Battue à l'ours : FERUS demande une prise de position ferme de l'Etat | FERUS

Battue à l'ours : FERUS demande une prise de position ferme de l'Etat

Ours indéterminé le 11 juin 2013 (09) © O_N_C_F_S_ Equipe Ours (1)

Un ours en Ariège © ONCFS Equipe Ours

Communiqué de presse FERUS

 26 juillet 2013

FERUS demande une prise de position ferme de l’Etat

Face à une nouvelle désinformation orchestrée contre l’ours en Ariège et l’annonce d’un nouvel acte illégal, FERUS demande à l’Etat Français une réaction rapide, active et sans équivoque en faveur de la protection et du maintien de l’ours en France.

Des opposants extrêmes à l’ours annoncent une battue d’effarouchement à l’ours demain à Saint-Lary en Ariège. FERUS demande aux services de l’Etat, jusqu’au plus haut niveau, de réagir en rappelant que l’ours est une espèce protégée en France et d’envoyer, sur le terrain au lieu de la battue, des représentants de l’Etat pour constater l’infraction et assurer la protection des ours.

Actuellement, un climat d’impunité et de complaisance en faveur des opposants à l’ours semble régner dans les Pyrénées  ; nous constatons que le massif pyrénéen comprend en effet de nombreux élus du parti politique du Président de la République Française. FERUS espère ne pas devoir constater  que la sauvegarde de l’ours en France fait l’objet d’une connivence politique, malgré les obligations européennes de la France.

Conformément à nos engagements internationaux, il est urgent que les responsables de l’Etat français jusqu’au plus haut niveau disent clairement et rapidement que l’ours est présent dans les Pyrénées et qu’il y restera. Le débat du POUR ou CONTRE l’ours est dépassé depuis 1992 et il est urgent de travailler enfin sereinement à l’amélioration de la cohabitation de l’ours avec les activités humaines, loin de la désinformation contre-productive de certains élus.
Seule une réaffirmation sans équivoque du maintien et de la restauration d’une population d’ours dans les Pyrénées peut permettre des avancées constructives pour l’avenir de tous.

FERUS rappelle que 18000 à 30000 brebis meurent chaque année sur les estives pyrénéennes  ; en 2012, l’ours fut responsable de 272 brebis. Au regard de ces chiffres, on comprend bien que l’ours n’est qu’un bouc-émissaire pour une activité pastorale en mal de solutions durables.

+ d’actus

Chargement…

Share

Les commentaires sont fermés.