Attaque d'un troupeau en Ubaye : FERUS réclame une enquête sérieuse

SMontagnon - Loups 0053

Photo Serge Montagnon

Dimanche 17 juillet, un article de « la Provence » nous a appris que le troupeau de moutons d’Yves Derbez avait été attaqué dans la nuit de vendredi à samedi à Méolans en Ubaye.

Personne n’a rien vu, mais le journal a sauté directement aux conclusions : c’est une attaque de loup, et c’est l’attaque de trop. Une brebis et un agneau ont été dévorés, et de nombreux agneaux ont été tués ou blessés mais non consommés. Pour enfoncer le clou le journal insiste sur les 400 bêtes déjà tuées par le loup en 2011 (un chiffre qui ne doit pas différer sensiblement des autres années à la même date). Le député local Spagnou déduit de cette attaque nocturne que « le prédateur attaque désormais en plein jour ! ».

FERUS réserve sa réaction en attendant comme il s’en est fait une règle les conclusions de l’enquête et l’avis des experts. Il se peut que les assaillants aient été des loups, il se peut aussi que non. Par le passé ce type de situation a débouché tantôt sur la confirmation du rôle joué par le prédateur sauvage, tantôt par la révélation que les responsables étaient des chiens, mais la presse a toujours crié au loup et a rarement rectifié.

L’article indique qu’un agent de l’ONCFS aurait vu la marque d’une louve apprenant à chasser à ses petits, il a peut être raison, peut-être est-ce aussi une supposition de sa part, en tout cas ce serait une information étonnante car en cette période de l’année les louveteaux sont bien petits pour chasser. Nous préférons attendre les conclusions officielles de sa hiérarchie, données objectives (poils, relevés d’ADN ou autres) à l’appui. Nous réagirons à nouveau quand les faits seront établis.

Il va de soi que nous sommes très sensibles à la perte subie par l’éleveur que nous connaissons et qui avait bien placé ses animaux dans un parc électrifié. Nous sommes mobilisés pour que le pâturage extensif des brebis dans les alpages puisse avoir lieu même quand le loup est présent, et nous resterons fidèles à cette démarche.

8 commentaires pour Attaque d’un troupeau en Ubaye : FERUS réclame une enquête sérieuse

  • slider

    les loups,les chiens mangent des moutons,et alors,les moutons sont destinés a etre mangé;la posséssion ,les délimitations a rendu l’homme intolérant et cupide,et surtout il a oublié de réfléchir

  • slider

    les pertes sont extrement minimes de part les predateurs,la foudre,les maladies font beaucoup plus de dégats.faite la part des choses yannis.les moutons sont mangés par les hommes non?tondus aussi ?alors!!!!

  • Lledeline

    Cette « information » est très péjorative pour la cause des loups. Je suis également touchée par ce que cette attaque represente pour l’éleveur. Le pastoralisme doit bien sur continuer mais je suis triste de constater que tous les discours et communications sur la réintroduction (ou la pésence)du loup dans les médias (y compris litterature et cinéma) vont dans le même sens: elle n’est possible qu’à condition que l’homme ne soit pas gêné et que si il y a le moindre incident, cela doit être le loup que paye le prix fort.
    L’idée romantique du loup discret et peureux a peut être été exagérée par certains et le public veut l’imaginer ainsi. Il est présent et donc nous sommes de grands écologiques, mais on ne le voit pas , ne l’entend pas et ne le sens pas. Tout va bien.
    Sauf que l’homme lui détruit tout de façon bruyante, se fout de la planete.
    Et les bergers sont des victimes comme les autres, sans doutes écrasés des charges, soumis à de multiples tracasseries administratives et à la merci du marché de plus en plus squatté par le dictat des grandes surfaces.
    Ils sont en général passionnés par leur travail et sinistrés (comme tout le monde agricole) donc fragiles . Le loup est la goutte de trop. Leur malheur est un alibi commode pour tous les opposant et permet une exploitation médiatique contre le loup.
    Il y a encore beaucoup de travail et merci Férus de vos actions et votre attitude posée.

  • loup Auvergne Protection

    Bonjour ….

    je doute de l’efficacité d’un parc électrifié ….
    un troupeau moyen ….. c a d …300/400…. qui commence a bouger … la nuit ….suite a une panique .une peur ..je doute que le parc résiste .et je n’ose pas imaginer un troupeau de 800/1500 brebis
    un parc en dur …. c’est pas aussi la solution . J’ai vu des brebis étouffées en bergerie , suite a un mouvement de panique ( chien étranger qui était rentré ds la bergerie )
    Avons – nous ??? testé des effarouchement sonores du type ultra sons ? ou des effarouchements visuels du type  » flash  » système qui serait déclenché par un détecteur de mouvement , placé assez loin du parc …..pour ne pas trop déranger les « patous  » …..Cordialement JPM

  • evalouve

    Qu’il est dommage et dommageable de toujours taper sur canis lupus !!!

    dans les montagnes pyrénéennes, que je connais bien, l’omerta est de rigueur en ce qui concerne la prédation aveugle et sauvage des chiens errants (bien plus sauvage que le loup quoiqu’on en dise, car de la part des chiens non justifié par la nécessité du milieu sauvage mais bien dû à l’abandon de ce compagnon de l’homme !)

    Comme il est dit plus haut on va tout droit à la conclusion : massacre de brebis = intervention du loup

    Dans la vallée de St Lary un chien errant, perdu dans la montagne, qui venait de Lamnezan a massacré une dizaine de brebis, les égorgeant sans les consommer !! bien sûr , tout le monde savait ce qui s’était passé dans les villages et en particulier dans le village de l’éleveur mais tout le monde a fermé le bec car il était plus facile de se taire et de mettre ça sur le dos de notre pauvre ours qui s’est vu écrasé sur l’autoroute quelques mois plus tard….

    Dans le non-dit on peut tout accuser….même l’innocent !!

    j’ai l’info de première main car il m’a interrogé pour savoir la raison pour laquelle j’avais le logo du pays de l’ours et aussi des loups sur ma voiture !! les brebis il s’est assis dessus !! il n’a rien dit lors de l’enquête.. la rumeur publique se chargeant de tirer ses propres conclusions qui arrangent tout le monde dans les estives : l’ours est coupable, coupable….

    Il n’a même rien demandé au restaurateur propriétaire du dit-chien !!

    Pour le loup des cas semblables existent, les chiens errants , même en plaines, sont une véritable calamité surtout s’ils sont organisés en meute de 2 ou 3 affamés par les circonstances…

    Je ne tire pas sur les chiens non plus, mais sur les propriétaires coupables d’abandon !!

    Mais cela porte un grand tort et un immense tort aux grands prédateurs comme l’ours, le loup ou le lynx !!!

    Il est tellement plus facile d’accuser la faune sauvage (dite incontrôlable !!) que le canidés meilleur ami de l’homme !!

    A bon entendeur salut !! et que les langues hypocrites se délient un peu afin de rendre à César ce qui est à César…..

  • Louyeti

    Pour votre information sérieuse, l’article de La Provence est n’importe quoi. La correspondante du journal n’a pas parlé avec les agents de l’ONCFS venus faire le constat et n’a même pas été avec eux sur place. Cette histoire de louveteaux apprenant à chasser est totalement erronée. Par contre, la brebis a été consommée d’une manière tout à fait typique du loup. D’autre part un excrément tout aussi caractéristique a été ramassé au milieu des carcasses…

  • Isabelle

    Les détracteurs du loup ont décidément la dent dure, ceux qui se sont penchés sur le loup et ses mœurs savent qu’ils attaquent généralement en meute pour se nourrir, ils ne s’acharnent pas sur les troupeaux avec pour seul but de tuer, quant à l’histoire de l’apprentissage de la chasse par des louveteaux, elle est totalement rocambolesque (journalistes vérifiez vos sources).
    Je veux bien que le loup soit parfois coupable mais il porte trop souvent le chapeau car on lui attribue trop facilement ces carnages alors qu’ils dépendent souvent des chiens errants ou mal nourris par certains maîtres.
    En France on n’aime pas le loup et ce depuis fort longtemps, au milieu de la période médiévale quand les paysans ont défriché les forêts pour les cultures, ils ont détruit l’écosystème des loups et ces derniers ont attaqué les troupeaux pour manger. qu’aurions nous fait à leur place devant tant de facilité ? Depuis son éradication au siècle dernier on vit dans la hantise qu’il réapparaisse.
    S’il était aussi nuisible pourquoi nos voisins ne cherchent-ils pas à les détruire ?
    Que faire pour que le pastoralisme cohabite avec le loup ? Plutôt que de parquer les brebis dans des parcs électriques bidons ou de les faire garder avec des patous qui ne sont pas particulièrement sympathiques, parquons les loups sérieusement et contrôlons les et en plus cela fera des emplois supplémentaires.
    Mais en fait on n’aime pas les animaux qui nous ressemblent quelque part : le loup, le rat…

  • clement allain

    J’ai écrit sur un compte rendu d’estive ( écovolontariat )en 2003,
     » Lorsque l’homme aura compris la nécessité et sera tolérant sur la présence de prédateurs, lorsqu’il sera assez humble pour imaginer qu’il ne peut être le seul être vivant sur la planète, alors un pas de géant aura été accompli par l’humanité tout entière. »
    Malheureusement, ce n’est pas encore gagné.