Vigie Ours : agir contre le braconnage des ours

Ours dans les Pyrénées

Dans le cadre de Vigie Ours, nous vous proposons de vous aider à développer votre vigilance sur le terrain en faveur des ours. 

Amis des ours et utilisateurs de la montagne en zones à ours,

Face aux incitations à destruction des ours et aux appels à perturber intentionnellement Claverina et Sorita (les deux ourses lâchées dans le Béarn), nous vous proposons de participer à une journée de formation Vigie Ours (ce sont des formations gratuites).

En effet, nous vous invitons sur les secteurs susceptibles d’être fréquentés par les ours à être vigilants, attentifs et à la recherche de tout indice qui peut faire penser à une action de braconnage d’ours (carcasses, pots de miel remplis de verres pilés, agitation inquiétante sur un secteur de présence de l’ours…).

Afin de vous aider à développer votre vigilance sur le terrain en faveur des ours, nous avons monté une formation tout public.

Lire la suite

Rejoignez-nous !

Si les ours, loups et lynx vous intéressent, si vous partagez notre passion et nos objectifs, si vous désirez prendre part à nos efforts pour la préservation et la réhabilitation de ces espèces animales, devenez adhérent FERUS !

Tarifs Adhésions FERUS 2018

  • Adhésion simple (sans la Gazette des Grands Prédateurs) : 15 €
  • Adhésion membre actif tarif réduit (- de 18 ans, chômeurs, étudiants) : 20 €
  • Abonnement seul à la Gazette des Grands Prédateurs (4 numéros)26 €
  • Adhésion individuelle membre actif (avec abonnement la Gazette des Grands Prédateurs) : 30 €
  • Adhésion familiale (plusieurs membres, 1 seule adresse, 1 abonnement à la Gazette des Grands Prédateurs) : 37 €
  • Membre bienfaiteur (avec abonnement la Gazette des Grands Prédateurs) : toute cotisation supérieure à 37 €
  • Collectivités, associations (avec abonnement la Gazette des Grands Prédateurs) : 37 €

Lire la suite

Motion des associations de CAP-Ours

Lâcher de l’ourse Claverina le 4 octobre 2018.

CAP – Ours Coordination Associative Pyrénéenne pour l’Ours
Pyrénées, Pays des Hommes, Pays des Ours

CAP Ours, communication du 8 octobre 2018
Motion

 
Réunies le 6 octobre 2018 en Béarn, les associations de CAP Ours :

– sont satisfaites de la réussite du lâcher de deux ourses dans les Pyrénées-Atlantiques où l’espèce est présente depuis des millénaires ;
– saluent le courage du gouvernement, des élus et des bergers favorables qui ont permis de relancer une dynamique de vie ;

Lire la suite

Le sauvetage de l'ours en Béarn est en marche

L’hélicoptère transportant la première ourse lâchée hier dans les Pyrénées. Photo La République des Pyrénées

Communiqué des associations FERUS / Pays de l’Ours-ADET, 5 octobre 2018

En 2004, le cadavre de l’ourse Cannelle, dernière ourse béarnaise, a été transporté par hélicoptère ; ces images ont choqué des millions de Français.

Quatorze ans après, le retour des ourses en Béarn se fait par les airs, tout un symbole.

Il faut des millions d’années pour créer une espèce, et quelques dizaines seulement pour la détruire … ou la sauver.

La deuxième ourse promise a été lâchée ce jour en Béarn.

Ce renforcement de la population d’ours des Pyrénées occidentales répond à la demande de 73% des habitants des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées.

Grâce à son plan « ours » et son plan pour la biodiversité parus en 2018, la France poursuit son action pour respecter à terme ses engagements européens vis à vis de la restauration d’une population d’ours dans les Pyrénées.

FERUS et Pays de l’Ours-Adet saluent le travail accompli ces derniers mois par les services et responsables de l’État.

Lire la suite

Les personnes appelant à la destruction d’ours auront à rendre des comptes devant la justice

Photo Eric Durr

Communiqué, le 27 septembre 2018

Les personnes appelant à la destruction d’ours auront à rendre des comptes devant la justice

Certes l’incitation à destruction d’une espèce protégée n’est malheureusement toujours pas reconnue en France comme un délit, malgré les demandes répétées des associations, notamment lors de l’examen de la loi biodiversité en 2016 ; mais les personnes appelant publiquement à la « chasse à l’ours » ne doivent pour autant pas se sentir à l’abri de toute poursuite : le code pénal précise bien que « le complice est passible des mêmes peines que l’auteur d’une infraction »(*).

Les associations signataires recensent soigneusement les incitations publiques ou médiatiques à abattre des ours. Si un acte irresponsable devait être commis, toute personne l’ayant encouragé serait considérée comme complice et poursuivie devant les tribunaux en même temps que son auteur.

Les associations signataires rappellent les responsables publics et privés, socio-professionnels ou associatifs à plus de mesure et de responsabilité. Et demandent à l’Etat de rappeler la réalité de la protection de l’ours dans les textes comme sur le terrain. La liberté d’expression ne justifie nullement de s’asseoir sur les réalités juridiques et obligations de la France.

Lire la suite

Pas de loups (encore) en Bretagne

Des médias ont relayé le probable retour du loup en Bretagne (une observation aurait été réalisée, des indices retrouvés, des hurlement entendus).

Pourtant, aux dernières nouvelles, il n’y a toujours pas d’indices de présence de l’espèce dans cette région.

Le groupe de personnes à l’origine de ces allégations est le même que celui qui pensait déjà avoir la preuve du retour du loup en Île-de-France en 2017 . L’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, chargé du suivi de l’espèce en France, avait alors démenti ces déclarations abondamment relayées à l’époque, et l’affaire avait tourné court évidemment.

Des loups en dispersion finiront tôt ou tard par atteindre la Bretagne, sans forcément s’y installer, n’en doutons pas. Mais aucune preuve sérieuse ne peut affirmer aujourd’hui qu’ils y sont déjà parvenus. La préfecture des Côtes-d’Armor l’indique également ; l’ONCFS a vérifié. Rien de probant.

Le loup en Bretagne, ce n’est pas encore pour maintenant.

Lire la suite

Affichez votre soutien pour l'ours avec la collection Dans les Pyrénées, on se lâche !

Les lâchers de deux ourses dans les Pyrénées-Atlantiques sont imminents ! C’est une excellente nouvelle pour l’ours, les Pyrénées et la biodiversité en général.

Nous lançons dès aujourd’hui une boutique en ligne éphémère « Dans les Pyrénées, on se lâche ! » pour soutenir la sauvegarde de l’ours en France. Une collection de tee-shirts, sweats, débardeurs et sacs pour toutes et tous, les enfants également.

Pour l’achat d’un produit, 5 euros sont reversés à l’association FERUS.

Les lâchers d’ours sont indispensables pour sauver l’ours dans les Pyrénées. Avec l’association FERUS, achetez un tee-shirt et soutenez les lâchers d’ours ! Les fonds collectés permettront d’accompagner ces lâchers et de lutter contre le braconnage (opération Vigie Ours de FERUS).

Merci pour votre engagement pour la biodiversité.

Faites vous plaisir. Faites un cadeau. Soyez solidaire !

Lire la suite

Bonne nouvelle : le gouvernement confirme la réintroduction de deux ourses dans les Pyrénées

Ours dans les Pyrénées, 2018. Photo ONCFS

20 septembre 2018,

Communiqué des associations FERUS, FIEP, France Nature Environnement, Pays de l’Ours-ADET, WWF

Le ministre de la Transition Ecologique et Solidaire s’est rendu aujourd’hui à Pau pour confirmer le renforcement de la population d’ours dans les Pyrénées-Atlantiques cet automne, tel que prescrit par une étude du Muséum National d’Histoire Naturelle depuis 2013, où la consultation publique organisée cet été par la préfecture a souligné qu’une forte majorité des populations concernées est favorable à cette réintroduction (1).

Nos organisations soutiennent fortement ce projet de renforcement dans la perspective de rétablissement d’une population pérenne d’ours dans les Pyrénées. Elles saluent la décision du nouveau ministre, qui confirme l’annonce faite par Nicolas Hulot en mars dernier, et demandent au gouvernement de faire preuve de fermeté dans la conduite de ce renforcement qui répond à des obligations morales et scientifiques autant que juridiques, l’existence d’une population viable correspondant à des engagements européens de notre pays.

Nous dénonçons la violence des discours de certains opposants, refusant tout dialogue et présentant une vision caricaturale de la relation de l’homme avec son environnement qu’ils portent. Partisans convaincus du dialogue démocratique, nous demandons à l’Etat de tenir le cap face à ces tentatives d’intimidation ultra-minoritaires.

(1) 6 départements pyrénéens : 71,6 % favorables, Communes béarnaises classées en zone montagne : 58,6 %, Département des Pyrénées-Atlantiques : 58,1 %, France entière : 88,9 %

Lire la suite

Lettre ouverte aux élus qui s'opposent aux lâchers d'ours dans les Pyrénées

Le 19 septembre 2018

Lettre ouverte aux élus qui s’opposent aux lâchers d’ours dans les Pyrénées

Mesdames et Messieurs les élus opposés à l’ours,

S’il est bien normal que tout un chacun, et notamment les élus, s’expriment sur toute question de société, certaines positions et attitudes tenues lors de la concertation sur la restauration de la population d’ours dans les Pyrénées ne nous semblent pas dignes de la fonction et des responsabilités d’élus de la République.

Dans un Etat de droit, est-il normal que des élus s’opposent au respect de la Loi ?

Faut-il en effet vous rappeler que la restauration d’une population viable d’ours est une obligation légale de la France en regard de la Directive européenne « Habitats, faune, flore », et ce depuis son vote en mai 1992 ?

Faut-il vous rappeler la condamnation de l’Etat le 6 mars dernier par le Tribunal Administratif de Toulouse précisément pour le non-respect de cette loi ? Ou encore la mise en demeure de la France par la Commission Européenne ?

La stratégie de l’opposition radicale est un échec depuis 25 ans. En entretenant auprès des éleveurs le mirage d’une montagne sans prédateur, vous ne les aidez pas à s’adapter et vous desservez ceux-mêmes que vous croyez défendre.

Lire la suite