La conservation du loup en plaine lorraine

Mise à jour du 15 novembre 2019 :

Nos associations (FERUS et Aspa Vosges) viennent d’être déboutées de notre recours en référé-suspension.

Malgré des arguments au moins aussi solides que lors des précédentes procédures juridiques pour attaquer le même type d’arrêté au cours des années précédentes, pour le même loup, dans des conditions qui n’ont quasiment pas changé sur le terrain (troupeaux non protégés en très grande majorité*), ça n’a pas fonctionné cette fois.

D’un point de vue juridique, la différence majeure aujourd’hui résulte de ce que les tirs de prélèvement autorisés dans les Vosges se basent, cette fois-ci, sur l’arrêté ministériel du 26 juillet 2019 portant dérogation à titre expérimental des précédents textes de loi permettant de déroger au statut protégé du loup **.

Lire la suite

Tirs de loups : les dommages collatéraux

Le louveteau erratique de Valberg

Mise à jour du 5 novembre 2019 :

D’après le sous-préfet du 06 « Il n’est pas en mauvaise santé, et a priori pas blessé » (…) « Après une période d’observation, les autorités environnementales verront s’il peut être relâché. L’animal a vocation à vivre en milieu naturel et ce n’est pas normal pour un loup d’être là ».

Nous serons là pour que cet animal puisse rejoindre le milieu naturel. Les paroles du sous-préfet sont encourageantes et nous espérons que les pouvoirs publics feront le choix de relâcher le louveteau et n’inventeront pas de fausses excuses pour le garder en captivité.

Mais le sous préfet dit aussi : « Il n’y a aucun élément pour faire le lien entre la présence du louveteau et les tirs de prélèvement effectués à proximité des troupeaux dans les alpages ces derniers mois ». Les éléments que nous avons en notre possession ne disent pas du tout ça…

Lire la suite

Banff Athletica : des serviettes de sport qui soutiennent la conservation des grands prédateurs

Banff Athletica est notre partenaire depuis cette année. Cette jeune marque a pour objectif de fournir aux athlètes européens des serviettes de sport de haute qualité et « responsables ».

A travers sa charte éthique, Banff Athletica s’engage à respecter les normes humaines et environnementales les plus strictes pour répondre à la demande des sportifs soucieux de l’origine de leurs équipements.

En reconnaissance à la ville de « Banff » située dans les rocheuses canadiennes et à ses habitants (ours, loups, lynx), Banff Athletica s’engage au niveau franco-belge, à reverser une partie de ses bénéfices au profit de FERUS et à communiquer sur ses différents projets auprès de ses propres partenaires et clients.

Lire la suite

Motion des associations de CAP-Ours

Photo Anthony Kohler

Les associations de CAP – Ours Coordination Associative Pyrénéenne pour l’Ours – Pyrénées, Pays des Hommes, Pays des Ours

le 29 octobre 2019

MOTION

Les associations membres de la coordination Cap ours, réunies le 26 octobre à Bagnères de Bigorre :

– se réjouissent que 5 portées, 10 oursons, aient déjà été détectés cette année dans les Pyrénées ;

– renouvellent leur soutien à tous les éleveurs qui cet été ont fait la démarche de protéger leur troupeau et qui démontrent ainsi que la cohabitation est possible si les moyens préconisés sont adaptés et mis en oeuvre ;

– regrettent que l’État ait complètement ignoré cette année leurs positions et propositions sur l’ours pour une cohabitation apaisée ;

Lire la suite

Ours : les associations saisissent la Justice

CAP – Ours  Coordination Associative Pyrénéenne pour l’Ours – Pyrénées, Pays des Hommes, Pays des Ours

Communiqué de presse, le 24 octobre 2019

Ours : les associations saisissent la Justice

Les associations membres de la coordination Cap ours ne participeront pas au simulacre « d’échange et de partage » sur l’ours et le pastoralisme ce jeudi 24 octobre à la Préfecture de Toulouse.

N’ayant d’autre option en l’absence de dialogue possible, nous portons devant le Conseil d’Etat et les tribunaux administratifs compétents les principales mesures de la feuille de route « Pastoralisme et ours » de l’Etat, notamment l’effarouchement systématique des ours et la surindemnisation, y compris quand l’ours n’est pas en cause, du bétail trouvé mort.

Lire la suite

Ours : construire plutôt que détruire

Oursons

Oursons (Scandinavie) © Pascal Etienne

Communiqué de presse de FERUS, le 22 octobre 2019

Ours : construire plutôt que détruire

Une énième manifestation est annoncée à Foix par quelques associations anti-ours et organisations agricoles.
Ne nous y trompons pas : malgré leurs déclarations prévisibles annonçant la mobilisations des pyrénéens, des montagnards, des ruraux, des ariégeois, et peut-être de la terre entière, ils ne représentent que des intérêts corporatistes, voire communautaristes. Rappelons que 70% des habitants des Pyrénées considèrent le plantigrade comme leur patrimoine et ne souhaitent pas sa disparition.

N’oublions pas non plus qu’une bonne partie de ces manifestants sont partie prenante d’une mouvance agricole, heureusement loin d’être exclusive, héritant des méthodes des trente glorieuses et allergique au moindre changement. Peu importe l’effondrement de la biodiversité ayant déjà entraîné dans notre pays la disparition de 80% des insectes, de 30% des oiseaux, et frôlé l’extinction totale de ce grand mammifère qui n’a jamais quitté les Pyrénées. Pour ces personnes seuls comptent leurs intérêts catégoriels de court terme.

Lire la suite

Decod'ours : pour rétablir une information objective sur l'ours

Photo Jacques Carriat

La problématique de l’ours, en particulier les prédations qui lui sont attribuées et leurs conséquences, est une question bien souvent polémique et complexe, nécessitant des connaissances spécialisées.

Les données officielles sont fréquemment détournées par les opposants au plantigrade, afin de gonfler artificiellement les prédations en entretenant certaines confusions.

Nos associations FERUS et Pays de l’Ours-Adet ont créé la rubrique d’investigation Décod’ours il y a un an, pour démêler ces confusions dans les articles de presse, en se basant au maximum sur des documents ou des études de référence.

Au terme d’une saison 2019 particulièrement agitée, les bilans des dégâts attribués aux ours se précisent. C’est pourquoi nous diffusons le plus largement possible ce Décod’ours n°13, qui peut faire figure de cas d’école pour décrypter les informations émanant des différents intervenants, officiels ou pas.

Lire la suite

Augmentation du nombre d’indemnisations des dégâts d’ours en France : phénomène biologique... ou politique ?

Communiqué de FERUS, 8 octobre 2019

Augmentation du nombre d’indemnisations des dégâts d’ours sur troupeaux domestiques en France : Phénomène biologique… ou politique ?

Cette très forte augmentation depuis deux ans, abondamment relayée par la presse et les opposants, n’a pourtant pas l’air de susciter beaucoup de questions.

Néanmoins, elle apparaît véritablement comme une singularité, voire une anomalie vis-à-vis des autres pays européens.

==>> Jugeons plutôt en images :

Lire la suite

Un programme lynx dirigé par les chasseurs, c’est sans nous !

Photo Eric Durr

Communiqué de FERUS, 30 septembre 2019

Le 2 octobre prochain se déroulera une réunion organisée par les pouvoirs publics et l’ONCFS à Lons-le-Saunier (Jura) à laquelle ont été invité les associations de protection de la nature. Cette réunion est dédiée spécifiquement au Programme Prédateur Proies Lynx (PPP).

FERUS n’y participera pas. Hors de question pour les associations de cautionner une énième manœuvre destinée au final à affaiblir la protection d’un grand prédateur en France, le lynx dans ce cas précis.

Le PPP consiste notamment à capturer et équiper de colliers émetteurs des lynx afin de connaître leur impact sur les ongulés sauvages, chamois et chevreuils en tête. Ce projet a été initié par les chasseurs. Ces derniers veulent surtout « prouver » que le lynx est néfaste pour le gibier qu’ils affectionnent.

FERUS s’oppose à ce programme qui a déjà reçu par deux fois un avis défavorable du Conseil National de Protection de la Nature.

Lire la suite