Le Parlement européen écrit au gouvernement français pour lui rappeler son obligation de conservation de l’ours brun

European_flag_outside_the_Commission

Photo © Xavier Häpe via Wikimedia Commons

Communiqué de presse, Pays de l’ours-ADET / FERUS / FIEP, 16 novembre 2011.

3logos

Le Parlement européen écrit au gouvernement français pour lui rappeler son obligation de conservation de l’ours brun

Suite au déplacement des associations Pays de l’Ours-Adet, Ferus et FIEP à Bruxelles le 8 septembre dernier, la Présidente de la Commission des pétitions du Parlement européen a écrit à Nathalie Kosciusko-Morizet pour lui rappeler les obligations de la France en matière de protection de l’ours brun dans les Pyrénées.

Si la France ne prend pas rapidement des mesures crédibles, la Commission européenne pourrait bien la traduire devant la Cour de justice Européenne pour infraction à la Directive européenne « Habitats». La Commission Européenne a déjà indiqué qu’elle évaluerait les actions de la France dès la sortie de la très attendue « Stratégie pyrénéenne de valorisation de la biodiversité », annoncée par Chantal Jouanno en juillet 2010, et toujours en chantier…

Lire le courrier de la présidente de la Commission des pétitions au ministère de l’écologie :

ours NKM parlement européen

Lettre Parlement europeen NKM Ours 13/10/11

La pétition européenne en faveur de l’ours est portée par un collectif associatif composé de 15 associations :

associations pétition ours Pyrénées

Voir aussi :

– Protection de l’ours : La France bientôt condamnée ? (septembre 2011)

– Protection de l’Ours des Pyrénées : l’Etat français dans l’oeil de mire du Parlement européen (septembre 2011)

– Protection de l’ours : La Commission européenne rappelle les obligations de la France (juillet 2011)

5 commentaires pour Le Parlement européen écrit au gouvernement français pour lui rappeler son obligation de conservation de l’ours brun

  • christb64

    … « La Commission Européenne a déjà indiqué qu’elle évaluerait les actions de la France dès la sortie de la très attendue « Stratégie pyrénéenne de valorisation de la biodiversité », annoncée par Chantal Jouanno en juillet 2010, et toujours en chantier…  » … Très fort ! J’adore ! On peut attendre longtemps la fin du chantier !… C’est comme pour l’autoroute Calabraise gérée par la maffia payée par l’Europe , qui n’en finit pas d’être construite et donc indéfiniment subventionnée !… Aucune raison que finisse le chantier et attendant … on attend !

    Pas de chance que ce courrier soit envoyé à la veille d’une élection qui fait que le sort de l’ours dans les Pyrénées ne concerne plus Me N.K.M et sa fumeuse stratégie pyrénéenne ( oubliée par les uns , rejetée par les autres !) qui oubliera cette missive dans un tiroir , et ne concerne pas encore le prochain ministre de l’environnement nommé au printemps prochain qui néanmoins peut-être trouvera ce courrier oublié au fond du tiroir … ( à condition que Me N.K.M ne l’ait pas envoyé à la benne à ordures en vidant son bureau … ) Et que fera alors le prochain Ministre de cette missive à la veille des élections législatives … c’est une autre histoire … surtout ne pas se presser, surtout s’il est PS sachant que tous les députés PS des Pyrénées sont farouchement anti-ours … Probablement décidera t-il d’une nouvelle usine à gaz qui se proposera d’établir une nouvelle stratégie aussi fumeuse que la précédente qui aura pour principal objectif de temporiser et d’enfumer la Commission Européenne … Nous ne perdrons donc absolument rien à parier qu’avant que cette lettre obtienne une réponse et avant la prochaine sécheresse en Béarn il coulera beaucoup d’eau des gaves sous les ponts !…

    C’est malheureux à dire mais tant que la Commission Européenne ne menacera pas la France de supprimer toutes les subventions ours en supplément d’une amende sévère et ce jusqu’au prochain renforcement inscrit dans un plan sérieux et à long terme de sauvegarde de l’ours , il ne se passera rien .

  • Jacques

    A part faire des discours bien huilés, les politiques et les technocrates ne feront rien tant qu’ils ne sentiront pas l’opinion fustiger fortement leur inaction. La lettre envoyée par l’Europe à la France est d’ailleurs significative de la mollesse générale (elle ne fait que « souhaiter la mise en oeuvre des mesures nécessaires » , ce qui est tout sauf virulent.). Quant à nous, souhaitons donc que l’Europe continue à souhaiter, puisque c’est tout ce qu’on peut faire, apparemment -:((

  • christb64

    Malgré mon optimisme mesuré sur l’aboutissement de ce recours je tiens à dire que les Associations et Cap Ours sont dans leur rôle et qu’il fallait absolument faire cette démarche . Y aura t-il un quelconque frémissement de l’Etat en réponse , c’est à voir, probablement rien de concret avant fort longtemps . Il ne faut pas se voiler la face aucune décision ne sera prise avant le prochain gouvernement de 2012 et je vois mal le prochain ministre de l’environnement se précipiter à prendre une décision avant au moins 2013 , si tout va bien et si on évite une nouvelle réunionhite pathologique avec sa valse de tables rondes et de chaises vides … Néanmoins comme nos Etats sont maintenant de plus en plus gouvernés par les banques et la finance il est fort probable que les Instances Européennes en contre partie de leurs subventions généreuses puissent finalement imposer à la France d’honorer ses obligations et ses engagements pour ce qui est de la sauvegarde de l’ours dans les Pyrénées . On veut y croire !

  • didier

    Je suis curieux de voir la réaction du gouvernement Français, et surtout de voir ce qu’il va mettre en place pour appliquer les souhaits (puisque ce ne sont, que des souhaits) du parlement Européen.
    Va t’il enfin relacher une ou deux ourses en pays Béarnais? cela m’étonnerait, il va probablement faire durer le plaisir comme a son habitude, en trouvant je ne sais quel prétexte, pour ne pas tenir ces obligations. Pourquoi pas encore des intempéries!!!!

  • christb64

    Me N.K.M vient d’apporter une réponse sans queue ni tête … d’ours à l’horizon et pour longtemps …
    A lire :
    http://www.leparisien.fr/toulouse-31000/la-question-du-lacher-d-une-ourse-dans-les-pyrenees-reste-posee-selon-nkm-24-11-2011-1736730.php