Lynx dans les Vosges : l'avenir est-il au sud?

Photo OCS

Lynx dans les Vosges : l’avenir est-il au sud? Par Alain Laurent

Article paru dans la Gazette des grands prédateurs n°62 (décembre 2016)

Dans le cadre d’un suivi extensif mené depuis 2015, l’Observatoire des Carnivores Sauvages (OCS) a identifié neuf lynx différents dans le Jura alsacien. Parmi ces individus figurent au moins deux mâles et une femelle. Ces différents animaux ne sont pas tous installés dans le Jura alsacien, mais sont essentiellement des lynx transfrontaliers avec la Suisse ou des jeunes individus en dispersion. Ces résultats sont à ajouter à la mise en évidence par l’OCS de la première preuve de dispersion d’un lynx du Jura vers les Vosges (Hurstel & Laurent, 2016).

Dans le massif jurassien français, la population de lynx suit une tendance à la hausse depuis le retour de l’espèce au début des années 70, avec une aire de présence régulière multipliée par sept depuis 1988 (Anonyme, 2014). Laurent et al. (2012) y estiment les effectifs entre 76 et 121 individus pour la période triennale 2008-2010. En Suisse, les estimations les plus récentes de l’abondance et de la densité de lynx dans le massif jurassien sont présentées dans le tableau ci-dessous.

Lire la suite

Un nouveau lynx tué sur les routes jurassiennes

Mise à jour du 10 avril 2018 : hier 9 avril, le cadavre d’un lynx mâle adulte a été découvert sur la N57 à l’Hôpital du Grosbois (Doubs)… Plus d’infos ==>> ici

Article du 15 février :

C’est une des causes de mortalité les plus fréquentes chez le lynx : les collisions routières. Jeudi 15 février au matin, un lynx de 20 kilos a été retrouvé mort sur la RD 1206, à hauteur du plateau de Léaz, dans l’Ain.

On compte environ une centaine de lynx dans le massif jurassien français, une population qui n’augmente pas.

Le lynx est toujours classé « en danger », d’après la dernière liste rouge de l’UICN France.

Lire la suite

Réintroduction du lynx dans le Palatinat : une femelle tuée par un train et un dixième lynx relâché

Le mâle Juri relâché le 16 mars 2018. © Cornelia Arens

Ce 16 mars, un dixième lynx a été relâché dans le Palatinat allemand. Juri est un mâle de deux ans et 21 kilos, capturé dans le canton de Vaud en Suisse. Après une brève période de quarantaine, il a retrouvé la liberté en Allemagne, équipé d’un collier émetteur. C’est le cinquième lynx suisse à être relâché dans le Palatinat, les autres animaux venant de Slovaquie. Le projet de réintroduction prévoit le relâcher d’un total de 20 lynx d’ici 2020. Les 3 premiers animaux ont été relâchés en été 2016 et les premières naissances (2 mâles) ont eu lieu au printemps 2017. D’autres lâchers devraient avoir lieu ce printemps.

Encore bravo à ce beau projet qui redonne l’espoir de voir renaître une population de lynx dans les Vosges françaises (le mâle Arcos relâché en Allemagne en mars 2017 est depuis quelques mois côté français, près de Géradmer). Les pouvoirs publics français sont en effet complétement indifférents devant l’extinction du lynx dans les Vosges. Il est temps qu’enfin l’État français fasse le nécessaire pour sauvegarder le lynx dans les Vosges, en menant en premier lieu des actions pour lutter contre le braconnage.

Lire la suite

Deux nouveaux lynx relâchés dans le Palatinat allemand

Le lynx Arcos lors de son relâcher en Allemagne le 7 mars 2017. Photo Kora

Les 15 et 20 décembre 2017, deux femelles lynx ont été relâchées dans la réserve de biosphère Vosges du Nord-Pfälzerwald : Labka venant de Slovaquie et Alosa de Suisse. Mais cette dernière a du être euthanasiée suite à une blessure à une patte. Neuf animaux (six femelles et trois mâles) ont ainsi été relâchés depuis juillet 2016 dans le cadre d’un projet de réintroduction qui prévoit le relâcher de 20 lynx d’ici 2020.

Sept des lynx relâchés sont toujours dans le Palatinat. Le mâle Arcos est toujours quant à lui côté français, près de Géradmer. Il a parcouru 350 km, traversant autoroutes et rivières.

Au printemps dernier, deux mâles sont nés, nommés Filou et Palu. En novembre 2017, un piège-photo a montré qu’ils se portaient bien.

Le projet de réintroduction allemand est un immense espoir pour l’espèce dans les Vosges françaises, réduite à néant suite à un braconnage intense. Merci l’Allemagne ! En France, les pouvoirs publics ont laissé mourir le lynx dans les Vosges. Pourtant classé « en danger » en France par l’UICN, le lynx, dont la population n’augmente pas dans le Jura, n’a toujours pas de plan national d’action malgré nos propositions…

Retour sur le projet allemand et les dernières actualités avec Christelle Scheid et Jean-Claude Génot ==>> ICI

Lire la suite

Haute Chaîne du Jura : densité du lynx en baisse

Photo RNNHCJArticle de la Réserve Naturelle Nationale de la Haute Chaine du Jura, 22 janvier 2018

Piloté pour la première fois par la Réserve naturelle nationale de la Haute Chaîne du Jura en 2015, un suivi du lynx boréal, à l’aide de pièges photographiques, a été renouvelé entre février et mai 2017. Il a été réalisé sur la Haute Chaîne du Jura. Cette étude résulte d’un travail de collaboration entre la Réserve naturelle et l’unité Prédateurs de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS).

Le suivi des lynx par pièges photographiques a pour objectifs d’obtenir des indications sur le nombre et la densité de lynx dans une région spécifique. Grâce à la coloration spécifique du pelage, les lynx peuvent être identifiés individuellement sur la base des photographies

26 pièges photographiques ont été installés dans 13 sites prédéfinis. Ces appareils sont restés actifs durant 85 jours et ont été relevés tous les 15 jours en moyenne par les agents de la Réserve naturelle, de la Communauté de communes du Pays de Gex, de l’ONCFS, de l’Office national des forêts, de la Fédération des chasseurs de l’Ain ainsi que par quelques bénévoles.

Les images de lynx réalisées ont été exploitées et comparées avec celles déjà présentes dans la base de données de l’ONCFS.

Lire la suite

La Gazette des grands prédateurs n° 66 (décembre 2017)

Éditorial Gazette 66

Décembre 2017

Éditorial par Jean-François Darmstaedter, président de FERUS

2018, année du renouveau ? Pouvons-nous l’espérer ?

La nomination de Nicolas Hulot comme ministre de la transition écologique fut pour nous une «bouffée d’oxygène» et un réel espoir en des jours meilleurs pour les trois grands prédateurs présents dans notre pays. Après le passage catastrophique dans ce ministère de Ségolène Royal qui a mis en veilleuse le nécessaire renforcement de population d’ours, aggravé considérablement la situation du loup et qui est
restée indifférente à la condition du lynx, comment ne pas imaginer que l’homme qui représentait le respect de la biodiversité et du sauvage n’allait pas prendre toutes ces problématiques à bras le corps pour enfin dégager des solutions pérennes et cohérentes.
Sachant que la tâche était vraiment énorme, nous étions prêts à «lui laisser du temps» pour mettre en place sa politique, mais il nous apparaissait essentiel que des signaux soient donnés rapidement pour aller dans le sens d’une réelle prise en compte de la conservation des grands prédateurs. Au bout de sept mois, aucun signal, quel qu’il soit, n’a été envoyé par le ministre, et force est de constater que notre déception est à la hauteur des espoirs que nous avions eu au mois de mai.

Lire la suite

Une rencontre entre chien et lynx

Illustration Ghislaine Letourneur pour FERUS

Une rencontre entre chien et lynx. Par Pierre Rigaux

Article paru dans la Gazette des grands prédateurs n°62 (décembre 2016)

Juillet 2016. Une semaine à parcourir les forêts du Jura, d’abord sans rien trouver. Si ce n’est de belles ambiances, de beaux recoins forestiers. Avec leurs habitants. Ceux qu’on croise au quotidien et qui rendent les sous-bois frémissants, chevreuils envolés d’un bond, écureuils farfouillant. Ceux dont la rencontre est plus hasardeuse, comme ce chat forestier chassant en lisière ou cette martre qui gambadait peinarde, le long d’une petite route en début de soirée, encore dans la lumière. Tant de beauté, c’est déjà très émouvant.

Mais pas de trace du maître des lieux. Pas de trace du grand chat. Bredouille. On se contenterait d’une empreinte, mais rien pendant des jours, les yeux scrutant pourtant le sol à n’en plus pouvoir. Jusqu’au moment où nous la vîmes : une simple empreinte de lynx, nettement marquée, indiscutable. Voilà, prospection terminée, aboutie. On n’en demandait pas tellement plus. A moins que…

Lire la suite

Les frontières contre-nature : une menace pour les grands prédateurs

Pris au piège des barbelés, des frontières contre-nature. Par Stéphane Nataf

Article paru dans la Gazette des grands prédateurs n°62 (décembre 2016)

Lorsque la menace de la guerre froide s’est dissipée et que le rideau de fer est tombé au début des années 1990, un monde plus globalisé et sans frontières semblait se dessiner. En plus de permettre la circulation des personnes, des biens et des idées, cette nouvelle situation a permis à la faune, qui ne devrait connaître que les frontières naturelles, de s’affranchir aussi des frontières humaines. Une stratégie de coopération transfrontalière en matière de conservation de la faune commençait à se propager à travers l’Eurasie. L’idée était de profiter de ce nouvel esprit de liberté afin d’élaborer en commun des plans de sauvegarde et de travailler ensemble à la conservation de la faune. Cette période historique était symbolique d’un nouveau monde plus ouvert et a offert de nouvelles opportunités pour restaurer la connectivité de l’habitat à l’échelle continentale. Ce fut aussi une période d’une coopération régionale accrue.

Lire la suite

Les ours, les loups et les lynx ont besoin de vous !

Les ours, les loups et les lynx comptent sur vous

Appel à dons

Si les prédateurs vous intéressent, si vous partagez notre passion et nos objectifs, si vous désirez prendre part à nos efforts pour la préservation et la réhabilitation des ours, des loups et des lynx en France, soutenez FERUS !

  • Rapide et pratique : pour faire un don en ligne, rendez-vous sur le site — >Hello Asso
  • Vous pouvez aussi remplir ce formulaire de don –> formulaire de don FERUS (ou le recopier sur papier simple ou vous le faire envoyer sur simple demande).
  • Ou envoyer un chèque établi à l’ordre de FERUS et à renvoyer à –> FERUS, BP 80 114, 13718 Allauch cedex.

Un reçu fiscal vous sera envoyé

66 % de votre don sera déductible de votre impôt 2018 dans la limite de 20 % de votre revenu imposable :

tableau déduction fiscale

Lire la suite