Allemagne : un automne difficile pour les loups de Saxe

Allemagne : un automne difficile pour les loups de Saxe

LOUP EUROPEEN
Actus internationales Actus loup Toute l'actualité
LOUP EUROPEEN

Le 4 décembre dernier, à proximité de la commune de Neuliebel (Saxe), une jeune louve était retrouvée morte au bord de la route S131, tuée par un véhicule. C’est la dernière victime d’une année particulièrement meurtrière pour les loups de la région de Lusace (« Lausitz » en allemand, petite région de 2500 km² située à cheval sur les länder du Brandebourg et de Saxe), à l’est de l’Allemagne, où vit la plus importante population lupine du pays.

10 loups tués en Lusace

Le début d’année avait déjà vu la mort, par collision routière, de 3 loups : un mâle en janvier et une femelle en février puis une femelle à nouveau au mois de mai, percutée par un camion sur l’autoroute A 15.

Au mois d’octobre dernier, en une seule semaine, trois loups ont été tués par des voitures en Lusace : le 13, un mâle de 2 ans de la meute de Nochten est percuté en pleine journée sur la route B 156. Cinq jours plus tard, un jeune mâle de la même meute est tué quelques kilomètres plus au sud sur la même route.

Le 19 octobre, c’est une jeune louve de l’année qui est retrouvée morte sur une voie ferrée, sur le territoire de la meute de Spremberg.

A côté de ces accidents, un cas plus troublant a amené trois associations (la Fédération de protection de la nature « NABU », le International Fund for Animal Welfare « IFAW » et le « Cercle des amis des loups ») à porter plainte contre X. En effet, une jeune femelle a été découverte morte le 2 décembre au bord d’un chemin forestier sur la commune de Lohsa, toujours en Lusace. Des indices, notamment l’orientation des traces laissées par un véhicule roulant visiblement à vitesse élevée, semblent indiquer que l’animal a été percuté délibérément.

Ce ne sont donc pas moins de 10 loups qui ont été retrouvés morts cette année dans cette région : sept collisions routières, un cas de braconnage (une louve trouvée le 3 mai sur la commune de Niesky, sur le territoire de la meute de Nochten) et deux cas où les causes de la mort n’ont pu être établies (un louveteau de la meute de Milkel en février, et un mâle, probablement de la même meute, en juillet).

Les associations rappellent que l’espèce reste fragile en Allemagne et regrettent que des mesures telle que la mise en place de systèmes de protection aux bords des routes, notamment de la B 156, ne soit toujours pas envisagée.

Le statut du loup remis en cause en Saxe

Malgré cela, le gouvernement du land de Saxe cherche actuellement à modifier le statut de l’espèce, en le faisant passer dans la liste des espèces chassables par un amendement du droit de la chasse. NABU s’oppose à une telle évolution. D’une part, la Saxe est le seul land d’Allemagne à disposer d’un plan de gestion du loup, lequel donne la possibilité de réaliser des tirs prélèvements en cas de problème de cohabitation avec l’élevage. D’autre part, les länder n’ont pas le pouvoir de légiférer dans le domaine de la protection de la nature en dehors du cadre posé par le droit fédéral, dans lequel le loup est strictement protégé. L’association envisage donc de porter l’affaire devant la Cour constitutionnelle.

Par Julien Aït El Mekki pour FERUS.

Sources :

Wolfsregion Lausitz Aktuelles

Wolf von Auto gehetzt und überfahren, Nabu (8/12/11)

Der Wolf gehört nicht ins Jagdrecht, Nabu (29/11/11)

Récapitulatif des découvertes de cadavres de loups en Lusace depuis l’an 2000 (en allemand) : tableau ICI.

4 commentaires sur “Allemagne : un automne difficile pour les loups de Saxe”

Je pensais naïvement que les allemands étaient plus tolérants que les français, ce n’est apparemment pas le cas !!!
C’est navrant de voir que les hommes soient décidement tous les mêmes, outres les frontières, les cultures, ils agissent tous de la même façon, en ne privilégiant que leurs intérêts.

Les Allemands sont surtout des fanatiques de voitures (pas tous, mais une grande partie). Des limites de vitesses sont rares et s’ils existent, ils sont ignorés.

@ didier,les allemands sont plus tolérants,les loups sont morts sur la route ,et les allemands aiment la vitesse oui,

Bonjour,
Je ne peux m’empêcher de faire un parallèle avec la situation du renard il y a quelques dizaines d’années en Belgique. A cette époque les terriers étaient impitoyablement gazés tant par ignorance écologique que par crainte de la rage. A cette époque, extrêmement rares étaient les corps de renards et corollairement de blaireaux (vu que souvent ils sont hôtes de renards) au bord des routes. Puis peu à peu le citoyen lambda a commencé à remarquer occasionnellement l’un ou l’autre corps, tant de renards que de blaireaux. Image affligeante dans un 1er temps pour l’amoureux de la nature, mais en réalité très réconfortante: cela signifiait que ces populations se rétablissaient, et qu’il y en avait de plus en plus puisque suite à la vaccination héliportée on ne gazait plus. J’ose espérer que semblablement la fréquence des collisions avec le loup a pour origine un accroissement de sa population.


Les commentaires sont fermés.