Actus en France | FERUS

Loups tués en France pour la période 2017-2018

louve-abattue-alpes

Louve abattue à Bouvantes dans la Drôme en 2004. C’est le premier loup tué par les pouvoirs publics en France. Photo ONCFS

loup cible MB noir et blancUn arrêté interministériel autorise le tir de 40 loups du 1er juillet 2017 au 30 juin 2018. L’arrêté et notre réaction ==> ICI. A ce jour, 25 loups ont déjà été abattus.
Participez à la campagne #SOSLoups pour dire NON à cet abattage massif inutile ==> ICI.

  • octobre (Var) : un loup mâle abattu par un chasseur à Aiguines. 25
  • octobre (Alpes-Maritimes) : une louve abattue par la brigade loup en Basse Tinée. 24
  • 12 octobre (Hautes-Alpes) : un loup abattu par un chasseur dans le cadre d’un tir de défense à Saint-Disdier en Dévoluy. 23
  • 7 octobre (Alpes-Maritimes) : un mâle et une femelle abattus à St-Dalmas-le-Selvage. 21 et 22
  • 1er octobre (Hautes-Alpes) : un jeune loup tué par un chasseur lors d’une battue au sanglier dans le Dévoluy dans le cadre d’un TPR. Quelques heures après seulement, un troupeau était attaqué, preuve que les tirs de loups sont inutiles. Seuls les moyens de protection sont efficaces à court et long termes. 20
  • 23 septembre (Alpes Maritimes) : un loup mâle tué à Belvédère par un chasseur en battue, dans le cadre d’un TPR. 19
  • 22 septembre (Savoie) : une louve tuée par  un chasseur lieutenant de louveterie dans le cadre d’un TDR aux Allues. 18
  • 20 septembre (Hautes-Alpes) : une jeune louve et une louve adulte tuées par des chasseurs à Orcières dans le cadre d’un TDR. 16-17

    Lire la suite

Share

Soutenez le film sur la cohabitation d'Axel Falguier !

6AxelUn film enquête sur la protection des troupeaux face aux loups en France d’Axel Falguier

Pour apportez votre soutien qui permettra de financer le tournage, le montage et la diffusion du film, rendez vous sur le site de financement participatif :

>> BLUEBEES > Loups et moutons : Le film <<

Pourquoi réaliser un tel film ?

Depuis le retour du loup dans les montagnes françaises, la cohabitation avec le monde pastoral est difficile. Ce sujet a été largement traité dans les médias mais rarement de facon objective et rarement en essayant de concilier les avis des différents acteurs ou de proposer des solutions concrètes.  

Lire la suite

Share

Parole d’ours 2017 : 10 éditions pour informer et « prendre la température »

Affiche Conférence 10 éditions de Parole d'ours- ArbasCommuniqué de presse Ferus du 18 octobre 2017logo ferus.fr

Parole d’ours 2017 : 10 éditions pour informer et « prendre la température »

Un bilan, des conférences !

2008-2017 : 10 éditions de Parole d’ours au plus près de la population pyrénéenne et des gens de passage pour informer et « prendre la température » au sujet de l’acceptation sociale de l’ours.

10445 personnes interrogées depuis 2008 – plus d’un million de brochures informatives et objectives diffusées sur l’ensemble des Pyrénées en 10 éditions.

Au fil des années, le programme « Parole d’ours » a pu mettre en évidence l’évolution graduelle des mentalités sur le terrain :

Victimes, nous aussi, de la propagande anti-ours, notre appréhension initiale a été définitivement balayée dès les premiers jours de la 1ère édition du programme par un excellent accueil sur le terrain, jamais démenti depuis. Chaque été, nous avons ainsi réussi à déjouer les tentatives de censure d’une minorité d’opposants tentant à tout prix de faire de l’ours un sujet brûlant voire tabou dont il ne fallait parler que pour le condamner.

Lire la suite

Share

Loups abattus en Savoie : la justice donne raison aux associations

aspasferusonevoice

loups abattages

Photo © Anthony Kohler

Communiqué de presse, ASPAS, FERUS, One Voice, 16 octobre 2017

Après la louve illégalement abattue dans la Drôme (voir –> ICI), le Tribunal administratif de Grenoble vient, une nouvelle fois, de donner raison à l’ASPAS, FERUS et One Voice, en déclarant illégal l’arrêté du préfet de la Savoie du 10 septembre 2015 (Lire l’ordonnance). Cet arrêté autorisait l’abattage de 6 loups par « tir de prélèvement renforcé » valable 6 mois sur les massifs de Belledonne, Maurienne et Thabor.

Le juge des référés de Grenoble, saisi en urgence en 2015, avait refusé à l’époque de suspendre ce permis de tuer. 3 des 6 loups « tuables » avaient ainsi rapidement été abattus par des chasseurs au cours de battues au grand gibier : un mâle adulte le 17 octobre 2015 à Saint-Colomban-des-Villards, un jeune mâle le lendemain à Saint-André en Maurienne et un louveteau le 5 décembre à Valmeinier.

Le Tribunal administratif suit aujourd’hui notre argumentation : ce tir de prélèvement n’était pas justifié, ces loups ont donc été abattus illégalement. L’ASPAS, FERUS et One Voice demanderont réparation du préjudice écologique subi.

Lire la suite

Share

Nicolas Hulot a répondu au député très anti-loup Pierre Morel A L'Huissier

hulotCe 2 octobre 2017, le ministre Nicolas Hulot a répondu au député Pierre Morel A L’Huissier. Ce député lozérien (Les Républicains) est bien connu pour ses positions très anti-loup. Il s’en est pris par ailleurs à notre association à deux reprises en interpellant Ségolène Royale en 2015 et 2016 à l’Assemblée Nationale, accusant notamment FERUS d’utiliser de l’argent public pour attaquer en justice les arrêtés de tir de loups (ce qui est faux, nous vivons principalement de dons et adhésions).

Dans son courrier, Nicolas Hulot pointe la fragilité de la population de loups en France et indique privilégier les solutions alternatives aux tirs de loups comme les moyens de protection des troupeaux. Il cite d’ailleurs l’efficacité de ces derniers en mentionnant le rapport Terroïko. Il conclut en précisant que « la France, qui invite les pays, d’Afrique en particulier, à mettre en place toutes les mesures pour préserver les grands mammifères, doit être en mesure de son côté de montrer l’exemple dans la préservation de ce grand prédateur, en facilitant sa cohabitation avec les systèmes d’élevage ». Aucun ministre, à ce jour, n’avait osé écrire ou dire de telles choses.

C’est pour nous un courrier réellement encourageant, une vraie volonté de réflexion, de recherche de solutions et un vrai désir de protéger l’espèce. Mais nous restons attentifs et attendons que les actes soient mis en concordance avec les paroles.

Lire la suite

Share

Présence de l'ours en Pyrénées occidentales : ALERTE ROUGE

Cannellito_13juin2015_Luz65_ONCFS

Cannellito en juin 2015 dans les Hautes-Pyrénées. Photo ONCFS

Communiqué de presse de l’association FERUS, vendredi 13 octobre 2017

Présence de l’ours en Pyrénées occidentales : ALERTE ROUGE

L’ours Cannellito, né en 2004 de la dernière ourse de souche pyrénéenne, a quitté son fief d’origine pour se rapprocher des femelles (présentes uniquement en Pyrénées centrales). L’ours Néré a suivi son fils. A ce rythme, il est fort probable que le mandat présidentiel d’Emmanuel Macron accompagne la fin de l’ours en Pyrénées occidentales.

Près d’un tiers de l’aire de répartition (Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées ouest) de la population d’ours n’est constituée depuis 13 ans que de deux ours mâles ; cette année, ils s’en sont allés dans le Luchonnais pour tenter de rencontrer des femelles.

Néré est revenu mais Cannellito semble rester loin de ses terres d’origine. Ainsi va la vie d’un ours abandonné par les Ministres et Présidents successifs.

Pendant ce temps, un jeune ours des Pyrénées centrales est venu prospecter le territoire abandonné par Cannellito. Pour combien de temps ? Les femelles ne viendront pas aussi loin.

La fin de l’ours en Pyrénées occidentales est programmée. Seule une décision rapide des représentants de l’État jusqu’au plus haut niveau peut sauver cette espèce.

Lire la suite

Share

Pyrénées : une quatrième portée d'oursons confirmée pour 2017 et Cannellito vivant !

2 oursons seix ariège

Une ourse et ses 2 oursons de l’année en Ariège en septembre 2017

écho des tanières 38L’Écho des tanières n° 38, le bulletin mensuel du Réseau Ours Brun, vient de paraître (à télécharger ci-contre) avec le bilan des activités de recherche sur le terrain, la cartographie et les informations diverses du mois de septembre 2017.

Les photos et vidéos automatiques de septembre 2017 viennent également d’être diffusées sur la chaîne Youtube de l’ONCFS (ci-dessous).

En bref :

Les photos-vidéos automatiques relevées en septembre semble confirmer une quatrième portée de l’année. D’autre part, suite aux premiers résultats des analyses génétiques : « Contrairement aux années précédentes, Cannellito (le fils de l’ourse Cannelle NDLR) a été détecté, en avril-mai-juin, sur la partie est des Hautes-Pyrénées et sur la partie ouest de la Haute-Garonne, ce qui pourrait expliquer sa non-détection dans les Pyrénées occidentales depuis juillet 2016. Des échantillons de poils de Néré ont aussi été trouvés sur Luchon, sur le même piège à poils utilisé par Cannellito 10 jours plus tard. A l’inverse, Rodri, qui avait été identifié 1 fois dans la partie est des Hautes-Pyrénées en octobre 2016, a été détecté 2 fois, en juin et août 2017, sur Estaing (65), zone jusqu’alors utilisée par Cannellito. Ces résultats, qui méritent d’être confirmés, montrent des échanges de mâles entre les 2 noyaux alors que les femelles restent sur le noyau central, les jeunes ourses s’installant à proximité de leur mère. En septembre 2017, une piste de grand mâle adulte a été trouvée sur Etsaut (64) ».

Lire la suite

Share

40 nouveaux loups à tuer : les Français ont pourtant dit non une fois de plus

loups morgane neige

Photo Morgane Bricard

Depuis juillet 2017, l’État français autorise de nouveau la possibilité d’abattre 40 loups (à ce jour, 22 loups ont déjà été tués). Auparavant, conformément à la législation, une consultation publique a été lancée pour recueillir les avis des Français. Les résultats de la consultation viennent d’être publiés. En l’espace de 3 semaines, 6047 avis ont été déposés, soit le double que pour la consultation du projet d’abattage 2016-2017. Une nouvelle fois, la très grande majorité (si ce n’est la quasi totalité) se sont exprimés contre le nouveau projet d’abattage : 98 % contre (en comparaison, 90 % étaient défavorables pour 2016-2017).

Les opposants au projet ont surtout mis en avant le statut de protection du loup, l’inutilité des tirs et l’insuffisance des mesures de protection.

Voir les résultats de la consultation ==>> ICI

Par ailleurs, vous pouvez consulter les motifs de la décision d’adoption du projet ICI. On notera la conclusion : « La dérogation à hauteur de 40 spécimens de loups ne nuira pas au maintien de l’état de conservation favorable de la population de loups en France, telle qu’elle est connue actuellement. » Il faut être vraiment clairvoyant pour en être certain, surtout que l’expertise collective du Muséum National d’Histoire Naturelle et de l’ONCFS (commandée par le ministère de l’Environnement) dit justement le contraire ! Mis à part 2017, les années précédentes ont d’ailleurs montré une stabilisation de la population, probablement dû, du moins en partie, à la hausse des tirs de loups.

Lire la suite

Share

Face à face avec le lynx

antoinerezer-140301-125004antoinerezer_140301-1250__ARE7356ret

Photo Antoine Rezer

Face à face avec le lynx. Par Antoine Rezer

Article paru dans la Gazette des grands prédateurs n°61 (septembre 2016)

Abonnez-vous à la Gazette !

Presque un an s’est écoulé depuis ma rencontre avec « Plume », une jeune femelle lynx. Je rejoins aujourd’hui, seul, une petite crête où passent souvent les lynx du secteur. Mais pas de neige cette année pour confirmer leurs passages récents. Le temps s’écoule, les averses de neige se succèdent mais elle ne tient pas au sol, je commence à avoir froid. Je me décide à bouger. Je cache une partie du matériel photographique et vais au dessus de la falaise des faucons pèlerins où j’observe la femelle. Trop tôt dans la journée pour y entendre le grand duc.

Je reviens finalement vers la crête. Le temps passe, je me mets à somnoler. Un craquement léger derrière moi me réveille. Je me retourne et il est là, le lynx si souvent invisible, à cinq mètres, peut­ être même moins ! C’est sans doute le mâle du secteur (confirmé depuis). Il est magnifique, majestueux.

L’animal fait un ou deux pas de plus vers moi et s’arrête. Il a l’air tout étonné de me voir sur son chemin. Moi aussi, même si je l’attendais ! La probabilité pour le voir est tellement faible. Le face à face ne dure qu’une dizaine de secondes, de longues secondes !

Lire la suite

Share