui. Deux ourses, Ziva et Mellba, en provenance de Slovénie, étaient réintroduites dans les montagnes sauvages de la Haute-Garonne. Elles seront accompagnées l'année suivante par la venue d'un mâle, Pyros, qui sera et qui est toujours à l'origine d'une exceptionnelle descendance. Une grande aventure commençait...

N°59 (Mars 2016)

Éditorial : Pierre Athanaze

Je suis optimiste. Etions-nous 3500, 5000 d’après les plus optimistes ou « seulement » 2300 selon la police ?

N°58 (Décembre 2015)

Éditorial : Jean-François Darmstaedter

Rien de va plus ! L’année 2015 qui se termine n’est pas une bonne année pour les grands prédateurs dans notre pays. Le loup, victime expiatoire des lobbys des mondes de l’élevage et de la chasse, encouragés par l’attitude et les décisions indignes de notre ministre, paye un lourd tribut à la haine et à l’intolérance.

N°57 (Septembre 2015)

Éditorial : Martine Bigan

Protection des grands prédateurs : une bataille permanente ? J’ai travaillé au ministère chargé de l’Écologie pendant près de quarante ans, toujours sur les sujets relatifs aux espèces sauvages à des postes et selon des angles différents, espèces terrestres le plus longtemps, marines pendant ces dix dernières années. J’ai notamment suivi le dossier des grands prédateurs qui est sans doute un des dossiers les plus complexes et les plus passionnants que j’ai eu à gérer.

N°56 (Mai 2015)

Éditorial : Océane Gresse

Cohabitons. Pourquoi la cohabitation est-elle si compliquée entre les pratiques humaines et les prédateurs de notre territoire ?

N°55 (Février 2015)

Éditorial : Yves Paccalet

Plaidoyer pour les mal-aimés. 7 janvier 2015 : les équipiers de Charlie Hebdo sont agressés, blessés, plusieurs d’entre eux tués par des crétins surarmés à l’esprit encombré de slogans fanatiques. Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Bernard Maris et les autres : je les aimais, je les aime, je sais que leur esprit survivra à leur assassinat. Parmi les blessés, je pense notamment à Fabrice Nicolino, que je connais depuis des années, avec qui j’ai couru les sentiers de France pour le magazine Terre Sauvage : je lui dédie ce « Plaidoyer pour les mal-aimés ».

N°54 (Novembre 2014) / à télécharger gratuitement !

Éditorial : Sabine Matraire, vice-présidente de FERUS

Nos gouvernants deviennent vraiment fous ! 1er novembre 2004 – 1er novembre 2014 : triste anniversaire. 10 ans d’extinction programmée de la moitié de l’aire de présence de l’ours en France suite à la mort de Cannelle, dernière femelle du noyau occidental des Pyrénées, 10 ans de tirs de prélèvement de loups en France, 10 ans d’inaction pour sauver le lynx qui crève dans les Vosges, 10 ans d’exactions par les opposants aux grands prédateurs en toute impunité,

N°53 (Août 2014)

Éditorial : Pierre Rigaux, naturaliste dans les Alpes du Sud « Royal et les autres médiocres »

Royal et les autres médiocres. On savait le mouton roi jusque dans le cœur des parcs nationaux. On savait la volonté de ne pas avoir en France de grands espaces naturels sans agriculture ni autre forme de gestion. On savait l’incompétence de Ségolène Royal comme d’autres avant elle sur le dossier loup, le dossier ours, sur tout ce qui touche à la faune, aux écosystèmes, aux enjeux de la protection de la nature pour notre humanité.

N°52 (Mai 2014)

Éditorial : Jean-François Darmstaedter, président de FERUS

Le collectif associatif CAP Loup est né ! Le 4 avril dernier, le collectif associatif CAP loup est né officiellement. Il est composé de 7 associations fondatrices (Animal Cross, ASPAS, FERUS, LPO PACA, Mille Traces, SFEPM et WWF).

N°51 (Février 2014)

Éditorial : Sandrine Andrieux-Rolland, rédactrice en chef de la Gazette des grands prédateurs

Mardi matin 2 novembre. Jour de repos. On a passé ce week-end de trois jours à la Motte du Caire, pour le week-end bilan pastoraLoup et la réunion du conseil d’administration de FERUS. Le téléphone sonne une fois, deux fois, trois fois. Je ne réponds pas. Les sonneries continuent. Il y a un problème. C’est maintenant la coordinatrice ours qui appelle. Je réponds. « Ils ont tué Cannelle».

N°50 (Décembre 2013)

Éditorial : Bertrand Sicard, vice-président de FERUS

Pourquoi nous devons gagner la bataille du loup ? A l’heure où je rédige ces lignes, nous venons de terminer les préparatifs pour notre action symbolique de demain sur le pont de l’Alma. Nous sommes très enthousiastes à l’idée d’agir pour la bonne cause mais, sur le fond, nous restons inquiets car dans notre pays, la bataille est loin d’être gagnée et la situation médiatique est telle que l’on peut toujours craindre un retournement de l’opinion.

N°49 (Août 2013)

Éditorial : Guillaume Bretzner, éducateur canin-comportementaliste et bénévole FERUS (88).

La nature sera plus forte… Alors que l’homme tente de réparer ses erreurs en matière de protection de la nature et de gestion de la biodiversité, la présence des grands prédateurs sur le territoire français ne cesse d’alimenter les polémiques et déchaîne les passions. Finalement, l’ours, le loup et le lynx ne sont-ils pas pour nous les révélateurs d’une société dépassée, inféodée à l’impérialisme économique et incapable de faire cohabiter les espèces animales et l’homme ?

N°48 (Mai 2013)

Éditorial : Jean François Darmstaedter, président de FERUS

Voila vingt ans, pratiquement jour pour jour, naissait le Groupe Loup France. Dix ans après, presque jour pour jour également, le GLF devenait Ferus en étendant ses buts à l’ours et au lynx. J’aime à rappeler la maxime de notre fondateur, René Burle, qui figurait sur tous nos documents ou affiches : « Gagner le combat pour le loup, c’est gagner tous les combats qui mèneront l’homme à vivre en harmonie avec son environnement naturel ».

N°47 (Février 2013)

Éditorial : Marc Besne, adhérent FERUS

A désespérer ? L’année 2012 qui vient de s’achever aura été difficile pour les grands prédateurs français. D’abord, le lynx : en dépit des demandes répétées des associations –au premier rang desquelles FERUS ‑, aucun plan national organisant la conservation à moyen terme de cette espèce n’a vu le jour. Et pendant ce temps, l’animal semble au bord de l’extinction dans son noyau vosgien, là où il a été réintroduit il y a 30 ans. Le braconnage, les accidents de la route auront-ils eu raison de cette population fragilisée ?

N°46 (Décembre 2012) / à télécharger gratuitement en ligne !

Éditorial : Gaston Franco, maire de Saint-Martin-Vésubie (UMP), conseiller régional de PACA, député européen

20 ans déjà ! 20 ans que le loup a été observé pour la première fois en France, dans le vallon de Mollières, au coeur du parc national du Mercantour, à quelques enjambées de ma mairie à Saint-Martin Vésubie. Mais chut, secret défense, interdiction de communiquer par le parc national du Mercantour, surtout avec les élus.

N°45 (Août 2012) / nouvelle formule en couleur

Éditorial : Sandrine Bélier, députée européenne Europe Ecologie- Les Verts

Actus loup « Nous demandons… » Actus lynx « Aude, Ardèche : nouveaux territoires pour le lynx ? » Actus ours « Appel au changement. A l’attention des nouveaux dirigeants de la France. » Par Sabine […]

N°44 (Mai 2012)

Éditorial : J.F.Darmstaedter, secrétaire général / FF président

Gilbert Simon, président de FERUS, nous a quittés. Lui qui était de tous nos combats, lui qui, bien souvent, nous donnait le bon cap, lui que rien n’arrêtait dans cette lutte constante pour le droit des grands prédateurs à vivre libres et sauvages dans notre pays, il aura perdu un combat qu’il ne fallait pas perdre, le combat contre la maladie. Nous n’entendrons plus retentir sa voix dans nos réunions, dans les manifs, dans nos discussions souvent interminables et passionnées, quelquefois ses « coups de gueule » quand l’injustice était trop forte.

N°43 (Février 2012)

Éditorial : Hervé BOYAC, vice-président de FERUS, animateur du réseau Provence-Méditerranée

Diviser… pour plus d’efficacité. Ce slogan peut paraître bien démodé dans notre monde où prévalent trop souvent les notions de productivisme et centralisation à outrance. Les entreprises se restructurent pour supprimer du personnel, faire des économies pour, paraît-il, être plus compétitives. De même, les services publics fusionnent entre eux et se centralisent.

N°42 (Décembre 2011)

Éditorial : Daniel Madeleine

ENTRE CHIENS ET LOUPS… « Le premier art de l’homme a été l’éducation du chien et le fruit de cet art, la conquête paisible du monde » écrivait Buffon au XVIIIe siècle. Notre grand naturaliste semble bien s’être trompé. En effet, la domestication du loup n’avait pas pour but d’en faire un animal de compagnie, mais bien d’utiliser ses aptitudes naturelles de prédateur pour en faire un auxiliaire de chasse puis un animal de défense, d’attaque et même une machine de guerre. Dans sa mission de valet des chasseurs, le chien a même donné un sacré coup de main pour l’extermination de son ancêtre sauvage et naturel. Aujourd’hui en France, la population des chiens serait de 8 millions d’individus, autant que la population des moutons français !

N°41 (Septembre 2011)

Éditorial : François Arcangeli, conseiller régional de Midi-Pyrénées, maire d’Arbas et président de Pays de l’Ours – Adet.

Béarn, encore une occasion manquée… La restauration de la population d’ours dans les Pyrénées n’est décidément pas un long fleuve tranquille… Cette année n’a pas dérogé à la règle avec son lot de péripéties et de polémiques.

N°40 (Juin 2011)

Éditorial : Jacques Carriat, accompagnateur en montagne et administrateur de FERUS

Le Parc National du Mercantour déborde sur l’Ubaye tout au nord-ouest de la Tinée. C’est le bassin le plus riche en espèces et en densité d’ongulés sauvages des Alpes internes du Sud. En 1996, les premiers loups franchissaient les crêtes au sud et à l’est… Il y a maintenant trois couples reproducteurs qui occupent le terrain. On peut penser que la densité maximum des couples reproducteurs de loups est presque atteinte en Ubaye.

N°39  (Mars 2011)

Éditorial : Thierry de Noblens, Membre du Comité Écologique Ariégeois, secrétaire général adjoint du CIAPP (Conseil International Associatif pour la Protection des Pyrénées)

Le Loup dans les Pyrénées : Une réalité pour l’instant discrète. Et aussi un mal-aimé parmi beaucoup d’autres. Les lecteurs de La Gazette des Grands Prédateurs ont pour la plupart suivi la progression du Loup venant d’Italie à travers les Alpes, le Massif Central et maintenant les Pyrénées : massif des Madres et du Carlit en Pyrénées-Orientales, versant espagnol de la Catalogne et récemment la Haute-Ariège, puisqu’un loup aurait peut-être tué une brebis dans ce département. L’affaire a été traitée le 16 novembre 2010 et indemnisée au bénéfice du doute en Commission d’Indemnisation des Dégâts d’Ours.

N°38 (Décembre 2010)

Éditorial : Gilbert Simon, vice président de FERUS

L’indice planète vivante est construit, comme un indice boursier, sur le suivi de 8000 populations appartenant à 5500 espèces de vertébrés représentatives. Depuis 1970, sa chute globale a été d’environ 30% (source WWF). Cette moyenne est la somme du fort déclin de l’indice tropical (- 6O% depuis 1970) et de la croissance significative de l’indice tempéré (+ 29%). La tendance générale est bien alarmante, puisque la grande majorité des espèces est au sud et que la croissance au nord s’explique en grande partie par le fait que le rabot des destructions y était largement passé avant 1970.

N°37 (Septembre 2010)

Éditorial : Gérard Caussimont (Naturaliste, Président du FIEP- Groupe ours Pyrénées)

Le 26 juillet 2010, Chantal Jouanno a indiqué devant le Comité de massif Pyrénées quelles étaient les orientations de son ministère concernant la poursuite (ou non) du plan de restauration de l’ours de 2006-2009. Ces orientations ont été englobées dans « une stratégie pyrénéenne pour la valorisation de la biodiversité » concernant aussi d’autres espèces comme, le gypaète barbu, le desman, le grand tétras, le bouquetin, l’aster des Pyrénées…

N°36 (Juin 2010)

Éditorial : Claude Garnier, réseau Alpes Sud de FERUS

En ce dimanche soir pluvieux, je relis avec nostalgie et amertume ce que nous avions écrit fin 1992 à la SNPN (Société nationale de protection de la nature) sur nos loups : « POUR QUE VIVE LE LOUP EN MERCANTOUR »

N°35 (Mars 2010)

Éditorial : Alain Reynes, directeur de Pays de l’ours-ADET

Faut rien lâcher ! En 1996, les premiers lâchers d’ours en Pyrénées Centrales étaient expérimentaux. Tandis que l’IPHB confirmait sa vocation de « pompe à fric », Mellba, Ziva, Pyros et très rapidement leurs descendants, nous montraient que les erreurs du passé peuvent encore être réparées.

N°34 (Décembre 2009)

Éditorial : Jean-François Darmstaedter, président de FERUS

Parole d’ours 2009 : une dynamique locale croissante en faveur de l’ours dans les Pyrénées ! Par Sabine Matraire Pastoraloup : un bon cru 2009 ! Par Jean-Luc Borelli Actus […]

N°33 (Septembre 2009)

Éditorial : Farid Benhammou

Actus ours – « A quoi joue l’Etat français ? » « Les Pastoralies » ou le meeting anti-ours déguisé en fête pastorale pour attirer les touristes fut un véritable flop en 2009. Cependant, ce meeting organisé par l’association anti-ours ASPAP, avec au micro toute la journée le discours de l’ASPAP repassant en boucle, aurait bénéficié de financements de « Etat commission des finances », « Région Midi-Pyrénées », « Conseil Général de l’Ariège », « Communautés de communes du Pays Couserans », « Chambre d’agriculture » et du « Crédit Agricole ».

N°32 (Juin/Juillet 2009)

Éditorial : Gilbert Simon

"D’autres nouvelles complétaient cette première impression de printemps somme toute favorable au loup, notamment la confirmation officielle de la présence de l’espèce dans le massif de la Ste Baume dans le Var, et même dans le Massif Central. Hélas, les choses allaient vite mal tourner. La secrétaire d’Etat à l’écologie faisait abattre un loup le 9 mai, peut être pour calmer les manifestants de Thône, peut être pour éviter d’autres manifestations au chef de l’Etat qui devait visiter le plateau des Glières...et ce loup s’avérait être la louve alpha de la seule meute de Haute-Savoie."

N°31 (Mars/Avril 2009)

Éditorial : Roberto Hartasanchez

Actus ours « Perspectives très mitigées pour l’ours dans les Pyrénées » par Sabine Matraire Résultats du suivi de la population d’ours. Par Mathieu Krammer Actus loup « Avis de tempête en Haute-Savoie… » […]

N°30 (Hiver 2008-2009)

Éditorial : Jean-François Darmstaedter

Editorial par Jean-François Darmstaedter Actus lynx “Collisions et demande de prélèvement dans le Jura” par Mathieu Krammer Actus loup “Pas de décLassement dans la convention de Berne, un loup braconné […]

N°29 (Automne 2008)

Éditorial : Sandrine Andrieux

Les ours et loups peuvent causer des dommages aux troupeaux, dommages pouvant être drastiquement diminués grâce aux différents moyens de protection. D’aucuns diront que l’ours et le loup coûtent chers : 7 millions d’euros de fonds publics environ par an dont, précisons le, plus de la moitié allant au soutien au pastoralisme.

N°28 (Eté 2008)

Éditorial : Lauriane d’Este

Crime contre l’humanité. Le procès Marquèze ne fut qu’une pitoyable parodie de justice. Marquèze, c’est le « courageux » chasseur qui a tué Cannelle. Cannelle ce n’était pas un grizzli, c’était une ourse de petite taille qui fréquentait ce territoire familier aux ourses suitées. Elle avait commis l’erreur de se promener avec son ourson dans une zone que les chasseurs considéraient à eux, pas aux ours.

N°27 (Printemps 2008)

Éditorial : Daniel Madeleine

Abruzzes… Le Parc National des Abruzzes, créé en 1922, est l'un des plus vieux d'Europe. Le premier Parc National français, La Vanoise, n'a été classé que 40 ans plus tard ! Cela fait plus de 20 ans que je fréquente régulièrement cette magnifique région sans m'en lasser !

N°26 (Hiver 2007-2008)

Éditorial : Jean-François Darmstaedter

Qu’est ce qui nous attend ? Cette période de fin d’année est traditionnellement celle des vœux et je ne manquerai pas à la tradition. Je souhaite donc à nos adhérents, fidèles pour la plupart depuis des années, tous mes vœux les plus sincères pour eux et leur famille. Je souhaite, et j’espère, avec vous que la résolution de la problématique “grands prédateurs” dans notre pays ira en 2008 vers une meilleure compréhension entre les hommes et vers des solutions partagées dans le sens de la cohabitation.

N°25 (Automne 2007)

Éditorial : Sandrine Andrieux

Coups de gueule. Palouma victime d’une chute. Franska victime d’une collision routière. Deux accidents somme toute banals aux pays des ours. Mais si les ourses partent, les doutes restent. Palouma, petite ourse tranquille "exemplaire" car elle ne faisait aucun dégât, aurait-elle été poussée au saut de l’ange ?

N°24 (Eté 2007)

Éditorial : Mathieu Krammer

Entre optimisme et inquiétude. L’Assemblée Générale du 24 mars dernier dans le Jura ne permet plus d’en douter : le lynx boréal fait partie intégrante de l’association FERUS. Malgré une longue distance pour beaucoup des adhérents et des conditions météo très hivernales (avec de belles mais conséquentes chutes de neiges), nous étions une soixantaine à cette AG placée sous le thème du lynx, à peu près autant que les AG 2004 et 2005, respectivement en zones à ours et à loup.

N°23 (Printemps 2007)

Éditorial : Michel Clouet

ainsi meuRent Les ouRses. Dans les Pyrénées, les ourses meurent deux fois. La première par la bêtise et l'ignorance du chasseur qui a peur. La seconde par un jugement hors la loi. Hors la loi au sens propre : qui ne respecte pas la loi. La loi qui a fait de l'ours une espèce protégée et demande de punir sa destruction.

N°22 (Hiver 2006 / 2007)

Éditorial : Jean-François Darmstaedter

Le combat n’est pas fini !!! Le maintien de la biodiversité et la protection des grands prédateurs sont des devoirs que nous avons en tant qu’êtres humains peuplant cette planète. Ils le sont sur l’ensemble de la planète, ils le sont également dans notre pays. Nous avons vu le retour du loup il y a une quinzaine d’années et sa remontée de l’arc alpin, la lente progression du lynx du nord-est au sud-est et nous avons bien des difficultés à maintenir et faire progresser la population d’ours pyrénéens.

N°21 (Automne 2006)

Éditorial : François Moutou

Le loup, la belette,… le lynx et l’ours Situé à l’extrémité occidentale du continent européen, le territoire français bénéficie d’une position privilégiée. Ceci lui a permis, à la fin des glaciations du quaternaire, de retrouver une grande partie de la faune qui avait survécu à l’avancée du froid en se réfugiant dans les péninsules méditerranéennes. Les défrichements du Moyen-Age ont signé le début de la régression de nombreuses espèces, herbivores comme carnivores, jusqu’au milieu du XXième siècle. L’évolution des connaissances scientifiques a alors changé la compréhension antérieure du monde vivant.

N°20 (Été 2006)

Éditorial : François Arcangeli

Après les lâchers effectués il y a dix ans, nous voici donc aujourd’hui au terme de cette deuxième étape de la restauration de la population d’ours dans les Pyrénées. Cette opération relève de la crédibilité de la France à respecter ses obligations morales et ses engagements internationaux. Elle donne sa propre contribution au maintien de la biodiversité.

N°19 (Printemps 2006)

Éditorial : Gilbert Simon

Ce qui nous attend en 2006… Pour l’ours, si le processus de renforcement va jusqu’à son terme, trois domaines de vigilance vont s’imposer : les déplacements des « néo-pyrénéens », qu’il faudra commenter car ils iront peut être là où personne n’en veut, quitte à revenir classiquement plus tard près des lieux de lâcher ; leur prédation sur les troupeaux, qui risque d’être forte pendant cette phase ; les menaces physiques contre les ours : les chasseurs.ne sont pas tous formés à éviter les confrontations, et même l’administration pourrait être tentée par des recaptures sous de faux prétextes.

N°18 (Hiver 2005/2006)

Éditorial : Jean-François Darmstaedter

Ne pas se relâcher….. Dans le domaine de la protection de la nature, rien ne va plus et, surtout, rien ne laisse supposer que nos dirigeants souhaitent que cela aille mieux. La liste des agressions à notre patrimoine environnemental est bien trop longue et le nombre des associations, plus de 80, qui ont appelé à manifester à Paris le 5 novembre en est un symbole fort.

N°17 (Automne 2005)

Éditorial : Yannick GILOUX, délégué général de FERUS

Vendredi 2 septembre, un second loup a été abattu, entrant cette fois dans le cadre d’un plan prévoyant le prélèvement de six animaux jusqu’en mars 2006. De nouveau, les conditions nécessaires à l’autorisation du tir n’étaient pas remplies : les moyens de protection par exemple, étaient absents. Encore une fois, on peut se demander si, sous le couvert du protocole de tir, la France ne s’engage pas sur la voie du zonage, en éliminant quelques loups dans de nouvelles zones de colonisation. On ne peut, enfin, s’empêcher de comparer le coût exorbitant de ces missions de prélèvement (plusieurs centaines de milliers d’euros) avec leur inefficacité dans la réduction des conflits entre prédateurs et élevage.

N°16 (Été 2005)

Éditorial : Sandrine ANDRIEUX

Le loup se faisait une jolie place au soleil. Il quittait les montagnes, rejoignait les plaines pour reconquérir ses anciens territoires. Les éleveurs et bergers ne voulaient plus l’éradication du loup, une avancée de taille qui récompensait toutes les difficultés que nous avons rencontrées. Mais ça, c’était début mai. Et puis, pffffff….. plus rien. Un tir est autorisé pour tuer un loup dans l’Isère.

N°15 (Printemps 2005)

Éditorial : Roland GUICHARD, ex-président d’ARTUS

Il existe plusieurs raisons de travailler au retour de l’ours dans nos forêts. En ce qui me concerne j’en vois huit motivant cette action de sauvegarde. La raison que je place en premier sera une raison éthique ou philosophique. Il faut pouvoir mobiliser un respect, une attention pour ce qui est autre ou pour ce qui nous semble étrange, pour ce que nous ne comprenons pas.

N°14 (Hiver 2004/2005)

Éditorial : Bertrand Sicard

AUDACE, UNION, PERSEVERANCE OU LA TRILOGIE DU SUCCES. Nous étions à peine 300 il y a 4 ans, nous nous sommes retrouvé s 3500 il y a quelques semaines. Quel parcours accompli et quelle satisfaction du haut de notre petite estrade, louée à la dernière minute, de voir cette foule imposante réunie pour la même cause en un lieu si symbolique ! Des personnalités qui se sont succédées au micro, l’une m’a particulièrement émue, celle du représentant de la FRAPNA, lorsqu’il nous a remercié d’être aussi nombreux, lui qui, souvent, face à nos détracteurs, se sentait si seul.

N°13 (Automne 2004)

Éditorial : Gilbert Simon, vice-président de FERUS

"Le loup en vedette, l’ours en danger ?" L’été aura été riche en actualité pour l’ours et surtout pour le loup. Des bureaux de ministres au terrain, en passant par les salles de rédaction. Je ne sais d’ailleurs pas à l’heure où j’écris comment se sera terminé le feuilleton des tirs dans les alpages, ni si Serge Lepeltier en recevant le collectif "CAP OURS" dont nous sommes membre -après avoir reçu Ferus seul - aura fini par entendre nos demandes d’une reprise du programme de renforcement de la population ursine.

N°12 (Été 2004)

Éditorial : Jean-François Darmstaedter, président de FERUS

Interview de Gaston Franco, maire de St Martin de Vésubie Le forum européen sur le loup de Ségovia (Espagne) par Lise Donnez Ecovolontariat : questions à Jean-Luc Borelli (Pastoraloup) Reportage […]

N°11 (Mars 2004)

Éditorial : Jean-François Darmstaedter, président de FERUS

L’actualité de l’ours des Pyrénées (11 pages) L’Ecovolontariat dans les zones à loups, les relations avec le pastoralisme (5 pages) Le Muséum d’Orléans à l’heure des grands prédateurs (colloque des […]