Actus de Ferus | FERUS

Comité national loup : FERUS et l'ASPAS quittent la séance

louve abattue alpes

Louve abattue dans les Alpes en 2004. Le premier d’une longue liste… Photo ONCFS

Communiqué des associations FERUS / ASPAS, 22 juin 2017

Comité national loup : FERUS et l’ASPAS quittent la séance

Aujourd’hui 22 juin 2017 s’est déroulée à Lyon le Comité national loup. Alors que le point 5 de l’ordre du jour allait débuter (discussion sur la fixation du nombre de spécimens dont la destruction pourra être autorisée pour la période 2017-2018), les associations FERUS et l’Aspas se sont levées et ont quitté la réunion. Pas question de discuter d’un nombre inutile de loups à abattre et encore moins de servir de caution au gouvernement français par notre seule présence.

Avant de quitter la séance, nous avons déclaré :

« Les associations ASPAS et FERUS sont opposées aux destructions de loups. Détruire des loups est inefficace et contre productif.

Nous rappelons que le loup est une espèce strictement protégée dans notre pays et que l’Etat français est tenu d’appliquer la convention de Berne dont il est signataire et la directive européenne « Habitats faune et flore » qui classent le loup parmi les espèces strictement protégées.

Nous demandons à l’Etat français de développer une politique novatrice et audacieuse permettant une protection efficace des troupeaux et une cohabitation pérenne et harmonieuse entre l’homme et les grands prédateurs.

Il n’est pas question que nos deux associations restent autour de cette table pour discuter de la fixation du nombre de spécimens dont la destruction pourra être autorisée pour la période 2017-2018. Nous sommes opposés aux destructions de loups et le seul nombre admissible à nos yeux est zéro spécimen.

Nous quittons donc cette salle en signe de protestation contre cette politique de « mort annoncée » qui ne résoudra aucun problème. »

Et n’oubliez pas de participer à la consultation pour dire NON à l’abattage de 40 nouveaux loups. Merci !

Lire la suite

Share

Consultation publique : non à l'abattage de 36-40 loups !

destruction-loup

Loup « prélevé en France » (archive)

Le ministère de la transition écologique et solidaire vient de mettre en ligne une consultation publique concernant le nombre de loups pouvant être détruits, selon le terme consacré, du 1er juillet 2017 au 30 juin 2018. Le nombre de 36 à 40 loups est indiqué.

Vous avez jusqu’au 3 juillet 2017 pour donner votre avis. Nous invitons tous nos adhérents et sympathisants à participer à cette consultation et à continuer de dire NON à cette politique d’abattage massif.

==>> L’avis défavorable du CNPN et toutes ses recommandations, trois pages de bon sens !

Voici quelques arguments. N’hésitez pas à les reprendre pour vous exprimer.

Les tirs de loups sont inutiles

36 loups ont été tués en 2015-2016 et 38 en 2016-2017. Pourtant, la prédation attribuée au loup n’a cessé d’augmenter : 8577 victimes indemnisées en 2014, 8964 en 2015 et 9788 en 2016 *. Les chiffres au 15 mai 2017 donnent déjà 2048 victimes indemnisées (contre 1650 au 15 mai 2016 et 1543 au 15 mai 2015) *. On voit bien que les tirs de loups sont inutiles.

Lire la suite

Share

Pour une vraie protection du loup et de la nature en France: l'appel de 30 personnalités

loups-3-a-k

Photo Anthony Kohler

Tribune publiée dans France Soir, 31 mai 2017

Stop aux lobbies de l’agriculture et de la chasse

Pour une vraie protection du loup et de la nature en France: l’appel de 30 personnalités

Bardot, Voynet, Caron, Athanaze, Watson… 32 personnalités venues de différents horizons lancent un appel à mettre fin au massacre des loups. Dans les colonnes de « FranceSoir », ils demandent aux pouvoirs publics et aux politiques de ne plus céder aux lobbies de l’agriculture et de la chasse.

Depuis le début des années 1990, le loup est de retour en France après des décennies d’absence. Ce retour est une véritable chance pour les équilibres naturels de nos régions. Il aurait également dû être une chance pour le développement durable de nos territoires. Ce qui n’a pas été le cas, malgré des sommes colossales dépensées en pures pertes depuis des années.

Par son rôle de grand prédateur, le loup permet de conserver une bonne densité d’ongulés sauvages, en limitant l’impact de ces herbivores sur la régénération forestière et en les faisant se déplacer. La filière bois qui est la seconde activité économique en zone de montagne y trouve donc également son compte.

Lire la suite

Share

La plaquette L'ours en France - FERUS

plaquette oursFERUS vient de rééditer sa plaquette « L’ours en France ».

Seize pages pour connaître et comprendre la biologie de l’ours, l’historique français de sa régression et des réintroductions, sa répartition actuelle dans notre pays, sa conservation et la cohabitation avec les activités humaines.

Sommaire :

  • Biologie (habitat et domaine vital, reproduction, sommeil hivernal, régime alimentaire)
  • L’histoire de l’ours en France
  • L’ours dans les Pyrénées (situation actuelle, menaces)
  • L’ours et les activités humaines
  • Que faire en cas de rencontre avec un ours ?
  • La conservation de l’ours en France

    Lire la suite

Share

Un 37ème loup abattu pour rien. Nicolas Hulot doit mettre fin à ce massacre !

louve abattue alpes

Loup abattu dans les Alpes. Photo d’archive / ONCFS

Communiqué de l’association FERUS, 19 mai 2017

Un 37ème loup abattu pour rien. Nicolas Hulot doit mettre fin à ce massacre !

Dans la nuit de lundi à mardi, un loup mâle d’environ 40 kilos a été abattu à Villarodin-Bourget, en Savoie. C’est le 37éme loup abattu depuis le 1er juillet 2016.

Un nouveau tir de loup inutile : tuer des loups ne résout pas la prédation sur les troupeaux domestiques. Plusieurs études internationales l’ont montré et la dernière en date, une expertise scientifique collective (Muséum National d’Histoire Naturelle – ONCFS), commandée par le ministère de l’environnement français lui-même, indique que l’efficacité des tirs de loups pour la protection des troupeaux n’est pas prouvée. Les chercheurs s’interrogent même sur leurs effets contre-productifs (éclatement de la meute et donc hausse de la prédation).

Comme FERUS le clame depuis plus de 20 ans, seules les mesures de protection limitent drastiquement la prédation du loup sur les moutons. Les tirs de loups, eux, sont politiques et ne font plaisir qu’au lobby de l’élevage.

Moins de 48 h après ce nouvel abattage, Nicolas Hulot était nommé au ministère de l’Environnement. Juste avant son départ, Ségolène Royal avait signé un arrêté pour deux nouveaux loups à tuer. Il en reste donc encore un à abattre. Nous demandons instamment au ministre Nicolas Hulot d’abroger cet arrêté.

Il est enfin temps de mettre un terme à cette mascarade et de montrer le bon exemple, celui d’une cohabitation pérenne. Notre nouveau ministre peut et doit le faire.

Lire la suite

Share

Nicolas Hulot ministre de l’Environnement, un espoir enfin pour nos grands prédateurs ?

nicolas_hulot_Communiqué de l’association FERUS, 18 mai 2017

Nicolas Hulot ministre de l’Environnement, un espoir enfin pour nos grands prédateurs ?

Nicolas Hulot vient d’être nommé ministre de l’Environnement par le nouveau gouvernement.

C’est pour nous un signal positif envoyé par le nouveau président de la République.

Enfin un vrai protecteur de la nature et de l’environnement à la tête de ce ministère !

En ce qui concerne l’ours, le loup et le lynx, souhaitons qu’il applique très rapidement les déclarations d’intention du candidat Emmanuel Macron :

Enfin, je m’engage à protéger la biodiversité en métropole, dans les outremers, et à l’international. De même, nous serons rigoureux tant en métropole qu’en outre-mer pour la préservation des espèces protégées en particulier les populations de grands carnivores, qu’ils soient terrestres ou marins. Les actions du gouvernement en la matière devront s’appuyer sur l’expertise scientifique afin d’assurer la viabilité des espèces ainsi que leur bonne cohabitation avec les différents utilisateurs de la nature…

Lire la suite

Share

La Vallée des Loups toujours en salles!

la vallée des loupsjmbertrand sénaceLa Vallée des Loups, le film tant attendu de Jean-Michel Bertrand, est sorti au cinéma le mercredi 4 janvier 2017 et il a déjà dépassé les 150 000 entrées.

Rejoignez-le dans sa quête du loup sauvage, quelque part dans le massif des Écrins ! 

Projections

- 12 au 14 mai : Hauteville (festival) (Ain)
- 12 mai : Saint-Cloud, cinéma les 3 Pierrots (Hauts-de-Seine) - projection organisée par la LPO. Bertrand Sicard, vice-président de FERUS, sera présent pour les commentaires / débat.
- 21 Mai : La Chapelle en Vercors, Fête de la Nature (Drôme)
- 23 mai : projection-rencontre avec Jean-Michel Bertrand à l’Institut Lumière, Lyon. Plus d’infos –> ICI.
- 25 au 27 mai : festival Chapitre Nature à Le Blanc (Indre)
- 17 juin : Lons-le-Saunier (Jura), en présence du réalisateur, dans le cadre du festival « Vous avez dit prédateurs », organisé par le Pôle Grands Prédateurs.

Lire la suite

Share

Royal s’acharne contre les loups

loup eric durr

Photo Eric Durr

Communiqué de presse CAP LOUP – 19 avril 2017

Les associations le craignaient, c’est désormais officiel (JO du 19/04/17) : la ministre de l’Environnement autorise l’abattage de 2 loups supplémentaires. Pourtant, les scientifiques viennent de démontrer que les tirs mettent en péril la population de loups en France ! Nous attaquons en justice la décision de Ségolène Royal.

L’ASPAS, soutenue par One Voice et les autres associations de CAP Loup, saisit le Conseil d’État pour demander l’annulation de l’arrêté ministériel permettant de tuer 2 loups. La ministre promet qu’il sera suivi d’un autre arrêté identique. Ces 4 loups s’ajouteront aux 36 abattus officiellement depuis juillet 2016. Sur une population estimée à moins de 300, ce nombre de 40 abattages voulus par la ministre met en péril la conservation de l’espèce en France. Ce ne sont plus seulement les associations qui le disent, c’est désormais le résultat de l’étude biologique rendue en mars dernier par le MNHN(1) et l’ONCFS(2) à la demande du ministère lui-même !

À ce total de 40, s’ajoutent 10 loups trouvés morts depuis juillet 2016, principalement suite à des collisions, et non décomptés par l’État. A tout cela s’ajoute encore le braconnage invisible. Celui-ci est encouragé par la politique de tirs massifs confiés à des chasseurs incontrôlés, pendant que les moyens de l’ONCFS(2) sont utilisés pour tuer des loups avec une brigade dédiée, au lieu de lutter contre le braconnage.

Lire la suite

Share

Feu vert pour deux nouveaux loups à tuer

Photo Roland Clerc

Communiqué de l’association FERUS, 19 avril 2017

Feu vert pour deux nouveaux loups à tuer

Ce matin du 19 avril 2017, sans surprise, est paru au Journal Officiel un arrêté ministériel autorisant l’abattage de deux nouveaux loups. Une fois ces deux loups tués, un nouvel arrêté portant sur deux loups supplémentaires devrait être signé.

Le 5 avril, le 36ème et dernier loup a été abattu sur un plafond 36 animaux pouvant être « prélevés » jusqu’au 1er juillet 2017.

En comptant dix autres cas de mortalité connus dont la plupart de causes anthropiques (collisions routière), le France aura donc près de 50 cadavres de loups sur les bras pour cette saison 2016-2017. Sans parler du braconnage : intense mais difficilement mesurable.

Ce nouvel arrêté intervient alors qu’une expertise scientifique collective (Muséum National d’Histoire Naturelle – ONCFS), commandée par le ministère de l’environnement lui-même (!), vient de paraître, mettant en garde contre ces tirs trop nombreux qui menacent la population de loups en France.

Lire la suite

Share