Pyrénées : la mort de l’ours Cachou rappelle la fragilité de la population dont la restauration doit être poursuivie

L’ours Cachou, découvert mort

Communiqué des associations FERUS et Pays de l’Ours-Adet, 10 avril 2020

Révélée par son collier-GPS, l’immobilité prolongée de l’ours Cachou a interpellé les agents ruraux catalans qui, se rendant sur place, ont découvert son cadavre le 9 Avril 2020 sur la Commune de Les (Val d’Aran).
La cause de la mort est pour l’instant inconnue, la dépouille a été transférée à l’Université autonome de Barcelone où le service d’écopathologie de la faune sauvage doit pratiquer une autopsie.

Cachou était un ours mâle de 5 ans, qui avait une importance particulière : unique descendant de l’ours Balou, lâché à Arbas (31) en 2006, il portait un patrimoine génétique différent du reste de la population et constituait un espoir pour l’avenir de l’espèce dans les Pyrénées.

Lire la suite

Les dernières nouvelles d'Api'ours

Panneau Api’ours à Aspet

Panneau Api’ours à Melles

Dans le cadre d’Api’ours, programme de FERUS de plantations et installation de ruches pour davantage de biodiversité dans les Pyrénées, deux chantiers de plantations d’arbres fruitiers ont eu lieu ces dernières semaines. Le premier à Cauterets, dans les Hautes-Pyrénées, sur un terrain privé, le 22 février. Petite plantation de 8 arbres, elle préfigure des plantations à venir cet automne dans le même secteur, sur d’autres terrains privés, et encore plus haut en altitude.

Lire la suite

Béarn : pas d'oursons pour Sorita cette année

Sorita avant son lâcher dans les Pyrénées. Photo Goulven Rigaud

Le site internet Info Ours des Pyrénées de l’Etat nous informe que l’ourse Sorita a été observée sans ourson. Le début de la restauration de la population d’ours en Pyrénées occidentales se fait attendre. Quant à Claverina, elle est partie côté espagnol et n’a pas eu d’oursons en 2019 ; nous espérons qu’elle a eu des petits cet hiver et porte notre espoir de voir enfin le début tant attendu de la restauration de l’ours en Pyrénées occidentales.

Sorita et Claverina sont les deux ourses lâchées en Béarn en 2018 où il n’y avait plus de femelle ours depuis 14 ans.

Lire la suite

Appel à bénévoles pour l'ours à Aspet (Haute-Garonne) le 2 mars

Chantier de plantation Api’ours-FERUS. photo Noëlla Puerta

Dans le cadre de notre programme Api’Ours en faveur de la biodiversité

Appel à bénévoles, chantier collectif : plantation d’arbres fruitiers à Aspet, centre de vacances du Bois perché

Lundi 2 mars 2020 / 14 h – 18h

A Aspet, FERUS a déjà réalisé une première plantation en 2016, rénovée en 2019 sur un terrain communal, sis en dessous de la chapelle de Miègecoste, aux abords de la ville.

Lire la suite

Violence pyrénéenne : lettre ouverte de bénévoles FERUS aux responsables de l’État et aux élus des Pyrénées

L’équipe de Parole d’ours au Tour de France

Les bénévoles et encadrants du programme Parole d’ours, suite à leur expérience, ont ressenti la nécessité d’écrire une lettre ouverte à l’administration et aux élus, pour leur demander d’avoir une attitude plus claire et ferme face aux opposants violents, qui ne sont qu’une petite, toute petite minorité, de la population pyrénéenne et de soutenir plus fermement les personnes qui mettent en oeuvre des mesures favorisant la cohabitation avec l’ours, de créer les conditions de paroles libres. FERUS se charge donc de diffuser cette lettre ouverte auprès des administrations et des élus des territoires pyrénéens.

Lettre ouverte des participants de Parole d’ours 2019 aux responsables de l’État et aux élus des Pyrénées

Pendant l’été 2019, nous, bénévoles et encadrants de Parole d’ours, avons sillonné les Pyrénées. Cette action d’information et de sensibilisation autour de l’ours,

Lire la suite

Appel à bénévoles pour l'ours à Cauterets (Hautes-Pyrénées) le 22 février

Chantier de plantations Api’ours. Photo Aurélia Puerta

Appel à bénévoles, chantier collectif : Plantation d’arbres fruitiers à Cauterets

Samedi 22 février 2020 / 9 h – 17 h

Dans le cadre de notre programme Api’Ours

Dans cette commune où l’ours est présent, où les opposants ont violemment marqué leur rejet, des particuliers, résidents permanents et temporaires, sont intéressés par l’affichage à travers ces plantations de leur soutien à une biodiversité riche où toute la chaîne trophique est présente. Un premier chantier collectif nous réunira le 22 février 2020 pour la plantation d’une dizaine d’arbres. Il sera suivi à la saison 2020-21 par d’autres plantations.

Lire la suite

Non, le Plan ours n’est pas remis en cause !

Photo Anthony Kohler

Communiqué des associations de CAP-Ours, 10 février 2020

Suite à la rencontre d’éleveurs opposés à l’ours avec le Président de la République le 14 janvier à Pau, la Coordination Associative Pyrénéenne pour l’Ours (Cap Ours) a été reçue le 5 février au cabinet de la Ministre de la Transition Ecologique.

Contrairement à ce qui a pu circuler récemment dans les médias, le Plan ours (2018-2028) n’est pas remis en cause, selon le cabinet de la Ministre qui a été catégorique, après discussion avec l’Elysée.

Lire la suite

Décod'Ours : nous démontons les fausses informations véhiculées dans les médias

FERUS et Pays de l’Ours-ADET ont lancé l’opération Décod’ours, dont le but est de démonter les fausses informations véhiculées dans les médias par les opposants à l’ours.

Décod’Ours n° 16

Article décodé : Editorial de Jean-Louis Toulouze « La chèvre et le chou » (Nouvelle République des Pyrénées, 15 janvier 2020).

Extraits :

  • « Comme s’il était naturel d’implanter dans nos montagnes un ours venu de contrées lointaines. » PARTI-PRIS ! Venu de contrées lointaines, certes, mais de même espèce et de même lignée génétique que les ex-spécimens autochtones. Si l’on suit la même logique, les espèces suivantes, non-autochtones ou disparues depuis 15000 ans, et
    introduites par l’homme, n’ont donc pas, à fortiori, leur place dans le massif : la marmotte, le mouflon de Corse, le bouquetin ibérique.
  • « De quoi satisfaire tout le monde. Pas de réintroduction, mais de nouveaux ours quand même. Il faudrait être bien mal léché pour ne pas approuver cette décision » MAUVAISE CONNAISSANCE DU DOSSIER ! Ces translocations de nouveaux spécimens ne sont pas un caprice d’écologistes dont le but serait l’augmentation indifférenciée de la population d’ours. Elles sont recommandées par les scientifiques

Voir le Décod’Ours n° 16 en intégralité et avec les sources ==>> ICI

Lire la suite

Ours : le Président renonce à de nouveaux lâchers mais la France reste tenue de restaurer une population viable …

Sorita avant son lâcher dans les Pyrénées en octobre 2018. Photo Goulven Rigaud

Communiqué de presse des associations FERUS et Pays de l’Ours-Adet, le 15 janvier 2020

Le Président de la République a dit mardi aux opposants à l’ours pyrénéens qu’il n’envisageait pas de lâcher de nouveaux ours dans les Pyrénées.

Il a ainsi confirmé ce qui était déjà écrit dans la feuille de route « Pastoralisme et Ours » le 6 juin 2019 : « Dans les conditions actuellement connues de l’état de conservation de la population d’ours, l’Etat n’engagera pas de nouvelle réintroduction, sauf en cas de mortalité, notamment liée à une cause anthropique (braconnage ou accident). »

Le gouvernement actuel a autorisé le lâcher de deux ourses en Pyrénées Occidentales à l’automne 2018, prenant ainsi « sa part » pour éviter la disparition imminente de l’espèce dans cette partie des Pyrénées où il ne restait que 2 mâles. Il confirme aujourd’hui qu’il n’en fera pas plus, nous en prenons acte.

Mais il faudra lâcher d’autres ours dans les Pyrénées pour respecter l’obligation légale de la France de restaurer une population viable d’ours, comme l’a confirmé le Tribunal Administratif de Toulouse en condamnant l’Etat pour manquement à son obligation de protection de l’ours le 6 mars 2018.

Lire la suite