FERUS

Api'ours, l'appel à parrainage de ruches et d'arbres fruitiers continue

video api ours

Alors que Parole d’ours s’est terminé en août, Ferus prépare son action automnale et printanière Api’ours.

Pour rappel, Api’ours est un programme de plantations, ruches et pollinisation. C’est un programme complet autour des enjeux pour la biodiversité dans les Pyrénées.

Pour plus d’informations sur le projet, consultez notre DOSSIER DE PRÉSENTATION.

Il y a quelques mois, nous avions lancé une quête Ulule (site de financement participatif en ligne) afin de récolter un financement privé, basé sur le don de particuliers. Cet argent étant destiné à commencer les premiers chantiers du programme dès cet automne.

Cette quête a malheureusement échouée. Cependant, les donateurs étaient bel et bien au rendez-vous, aussi bien via Ulule (75 contributeurs quand même) que grâce à des dons directement envoyés par chèque à notre association (environ 15 donateurs). La quête Ulule ayant été à son terme sans atteindre l’objectif fixé, sans doute à cause de la période estivale et de l’objectif à atteindre trop élevé, nous avons perdu les dons des 75 contributeurs.

Lire la suite

Share

Ouverture de la chasse au loup dans les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes et la Savoie

loup cible MB noir et blanc

Photo @ Morgane Bricard

Avec l’ouverture de la saison de chasse, les grandes manoeuvres commencent…

Savoie :

Le préfet de la Savoie Eric Jalon a signé le 15 septembre deux arrêtés autorisant chacun le prélèvement de deux loups (voir ICI et LA), dans le cadre du dispositif prévu par l’arrêté ministériel du 5 août 2014 (qui prévoit le recours aux battues au grand gibier, chasse à l’approche et à l’affût). Les tirs pourront être effectués jusqu’au 16 octobre.

Hautes-Alpes :

Le 12 septembre, le préfet Pierre Besnard a signé 2 arrêtés de tir de prélèvement :

- A Ceillac dans le Queyras est autorisé un « tir de prélèvement classique » d’un loup (sans recours aux battues au grand gibier). Pour info, Ceillac est la commune où un louveteau a été percuté par une voiture, soigné en centre de soins et où le préfet a d’ores et déjà annoncé que si elle survivait -c’est une femelle-, elle ne serait de toute façon jamais relâchée en milieu naturel ;

- Sur la commune du Dévoluy, un prélèvement de deux loups est autorisé dans le cadre du dispositif prévu par l’arrêté ministériel du 5 août 2014 (avec recours aux battues au grand gibier, chasse à l’approche et à l’affût).

Lire la suite

Share

Ours Balou : le dossier arrive sur le bureau du Premier Ministre

ours slovenie roger isoard2

Photo @ Roger Isoard

Communiqué de presse de l’association FERUS, 17 septembre 2014

Ours Balou : le dossier arrive sur le bureau du Premier Ministre

Les résultats de l’autopsie de Balou sont enfin connus. FERUS attend toujours la décision gouvernementale pour le remplacement de cet ours.

En juin dernier, l’ours Balou réintroduit en 2006 a été retrouvé mort sur les hauteurs de Melles (Haute-Garonne). L’autopsie a écarté toute implication humaine dans sa mort.

FERUS rappelle sa demande de remplacement de cet ours ainsi que le renforcement nécessaire de la population d’ours des Pyrénées, conformément aux préconisations du Muséum National d’Histoire Naturelle.

Cette demande a été formulée à Ségolène Royal, alors ministre de l’Écologie, le 11 juin dernier. Depuis, Madame Royal a prouvé son incompétence sur ce dossier.

Lire la suite

Share

La justice stoppe les tirs de loup en Meuse

loups-AK

Photo @ Anthony Kohler

Communiqué, 16/09/2014.

La justice stoppe les tirs de loup en Meuse

L’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS), One Voice et Ferus viennent d’obtenir une nouvelle victoire contre un arrêté illégal de tir de loup en Meuse. Face à l’empressement de l’État à répondre aux sollicitations des éleveurs, opposés à la présence même du loup, le juge a estimé que ce tir de prélèvement était prématuré.

À la demande de nos associations, le juge des référés du tribunal administratif de Nancy a suspendu, ce lundi 15 septembre,  l’exécution de l’arrêté du 28 août 2014 de la préfète de la Meuse qui ordonnait le prélèvement par tir d’un loup.

Le juge des référés a estimé que cette décision ne respectait pas les dispositions de l’arrêté interministériel du 15 mai 2013 réglementant les possibilités de dérogations au statut strictement protégé de cette espèce. En effet, un tir de prélèvement ne peut être ordonné qu’en cas d’échec des autres solutions envisageables (protection des troupeaux, tirs de défense) c’est à dire en cas de récurrence et de persistance d’attaques importantes malgré la mise en œuvre de ces mesures.  Or la présence du loup en Meuse est très récente et les éleveurs de cette zone du centre du département n’ont pas encore tous mis en place ces mesures alternatives. Ordonner la destruction du loup en Meuse est donc illégal.

Lire la suite

Share

Reportage anti-loup sur France 2 : écrivez au médiateur !

ravages loup delahousseLa chaîne de télévision France 2 a diffusé samedi 6 septembre un reportage intitulé « les ravages du loup » (–> ICI, à partir de 23:10). Les associations de CAP Loup ont écrit à la chaîne pour lui faire part de leur indignation face à teneur de ce reportage très partisan contre la protection du loup.

Nous vous invitons à écrire de même au médiateur de France 2 : demandez un meilleur traitement de l’information sur le dossier loup !

Ecrivez en utilisant vos mots. Vous pouvez vous inspirer du courrier ci-dessous envoyé par CAP Loup.

Envoyez votre message sur cette page du site internet de France 2. Merci à tous !

Lire la suite

Share

Pétition : Stop au massacre des bouquetins !

bouquetin

IMPORTANT : SAUVONS LES BOUQUETINS DU BARGY !

Le bouquetin, animal paisible et doux, emblématique des Alpes, est interdit de chasse depuis 1962. Dans le massif du Bargy, l’Etat a décidé de tuer tous les bouquetins de 5 ans et plus.

Prise dans la précipitation, cette décision visant à supprimer un foyer de brucellose était loin d’être la seule envisageable : les instances scientifiques (CNPN, CSRPN) se sont d’ailleurs opposées à cet abattage. Pour l’Agence de Sécurité Sanitaire, il n’y avait pas d’urgence à agir, car le risque de transmission aux autres espèces est, selon l’expression des experts, extrêmement faible. Sans même que le groupe d’experts n’ait eu le temps d’étudier la solution de la vaccination, plus de 230 bouquetins ont déjà été abattus depuis octobre 2013. Par souci d’économie et contre l’avis des instances scientifiques, l’Etat ne prend même pas le temps de différencier les individus sains des individus positifs à la brucellose ; parmi les bouquetins tués, beaucoup ne sont pas malades. Les tirs se poursuivent actuellement visant à éliminer, dans le Bargy, tous les bouquetins de 5 ans et plus. Sous la pression des éleveurs et des chasseurs, l’Etat pourrait décider d’éradiquer la totalité de la population des bouquetins du Bargy dans un futur proche.

 >>> Je signe la pétition ! <<<

Lire la suite

Share

La Gazette des grands prédateurs n°53 (août 2014)

couv-gazette53-FERUSAoût 2014édito-gazette53-FERUS1

Éditorial par Pierre Rigaux

Royal et les autres médiocres

On savait le mouton roi jusque dans le cœur des parcs nationaux. On savait la volonté de ne pas avoir en France de grands espaces naturels sans agriculture ni autre forme de gestion. On savait l’incompétence de Ségolène Royal comme d’autres avant elle sur le dossier loup, le dossier ours, sur tout ce qui touche à la faune, aux écosystèmes, aux enjeux de la protection de la nature pour notre humanité. La ministre de l’écologie refuse de nouvelles réimplantations pour sauver ce qui reste de l’ours dans les Pyrénées. Elle affirme que le loup est en sureffectif en France et signe le retour des battues pour le réguler. Ce qu’on entend comme pires bêtises dans les bistrots de chasseurs n’est pas plus triste. Il y a peut-être trois cents loups dans notre pays. Est-ce trop pour 400 000 km2 sans villes, dont 150 000 km2 de forêts pleines de chevreuils, sangliers, cerfs ? Les loups pourraient être dix fois plus nombreux et faire partie de la faune ordinaire. Les ours pourraient être des centaines.

Bassesse au ministère, bassesse à la direction du parc national des Écrins et sa lamentable battue aux loups de juillet dernier, organisée après la visite de la ministre. Le tir est interdit dans le cœur du parc, alors on tente de rabattre les loups vers la périphérie où des tireurs les attendent, sur arrêté préfectoral. Pas de loup abattu cette fois, mais la honte pour les parcs nationaux. Les Ecrins, c’est 120 000 moutons en estive chaque année, et aucune meute de loup reproductrice. La nature, on vous dit. Minable directeur de parc, Bertrand Galtier, polytechnicien qui voulait que la zone soit « nettoyée des loups ». Minable préfet des Hautes-Alpes, Pierre Besnard, co-auteur de la magouille. Minable ministre.

Lire la suite

Share

Récit : loups et bisons dans les Bieszczady (Pologne)

Bieszczady - gazette 49Loups et bisons dans les Bieszczady

Par Didier Chaumeil

Article paru dans la Gazette des grands prédateurs n°49 (août 2013)

Notre vieux continent européen, artificialisé de toutes parts, recèle encore, fort heureusement, quelques lieux suffisamment sauvages pour satisfaire l’amateur de grands prédateurs. Cependant, même parmi les sites les mieux préservés, quasiment aucun n’a pu conserver l’ensemble de sa faune.

Après avoir sillonné l’Europe à la recherche de l’ours et du loup, j’éprouvais toujours une certaine nostalgie de ne pas avoir, sur un même lieu, la possibilité d’observer l’ensemble des grands mammifères.

Aux confins de l’Union européenne, une ultime région offre encore cette possibilité : les montagnes des Bieszczady.

Coincées entre l’Ukraine et la Slovaquie, elles sont situées à l’extrême sud-est de la Pologne. Elles appartiennent à l’immense massif des Carpates.

Lire la suite

Share

Italie : l'ourse Daniza est morte pendant sa capture

daniza

Daniza et ses oursons

L’affaire de l’ourse Daniza avait soulevé une vague de protestation et une mobilisation des réseaux sociaux sans précédent en Italie (la pétition a obtenu plus de 43 000 signatures). En effet, les autorités avaient décidé de procéder à la capture de cette femelle ourse car elle avait chargé un ramasseur de champignon alors qu’elle était en forêt accompagnée de ses 2 oursons. Une réaction qui n’est pas anormale d’un point de vue biologique, et qui aurait pu être évitée si le ramasseur de champignon avait eu un comportement plus approprié.

Nous venons d’apprendre que la capture de l’ourse a eu lieu dans la nuit du 10 septembre mais que Daniza n’a pas survécu à la dose d’anesthésiant qui lui a été administrée. Sa dépouille va être autopsiée. Ses oursons sont donc maintenant orphelins. L’un d’eux a lui aussi été capturé puis immédiatement relâché dans la nature après avoir été équipé d’étiquettes aux oreilles. Malgré tout, leurs chances de survie dans ce secteur sont plutôt bonnes, du fait de l’absence de prédateur d’une part et de l’abondance de nourriture d’autre part. Les autorités ont assuré qu’elles prendront des mesures si les deux oursons rencontraient des difficultés.

Ce triste épilogue nous rappelle qu’une capture comporte des risques réels pour la santé et la survie des animaux sauvages. Dans les Asturies en mai 1998, un mâle ours adulte avait succombé après s’être débattu pendant plus d’une journée, et 10 ans plus tard, dans le Trentin, une jeune ourse était morte noyée dans le lac de Molveno, suite aux effets d’une flèche anesthésiante d’une équipe de capture du Service Faune de la province… Soulignons que le maintien des oursons à l’état sauvage est une bonne décision (il avait été question de les capturer et de les placer en captivité).

Lire la suite

Share