Séjours dans les Abruzzes du 9 au 16 septembre 2018

ours abruzzes

Observation d’un ours dans les Abruzzes © Marc Linares

L’esprit du séjour :

La télé nous offre chaque jour de superbes reportages, de merveilleuses images saisies de par le monde sur lesquels la nature nous surprend, nous émerveille ou nous inquiète. Conscient de cela, chacun d’entre nous s’étonne parfois que cette nature si riche, si variée, si surprenante souvent s’exprime par sa diversité sans que nous, humain, n’en étions informé ou acteur de ce changement.

Le retour du loup en France et ses conséquences est en cela un merveilleux témoignage d’une nature libre et seule à même de nous remettre enfin les pieds sur terre. Colonisation de notre territoire par ce super prédateur, présence et maintien difficile de l’ours dans les Pyrénées, conflit bien souvent démesuré entre pro et anti, la France serait-elle en décalage avec ses voisins? Pourquoi?

Lire la suite

Séjours Traces de vie - Pistes de loups

Photo © Marc Linares

Séjour 6 jours/5 nuits  dans les Hautes Terres de Provence et le massif des Monges

Du 18 au 23 février 2018 

Du 3 au 8 juin 2018

Comprenant :
– La pension complète (repas, nuitées, petit-déjeuner, piques-nique).
– L’encadrement par un Accompagnateur montagne.
– Les intervenants et visites.

Tarif : 495€. Vous avez connu ce séjour par FERUS ? 50€ seront reversés à l’association.

Territoire de nature, territoire de vie, territoire de biodiversité, les Hautes Terres de Provence et le massif des Monges offrent aux visiteurs des paysages sauvages d’une grande force grâce à la double influence méditerranéenne et alpine.

Voisiner avec les ours des Asturies

ours asturiesrenards asturies2Séjours Espagne en 2018 :

 Du 22 au 29 avril 2018

Du 13 au 20 mai 2018

A partir du gîte naturaliste « Casa Folgueira » (www.casafolgueras.com) parfaitement aménagé par Marie et Pierre Boutonnet, nous rayonnerons dans la vallée de Rio Trubia à la recherche de la faune locale : ours, vautour, chat forestier, loutre, genette, cerf… Lors du séjour de 2017, nous avons pu observer une dizaine d’ours dont deux femelles et leurs oursons !

Affûts le matin et le soir, entrecoupés d’instants de détente, inspirés par notre lieu d’accueil.

Lire la suite

32 loups décomptés du plafond : FERUS interpelle Nicolas Hulot

Monsieur le Ministre,

A ce jour, 31 loups ont été abattus par le gouvernement français. En seulement 3 mois. Et sans compter le braconnage dont le nombre reste inconnu (le cadavre d’un loup braconné vient d’ailleurs d’être découvert en Haute-Savoie). Une fois le plafond de 40 loups atteint, ce qui interviendra sans conteste bien avant le 30 juin 2018, que comptez-vous faire ? Permettre encore et encore des tirs sur une population de loups qui reste vulnérable ?

Vous nous rétorquerez peut être qu’à compter du 32ème loup abattu, seuls les tirs de défense sont autorisés. Mais dans la réalité, 23 des 31 loups ont été justement abattus par tirs de défense qui n’interviennent pas toujours près des troupeaux et peuvent même être réalisés en l’absence de ceux-ci. Où est la défense des troupeaux ?

Lire la suite

Merci à Nutrition et Nature d’avoir soutenu Parole d’ours 2017

Parole d'ours 2017 - photo Aurélia Puerta (10)LOGO NUTRITION & NATUREL’entreprise ancrée dans le sud-ouest de la France, dont le siège social est basé en Haute-Garonne, à Revel, a accepté de soutenir notre programme pyrénéen Parole d’ours, en faisant don de repas cuisinés et biscuits, le tout issu de l’agriculture biologique et « vegan », couvrant ainsi une partie des besoins alimentaires des équipes de bénévoles.

Merci également à Julien, adhérent de FERUS et bénévole « redoublant » de notre programme d’information sur l’ours, qui a permis de mettre en contact début 2017 l’entreprise et notre association.

Nous vous rappelons qu’aura lieu ce dimanche 29 octobre, 18h30, à Borce (64) en Vallée d’Aspe, dans les Pyrénées Atlantiques :

Une conférence-débat, animée par FERUS, en partenariat avec Parc’Ours, sur les 10 éditions de Parole d’ours : « L’acceptation sociale autour de la problématique de l’ours dans les Pyrénées ».

Lire la suite

Motion anti-loup : CAP Loup rappelle à l’ordre le Parc Naturel Régional du Vercors

loup-ak-texte-pp

Photo Anthony Kohler

En septembre dernier, le bureau du parc naturel régional du Vercors a adopté à l’unanimité une motion contre le loup. CAP Loup vient d’adresser un courrier au président et au vice-président du parc.

Objet : « motion loup » du Parc Naturel Régional du Vercors, 26 septembre 2017

Monsieur le Président,

Monsieur le 1er Vice-Président,

Le 20 septembre dernier, le bureau du Parc Naturel Régional du Vercors (PNRV) a signé par vos mains une « motion loup » présentant la présence des loups dans le PNRV de façon uniquement et très abusivement négative : « impact sur l’équilibre cynégétique », « mise en péril de certaines exploitations [d‘élevages] », etc.

Face à cette position ouvertement défavorable à la présence d’une espèce strictement protégée, position inacceptable de la part d’un Parc Naturel Régional, nos 40 associations, représentant plus de 200 000 adhérents, tiennent à vous adresser des demandes précises.

Vingt ans après le retour naturel des loups dans le Vercors, les 205 000 ha du PNRV (dont 125 000 ha de forêts) n’accueillent que 2 à 3 meutes, soit une « densité » moyenne très faible de 1 loup par carré de 10×10 km.

Les difficultés que peuvent rencontrer certains éleveurs ovins à s’adapter au retour des loups dans le Vercors ne doivent pas faire oublier que la présence des loups est une chance formidable pour ce territoire, tant sur le plan écologique (rôle de prédateur naturel des grands herbivores sauvages), que touristique (attrait du public pour cette espèce aimée par 80% des Français*).

Lire la suite

Emmanuel MACRON doit autoriser des lâchers d'ourses dans les Pyrénées, il s'y est engagé !

ourse ourson melles oncfs

Une ourse et son ourson dans les Pyrénées en 2017. Photo ONCFS / Equipe Ours

Communiqué de presse des associations FERUS, FIEP, Pays de l’Ours-Adet, 26 octobre 2017

Emmanuel MACRON doit autoriser des lâchers d’ourses dans les Pyrénées, il s’y est engagé !

Si Emmanuel MACRON veut vraiment faire du respect de ses engagements une marque de fabrique de son mandat présidentiel, il doit autoriser le lâcher d’ourses dans les Pyrénées dès 2018.
Il s’y est en effet engagé, à plusieurs reprises, comme le montrent ses propos issus de son propre site de campagne :

Emmanuel Macron : « on ne peut pas donner des leçons sur la biodiversité … si nous, on est infichus de vivre avec quelques loups, quelques lynx, quelques ours.”
Pascal Canfin : …  » est-ce que, sous votre quinquennat, il y a la réintroduction de l’ours dans les Pyrénées ? »
Emmanuel Macron : « Il y a une réintroduction harmonieuse, discutée » … « … je suis pour le réintroduire parce que je suis pour la biodiversité … ».

Lire la suite

Conférence-Débat sur les 10 éditions de Parole d’ours

Affiche Conférence 10 éditions de Parole d'ours- Borce312_bigL’association Ferus, en partenariat avec Parc’Ours, vous invite à venir assister à une « conférence-débat » sur les 10 éditions de Parole d’ours de 2008 à 2017 :

« L’acceptation sociale autour de la problématique de l’ours dans les Pyrénées »

Une occasion pour vous présenter l’évolution des mentalités observée et mesurée sur le terrain dans les Pyrénées, depuis 2008, via notre programme Parole d’ours et proposer ainsi un « retour » de cette action auprès de la population locale et des acteurs du territoire, qui contribuent à la diffusion de l’information depuis les débuts.

Entrée libre !

Dimanche 29 octobre à Borce (64), à la Maison pour tous, à 18h30

Pour plus d’informations : oursferus@gmail.com / 06 46 62 19 47

Dossier de presse Parole d’ours 2008-2017 => lien

Les loups sont altruistes

KateDéfSortantLdeLaBaignoire1Mo

« Quand nous prenions notre bain, Kamala
devenait nerveuse et nous saisissait
doucement par le bras. »

Les loups sont altruistes. Par Pierre Jouventin

Article paru dans la Gazette des grands prédateurs n°61 (septembre 2016)

Abonnez-vous à la Gazette !

Il y a 40 ans, le directeur du parc zoologique de Montpellier, qu’il m’arrivait de conseiller pour héberger ses hôtes, m’a proposé de me donner un louveteau qui allait être euthanasié par manque d’acheteur. Il savait que mon épouse était amoureuse des loups, mais il m’a piégé par cette proposition insolite et inattendue. Pendant ma longue carrière au CNRS, ma spécialité a été la recherche de terrain en éco-éthologie des oiseaux et mammifères. Ce choix était scientifique, le milieu dans lequel évolue l’animal fournissant le pourquoi de ses adaptations, mais il était aussi éthique. Bien qu’à cette époque, la loi le permette même chez un particulier, je préférais dans la mesure du possible éviter la captivité des animaux sauvages. Comme je l’explique dans mon dernier livre, j’ai même été à deux doigts de renoncer à cette vocation parce que je ne voulais pas pratiquer de vivisection. Un demi-siècle plus tard, les travaux pratiques de physiologie animale sont toujours obligatoires dans le cursus universitaire de biologie : il faut apprendre à tuer pour étudier la vie… Ma femme et Éric, mon fils de 10 ans – qui avait peur des chiens – ont été enthousiastes et nous nous sommes lancés dans cette aventure d’élever un loup en appartement. En effet, j’habitais au deuxième étage en plein centre-ville mais je retapais la maison entourée d’un enclos dans laquelle nous vivons aujourd’hui et, pris au dépourvu, je pensais devoir patienter seulement quelques mois. Or, pour des raisons multiples, les travaux ont trainé et cela a duré quatre années…

Lire la suite