FERUS

Lancement du collectif CAP Loup !

cap loup siteCommuniqué de CAP Loup, 4 avril 2014 (www.cap-loup.fr).

Naissance de CAP Loup !
Nous avons l’honneur de vous annoncer la naissance de « CAP Loup », le Collectif des associations pour la protection du loup !

Qu’est-ce que CAP Loup ?
CAP Loup est un ensemble d’associations de protection de la nature rassemblées autour d’une action commune : la protection du loup en France. Nos objectifs : assurer la présence de l’espèce en France, permettre et favoriser son retour naturel, et permettre la cohabitation entre le loup et les activités humaines.

Pourquoi un collectif ?
Nos associations se rassemblent pour agir de façon commune et plus efficace, face à la multiplication des offensives menées contre le loup par certains représentants du monde agricole, du monde de la chasse et par certains responsables politiques.

Lire la suite

Share

La population de loups en Andalousie pourrait être virtuellement éteinte

loup-ibérique-christophe-photographies

Loup ibérique © Christophe photographie

Selon les derniers chiffres du « Programme de conservation du loup ibérique » en Andalousie, il resterait entre 42 et 54 loups sur le territoire de la communauté autonome, répartis en 7 groupes. Un chiffre déjà alarmant, et pourtant, selon les données de certaines associations écologistes, comme Ecologistas en Acciòn, et d’experts, la situation est encore plus préoccupante. Pour eux, la population de loups pourrait être virtuellement éteinte en Andalousie, ou ne plus consister qu’en une poignée d’individus non localisés.

Jusqu’au 19ème siècle, les loups étaient très présents en Andalousie, et ils ont laissé leur trace dans la toponymie, les récits, les légendes, les chansons, les superstitions, les remèdes populaires… Mais la chasse, entre le 17ème et le 19ème siècle a beaucoup réduit la population lupine. Au 20ème siècle, on ne trouvait plus de loups que dans la Sierra Morena, avec des fluctuations dans les chiffres, jusqu’à la situation critique actuelle. A noter que le loup n’est plus une espèce chassable depuis 1986, date à laquelle il est devenu une espèce protégée.

Dans un entretien pour le site espagnol ECOticias.com, José Luis Anguita, membre de Ecologistas en Acción, explique que les estimations officielles, basées sur une méthode de collecte de preuves indirectes (empreintes, écoutes, collecte d’excréments – sans analyse, attaques présumées sur des herbivores…) ont fait croire pendant des années que l’on approchait le chiffre de 50 loups.

En réalité, personne, pas même la Junte (le conseil) d’Andalousie, ne sait combien de loups vivent encore dans la région. Le gouvernement a d’ailleurs fini par reconnaître son manque de rigueur, et ne parle plus aujourd’hui que d’un seul groupe reproducteur (sur lequel des doutes existent).

Le braconnage, les conflits avec les éleveurs, mais surtout le modèle cynégétique actuel en Andalousie, seraient les principales menaces pesant sur le loup.

Depuis les années 1970, un système de chasse intensive s’est installé, et avec lui un bornage des terres par l’installation de clôtures métalliques. Des terres à l’intérieur desquelles il est très facile de repérer et de tuer des loups sans que personne n’en sache rien. Résultat : la population a diminué au lieu de croître normalement.

L’espace est partagé entre quelques grands propriétaires terriens qui ne veulent pas du loup car il nuirait à leurs affaires, non pas parce qu’il mange quelques belles têtes de gibier, mais parce qu’il déplacerait le gibier en dehors des territoires où les chasses sont organisées.

Lire la suite

Share

Réglementation de la chasse en zones à ours en Ariège : La Cour d'Appel donne raison aux associations CEA et FERUS

logo ferus.frlogo CEA

Communiqué de presse, 16 avril 2014

Réglementation de la chasse en zones à ours en Ariège :

La Cour d’Appel donne raison aux associations CEA et FERUS

Par un jugement en date du 16 décembre 2011, le Tribunal Administratif de Toulouse a annulé partiellement l’arrêté préfectoral d’ouverture et de clôture de la chasse du 23 Mai 2011 du Département de l’Ariège et annulé totalement les arrêtés du 10 Novembre 2009 et du 2 Juillet 2010 car ils ne prescrivaient pas de mesures suffisantes de protection de l’ours par rapport à la chasse en battue. Le Ministère de l’Écologie a préféré faire appel de ce jugement en janvier 2012, plutôt que de rentrer dans une démarche constructive permettant la protection de l’ours et le maintien de l’exercice de la chasse en zones à ours.

Le 9 avril 2014, la Cour d’Appel de Bordeaux a confirmé le jugement du Tribunal Administratif de Toulouse du 16 décembre 2011.

Lire la suite

Share

Autorisation de tir contre l'unique loup de l'Aude : le collectif CAP Loup réagit et écrit au préfet

Canis Lupus Aude salgues

Le loup de l’Aude © 2014 F.SALGUES – JP.POMPIDOR

CAP Loup, collectif des associations pour la protection du loup en France (Animal Cross, ASPAS, FERUS,  Agir pour la biodiversité, 1000 traces, SFEPM, WWF)

Monsieur le Préfet
Préfecture de l’Aude
52 rue Jean Bringer,
11000 CARCASSONNE

le 15 avril 2014

Monsieur le Préfet,

Par arrêté du 1er avril 2014 (n°2014090-007), vous avez autorisé la réalisation de « tirs de défense en vue de la protection du troupeau » de Monsieur Edgard Juin sur les communes d’Hounoux et Fenouillet-du-Razès, troupeau ayant fait l’objet de prédation par le loup.

Moins d’un mois après la constatation officielle de la présence du loup dans l’Aude, nous déplorons votre choix de gérer à coup de fusils le retour naturel de cette espèce.

Votre autorisation de tirs létaux est insensée.

Suite à la prédation sur ce troupeau, vous indiquez que M. Juin a mis en oeuvre des mesures d’urgence consistant à rentrer ses animaux la nuit et à assurer « une surveillance accrue » pendant la journée. Il serait utile de préciser quels sont les
moyens réellement mis en place pour cette « surveillance » et s’ils constituent de véritables mesures de protection. D’autre part, des opérations d’effarouchement non létales ont été autorisées (arrêtés du 15 et 21 mars). D’après votre arrêté, l’autorisation des « tirs de défense » est intervenue alors que ces opérations d’effarouchement étaient toujours en cours, et qu’aucune nouvelle attaque sur ce troupeau ne semble avoir été constatée. Rien ne permet donc ici de justifier le
recours à des « tirs de défense ». Quand bien même il y aurait d’autres prédations sur ce troupeau, rappelons que les tirs ne peuvent être assimilés à de la protection
du bétail. Votre autorisation de tuer un loup est même contraire à l’esprit de la Directive Habitats.

Lire la suite

Share

25 ours et 171 brebis : Bilans 2013 et perspectives pour un futur plan ours

logo ferus.frCommuniqué de presse FERUS du 11 avril 2014

25 ours et 171 brebis

Bilans 2013 et perspectives pour un futur plan ours

Alors que le travail débute au sein du comité de massif pyrénéen (élus et acteurs locaux) pour le contenu du futur « plan ours », les services de l’État officialisent les données « ours » pour l’année 2013 :

  • 25 ours dont 1 mort ont été recensés ;
  • 171 brebis mortes sur les 18 000 à 30 000 qui meurent chaque année en estives sont du fait de l’ours ;

Ferus se réjouit de voir que la population d’ours dans les Pyrénées se maintient. Ces données confirment de nouveau que les ours ont toute leur place dans ce beau massif et que la cohabitation est possible.

Lire la suite

Share

Loup : 20 reproductions détectées en 2013 (et 13 cas de mortalité)

loup-teillon-esteron-ONCFS SD 04

Présence confirmée de la meute du Teillon-Esteron au travers des prospections de hurlements provoqués confirmé par un cliché de piège photo : ONCFS SD 04 ©

En été 2013, 20 cas de reproduction ont été recensés sur le territoire français, meutes transfrontalières comprises, contre 14 en 2012. Toutefois, la conduite des opérations de suivi de la reproduction a été modifiée entre 2012 et 2013 : elle est désormais effectuée sur des zones nouvelles ou incertaines, même si la reproduction constatée hors protocole hors de ces zones reste prise en compte et comptabilisée.

En 2013, trois reproductions ont été notamment détectées sur trois nouvelles meutes qui passent en ZPP (Zone de présence permanente) :

- deux dans les Alpes-de-Haute-Provence : Teillon – Estéron en rive gauche du Verdon (au nord de la ZPP Cheiron-Estéron) et Issole – Verdon en rive droite du Verdon (entre les ZPP Teillon-Estéron et Grand Coyer).

- une dans le Var : Canjuers Sainte-Croix à l’ouest de la ZPP Canjuers.

En détail (source Quoi de Neuf n°30, bulletin du réseau Loup de l’ONCFS)

Alpes-de-Haute-Provence (6 reproductions)

Les secteurs des Trois-Evêchés-Bachelard et Haute-Bléone ont fait l’objet de prospections conjointes pour mieux identifier une éventuelle séparation des groupes sociaux de loups. La reproduction est relevée uniquement sur le versant Haute-Bléone, accréditant l’hypothèse d’un seul et même groupe d’individus présent sur ce territoire.

Deux nouvelles ZPP apparaissent dans les Alpes-de-Haute-Provence abritant chacune une meute de loups reproductrice à savoir « Issole – Verdon » en rive gauche du Verdon et « Teillon Estéron » au sud-est, limitrophe avec les Alpes-Maritimes, toutes deux dissociées maintenant du Grand Coyer.

Reproductions également sur les ZPP des Monges, Parpaillon-Ubaye et Grand-Coyer.

Lire la suite

Share

Quoi de Neuf, le bulletin du réseau loup

réseau loup lynx quoi de neuf

img-010705Le dernier Quoi de Neuf n° 30 (août 2013) vient de paraître :

couv-qdn-loup-30

Quoi de Neuf – Réseau Loup – 30

Sommaire :

  • Actualités : zones de colonisation, mortalités et autre
  • La réorganisation des modalités du suivi hivernal du loup : une optimisation des moyens
  • Bilan 2013 du suivi estival des loups
  • Observation d’une attaque de loup en Vanoise…
  • L’occupation territoriale des meutes entre Maurienne, Clarée et vallées italiennes connexes
  • Les cerfs face à la prédation des loups : une stratégie du type « action-réaction »

    Lire la suite

Share

Bénévolat : parler de l'ours dans les Pyrénées toujours et encore

bénévolat-ours-pyrénées 2014Communiqué de presse de FERUS, 7 avril 2014

La 7ème campagne d’information sur l’ours est en marche

Prémices pour de futurs lâchers d’ours ?

Appel à bénévoles pour Parole d’ours 2014

FERUS, association nationale de protection de l’ours, du loup et du lynx en France, sera, pour la septième année consécutive, au cœur d’une dynamique locale pyrénéenne en faveur de l’ours via son programme d’information et de communication Parole d’ours, qui se déroulera du 16 juin au 22 août 2014 dans les Pyrénées.

Parole d’ours, prémices des futurs lâchers d’ours ?

Cette année, plus que jamais, la présence de Parole d’ours sur le terrain est primordiale. En effet, début 2014, le ministère de l’Écologie annonçait la sortie d’un « plan ours » dans les Pyrénées avant la fin de l’année.

Certes, cette annonce est pleine de promesses mais ne nous leurrons pas, nous devons continuer d’agir et d’occuper du terrain, car rien n’est jamais gagné d’avance.

Lire la suite

Share

Allemagne : un loup reproducteur venu de Pologne victime d'un tir illégal

loup-allemagne-Daubitz © Lupus

© Lupus

Ce 28 mars dernier, un loup mâle a été découvert mort par des forestiers près de Weißkeißel (arrondissement de Görlitz, dans le land de Saxe), à l’extrême sud-est de l’Allemagne, non loin de la frontière avec la Pologne. C’était le mâle reproducteur de la meute de Daubitz. Les premiers examens ont confirmé un tir illégal (une balle au ventre). L’arrondissement de Görlitz a porté plainte contre X et une enquête de police a été diligentée. Depuis 2000, 5 loups ont été tués illégalement en Saxe : 4 tués par arme à feu et un cinquième délibérément écrasé.

Le loup abattu près de Weißkeißel venait de Pologne et avait permis d’apporter du sang neuf à une meute dont la parenté des membres était très étroitement imbriquée. Il était le père des 7 louveteaux nés en 2013. La femelle reproductrice devrait mettre de nouveau bas en mai mais cette fois-ci le père ne pourra pas participer au nourrissage des louveteaux. La question se pose de savoir si les autres loups du groupe, âgés d’à peine un an, pourront effectuer cette tâche ou si la femelle reproductrice retrouvera d’ici là un nouveau mâle.

Source : communiqué Wolfsregion Lausitz, 31 mars 2014

Share