6 ans après la mort de Cannelle, l’ours Camille-Aspe Ouest porté disparu : la mort définitive de l’ours pyrénéen ?

6 ans après la mort de Cannelle, l’ours Camille-Aspe Ouest porté disparu : la mort définitive de l’ours pyrénéen ?

Actus en France Actus ours Toute l'actualité

Il y a 6 ans jour pour jour, on apprenait que l’ourse Cannelle, dernière femelle 100 % pyrénéenne, avait été abattue la veille laissant un ourson orphelin qui a survécu. Aujourd’hui, il semble très probable que le dernier mâle 100 % pyrénéen nommé Aspe-Ouest  (appelé aussi Camille côté espagnol) soit mort. On est sans nouvelles de lui depuis février 2010. Pour rappel, Aspe-Ouest est (était) atteint d’une maladie de peau sévère  qui lui avait valu le surnom de « cul pelé » vu que la partie arrière de son corps n’avait plus de poils ; certains experts ont attribué cette maladie au stress du à l’absence de femelle. Avec la disparition de Aspe-Ouest, c’est la souche d’ours pyrénéen qui disparait … Seul Cannellito, dernier fils de Canelle et de l’ours d’origine slovène Néré, porte encore les gènes pyrénéens. Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat à l’Ecologie, a annoncé le lâcher d’une ourse dans le Béarn au printemps 2011. Dans le noyau occidental pyrénéen, il ne resterait donc plus que 2 ours, des mâles (Néré et Cannellito). Dans l’ensemble des Pyrénées, autant côtés français que espagnol, seule une petite vingtaine d’ours survit. De nouveaux lâchers d’ours sont indispensables pour assurer la survie de l’espèce dans le massif. 2010, année mondiale de la biodiversité ….

Photo :  la dernière photo de l’ours Camille- Aspe Ouest à Anso (appareil photo automatique). Copyright Gouvernement d’Aragon

Lettre ouverte à C. Jouanno : attendre encore, c’est compromettre le lâcher d’une ourse en 2011 ! Voir ici

Revue de presse :

L’ours Aspe-Ouest est-il mort ? (octobre 2010)

Camille, le dernier ours originaire des Pyrénées, serait mort (le Post, 31 octobre 2010)

Mort de l’ours Camille : Gérard Caussimont dénonce une « farce » voire une « escroquerie » (SudOuest, 31 octobre 2010)

L’ultime photo de l’ours Camille (Sud-Ouest, 1er novembre 2010)

Le dernier ours autochtone des Pyrénées est mort (20 minutes)

Les autres liens :

cp : L’ourse Cannelle a été tuée ! (novembre 2004)

L’état de santé de l’ours Camille préoccupant (avril 2008)

Qui est l’ours « pelé » ? (juin 2008)

L’ours Aspe Ouest, toujours pelé, photographié en novembre et décembre en Aragon (janvier 2010)

7 commentaires sur “6 ans après la mort de Cannelle, l’ours Camille-Aspe Ouest porté disparu : la mort définitive de l’ours pyrénéen ?”

Oui que c’est triste … les deux derniers ours pyrénéens sont morts dans l’indifférence. On parle de Aspe ouest actuellement mais Camille (le vrai) a disparu il y a deux-trois ans discrètement comme il avait vécu. Je suis encore une fois déçu du manque de communication de l’ONCFS et de l’ETO sur ces sujets. Des ours disparaissent mais on n’en parle pas … on se voile la face pour ne communiquer que sur ls naissances masquant ainsi un plan ours voué à l’échec tel qu’il est construit.
Si Camille est surement mort de vieillesse il y a 2-3 ans comme feu papillon à un âge avancé de 25-30 ans, Aspe ouest lui n’était âgé que de 12 à 14 ans. Mais la maladie dont il était atteint et qui lui a valu le pauvre sobriquet de « cul pelé » l’a surement affaibli. On entend ca et là que cette maladie pourrait être le fait la conséquence du stress du à l’absence de femelle… a ce que je sache, de tous les ours qui divaguent en slovénie ou en italie … aucun n’a aujourd’hui le cul pelé ou souffre de pertes de poils importantes.
Non, mon idée sur le sujet est qu’aspe ouest souffrait surtout de la consanguinité et de la très faible diversité génétique des derniers ours pyrénéens. Cela l’a rendu très fragile et vulnérable … et cette situation ne peut aujourd’hui que se généraliser à l’ensemble des ours dans les pyrénées étant donné l’architecture de celle ci. Pour rappel, la vingtaine d’ours que nous avons sont tous issu d’un même père (pyros) et de 2-3 femelles (melba, hvala et … ziva). Pour ziva rien n’est moins sûr car des nombreux oursons auxquels elle a donné naissance notamment en 2000 et 2002 … aucun n’a jamais été identifié depuis.

Nous pouvons en vouloir à nos parents et nos grands parents pour avoir abandonné l’ours à son ours … mais c’est nous aujourd’hui qui avons le devoir de transmettre aux générations futures une montagne vivante, une chaîne des pyrénées où l’ours serait toujours roi en son royaume. Et la seule solution pour cela est d’apporter du sang neuf par l’introduction d’au moins 5 ours sur les 5 prochaines années .. soit 1 par an.

Toute autre voie qui priviligierait une croissance naturelle de la population ne pourra nous amener qu’à des cas comme Aspe Ouest et à une disparition de l’ours comme s’en est rendu compte l’Autriche il y a de cela 2-3 ans.

Enfin, Férus met sur l’avant scène pyrénéenne le destin tragique d’Aspe-Ouest , dernier plantigrade mâle de souche autochtone !… Cet ours au cul pelé était né en 1998 , il était agé d’une douzaine d’années , et il est mort des suites d’un dérèglement hormonal induit par un manque de femelles en béarn depuis de trop nombreuses années …
Rien à voir donc avec la mort de cet ours Camille que toute la presse pyrénéenne , écrite et en ligne, nous présente comme un vieil ours malade de 25 à 30 ans mort de vieillesse !!!
Cette confusion avec le l’ours Camille mort depuis une ou deux saison est incroyable de non sens !… Qui est donc responsable de cette erreur à réparer au plus vite ( et Férus commence à le faire ) ?…
Il ne faut surtout pas faire croire que le dernier ours de souche pyrénéenne est mort de sa seule vieillesse ! C’est un mensonge ! …
Aspe-Ouest , qui aurait dû être dans la force de l’age, est mort des conditions faites par l’homme , les élus locaux , l’iphb et l’Etat à ces derniers ours mâles béarnais qui sont sans femelles depuis la mort de Cannelle .
Chacun , sans avoir fait des études de médecine , pourra aisément comprendre qu’une altération hormonale et donc des glandes endocrines assurant le bon fonctionnement de l’oragnisme et du système nerveux peut forcément entrainer à la longue des pathologies létales … C’est à ce niveau qu’il faut établir et dénoncer les responsabilités de ceux qui depuis tant d’années maintiennent ces mâles en situation de solitude stérile et de dépérissement !
D’instinc et comme beaucoup d’autres espèces sauvages , les deux principales priorités dans la lutte pour la survie de l’ours sont : se nourrir et procréer . Refuser des femelles à ces mâles béarnais les condamnent donc à une maltraitance caractérisée qui peut induire à des pathologies fatales !
L’homme est responsable de la mort de l’ours Aspe-Ouest et il ne peut s’affranchir de
cette responsabilité .
C’est pour cela que les associations doivent impérativement faire la lumière sur la mort de cet ours , dire qu’à l’évidence il n’est surtout pas mort de vieillesse , pointer du doigt la responsabilité de l’homme , et en conséquence réclamer à l’Etat le renfort d’un second ours pour le Béarn !
Il faut rendre leur dignité aux deux derniers mâles , Néré et Cannelito , qui restent sur le terrain !
Merci à Férus d’oeuvrer en ce sens !

Je voudrais dire à Teddy Bear , ( d’abord bonjour ! ) , qu’en Slovénie ou en Italie les ours mâles qui divaguent ont tout le loisir de croiser ,à un moment donné ou à un autre, des femelles et ne sont donc pas maintenus , en période de rut , à une solitude complétement stérile , années aprés années … L’hypothèsede la consanguinité est néanmoins intéressante . Personnellement je penche d’avantage vers l’option émise par les scientifiques espagnols . Une maladie de peau traduit parfaitement un déséquilibre endocrinien et donc un dérèglement hormonal . La cause de l’absence de femelles en est tout à fait plausible. Les effets de la consanguinité vont plutôt se traduire par des avortements , des malformations et un fort taux de mortalité dans le premier age … Les effets de la consanguinité ne sont pas toutefois à mésestimer et c’est pour ça que la mort d’Aspe-Ouest du fait de l’homme doit conduire les associations à demander le renfort d’un second ours en béarn .

En fait la confusion des ours Aspe-Ouest et Camille vient de l’Espagne (presse notamment) : les Espagnols parlent de Camille alors qu’il s’agit en fait d’Aspe Ouest (le vrai Camille est sans doute mort de vieillesse il y a quelques saisons en effet)

La République des Pyrénées ( 64 ) a donné la réponse …. Cette maladie de peau , pathologie parasitaire de la vieillesse , c’est la Sarna . La République , dans sa dernière édition , sait tout et connait toute la vérité , à l’instigation de qui ? Mystère …. Qui pilote la communication ? … Mystère . Hier , il était entendu que l’ours pelé était Aspe-Ouest , aujourd’hui c’est Camille …. Qui a décidé qu’il en serait ainsi et sur quel critère ? … Mystère …. Qu’est-il advenu d’Aspe-Ouest ?… Encore un mystère …

Qui donc manipule qui et quoi ?… Est-ce une stratégie ? Laquelle ? …. Toujours le mystère !… On a détérré le fantôme du vieux Camille pour en faire le dernier ours des Pyrénées … Dans quel but et pourquoi ?… Aspe-Ouest est passé aux oubliettes de l’histoire de l’ours , affranchissant ainsi l’homme de toute responsabilité dans la disparition du dernier plantigrade de souche donné pour mort de vieillesse, donc de mort naturelle … Dans quel but et pourquoi ? … On aimerait comprendre !

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2010/11/02/la-mort-probable-de-camille,163845.php

A part ça , quand on lit la réaction , perverse , cynique et ironique de Jean Lassalle , on comprend que l’ours en Béarn n’avait aucune chance , et était condamné avant et après la création de l’IPHB … Dans ces conditions , on peut se demander quel avenir peut rééllement avoir l’ours en Béarn, sans aucune autorité de l’Etat , sans aucun appui politique et tant que séviront des personnages tels que Jean Lassalle !…

Citation :  » Jean Lassalle, député et président de l’Institution patrimoniale du Haut-Béarn (IPHB), a fait part de sa stupéfaction à l’annonce de la disparition de l’ours Camille : « Au moins cette fois, l’Institution patrimoniale n’y est pour rien. Et si j’étais aussi tordu que certains, j’intenterais un procès pour non-assistance à ours en danger. Je suis accablé par tant d’incompétence. On nous met de côté sous prétexte que nous ne sommes pas foutus de nous occuper des ours, et je constate que ceux qui le font aujourd’hui sont particulièrement performants. Ne pas être capable d’avoir des nouvelles depuis six mois… Le plus beau, c’est que ce soit les Espagnols qui en donnent. Chapeau ! Ce sont vraiment des artistes. Laisser mourir le dernier ours mâle, tout seul en Espagne, bravo !  »

( Jean Lassalle / La République des Pyrénées )

Le fanfaron de l’ironie perverse J.Lassalle, qui visiblement ignore tout du sort de l’ours sur son territoire , mais ne peut ignorer que ces mâles sont sans femelles depuis la mort de CANNELLE , reproche ( sans doute aux associations ) de ne pas avoir sauvé un ours qui en suivant la logique est mort naturellement de vieillesse … Je ne vois pas ce qu’il y a à faire pour sauver un vieil ours qui va mourir de vieillesse ! Par contre on sait tout ce que n’a pas fait l’IPHB , et en particulier J.Lassalle , pour sauver les plantigrades béarnais de l’extinction et on sait tout ce qu’il reste à faire pour sauver Néré et Canellito !…

En attendant , toute personne se souvenant d’Aspe-Ouest , plantigrade né en 1998 et disparu du territoire béarnais sans laisser aucune trace et qui aurait une quelconque explication sur son évaporation mystérieuse avec la neige du dernier printemps est priée de se faire connaitre ! …

« Nous pouvons en vouloir à nos parents et nos grands parents pour avoir abandonné l’ours » . Cette phrase du commentaire de « Teddy Bear » n’est pas complète. Il y manque la responsabilité de la génération actuelle qui n’ a pas fait grand chose (à part des parlottes) pour s’opposer à la volonté de destruction de l’ours d’une certaine catégorie d’humains (politicards, chasseurs, éleveurs, faux scientifiques et médias véreux) qui tiennent toujours le haut du pavé en matière d’environnement . Qu’en pense Chantal ?

Tu as raison, Jacques.
N’oublions pas la génération actuelle.
N’oublions pas ceux d’entre qui choisissent d’être représentés par des gens qui ne f… pour l’Ours et pour lesquels ils continuent de voter.
Dominique Voynet et Yves Cochet, c’est pour vous.


Les commentaires sont fermés.