Lynx ibérique : premiers lâchers en Andalousie et 20 lynx cédés au Portugal

Le 14 décembre 2009 a marqué une étape importante pour la préservation du lynx ibérique avec le relâcher de 2 animaux élevés en captivité. Le secteur de Guadalmellato, province de Cordoue (Andalousie, Sierra Morena), a vu en effet le retour de cette espèce menacée qu’on n’avait pas vu dans cette partie de la province depuis des années. Les 2 lynx, un mâle et une femelle, sont les premiers à être relâchés dans la nature afin de former une nouvelle population de lynx ibérique.

Caberú et Charqueña sont âgés de 4 ans et proviennent de 2 centres de captivité différents (CREA de Grenade et le centre d’élevage d’Olivilla à Jaen). Ils passeront les premiers mois de leur nouvelle liberté dans un enclos d’adaptation de 4 ha pour maximiser les chances de reproduction. Le mâle sera remis en totale liberté avant la naissance des jeunes, suivi de la mère et de sa portée 3 ou 4 mois plus tard.

Le relâcher a eu lieu devant un parterre de journalistes et notamment en présence de la ministre de l’environnement Cinta Castillo qui a décrété ce 14 décembre comme « un jour historique ».

Selon la ministre, des études scientifiques diverses ont identifié le secteur comme pouvant abriter environ 30 femelles reproductrices et que la colonisation pourrait se poursuivre dans la province de Cordoue sur une aire de 18 000 ha entre les communes de Villafranca et Adamuz, ce qui permettrait la connexion entre les noyaux de l’espèce existants afin de tenter de remédier à la fragmentation des populations et à la consanguinité.

Ce relâcher étant une expérience pilote sans références antérieures dont les résultats ne sont pas garantis, il faudra attendre le printemps 2010 pour le relâcher de nouveaux lynx dans d’autres secteurs d’Andalousie.

L’administration a indiqué que cette action de conservation renforçait sa coopération avec la société en général et avec les propriétaires privés en particulier qui ont collaboré avec le gouvernement régional.

Quelques jours plus tard, 2 autres couples de lynx ont été relâchés, eux aussi en enclos d’adaptation dans un premier temps : 2 adultes (Cascabel et Diana) le 18 décembre et 2 juvéniles de 2 ans (Elron et Eclipse capturés à l’état sauvage en Sierra Morena) le 21 décembre. Les 6 lynx relâchés à Guadalmellato ont été sélectionnés selon leurs gènes. Ils ont été équipés de colliers-émetteurs GPS.

A partir de 2011, 20 à 40 lynx devraient êtres relâchés chaque année.

Retour du lynx au Portugal

20 ans après son extinction, le lynx ibérique est de retour au Portugal, pour l’instant en centre de reproduction en captivité. En octobre 2009, une femelle de 4 ans en provenance du parc zoologique de Jerez (Espagne) a en effet été transférée au nouveau centre de reproduction de Silves, au Portugal, dans le cadre d’un plan d’action pour la reproduction du lynx ibérique en captivité signé par l’Espagne et le Portugal en juillet dernier. 16 animaux supplémentaires l’ont rejoint depuis dont 4 capturés en milieu naturel. Ces lynx sont destinés à la reproduction plutôt qu’à la réintroduction.

27 femelles sélectionnées pour la reproduction en 2010

Par ailleurs, 27 femelles ont été sélectionnées pour la saison 2010 de reproduction en captivité, c’est à dire le plus grand nombre depuis le début du programme de reproduction. Les femelles sélectionnées se trouvent dans les centres de reproduction d’El Acebuche (Doñana) et de La Olivilla (Sierra Morena), au parc zoologique de Jerez (Cadiz), tous 3 en Andalousie, ainsi qu’au nouveau centre de Silves, au sud du Portugal. Les résultats des reproductions en 2010 seront cruciaux pour la conservation de l’espèce car le nombre d’individus sélectionnés pour les lâchers dépendra du nombre de naissances. Il y a environ 80 lynx en captivité.

Dans la nature, la population est estimée à 250 animaux tous en Espagne dans les provinces d’Andalousie et de Castille-La Manche. En Andalousie, on compte 170 lynx en Sierra Morena et 65 à Doñana. La population de Sierre Morena montre indiscutablement des signes de rétablissement avec une aire de répartition en augmentation et un nombre de femelles avec portées toujours plus élevé. La population de Doñana est considérée comme stable. En Castille – La Manche, il y a environ 12 animaux, tous sur une propriété privée.

Sources :

Les commentaires sont fermés.