Le piégeage photographique. Généralités techniques et grands carnivores

piégeage photo - Salgues F.

Chat forestier dans les Pyrénées-Orientales. Photo F. Salgues / J.P. Pompidor

Le piégeage photographique. Généralités techniques et grands carnivores. Par Frédéric Salgues

Article paru dans la Gazette des grands prédateurs n°52 (mai 2014)

Une technique photographique ancienne mais de plus en plus moderne

Le piégeage photographique consiste à photographier automatiquement sans présence humaine. Cette technique existe depuis, quasiment, l’invention de la photographie. On peut classer cette méthode, en fonction du matériel utilisé, en deux grandes familles :

  •  Les appareils photographiques de type reflex combinés à un système d’éclairage, d’alimentation externe et à une barrière de déclenchement (infrarouge actif ou passif, par contact, etc), qui donnent de bons clichés mais sont encombrants et difficiles à mettre en œuvre.
  •  Les pièges photographiques proprement dits qui sont constitués, en un seul élément, d’un système photographique (que l’on pourrait grossièrement comparé à un appareil photographique), d’une source d’illumination nocturne, d’un capteur de déclenchement et d’une alimentation énergétique.

Ce dernier équipement « tout en un » est celui le plus couramment utilisé et le seul dont je parlerai dans cet article. Evidemment, le « tout en un » ne peut égaler la qualité photographique d’un assemblage comportant un appareil photographique réflex, du moins pour le moment.

Caractéristiques générales d’un piège photographique

Comme mentionné ci-dessus, un piège photographique comporte :

  • Un système photographique,
  • Un système d’éclairage nocturne,
  • Un capteur de détection,
  • Une alimentation énergétique.

L’objectif de ce matériel est constitué d’un capteur réel de 5 Mégapixels au maximum ; au-delà, la résolution est extrapolée.

Le système d’éclairage nocturne est soit un flash incandescent, soit des diodes électroluminescentes appelées LEDS.

Le capteur de détection est de type infrarouge passif, mais plus précisément de type capteur de mouvement et capteur thermique (il faut une combinaison de ces deux éléments pour qu’il y ait une détection !).

Ces caméras sont alimentées soit par des piles, soit par une source externe (batterie ou secteur).

Lire la suite en téléchargeant l’article en pdf :

piégeage photo. gazette grands prédateurs 52

Le piégeage photographique

S’abonner à la Gazette des Grands Prédateurs / les anciens numéros !

1 commentaire pour Le piégeage photographique. Généralités techniques et grands carnivores