Actus de Ferus | FERUS

Dégâts d'ours en Ariège : hormis un dérochement exceptionnel, la situation est stable

logos-ferus-pao

© Yves Bongard

© Yves Bongard

Communiqué de presse commun Pays de l’Ours-ADET / FERUS, 17 août 2017.

Dégâts d’ours en Ariège : hormis un dérochement exceptionnel, la situation est stable

Au 16 août 2017, les chiffres officiels font état pour l’Ariège de :

  • 59 attaques imputables à l’ours pour un total de 266 brebis, 28 agneaux et 3 béliers ;
  • 25 expertises en cours représentant 29 bêtes ;
  • 47 expertises concluant à une cause de mortalité indéterminée (ne permettant donc pas de mettre l’ours en cause) représentant 79 ovins, 2 équins et 5 bovins ;
  • 4 expertises négatives, excluant formellement la responsabilité de l’ours.

Hormis le cas du dérochement exceptionnel du 16/17 juillet dernier (209 brebis), les dégâts imputables à l’ours au 16 août sont donc de 89 ovins (4 béliers, 28 agneaux, 57 brebis), soit un chiffre habituel, la majorité des troupeaux concernés n’étant pas protégés.

Lire la suite

Share

Loup : Monsieur le Ministre, arrêtez cet engrenage de violence !

© Morgane Bricard

© Morgane Bricard

Communiqué association FERUS, 11 août 2017

Loup : Monsieur le Ministre, arrêtez cet engrenage de violence !

Monsieur le Ministre Nicolas Hulot,

Trois jeunes loups ont été abattus dans la nuit de mercredi à jeudi dans les Alpes-Maritimes. Vous, ardent défenseur de la vie sauvage, comment pouvez-vous cautionner un tel carnage ?

Vous savez pertinemment que ces tirs sont injustes et surtout qu’ils sont sans effet sur la prédation, pouvant même l’aggraver. Ces louveteaux, cruellement tués dans le cadre d’un tir de défense renforcée, avaient-ils menacé un troupeau? Si ce fût le cas, ce troupeau était-il correctement protégé?

Vous vous trompez si vous pensez que ces tueries calmeront les éleveurs et leur feront accepter la présence du loup en France. Ils réclameront toujours plus de tirs. Certains ne s’en cachent plus : ils veulent ni plus ni moins l’éradication de l’espèce car pour eux, le loup n’est pas compatible avec leurs activités d’élevage et sa place n’est pas la nature, mais enfermé dans un zoo…

Lire la suite

Share

Dérochement dû à l'ours : un cas exceptionnel !

ours slovenie roger isoard2

Photo Roger Isoard

Communiqué 31 juillet 2017 

Dérochement dû à l’ours : un cas exceptionnel !

Le Journal Télévisé de France 2 est revenu hier soir sur le cas de 208 brebis qui ont déroché il y a 2 semaines en Ariège.

Une 209ème brebis a été retrouvée morte en haut de la barre rocheuse, portant des traces de prédation imputées à l’ours. Une partie du troupeau s’est alors jeté dans le vide.

Travaillant depuis près de 30 ans sur la cohabitation ours / activités humaines, nous ne pouvons que regretter cet accident.

Notre devoir est de néanmoins rappeler les faits empiriques : ce troupeau appartenant à plusieurs éleveurs ne disposait pas de moyens de protection. Le berger de surveillance, qui avait monté le troupeau sur cette zone quelques jours avant le dérochement, n’était pas présent au moment des faits qui se sont déroulés de nuit.

Lire la suite

Share

Non, le loup n’est pas responsable des incendies

cap bénat yohan laurito

Le Cap Bénat (Var) enflammé cette nuit… Photo Yohan Laurito / Météo Varoise

Le Sud-Est de la France est depuis quelques jours victime de nombreux incendies, notamment dans le Var. Ce matin, certains médias se sont fait l’écho d’éleveurs et d’élus varois qui pointent le loup comme l’un des responsables de la propagation des incendies !  La présence du loup aurait entraîné le départ des bergers empêchant alors le débroussaillage par les moutons.

Nous réagissons aujourd’hui à cette énième tentative de certains anti-loup de vouloir faire du loup le coupable de tous les malheurs du monde.

En premier lieu, pointons les vrais responsables des incendies : pyromanes, jeteurs de mégots, faiseurs de barbecue et autres irresponsables, volontaires ou non.

Ensuite, si les incendies se répètent, c’est surtout parce que les paysages ont profondément changé depuis l’après-guerre :

- Déprise de l’élevage extensif depuis plus de 50 ans (soit au moins 40 ans avant l’arrivée du loup en Provence) ; l’agriculture recule, les forêts avancent.

- Extension des broussailles plus couvrantes et plus hautes.

Lire la suite

Share

Feu ! Le premier loup tué sur 40...

loup-anthony-kohler

Photo Anthony Kohler

Ce lundi 24 juillet, un loup mâle a été abattu en tir de défense renforcée à Cervières, dans les Hautes-Alpes. C’est le premier loup tué depuis la signature de l’arrêté ministériel permettant la « destruction » de 40 loups loups du 1er juillet 2017 au 30 juin 2018. Les tirs de défense renforcée, vendus par les pouvoirs publics pour être exécutés « lorsque les loups sont en situation d’attaque et l’éleveur en situation de défense de son troupeau » peuvent pourtant avoir lieu… en l’absence du troupeau !

Notre réaction d’hier au sujet des nouveaux 40 loups à tuer :

40 loups à tuer : rien de nouveau…

FERUS prend acte de la décision de l’Etat français de procéder à une nouvelle campagne d’abattage de 40 loups pour la saison 2017-2018.

Nous sommes amèrement déçus de constater que les nouveaux ministres de l’Agriculture et de la Transition Energétique restent sur une voie qui ne fonctionne pas : tuer des loups pour soi-disant protéger les troupeaux.

Lire la suite

Share

40 loups à tuer : rien de nouveau...

loups morgane vacances scienti

Photo Morgane Bricard

FERUS prend acte de la décision de l’Etat français de procéder à une nouvelle campagne d’abattage de 40 loups pour la saison 2017-2018.

Nous sommes amèrement déçus de constater que les nouveaux ministres de l’Agriculture et de la Transition Energétique restent sur une voie qui ne fonctionne pas : tuer des loups pour soi-disant protéger les troupeaux.

Mais les tirs de loups augmentent et la prédation ne baisse pas.

Aujourd’hui, personne ne peut prouver que les tirs de loups sont une solution. C’est ce qu’a souligné en mars dernier l’expertise collective du Muséum National d’Histoire Naturelle et de l’ONCFS, expertise commandée par le ministère de l’Environnement de l’époque. Cette expertise pointe même du doigt l’effet contre-productif possible des tirs (éclatement des meutes de loups, hausse de la prédation sur les troupeaux).

Les tirs de loups sont inutiles. Ils ne sont pas pédagogiques non plus en envoyant clairement à tous le message que tuer des loups est le seul recours. Mais la vraie solution qui a fait ses preuves reste les moyens de protection des troupeaux, encore largement mal employés. C’est ce que dit d’ailleurs l’étude Terroïko (ministères de l’Agriculture et de l’Environnement, 2016), étrangement passée sous silence par les pouvoirs publics : lorsqu’il est bien installé, le triptyque « chiens de protection, filets de regroupement, présence humaine » fonctionne très bien.

Lire la suite

Share

Comité national loup : FERUS et l'ASPAS quittent la séance

louve abattue alpes

Louve abattue dans les Alpes en 2004. Le premier d’une longue liste… Photo ONCFS

Communiqué des associations FERUS / ASPAS, 22 juin 2017

Comité national loup : FERUS et l’ASPAS quittent la séance

Aujourd’hui 22 juin 2017 s’est déroulée à Lyon le Comité national loup. Alors que le point 5 de l’ordre du jour allait débuter (discussion sur la fixation du nombre de spécimens dont la destruction pourra être autorisée pour la période 2017-2018), les associations FERUS et l’Aspas se sont levées et ont quitté la réunion. Pas question de discuter d’un nombre inutile de loups à abattre et encore moins de servir de caution au gouvernement français par notre seule présence.

Avant de quitter la séance, nous avons déclaré :

« Les associations ASPAS et FERUS sont opposées aux destructions de loups. Détruire des loups est inefficace et contre productif.

Nous rappelons que le loup est une espèce strictement protégée dans notre pays et que l’Etat français est tenu d’appliquer la convention de Berne dont il est signataire et la directive européenne « Habitats faune et flore » qui classent le loup parmi les espèces strictement protégées.

Nous demandons à l’Etat français de développer une politique novatrice et audacieuse permettant une protection efficace des troupeaux et une cohabitation pérenne et harmonieuse entre l’homme et les grands prédateurs.

Il n’est pas question que nos deux associations restent autour de cette table pour discuter de la fixation du nombre de spécimens dont la destruction pourra être autorisée pour la période 2017-2018. Nous sommes opposés aux destructions de loups et le seul nombre admissible à nos yeux est zéro spécimen.

Nous quittons donc cette salle en signe de protestation contre cette politique de « mort annoncée » qui ne résoudra aucun problème. »

Et n’oubliez pas de participer à la consultation pour dire NON à l’abattage de 40 nouveaux loups. Merci !

Lire la suite

Share

Consultation publique : non à l'abattage de 36-40 loups !

destruction-loup

Loup « prélevé en France » (archive)

Le ministère de la transition écologique et solidaire vient de mettre en ligne une consultation publique concernant le nombre de loups pouvant être détruits, selon le terme consacré, du 1er juillet 2017 au 30 juin 2018. Le nombre de 36 à 40 loups est indiqué.

Vous avez jusqu’au 3 juillet 2017 pour donner votre avis. Nous invitons tous nos adhérents et sympathisants à participer à cette consultation et à continuer de dire NON à cette politique d’abattage massif.

==>> L’avis défavorable du CNPN et toutes ses recommandations, trois pages de bon sens !

Voici quelques arguments. N’hésitez pas à les reprendre pour vous exprimer.

Les tirs de loups sont inutiles

36 loups ont été tués en 2015-2016 et 38 en 2016-2017. Pourtant, la prédation attribuée au loup n’a cessé d’augmenter : 8577 victimes indemnisées en 2014, 8964 en 2015 et 9788 en 2016 *. Les chiffres au 15 mai 2017 donnent déjà 2048 victimes indemnisées (contre 1650 au 15 mai 2016 et 1543 au 15 mai 2015) *. On voit bien que les tirs de loups sont inutiles.

Lire la suite

Share

Pour une vraie protection du loup et de la nature en France: l'appel de 30 personnalités

loups-3-a-k

Photo Anthony Kohler

Tribune publiée dans France Soir, 31 mai 2017

Stop aux lobbies de l’agriculture et de la chasse

Pour une vraie protection du loup et de la nature en France: l’appel de 30 personnalités

Bardot, Voynet, Caron, Athanaze, Watson… 32 personnalités venues de différents horizons lancent un appel à mettre fin au massacre des loups. Dans les colonnes de « FranceSoir », ils demandent aux pouvoirs publics et aux politiques de ne plus céder aux lobbies de l’agriculture et de la chasse.

Depuis le début des années 1990, le loup est de retour en France après des décennies d’absence. Ce retour est une véritable chance pour les équilibres naturels de nos régions. Il aurait également dû être une chance pour le développement durable de nos territoires. Ce qui n’a pas été le cas, malgré des sommes colossales dépensées en pures pertes depuis des années.

Par son rôle de grand prédateur, le loup permet de conserver une bonne densité d’ongulés sauvages, en limitant l’impact de ces herbivores sur la régénération forestière et en les faisant se déplacer. La filière bois qui est la seconde activité économique en zone de montagne y trouve donc également son compte.

Lire la suite

Share