Chasse aux loups en Norvège : le WWF attaque le gouvernement

© WWF Verdens naturfond/Erik Frøystein

Mise à jour du 21 novembre : Le WWF Norvège a obtenu gain de cause ! La chasse a été suspendue par le tribunal d’Oslo. Le jugement doit se faire sur le fond maintenant. Source : WWF Norvège

Article du 20 novembre 2017 : Le WWF Norvège, soutenu par d’autres ONG, vient d’attaquer en justice le gouvernement norvégien devant la cour d’Oslo. Il estime que la chasse aux loups dans le pays est illégale au vu des lois internationale (Convention de Berne) et nationale. Il exige que l’espèce soit maintenant effectivement protégée dans les faits et pas uniquement sur le papier. Le loup est classé « en danger critique d’extinction » sur la liste rouge norvégienne des espèces menacées. D’autre part, le WWF Norvège demande l’arrêt de la chasse actuellement en cours.

Pour Ingrid Lomelde, du WWF Norvège : « Stop, nous avons tout essayé. L’abattage des loups est illégal et doit être arrêté avant qu’il ne soit trop tard. L’espèce est menacée d’extinction dans le pays ». Chaque année, c’est la même chose. Les autorités norvégiennes autorisent la chasse aux loups et les ONG doivent se battre. « Nous ne pouvons pas tenir de cette façon, nous devons avoir une gestion durable du loup qui assure la sauvegarde à long terme, et en même temps mettre en œuvre de meilleures mesures pour réduire les conflits avec l’animal » ajoute Ingrid Lomelde.

Cet hiver, les Autorités Régionales de gestion de la faune Norvégienne (NRMA) ont autorisé l’abattage de 50 loups soit 90 % de la population de loups en Norvège ! Depuis le 1er octobre, 6 loups ont été tués.

Source : communiqué du WWF Norvège, 8 novembre 2017

Les loups norvégiens ne sont pas des hybrides

Par ailleurs, une étude en cours vient de montrer que les loups en Norvège ne sont pas des hybrides. Les résultats de l’étude montrent bien quelques traces d’hybridation avec le chien mais rien d’anormal vu que le loup est l’ancêtre du chien ; ces taux d’hybridation sont bas, comparables aux autres populations de loups en Europe et ne remettent pas en cause l’intégrité génétique du loup.

En 1978, 12 ans après que la population de loups scandinaves fut déclarée éteinte, une poignée de loups venus de Finlande et de Russie s’est installée sur la frontière Norvège / Suède. D’autres sont arrivés ensuite dans les années 1980 et 1990.

Les résultats préliminaires de Kjetill Jakobsen, un professeur de l’université d’Oslo, n’ont par contre pas pu se prononcer sur l’origine des loups en Norvège, arguant que les gènes des loups scandinaves étaient similaires à ceux du reste de l’Europe et que le nombre d’échantillons était trop faible.

De son côté, l’Agence norvégienne pour l’environnement a récemment commandé un rapport traitant des questions d’hybridation et d’origine des loups scandinaves. Trois chercheurs indépendants américains ont compilé les recherches existantes sur ces sujets. Leur conclusion, citée par l’Agence : « la littérature actuelle est suffisante pour conclure que la population actuelle de loups norvégiens / scandinaves provient de l’immigration de loups venant de Finlande est de l’ouest de la Sibérie. De plus, la population existante ne montre aucune évidence d’hybridation avec des chiens ».

Ces études font suite aux allégations des opposants aux loups en Norvège qui clament que les loups du pays ne sont pas venus naturellement et qu’ils présentent une apparence et un comportement étrange venant de loups sauvages ce qui ferait d’eux des hybrides. Autre pays, mêmes élucubrations qu’en France… Rappelons que le loup est revenu naturellement en France au début des années 1990 en passant la frontière italienne et qu’il y a quelques semaines, un rapport de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage a montré que les loups français étaient bien des vrais loups et non pas des hybrides.

Source : forskning.no

Voir aussi :

La Norvège revoit à la baisse le nombre de loups pouvant être abattus (décembre 2016)

Les commentaires sont fermés.