Allemagne : les loups pourraient rapidement repeupler tout le pays

Photo © R. Stets, Archiv Naturschutz LfULG

L’Allemagne a réalisé une étude sur le comportement migratoire du loup, une première depuis le retour du prédateur dans le pays il y a de ça 11 ans (retour naturel en 2000 d’un couple de loups venu de Pologne). Les résultats ont été présentés le 27 octobre 2011 par l’Office fédéral pour la protection de la nature de Bonn.

Cette étude visait à savoir si les routes et les frontières constituaient un obstacle à la progression du loup, mais aussi à mieux connaitre le type et la taille de son territoire.

Pour savoir quand et comment les loups se dispersent, l’équipe de biologiste a équipé 6 jeunes loups de la région de Lusace de colliers GPS et a recueilli pendant 3 ans les données radiographiques. Voici les résultats pour 3 d’entre eux :

– l’un des jeunes loups a parcouru en 2 mois 1 550 km jusqu’en Biélorussie, traversant les autoroutes, et même la Vistule et l’Oder à la nage,

– son frère est lui resté 19 mois dans la meute parentale, avant de parcourir en 16 jours 400 km en direction de Berlin et de revenir, pour ensuite fonder sa propre meute non loin de celle de ses parents,

– leur soeur Mona vit toujours dans la meute parentale et ce après 27 mois de suivi.

Il en résulte que les loups peuvent se déplacer très vite et très loin mais aussi que la surface de leur territoire peut être très variable suivant les individus : entre 49 et 375 km2 de superficie, ce qui correspond à une moyenne de 172 km2.

« Nous avons été surpris de voir comment les différences de comportement migratoire et la taille des territoires sont à ce point individuelles », a indiqué la biologiste Ilka Reinhardt.

« Le loup lambda vit dans des structures similaires aux hommes » explique Ilka Reinhardt. Ils vivent généralement dans de petites familles. Les jeunes loups deviennent adultes et partent pour fonder leur propre famille. Cette famille marque son propre territoire et aucune autre famille n’y sera tolérée. « C’est pourquoi il est inutile de s’inquiéter d’une quelconque surpopulation de loups,  le nombre de loups pouvant vivre en Allemagne est limité par l’espace disponible. »

Felix Knauer, un spécialiste de la faune sauvage de l’Université de Fribourg, a analysé les territoires habités par les loups en Pologne et les a comparé avec les lieux présentant les mêmes caractéristiques en Allemagne. Il en a conclut que 400 meutes pourraient s’établir en Allemagne, en particulier dans les régions de moyenne montagne de l’ouest et du sud de l’Allemagne ainsi que dans toute la zone alpine. Mais pas seulement…

Au sein de leur territoire, les loups sont très adaptables et ne restent pas seulement dans les zones forestières mais aussi dans les espaces ouverts comme les landes.
« Les loups n’ont pas besoin d’une région déserte, mais ils peuvent très vite se disséminer dans notre paysage culturel et s’adapter à des environnements très différents » a déclaré Beate Jessel, la Présidente du BfN. « C’est pourquoi, il faudrait partout en Allemagne encadrer l’apparition du loup et assurer les bases d’un plan de gestion pour rendre possible la cohabitation sans heurt entre humains et loups.

« Les loups peuvent s’adapter à des environnements très différents » affirme Beate Jessel, la Présidente de l’Office fédéral pour la protection de la nature. « C’est pourquoi, il faudrait partout en Allemagne encadrer l’apparition du loup et assurer les bases d’un plan de gestion pour rendre possible la cohabitation sans heurt entre humains et loups. »

La Saxe a déjà un plan de gestion du loup qui prévoit de dédommager les éleveurs en cas d’attaque et de fixer les règles de veille scientifique de la population des loups.

Actuellement, il existe dans le pays 12 meutes de loups, neuf d’entre elles en Lusace, trois autres vivent en Saxe-Anhalt et dans le Brandebourg.

Source : « Wie der Wolf durch Deutschland streift« , Zeit Online (octobre 2011)

D’autres article sur la situation du loup en Allemagne :

– Encore un loup victime d’une collision avec un véhicule en Allemagne (mars 2011)

– Deux loups heurtés sur les routes allemandes, l’un d’eux venait… des Alpes ! (janvier 2011)

– Un petit point sur la population de loups en Allemagne (décembre 2010)

12 commentaires pour Allemagne : les loups pourraient rapidement repeupler tout le pays

  • Franska

    Bravo le loup !

  • didier

    Vivement que ces loups Allemands (ou Polonais) recolonnisent la France par l’Est et le Nord.
    Ils apporteront leur patrimoine génétique, ce qui n’est pas une mauvaise chose pour nos loups Français (ou Italien).
    A quand les loups Espagnols en France, se seront eux les prochains, n’en déplaisent a certains!!!
    Comme quoi, ce sera toujours la nature qui gagnera!!!

  • hayder

    C’est ce que nous souhaitons pour le reste de loups dans les autres zones

  • Jacques

    Il n’y a pas eu de réintroduction, en 2000, d’un couple de loups venu de Pologne… Il doit y avoir eu une erreur de traduction de l’article.

    En fait, il me semble que les « premiers » loups repérés en Allemagne (Saxe) l’ont été dès la fin des années 90 (de mémoire : 1998 ?) et qu’il s’était agi de loups venus de Pologne naturellement et pas du tout de réintroduction.

    Sinon, les distances parcourues par ces jeunes loups est impressionnante : 1500 km en deux mois pour un d’entre eux ! Si nos loups « italiens » en font autant, on va bientôt en voir en Bretagne !! :-))

  • oui bien sûr, il s’agit d’un retour naturel, ça a été corrigé sur l’article. merci

  • Franska

    Des loups en Bretagne ? Pour que cela devienne réalité, il faudrait peut-être cesser de les braconner ! Ce n’est malheureusement pas demain la veille que ces animaux recoloniseront le pays, à mon avis…

  • MICK64

    Cette étude s’ajoute à celle du loup « Ligabue » qui avait parcouru un extraordinaire périple en Italie et en France.
    http://www.loup.org/spip/Le-loup-italien-Ligabue-est-passe,397.html

  • Jacques

    Les Suisses essaient d’en découdre à nouveau avec le fauve. Voir : http://www.kora.ch/news/archiv/20111117f.htm

  • didier

    Quel mauvais exemple nous donne les suisses, que je pensais beaucoup plus engagés dans la protection des grands prédateurs.
    Il est probable qu’ils ont eux aussi subit des influences négatives et même céder aux revendications de je ne sais qu’elle corporation minoritaire.

  • Jacques

    Il y a aussi de bons exemples .. Voir : http://www.kora.ch/news/archiv/20111121.htm

  • Luc

    C’est bien, mais dans le Vaud il n’y a actuellement pas de loups et les 2 dégâts étaient causés par des lynx. Donc mauvaise comparaison. Mais au moins on fait des efforts au Vaud contrairement au Valais.

  • Une bien bonne nouvelle!
    Merci