Mercantour : la louve équipée d’un collier émetteur a disparu …

Mercantour : la louve équipée d’un collier émetteur a disparu …

Actus en France Actus loup Toute l'actualité

Communiqué Parc national du Mercantour / ONCFS / FDC 06 / DREAL Rhônes-Alpes

19 septembre 2011

Disparition de la louve « Tinée » :
le collier GPS retrouvé sans trace de l’animal

Les équipes de suivi ont perdu la trace de la louve équipée le 11 avril 2011 d’un collier GPS et suivie depuis dans le Parc national du Mercantour : la dernière localisation envoyée par le collier a été reçue le 10 septembre dernier à 20h30. Des recherches ont donc été entreprises avec un récepteur VHF qui nous a permis de retrouver le collier, sectionné, dans la rivière Tinée hier soir, dimanche 18 septembre. Il a visiblement été découpé manuellement et jeté dans la rivière, mais les équipes de l’ONCFS et du Parc national du Mercantour n’ont trouvé aucun indice concernant l’animal.

Cette louve de la meute de Haute Tinée avait été capturée dans le cadre du programme scientifique Prédateurs – Proies sur les relations entre le loup et ses proies sauvages, piloté par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) en partenariat avec le Parc national du Mercantour (PNM), le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et la Fédération des chasseurs des Alpes maritimes (FDC06). Il s’agissait de la 3ème louve à être équipée d’un GPS dans le cadre de ce programme.

Le collier nous renseignait sur ses déplacements par des localisations GPS et surtout permettait aux équipes de terrain de localiser a posteriori l’ensemble des prédations occasionnées par la meute pour mesurer l’impact de la prédation sur les différentes espèces d’ongulés sauvages : chamois, chevreuil, mouflons et cerfs.

Photo : la louve équipée d’un collier émetteur le 11 avril 2011. Photo Gérard Carratti

Voir aussi :

Protocole prédateur-proies : une louve a été capturée et munie d’un collier GPS (avril 2011)

Loup : le Protocole Prédateur-Proies

9 commentaires sur “Mercantour : la louve équipée d’un collier émetteur a disparu …”

Selon toute vraisemblance cette louve aura malheureusement été braconnée , le tueur aura été surpris de trouver un collier , l’aura sectionné , jeté d’un côté et aura enterré l’animal ailleurs . C’est aussi simple que ça . Il faut donc pour tenir une comptabilité réelle de la population de loups ajouter aux tirs autorisés par le gouvernement ceux de personnes sans scrupules qui comptent bien faire disparaître quelques spécimens sous le couvert de la légalité de ces tirs autorisés . A partir du moment où le gouvernement ne trouve pas d’autres solutions que les tirs létaux et est incapable d’imposer des compromis de cohabitation tous les abus deviennent possibles . Il est absolument incohérent de dire que le loup est une espèce protégée et à protéger si certains , à commencer par l’Etat, s’autorisent à lui tirer dessus et… montrent ainsi l’exemple .

Et on va encore nous dire que le braconnage est un phénomène marginal sur les loups en France. Ca rappelle étrangement la triste histoire du mâle M10, mâle dominant du « Rose Creek Pack » tué illégalement le 26
avril 1995 près de Red Lodge au Montana et dont la tête équipée d’un collier avait été retrouvée dans un cours d’eau.
Le nombre de loup qui se font tuer illégalement chez nous est très élevé. Il ne peut pas en être autrement vu les signaux donnés par le gouvernement en direction de ceux qui ne supportent pas la présence des grands prédateurs en France.

Fred

Bien entendu, la louve a été tuée en toute illégalité mais l’auteur de ce braconnage ne sera pas inquiété outre mesure puisque le gouvernement a donné son accord à une éradication de cette espèce strictement protégé. Quand on parle de biodiversité et de développement durable en France, ce serait à mourir de rire si ce n’était pas si dramatique. Ecoeuré

triste info,certain doivent passez un temps fou dans la montagne,pour buter du predateurs.cela prouve et reprouve qu’ils n’ont pas grand choses d’autres dans la vie.triste monde ,bientot il n’y auras que nous meme a voir dans le restant de nature .comme dans un miroir.pour l’égo des dégénérés c’est bon!!

Ya plus qu’à faire l’enquête : les chasseurs au plan de chasse chamois sont obligatoirement inscrits sur un registre et les chasseurs de sangliers également : un interrogatoire en bon et du forme devrait éclaircir la situation.

Bravo, nous venons de découvrir pourquoi les grands prédateurs en france sont, a ce jour, toujours aussi peu nombreux.
Je pense que ce qui vient de ce produire dans les alpes, ce produit régulièrement partout en france avec le loup, le lynx et même l’ours.
Il est très facile pour les chasseurs locaux d’éliminer un animal, de faire disparaitre son cadavre, sans que personne ne soit même au courant de sa simple présence.
Voilà pourquoi une population de loups qui devrait être aujourd’hui d’environ 500 individus ne soit qu’à peine de 200.
Qu’une population de lynx qui devrait compter environ 400 animaux ne dépace pas non plus les 200.
Et enfin que seulement 20 ours peuplent nos pyrénées alors qu’ils seraient probablement être beaucoups plus nombreux si personne ne se chargeait de les éliminer au fur et a mesure qu’ils se reproduisent et explorent de nouveaux territoires.
Que faire contre ça ? Tant que notre politique sera aussi peu crédible en matière de protection de la nature, ce seront malheureusement toujours les chasseurs qui gagneront.
Eh oui, la faune leurs appartient, c’est leur territoire, pas celui des prédateurs.

Des ours ont disparu. Certains rejetons de Caramelles, par exemple. Idem pour Ziva… Avez-vous vu un changement en 2010, pourtant année internationale de la biodiversité ? Moi, RIEN.

C’est le grand massacre organisé de la faune sauvage…La guerre aux animaux …

plus de biodiversité , plus de paysage , plus de nature …alors plus de signes du tout !
alors comment se repèrer dans cette désolation . ?
Mais ya peut-être bien de l espoir moi je vous le dis comme nous le montre ce kangourou au fusil dans le film « crocodile dundee » . eh oui !


Les commentaires sont fermés.