« Buter du loup » : lettre ouverte à Christophe Castaner

Photo Anthony Kohler

Courrier de FERUS, le 11 décembre 2019, à Monsieur le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner (copie au ministère de la Transition Ecologique et Solidaire)

Monsieur le Ministre,

En novembre dernier, vous avez tenu des propos indignes d’un ministre de la République, qui plus est en charge du respect des lois. Vous avez tenu ces propos à l’hôtel Beauvau, en présence de Daniel Spagnou, maire de Sisteron et anti-loup primaire notoire.

Vous n’avez pas hésité à parler de « buter du loup » en précisant bien que « ….. on dit régulation parce que buter du loup ça va pas, mais on sait qu’il faut beaucoup réguler…. » tout cela avec un rire entendu…

Lire la suite

Encore 100 loups à tuer en 2020 : dites NON, NON et NON

Photo Jean-Michel Hytte

Pour 2020, l’Etat français s’apprête de nouveau à tuer 90 à 100 loups, soit 17 à 19 % de la population estimée en 2019. Ce nombre de loups à tuer sera très probablement revu à la hausse en cours d’année 2020 quand les pouvoirs publics nous dégaineront un chiffre de loups supérieur à 2019…

Le projet d’arrêté 2020 a été ouvert à la consultation public jusqu’au 25 décembre 2019. Il est PRIMORDIAL que vous continuiez à donner votre avis en participant à cette consultation. Le gouvernement français doit savoir que la majorité des Français est toujours en faveur du loup et pour la cohabitation.

Pour rappel, 96 loups ont été abattus en 2019 et aucune baisse de la prédation des troupeaux n’a été constatée : ces tirs de loups sont inutiles ! Le nouveau projet d’arrêté est un copié collé du précédent qui avait été rejeté par le Conseil National de Protection de la Nature, CNPN (le nouveau sera présenté au CNPN le 18 décembre, nous le publierons dès que nous l’aurons en notre possession).

Ce nouvel arrêté confirme que les ministères procèdent à la fuite en avant, niant les constats de toutes les instances scientifiques de l’inefficacité de cette politique de tir par rapport à la limitation de la prédation!

Pour participer à la consultation (arguments  à utiliser ci-dessous), déposez votre commentaire en bas de page ==>> ICI.

Lire la suite

Marche avec les loups, le 15 janvier 2020 au cinéma

FERUS est de nouveau partenaire du second film de Jean-Michel Bertrand « Marche avec les loups », le 15 janvier au cinéma.

Après avoir disparu pendant près de 80 ans et malgré les obstacles, les loups sont en train de retrouver leurs anciens territoires. Ce film raconte le grand mystère de la dispersion des loups : comment les jeunes loups quittent le territoire qui les a vus naître, et la façon dont ces aventuriers partent à la conquête de nouveaux territoires. Deux années durant, Jean-Michel Bertrand a mené une véritable enquête pour tenter de comprendre le fonctionnement complexe et erratique de ces jeunes loups, leurs rencontres avec leurs semblables et les opportunités de se mettre en couple. Dans le sillage des loups nomades, le film nous raconte comment ceux-ci doivent traverser des territoires hostiles déjà occupés par leurs semblables et dans lesquels ils ne sont pas les bienvenus, ou d’autres, plus nombreux, colonisés par les humains. Heureusement, subsistent des territoires sauvages connus seuls de ces aventuriers… Après La Vallée des Loups sorti en 2017 et qui a enregistré plus de 200.000 entrées, Marche avec Les Loups poursuit l’aventure de Jean-Michel Bertrand avec la nature.

Le livre du film « Marche avec les loups », en vente à la boutique de FERUS ==>> ICI.

Toutes les dates des avant-premières :

– Le 14 décembre à 20h00 à Obernai ( 67) au Cinéma Adalric, Rue Athic, 67210 Obernai.

– Le 16 décembre à Albertville (73) au Dôme, 135 Place de l’Europe, 73200 Albertville. En présence de Jean-Michel Bertrand.

– Le 17 décembre à Valence (26) au LUX Scène Nationale. 36 Boulevard Général de Gaulle, 26000 Valence. En présence de Jean-Michel Bertrand.

Lire la suite

Monges, Abruzzes, Asturies : séjours 2020 sur les traces des ours et des loups

Ours dans les Asturies. Photo www.sejour-faune-sauvage.com

Avec notre partenaire www.sejour-faune-sauvage.com

Vous avez découvert ces séjours par FERUS ? Précisez-le et 50 € seront reversés à notre association !

Massif des Monges dans les Alpes de Hautes Provence, les Abruzzes en Italie, les Asturies en Espagne, trois destinations sur les traces de vie de la faune sauvage. Des rencontres avec des éleveurs, des producteurs et d’autres acteurs respectueux de leur milieu de vie compléteront nos séjours. Ce mélange dont chacun a trouvé sa place, nous donne des pistes de réflexion et de proposition pour une meilleure cohabitation.

  • Cohabitons comme Grégorio éleveur Italien de 1600 moutons, vaches , chèvres et chiens de protection, au coeur du parc National des Abruzzes qui  côtoie en permanence ours, loups, cerfs etc. Cohabitons comme tous les villageois de Villeta barréa avec cette grande faune que nous croiserons certainement au coeur même de ce village.
  • Cohabitons avec les ours de montagne Asturienne, les genettes les loutres, les vautours etc. à l’image des habitants de la vallée de la Trubia en Espagne.
  • Et enfin, chez nous, dans ce massif des Monges ou s’observent entre autre  la gélinotte et le tétra lyre, l’aigle royal et la marmotte, mais aussi le loup et le mouton !

Ces séjours «  safari nature » sont proposés sur plusieurs saisons et vous laissent un libre choix de lieux, dates, en fonction de vos disponibilités et budget.

Lire la suite

Loup : massacre programmé en Norvège

Carte des meutes et couples de loups en Scandinavie (ROVDATA)

Loup en Scandinavie. Photo Baard Næss

Pour la troisième année, le gouvernement norvégien se prépare à un massacre de masse. Il prévoit de faire abattre 43 loups sur une population estimée à… à peine une soixantaine de loups !

Trois meutes (soit 17 loups) sont concernées dans la « wolf zone » (zone loup) + 26 animaux hors de cette zone.

Pourtant, le loup est classé en danger critique dans le pays et la Convention de Berne ne prévoit des abattages que dans des circonstances exceptionnelles. Comme en France, ce sont les lobbies qui font la loi et non les données scientifiques. Là bas, le loup est accusé à tort de menacer les intérêts de l’économie forestière et de la chasse.

Pour le gouvernement norvégien, la conservation du loup se limite à contenir sa population à 40-60 individus et à autoriser l’espèce uniquement dans la « wolf zone », qui couvre 5% du territoire. Un non-sens biologique.

La chasse a débuté le 1er décembre ; elle commencera le 1er janvier 2020 dans la « wolf zone ».

Lire la suite

Tirs de loups : les dommages collatéraux

Le louveteau erratique de Valberg

Mise à jour du 29 novembre 2019 :

L ‘ONCFS vient de donner des nouvelles du louveteau, actuellement en centre de soins spécialisé ==>> ICI. Nous avions entre temps adressé un courrier à l’ONCFS pour savoir ce qu’il en était.

Mise à jour du 5 novembre 2019 :

D’après le sous-préfet du 06 « Il n’est pas en mauvaise santé, et a priori pas blessé » (…) « Après une période d’observation, les autorités environnementales verront s’il peut être relâché. L’animal a vocation à vivre en milieu naturel et ce n’est pas normal pour un loup d’être là ».

Nous serons là pour que cet animal puisse rejoindre le milieu naturel. Les paroles du sous-préfet sont encourageantes et nous espérons que les pouvoirs publics feront le choix de relâcher le louveteau et n’inventeront pas de fausses excuses pour le garder en captivité.

Mais le sous préfet dit aussi : « Il n’y a aucun élément pour faire le lien entre la présence du louveteau et les tirs de prélèvement effectués à proximité des troupeaux dans les alpages ces derniers mois ». Les éléments que nous avons en notre possession ne disent pas du tout ça…

Lire la suite

Décod'Ours : nous démontons les fausses informations véhiculées dans les médias

FERUS et Pays de l’Ours-ADET ont lancé l’opération Décod’ours, dont le but est de démonter les fausses informations véhiculées dans les médias par les opposants à l’ours.

Décod’Ours n° 14, novembre 2019

Article décodé : les tribulations de l’ours Cachou (la Dépêche du Midi, 2 novembre 2019).

Exemples :

  • « L’ours Cachou, fils du mâle Balou et de la femelle Plume, a été «arrêté» en mai dernier par les autorités espagnoles après avoir franchi la frontière franco-espagnole. Équipé d’un collier GPS depuis sa capture, ce mâle de 4 ans est persona non grata dans le val d’Aran, où ses attaques ont fini par excéder les éleveurs ibériques. » CONFUSION ! Ce texte pourrait faire croire que Cachou a été équipé d’un collier émetteur suite à des prédations répétées. C’est en fait le contraire : n’ayant jamais fait parler de lui auparavant, il a été capturé et équipé dans le cadre d’un programme « LIFE » catalan, financé par l’UE, qui prévoit d’équiper plusieurs ours à des fins d’expérimentation. Étrangement, le comportement excessivement prédateur qui lui est attribué est apparu après cet équipement.
  • « Cachou, un infatigable chasseur » INEXACT ! Terme pas forcément adapté pour une espèce non pas carnivore, mais omnivore avec 10% d’alimentation carnée.
  • « Le chiffre : 1 322. Animaux prédatés > depuis le 1er janvier. » FAUX ! Erreur encore trop fréquente malgré nos incessantes mises au point, et qui consiste à confondre le nombre total de bêtes mortes ou blessées examinées lors des constats et le nombre de bêtes ayant effectivement été attribuées à l’ours à l’issue de la conclusion de ces mêmes constats.

Voir le Décod’Ours n° 14 en intégralité et avec les sources ==>> ICI

Lire la suite

Un loup en Charente-Maritime

Le loup photographié à Saint-Thomas de Conac (photo DR)

Communiqué de la préfecture de Charente-Maritime, 21 novembre 2019 (extraits)

« Le mercredi 20 novembre après-midi, un grand canidé a été pris en photo, trottant à proximité de parcelles de vigne sur la commune de Saint-Thomas de Conac, au sud-ouest du département. L’observateur a transmis la photographie et plusieurs détails à l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage qui l’a authentifié comme étant celle d’un loup gris (Canis lupus lupus).

(…)

Lire la suite

Mise à jour annuelle de l’aire de présence détectée du loup en France

L’ONCFS vient de publier une mise à jour de l’aire de distribution du loup en France.

Pour résumer : « L’aire de présence du loup progresse de façon continue en France, depuis le retour de l’espèce au début des années 1990. Sa présence régulière est confirmée sur plus de 38000 km² et il fréquente de manière occasionnelle 26000 km² du territoire. Cette distribution a augmenté de 6 % depuis l’année dernière. Au total, ce sont près de 65000 km² qui sont concernés par la présence du loup, soit près de 12 % du territoire métropolitain. »

FERUS tient à rappeler que malgré cette croissance de l’aire de distribution du loup en France, il n’y a toujours aucun noyau reproducteur en dehors des Alpes alors que les autres massifs ont été atteints dès les années 1990. Ce qui est anomal pour une espèce dynamique comme le loup et compte tenu du caractère favorable de ces habitats (couvert forestier, proies sauvages abondantes).

Lire la suite