Un plan d'actions pour le lynx !

Note de FERUS : FERUS salue tout d’abord le gros travail effectué notamment par Marine Drouilly pour rédiger cedocument qui servira de référence pour l’avenir du Lynx boréal en France. FERUS fait partie du Comité de pilotage, a participé aux groupes de travail dans le Jura, les Alpes et les Vosges, et continuera à s’impliquer pour assurer la réussite et la mise en œuvre des actions prévues dans ce plan d’actions.

Plan d’Actions pour la Conservation du Lynx boréal (Lynx lynx) en France – Propositions à mettre en œuvre par l’État dans le cadre d’un PNA

WWf, SFEPM – 2019 – Réalisée par Marine Drouilly, pour la SFEPM.

Télécharger ==>> ICI.

Le Lynx boréal a été classé « En danger » sur la liste rouge nationale des mammifères de France métropolitaine, tant en 2009 qu’en 2017, son état de conservation ne s’étant pas amélioré durant cet intervalle de temps. En 2018, l’Unité mixte de service « PatriNat » (AFB-MNHN-CNRS) a actualisé la liste des espèces prioritaires pour l’action publique en France, inscrivant le Lynx parmi les espèces prioritaires et corrigeant la tendance de la population française du félin, la faisant passer de « augmentation » (indication mentionnée sur le site de l’INPN et relative uniquement au massif jurassien) à « diminution » (évolution portant sur l’ensemble de l’aire de répartition métropolitaine de l’espèce).           

Lire la suite

Un commando armé contre le loup. Ou comment l’indifférence des pouvoirs publics engendre encore des exactions d’une minorité anti-nature

Mise à jour du 27 août : la préfète des Hautes-Alpes a reçu une délégation d’éleveurs. Le parquet de Gap a quant à lui ouvert une enquête  » pour association de malfaiteurs en vue de commettre le délit de destruction d’une espèce protégée en bande organisée ».

Communiqué de FERUS, 26 août 2019

Un commando armé contre le loup. Ou comment l’indifférence des pouvoirs publics engendre encore des exactions d’une minorité anti-nature

Un commando armé et portant des cagoules vient d’envoyer aux médias une vidéo dans laquelle il menace d’entrer en action contre le loup.

C’est tout bonnement un simulacre ridicule et pitoyable des manifestations terroristes du FLNC qu’on a pu voir dans le passé.

Nous rappelons avant tout que la destruction d’une espèce protégée est un délit puni par l’article L 415-3 du code de l’Environnement, sanctionné d’une peine de 2 ans de prison et/ou de 150 000 euros d’amende. En cas de destruction « en bande organisée », la sanction peut aller jusqu’à 7 ans d’emprisonnement et 750 000 € d’amende.

Lire la suite

La cohabitation avec l'ours est possible

© Daniel Trinquecostes

Les associations de CAP – Ours Coordination Associative Pyrénéenne pour l’Ours
Pyrénées, Pays des Hommes, Pays des Ours

Les associations aragonaises et espagnoles SEO Birdife, Amigos de la tierra, Fundación para la conservación del Quebrantahuesos, FAPAS, FOP.

Communiqué du 21 août 2019 : La cohabitation avec l’ours est possible

L’ours brun et l’élevage de montagne sont deux éléments indissociables de l’écosystème pyrénéen, patrimoine naturel et culturel de ses habitants.

L’ours brun ne peut servir d’otage face aux difficultés de l’élevage de montagne pour s’adapter au nouveau contexte de l’exode rural, du manque de main d’œuvre, des maladies et des règlements sanitaires, de la concurrence féroce des importations de viande à bas prix dans le contexte de la mondialisation. L’ours n’a créé aucun des problèmes actuels qui rendent difficile la rentabilité de l’élevage extensif dans les Pyrénées.

Lire la suite

Ours : Nouvelle étape dans l’escalade de la violence, les opposants à l’ours menacent les touristes et randonneurs

Communiqué de presse des associations FERUS et Pays de l’Ours-Adet, le 19 août 2019.

Nouvelle étape dans l’escalade de la violence,
les opposants à l’ours menacent les touristes et randonneurs

Nouvelle étape franchie dans la stratégie de violence des anti-ours ariégeois, une affichette annonçant la chasse à l’ours et menaçant les touristes et randonneurs de balles perdues a été trouvée il y a quelques jours par des sympathisants associatifs locaux à Auzat, au départ du sentier menant à l’estive de Saleix.

Cette menace est dans la continuité des exactions précédentes que nous rappelions récemment dans un communiqué au sujet desquelles nous dénoncions l’inaction de la Justice.

Se sentant soutenus, voire encouragés, par l’incompréhensible tolérance de l’Etat et l’irresponsable soutien d’élus locaux, ils ne semblent avoir aucune limite dans leur stratégie de violence et de terreur.
Après les insultes, les menaces, y compris envers des agents assermentés, après l’incendie cet été d’un véhicule de fonctionnaires, jusqu’où faudra t-il aller pour que l’Etat et la Justice se décident enfin à demander des comptes à ces quelques extrémistes violents, bien connus de tous ?

De notre côté, nous avons décidé :

  • d’informer la Préfecture de l’Ariège de cet affichage illégal, en demandant à l’Etat d’assurer sa mission de protection de l’ours brun en tant qu’espèce protégée et menacée ;

  • d’en informer également le Procureur de la République de Foix, sans pour autant déposer plainte à ce stade, pour ne pas allonger la liste des affaires sans suite ;

  • d’appeler les randonneurs et promeneurs à maintenir la vigilance sur le terrain afin de détecter de possibles comportements et actions orientés contre l’ours.

Lire la suite

Réédition plaquettes ours-loup-lynx

Réédition des brochures 16 p. ours / loup et lynx.

==>> plaquette loup

==>> plaquette ours

==>> plaquette lynx

 

 

 

Lire la suite

Parfois entendus, jamais jugés, les anti-ours ariégeois bénéficieraient-ils d’une « immunité pastorale » ?

Photo Sabine Matraire (Slovénie)

Communiqué de presse des associations FERUS, FIEP, Pays de l’Ours-Adet, 6 août 2019

Parfois entendus, jamais jugés, les anti-ours ariégeois bénéficieraient-ils d’une « immunité pastorale » ?

Depuis des années, les opposants à l’ours ariégeois se permettent toutes les outrances, sans jamais être inquiétés par la Justice. Dans ce contexte d’immunité de fait, comment s’étonner de l’escalade de la violence, verbale et physique ?

Les radicaux et violents ne sont pourtant pas nombreux, et ils sont parfaitement identifiés. Ils imposent leur stratégie jusqu’au-boutiste à la majorité des éleveurs, dissuadent ceux qui pourraient être constructifs et font taire les modérés.

Ce mardi, ils seront bien sûr soutenus par les élus réunis devant la Préfecture de Toulouse. Ils les « comprendront » et diront même « craindre un drame », rhétorique bien connue de ceux qui cherchent maladroitement à rendre présentable un soutien intenable …

Car le rappel des faits pour les seules deux dernières années est éloquent :

Lire la suite

Ours : des chiffres bien mal interprétés !

Photo Roger Isoard (Slovénie)

Communiqué de l’association FERUS, 5 août 2019

Ours : des chiffres bien mal interprétés !

Les opposants à l’ours et les services de l’État relaient précipitamment cet été des chiffres complètement fantaisistes voire erronés concernant l’ours. A quelles fins ?

Si pour les uns, on sait qu‘il s’agit de charger la bête, pour les autres c’est s’imaginer acheter une forme de paix sociale quand en réalité, c’est la fuite en avant vers toujours plus d’outrance que l’on obtient.

Il importe donc de regarder les données objectivement en cessant de les interpréter systématiquement au détriment de l’ours. Un minimum de professionnalisme et d’honnêteté s’imposent :

Lire la suite

Manifeste d'Helsinki pour améliorer l'application de l'actuelle législation européenne pour la protection du loup

Photo Anthony Kohler

Les 7 et 8 juin s’est déroulé en Finlande le second meeting de l’EAWC (Alliance européenne pour la conservation du loup), collectif d’associations européennes dont FERUS est membre fondateur. Une douzaine de pays était représentée, notamment pour faire le bilan des actions et de la situation du loup dans chaque pays. L’administration finlandaise a été invitée. Un manifeste destiné au Parlement européen a été signé par une quinzaine d’associations.

Manifeste d’Helsinki pour améliorer l’application de l’actuelle législation européenne pour la protection du loup, 8 juin 2019

L’Alliance Européenne pour la Conservation du Loup (EAWC) est une association d’ONG de différents  pays européens qui donne, au nom de la société civile et de la communauté scientifique, des recommandations pour obtenir un système de conservation du loup basé sur des faits et une application plus rigoureuse de la législation européenne au niveau de chaque pays et à travers l’Europe, en exigeant la stricte protection de l’espèce déclarée d’intérêt communautaire selon la directive Directive Habitats et la Convention de Berne.

CONSIDERANT QUE le loup est une espèce clé pour le maintien d’écosystèmes équilibrés et que son lent mais continu retour à travers l’Europe apporte une nouvelle opportunité, avec cet allié naturel dans le combat  contre la perte de la biodiversité et l’impact des changements climatiques, d’aider notre continent à soigner sa nature à travers une vraie transition écologique en accord avec les objectifs de l’ONU pour un développement soutenable.

Lire la suite

Troupeaux en Ariège : l’Etat dilapide l’argent des contribuables

Photo Anthony Kohler

Dérochements de troupeaux de brebis en Ariège : l’Etat dilapide l’argent des contribuables, tout en compromettant la survie de l’ours – 2 août 2019

Comme pour l’estive d’Aston-Sénard et malgré l’absence de prédation, la préfecture de l’Ariège a attribué à l’ours le dérochement de l’estive du Mont Rouch. FERUS dénonce une nouvelle fois cette approche officielle et vous propose un développement pour comprendre.

Conclusion

Cette politique de l’Etat tend à donner des gages à la fraction de l’élevage la plus radicalisée. Et, ce, au détriment de ceux qui font des efforts et dont on ne parle jamais : ces estives qui pratiquent les moyens de protection depuis plus de quinze ans, avec d’excellents résultats au niveau de nos voisins européens.

Le but est-il, à terme, que la collectivité paye les 5 % de pertes « naturelles » (source, p3), non dues à l’ours, des troupeaux d’ovins estivant en Ariège ? Soit 3 000 bêtes sur un effectif de 60 000 ?

Lire la suite