Motion des associations de CAP-Ours

Lâcher de l’ourse Claverina le 4 octobre 2018.

CAP – Ours Coordination Associative Pyrénéenne pour l’Ours
Pyrénées, Pays des Hommes, Pays des Ours

CAP Ours, communication du 8 octobre 2018
Motion

 
Réunies le 6 octobre 2018 en Béarn, les associations de CAP Ours :

– sont satisfaites de la réussite du lâcher de deux ourses dans les Pyrénées-Atlantiques où l’espèce est présente depuis des millénaires ;
– saluent le courage du gouvernement, des élus et des bergers favorables qui ont permis de relancer une dynamique de vie ;

Lire la suite

Les ourses Claverina et Sorita sont arrivées en Béarn

Le lâcher de Claverina

Communiqué de l’ONCFS, 5 octobre 2018 :

Elle pèse 140kg et son âge est estimé à 7 ans. Elle se prénomme Claverina. Au petit matin du 4 octobre, cette jeune ourse est arrivée en Béarn, dans le département des Pyrénées-Atlantiques (64), et a découvert son nouvel environnement, après un long voyage depuis la Slovénie.
Claverina est un prénom féminin qui puise dans le patrimoine béarnais et signifie « héritière » pour les spécialistes des langues occitanes ou, plus littéralement, « celle qui détient les clés ». Claverina peut en effet être considérée comme l’héritière de Cannelle, la dernière ourse de souche pyrénéenne.
Elle est la première ourse femelle à fouler le sol du Béarn depuis une décennie, dans une région où il ne reste que deux ours mâles. Son prénom témoigne de la volonté de l’État français de s’engager pour la conservation durable de l’espèce dans les Pyrénées.

Lire la suite

Le sauvetage de l'ours en Béarn est en marche

L’hélicoptère transportant la première ourse lâchée hier dans les Pyrénées. Photo La République des Pyrénées

Communiqué des associations FERUS / Pays de l’Ours-ADET, 5 octobre 2018

En 2004, le cadavre de l’ourse Cannelle, dernière ourse béarnaise, a été transporté par hélicoptère ; ces images ont choqué des millions de Français.

Quatorze ans après, le retour des ourses en Béarn se fait par les airs, tout un symbole.

Il faut des millions d’années pour créer une espèce, et quelques dizaines seulement pour la détruire … ou la sauver.

La deuxième ourse promise a été lâchée ce jour en Béarn.

Ce renforcement de la population d’ours des Pyrénées occidentales répond à la demande de 73% des habitants des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées.

Grâce à son plan « ours » et son plan pour la biodiversité parus en 2018, la France poursuit son action pour respecter à terme ses engagements européens vis à vis de la restauration d’une population d’ours dans les Pyrénées.

FERUS et Pays de l’Ours-Adet saluent le travail accompli ces derniers mois par les services et responsables de l’État.

Lire la suite

Un grand jour pour les Pyrénées et la biodiversité !

Lâcher de Ziva dans les Pyrénées en 1996. Photo FERUS.

Ce matin, une ourse a été lâchée en vallée d’Aspe.

FERUS félicite les pouvoirs publics d’avoir tenu bon devant les menaces et les intimidations des opposants minoritaires. Quatorze ans que la nature et les ours mâles du Béarn attendaient ce moment !

FERUS se réjouit également de l’intervention du ministre François de Rugy ce matin sur France Info. Finie la langue de bois sur l’attitude inacceptable et violente des anti-ours. Finie la langue de bois sur le coût soi-disant exorbitant de cette opération de réintroduction. Le ministre a comparé ce coût (350 000 euros) aux millions versés chaque année pour le soutien au pastoralisme. Il a conclu brillamment en indiquant que sans cet argent, il n’y aurait plus d’élevage en montagne. La vérité est dite, bravo ! (voir ICI à partir de 4mn 30).

N’oublions pas Nicolas Hulot qui a signé l’arrêté pour ces lâchers avant son départ du ministère de l’Ecologie.

Nous attendons maintenant impatiemment l’arrivée de la seconde ourse.

Réjouissons-nous de ce grand moment même si ces lâchers restent insuffisants. FERUS continuera à travailler sur la conservation de l’ours dans les Pyrénées. Dès à présent, nous accompagnerons ces lâchers avec nos actions Vigie ours (anti-braconnage), Parole d’ours (communication, information, sensibilisation) et Api Ours (programme de plantations et ruches).

Sans FERUS et nos partenaires associatifs, ces lâchers n’auraient sûrement jamais eu lieu.

Longue vie à ces ourses !

Lire la suite

Plusieurs lynx percutés sur les routes jurassiennes en septembre

Les lynx ont encore payé un lourd tribut à la route.

Plusieurs lynx ont été percutés sur les routes du département du Jura :

– 10 septembre : un jeune mâle tué à Morbier

– 25 septembre : une femelle gravement blessée à Châtillon (« sévère traumatisme crânien et fracture semi-ouverte du tibia gauche »). Un examen radiographique a également permis de découvrir la présence de cinq plombs dans la tête. Cette femelle a été prise en charge et est actuellement soignée par le Centre Athénas (tous les détails ICI). Ses trois jeunes, âgés seulement de 4 mois, ont aussi pu être récupérés et mis en sécurité par le Centre Athénas. Dès que l’état de la mère le permettra, toutes la famille devrait pouvoir être relâchée. Voir le récit de ce sauvetage ICI.

– 29 septembre : un jeune lynx tué à Vescles

– un autre lynx aurait été percuté mortellement le vendredi 28 septembre sur l’A39.

Sources : Centre Athénas

Une femelle a également été tuée en Côte-d’Or le 12 septembre (première preuve de présence de l’espèce dans ce département), voir ICI.

Lire la suite

Les personnes appelant à la destruction d’ours auront à rendre des comptes devant la justice

Photo Eric Durr

Communiqué, le 27 septembre 2018

Les personnes appelant à la destruction d’ours auront à rendre des comptes devant la justice

Certes l’incitation à destruction d’une espèce protégée n’est malheureusement toujours pas reconnue en France comme un délit, malgré les demandes répétées des associations, notamment lors de l’examen de la loi biodiversité en 2016 ; mais les personnes appelant publiquement à la « chasse à l’ours » ne doivent pour autant pas se sentir à l’abri de toute poursuite : le code pénal précise bien que « le complice est passible des mêmes peines que l’auteur d’une infraction »(*).

Les associations signataires recensent soigneusement les incitations publiques ou médiatiques à abattre des ours. Si un acte irresponsable devait être commis, toute personne l’ayant encouragé serait considérée comme complice et poursuivie devant les tribunaux en même temps que son auteur.

Les associations signataires rappellent les responsables publics et privés, socio-professionnels ou associatifs à plus de mesure et de responsabilité. Et demandent à l’Etat de rappeler la réalité de la protection de l’ours dans les textes comme sur le terrain. La liberté d’expression ne justifie nullement de s’asseoir sur les réalités juridiques et obligations de la France.

Lire la suite

Pyrénées : images des ours relevées en août / retour sur la rencontre entre un randonneur et une ourse suitée

Ours en Ariège, juin 2018

L’Écho des tanières n° 45 / août 2018, le bulletin mensuel du Réseau Ours Brun, est paru (à télécharger ICI) avec le bilan des activités de recherche sur le terrain, la cartographie et les informations diverses du mois d’août 2018.

Les photos et vidéos automatiques d’août 2018 viennent également d’être diffusées sur la chaîne Youtube de l’ONCFS (ci-dessous).

En bref :

Retour sur « la rencontre, dans le Val d’Aran, d’un randonneur avec une ourse suitée de 3 oursons de l’année. Si la presse a un peu brodé et mélangé les témoignages du randonneur et de son père qui a assisté à la scène à distance, l’ourse a bien effectué une charge d’intimidation, comportement classique d’un animal ayant des petits et surpris à courte distance. Lors de la vérification de son témoignage, le randonneur explique s’être trouvé «nez à nez» avec l’ourse (entre 5 et 10 mètres), au détour d’une petite croupe, sur un sentier de randonnée. Surpris autant l’un que l’autre, le randonneur est parti en courant et l’ourse l’a poursuivi sur quelques mètres. Le randonneur, se rendant compte que l’ourse courait trop vite, s’est arrêté et lui a fait face en criant et en levant ses bâtons de randonnée. L’ourse a aussitôt fait demi-tour pour rejoindre ses oursons. Tout s’est passé très vite et le randonneur s’est rendu compte qu’il n’avait pas eu la bonne réaction en partant en courant. Face à un ours ou un autre animal sauvage, il est en effet important de ne pas courir et de ne pas crier. Au contraire, il suffit simplement de se signaler en parlant le plus calmement possible et de s’éloigner en reculant tout en gardant l’animal à vue. »

 

Lire la suite

Pas de loups (encore) en Bretagne

Des médias ont relayé le probable retour du loup en Bretagne (une observation aurait été réalisée, des indices retrouvés, des hurlement entendus).

Pourtant, aux dernières nouvelles, il n’y a toujours pas d’indices de présence de l’espèce dans cette région.

Le groupe de personnes à l’origine de ces allégations est le même que celui qui pensait déjà avoir la preuve du retour du loup en Île-de-France en 2017 . L’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, chargé du suivi de l’espèce en France, avait alors démenti ces déclarations abondamment relayées à l’époque, et l’affaire avait tourné court évidemment.

Des loups en dispersion finiront tôt ou tard par atteindre la Bretagne, sans forcément s’y installer, n’en doutons pas. Mais aucune preuve sérieuse ne peut affirmer aujourd’hui qu’ils y sont déjà parvenus. La préfecture des Côtes-d’Armor l’indique également ; l’ONCFS a vérifié. Rien de probant.

Le loup en Bretagne, ce n’est pas encore pour maintenant.

Lire la suite

La vérité sur les dégâts d'ours en Ariège : + de 80% sont localisés sur 10 estives non-protégées

Par Pays de l’Ours-ADET

Nous avons analysé finement le bilan 2017 des dégâts d’ours en Ariège, à partir des chiffres transmis par la Préfecture de Foix. Le résultat est sans appel :

  • Les 5 estives protégées (regroupement nocturne des troupeaux et chien(s) de protection) n’ont subi que 8 % des dégâts ;
  • Les 4 estives partiellement protégées (regroupement OU chien) ont subi 10% des dégâts ;
  • Les 10 estives non-protégées (ni regroupement, ni chien de protection) concentrent 82% des dégâts.

La conclusion est claire : les moyens de protection sont (très) efficaces !

Nous analyserons bien sûr de la même manière les dégâts 2018 dès que les données seront disponibles. Les premiers éléments laissent penser que nous aboutirons à des résultats similaires, ce qui est logique.

Lire la suite