Lynx ibérique : 1er brassage génétique confirmé

Grâce à des analyses ADN, le ministère de l’Environnement a confirmé le 17 juin la reproduction d’un lynx de Sierra Morena avec 2 femelles de Doñana.

Suite à un épisode de leucémie féline, la zone de Coto de Rey (Doñana) ne comptait plus que 3 femelles reproductrices et aucun mâle. Pour la première fois, en décembre 2007, un lynx de 3 ans de Sierra Morena a donc été capturé et relâché à Doñana, près des sites des femelles Viciosa et Wari.
Ce lynx, un mâle nommé Baya, est le père d’au moins 7 jeunes lynx : 4 avec Wari (dont on est sans nouvelles) et 3 autres avec Viciosa. L’autre femelle de Coto de Rey, Rayuela, a également donné je jour à un petit qui n’a pas été localisé dont le père est probablement Baya.

Ces reproductions sont un double succès pour la conservation du lynx ibérique : succès de l’expérience de relocalisation et de reproduction et parce que ces portées sont les premières dans la nature entre individus de Sierra Morena et Doñana. De telles portées mixtes avaient déjà été obtenues dans le centre de reproduction en captivité de El Acebuche, à Doñana.

Les jeunes lynx issus de ces portées augmentent la diversité génétique, notamment au sein du noyau de population le plus fragile à cet égard. La perte de variabilité génétique est une des plus grandes menaces pour la survie du lynx ibérique car elle cause l’isolement et la réduction des populations.
Pour rappel, le lynx ibérique compte quelque 200-250 individus dans la nature, répartis en 2 noyaux principaux : la Sierra Morena (le plus gros noyau) et le parc national de Doñana, tous deux situés dans la Communauté Autonome d’Andalousie (sud de l’Espagne). Récemment, un nouveau petit noyau a été découvert dans la Communauté Autonome de Castille-La Manche.

Sources :

Les commentaires sont fermés.