Actus de Ferus | FERUS

Soutenez le film sur la cohabitation d'Axel Falguier !

6AxelUn film enquête sur la protection des troupeaux face aux loups en France d’Axel Falguier

Pour apportez votre soutien qui permettra de financer le tournage, le montage et la diffusion du film, rendez vous sur le site de financement participatif :

>> BLUEBEES > Loups et moutons : Le film <<

Pourquoi réaliser un tel film ?

Depuis le retour du loup dans les montagnes françaises, la cohabitation avec le monde pastoral est difficile. Ce sujet a été largement traité dans les médias mais rarement de facon objective et rarement en essayant de concilier les avis des différents acteurs ou de proposer des solutions concrètes.  

Lire la suite

Share

Parole d’ours 2017 : 10 éditions pour informer et « prendre la température »

Affiche Conférence 10 éditions de Parole d'ours- ArbasCommuniqué de presse Ferus du 18 octobre 2017logo ferus.fr

Parole d’ours 2017 : 10 éditions pour informer et « prendre la température »

Un bilan, des conférences !

2008-2017 : 10 éditions de Parole d’ours au plus près de la population pyrénéenne et des gens de passage pour informer et « prendre la température » au sujet de l’acceptation sociale de l’ours.

10445 personnes interrogées depuis 2008 – plus d’un million de brochures informatives et objectives diffusées sur l’ensemble des Pyrénées en 10 éditions.

Au fil des années, le programme « Parole d’ours » a pu mettre en évidence l’évolution graduelle des mentalités sur le terrain :

Victimes, nous aussi, de la propagande anti-ours, notre appréhension initiale a été définitivement balayée dès les premiers jours de la 1ère édition du programme par un excellent accueil sur le terrain, jamais démenti depuis. Chaque été, nous avons ainsi réussi à déjouer les tentatives de censure d’une minorité d’opposants tentant à tout prix de faire de l’ours un sujet brûlant voire tabou dont il ne fallait parler que pour le condamner.

Lire la suite

Share

Loups abattus en Savoie : la justice donne raison aux associations

aspasferusonevoice

loups abattages

Photo © Anthony Kohler

Communiqué de presse, ASPAS, FERUS, One Voice, 16 octobre 2017

Après la louve illégalement abattue dans la Drôme (voir –> ICI), le Tribunal administratif de Grenoble vient, une nouvelle fois, de donner raison à l’ASPAS, FERUS et One Voice, en déclarant illégal l’arrêté du préfet de la Savoie du 10 septembre 2015 (Lire l’ordonnance). Cet arrêté autorisait l’abattage de 6 loups par « tir de prélèvement renforcé » valable 6 mois sur les massifs de Belledonne, Maurienne et Thabor.

Le juge des référés de Grenoble, saisi en urgence en 2015, avait refusé à l’époque de suspendre ce permis de tuer. 3 des 6 loups « tuables » avaient ainsi rapidement été abattus par des chasseurs au cours de battues au grand gibier : un mâle adulte le 17 octobre 2015 à Saint-Colomban-des-Villards, un jeune mâle le lendemain à Saint-André en Maurienne et un louveteau le 5 décembre à Valmeinier.

Le Tribunal administratif suit aujourd’hui notre argumentation : ce tir de prélèvement n’était pas justifié, ces loups ont donc été abattus illégalement. L’ASPAS, FERUS et One Voice demanderont réparation du préjudice écologique subi.

Lire la suite

Share

Présence de l'ours en Pyrénées occidentales : ALERTE ROUGE

Cannellito_13juin2015_Luz65_ONCFS

Cannellito en juin 2015 dans les Hautes-Pyrénées. Photo ONCFS

Communiqué de presse de l’association FERUS, vendredi 13 octobre 2017

Présence de l’ours en Pyrénées occidentales : ALERTE ROUGE

L’ours Cannellito, né en 2004 de la dernière ourse de souche pyrénéenne, a quitté son fief d’origine pour se rapprocher des femelles (présentes uniquement en Pyrénées centrales). L’ours Néré a suivi son fils. A ce rythme, il est fort probable que le mandat présidentiel d’Emmanuel Macron accompagne la fin de l’ours en Pyrénées occidentales.

Près d’un tiers de l’aire de répartition (Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées ouest) de la population d’ours n’est constituée depuis 13 ans que de deux ours mâles ; cette année, ils s’en sont allés dans le Luchonnais pour tenter de rencontrer des femelles.

Néré est revenu mais Cannellito semble rester loin de ses terres d’origine. Ainsi va la vie d’un ours abandonné par les Ministres et Présidents successifs.

Pendant ce temps, un jeune ours des Pyrénées centrales est venu prospecter le territoire abandonné par Cannellito. Pour combien de temps ? Les femelles ne viendront pas aussi loin.

La fin de l’ours en Pyrénées occidentales est programmée. Seule une décision rapide des représentants de l’État jusqu’au plus haut niveau peut sauver cette espèce.

Lire la suite

Share

Boutique WAAH : soutenez FERUS avec style !

Boutique FERUS / WAAH16_I LOUUUUVE YOUDécouvrez la collection inédite de tee-shirts, sweat-shirts et tote bags I louuuuve you et soutenez notre combat pour l’arrêt des tirs de loups en France.

Pour commander, rendez vous sur le site WAAH, les frais de port sont offerts !

==>> BOUTIQUE EN LIGNE <<==

Pendant 2 semaines, FERUS lance avec WAAH une collection de t-shirts, sweat-shirts et tote-bag au design moderne et engagé. Une manière de consommer éthique et écologique : pour chaque achat, 5 euros seront reversés à FERUS ; les différents produis sont faits en coton biologique avec des encres éco-responsables… et l’impression est réalisée en France.

Chaque achat solidaire permet à FERUS de collecter 5€ pour sa campagne contre les tirs de loups.

Lire la suite

Share

Les anti-loup jamais contents malgré les tirs et les subventions

loups-sainte-croixCommuniqué de CAP-Loup (dont FERUS est membre fondateur), 9 octobre 2017

Refusant d’être incités à protéger leurs troupeaux en contrepartie d’aides financières massives, les éleveurs anti-loup manifestent aujourd’hui contre les minuscules avancées du prochain « plan loup » qui leur reste pourtant très favorable et très anti-loup.

Les travaux préparatoires au prochain « Plan national loup 2018-2023 », menés par l’État depuis le début de l’année, laissent clairement entendre que ce plan, en cours de finalisation, reprendra l’essentiel des mesures du précédent plan 2013-2017 : abattage massif de loups (avec pour seule limite de ne pas dépasser un seuil théorique garantissant la « viabilité » de l’espèce) ; subventions massives aux éleveurs pour la protection du bétail (salaire des bergers, clôtures, chiens de protection et leur nourriture, cabanes pastorales) ; indemnisation en cas de prédation imputée au « loup non exclu » (c’est-à-dire même par défaut en l’absence de preuve).

Les syndicats agricoles rejettent la principale nouvelle mesure consistant à n’indemniser que les éleveurs qui ont théoriquement mis en place des moyens de protection de leur troupeau. Jusqu’alors, les éleveurs sont indemnisés sans aucune condition, même s’ils ont laissé leur troupeau sans protection (la loi n’impose ces moyens qu’avant d’autoriser l’abattage des loups, sans que ceci soit vérifié sur le terrain). De quoi les anti-loup ont-ils peur ? Ils répètent pourtant depuis le début qu’ils font tout pour protéger leur bétail… Rien ne garantit toutefois que cette mesure de bon sens, que nous réclamions depuis longtemps, sera mise en œuvre efficacement, car l’État dit ne pas vouloir contrôler sur le terrain le bon déploiement des moyens de protection subventionnés.

Lire la suite

Share

Table ronde pastoralisme : Ferus apporte des précisions

troupeau ariège mouton

Troupeau en Ariège © Sabine Matraire

Communiqué FERUS, 26 septembre 2017.

TABLE RONDE SUR LA SAISON D’ESTIVE 2017 BOYCOTTÉE

Le monde de l’élevage ne doit pas se dérober

12 points et 22 témoignages

Ces dernières semaines, certaines branches du pastoralisme ariégeois semblent avoir perdu la mesure de la situation. Un dérochement sur troupeau, non protégé 20 ans après le retour de l’ours, a été monté en épingle tout l’été comme si le glas du pastoralisme ariégeois avait sonné.

Quand l’élevage pyrénéen perd chaque année en estives, en dehors de tout ours, 18 à 30 000 ovins sur 570 000, est-il sérieux de ne retenir que ces 209 victimes soit moins de 1% pour déclarer le pastoralisme ariégeois en danger de mort ? 1000 brebis meurent chaque semaine dans les Pyrénées françaises en dehors de la présence de tout ours ! (enquête Pays de l’ours ADET avril 2016)

Lire la suite

Share

Vigie Ours, soyons vigilants pour les ours dans les Pyrénées

Oursons

© Pascal Etienne

Communiqué de presse des associations FERUS, FNE Hautes-Pyrénées, Association Nature Comminges, FNE Midi-Pyrénées, CIAPP, Nature Midi-Pyrénées, Altaïr Nature, 21 septembre 2017

Face aux incitations à tuer les ours en Ariège, une mobilisation citoyenne :

APPEL à tous les usagers de la montagne en zones à ours

Vigie, Vigie Ours, soyons vigilants pour les ours dans les Pyrénées

Il y a quelques jours, un commando armé et encagoulé s’est mis en scène à la manière de véritables terroristes, proférant des menaces de mort contre les ours. Cette vidéo vous a choqués et vous êtes nombreux à craindre pour la sécurité des ours. En effet, s’il ne s’agit pas d’un canular, utiliser de telles images dans un pays récemment meurtri et traumatisé par la violence armée a de quoi indigner.

En complément des actions de l’ONCFS pour assurer la sécurité de cette espèce menacée et donc protégée, nos associations mobilisent autour de l’action Vigie Ours.

Nous lançons un appel à tous les utilisateurs de la montagne sur les secteurs susceptibles d’être fréquentés par les ours : « A l’occasion de vos sorties terrain, soyez vigilants, attentifs et à la recherche de tout indice qui peut faire penser à une action de braconnage d’ours (carcasses, pots de miel remplis de verres pilés, agitation inquiétante sur un secteur de présence de l’ours…) ».

Lire la suite

Share

Commando armé contre l'ours : rien de glorieux, que des braconniers !

commando armé ours

Capture d’écran la Dépêche du Midi

Mise à jour : la préfète de l’Ariège, Marie Lajus, vient tout juste de réagir par communiqué. Elle condamne une « dérive pathétique dans la violence et l’illégalité » et s’insurge : « Cette simagrée d’organisation terroriste, s’il ne s’agit pas d’un canular, porte préjudice à tous ceux qui défendent le développement des territoires ruraux et de montagne ». La préfète « invite les responsables professionnels, institutionnels et politiques à marquer leur désaccord avec ceux qui franchissent la ligne de l’illégalité et condamner cette nouvelle irruption de violence et d’usage des armes ». Ses services ont transmis la vidéo au procureur de la République de Foix pour engager des poursuites judiciaires.

Communiqué de FERUS, 15 septembre 2017

Ours : rien de glorieux, que des braconniers !

Un commando armé et encagoulé s’est mis en scène à la manière de véritables terroristes tentant d’imposer ses vues par la force des armes. Il ne représente en rien « les Ariégeois », contrairement à ce qu’il prétend, et encore moins « les Pyrénéens », pas plus qu’il ne représente « les randonneurs » ou « les élus » comme le prétend la voix anonyme qui lit un texte aussi violent que truffé d’inexactitudes et d’outrances dans un pays par ailleurs malmené ces derniers mois par d’autres violences.

Nous ne pouvons espérer qu’un chose : qu’il s’agisse d’un mauvais canular.

Si cela n’est pas le cas :

- Nous rappelons que la destruction d’une espèce protégée est un délit puni par l’article L 415-3 du code de l’Environnement, sanctionné d’une peine de 2 ans de prison et/ou de 150 000 euros d’amende. En cas de destruction « en bande organisée », la sanction peut aller jusqu’à 7 ans d’emprisonnement et 750 000 € d’amende ;

Lire la suite

Share