Ourse Cannelle : le chasseur condamné à 11.000 euros de dommages et intérêts

Ourse Cannelle : le chasseur condamné à 11.000 euros de dommages et intérêts

Actus ours Toute l'actualité

AFP, 10 septembre 2009

Ourse Cannelle : le chasseur condamné à 11.000 euros d’amendes en appel

Le chasseur qui a tué en 2004 l’ourse Cannelle, la dernière ourse de source pyrénéenne, a été condamné jeudi en appel à payer près de 11.000 euros d’amendes à plusieurs associations écologistes, a-t-on appris de sources judiciaires.

René Marquèze avait été relaxé en première instance par le tribunal correctionnel de Pau, en avril 2008, pour « destruction d’espèce protégée ».

Mais la cour d’appel de Pau a examiné en mai dernier les demandes de dommages et intérêts des parties civiles et condamné le chasseur à un total de quelque 11.000 euros à sept des huit parties civiles, selon son arrêt rendu jeudi en délibéré.

La défense de M. Marquèze, qui avait soutenu que « l’intéressé avait agi en état de nécessité », n’a « pas exclu un pourvoi en cassation ».

« Il est difficile pour un profane de comprendre qu’on puisse être complètement innocenté sur le plan pénal et qu’on puisse, pour d’autres motifs, être déclaré responsable de la mort de l’ourse », a déclaré à l’AFP Me Jean-Pierre Casadebaig, avocat du chasseur.

Me François Ruffié, avocat de trois associations de protection de l’environnement, a affiché sa « grande satisfaction », lisant dans cette décision « un appel à la responsabilité individuelle » des chasseurs qui doivent « apprendre à s’autoréguler ».

« Rien ne remplacera l’ourse qui a disparu », a-t-il dit à l’AFP, mais « le délit de destruction d’espèce protégée est constitué ».

M. Marquèze n’écopera « d’aucune sanction mais il a commis un délit, pour nous, c’est essentiel », a-t-il dit.

« Il faut que les chasseurs évoluent dans leur comportement, collectivement mais surtout individuellement »

a ajouté l’avocat, estimant l’arrêt de la cour d’appel « porteur d’avenir pour préserver la chasse elle-même mais aussi pour les autres espèces qui restent », comme le loup et le lynx.

La mort de l’animal, en novembre 2004, avait provoqué une vague d’indignation en France, incitant le gouvernement à mettre en place un plan de « renforcement de la population d’ours bruns » dans les Pyrénées avec l’introduction de plantigrades slovènes. Ce plan avait été vivement contesté par les éleveurs de l’Ariège et des Hautes-Pyrénées.

31 commentaires sur “Ourse Cannelle : le chasseur condamné à 11.000 euros de dommages et intérêts”

Il faut aussi retirer à vie le droit de chasser de René Marquèze car il est responsable de la disparition d’une espèce rare des Pyrénées

vive cannelle enfin justice les chasseurs se sentent les rois qu’il paye pour ça vive les animaux bravo bravo cannelle

11000 euros, pas cher payé pour l’anéantissement d’une espèce qui était la soeur de la nôtre… 150 ours dans les Pyrénées quand je suis née, ça ne posait pas de problème particulier, parce que les montagnes n’étaient pas encore devenues des usines à viande non surveillées… Qui a entendu parler de ces 150 ours alors ??? Jamais entendu de la part de mes grands-pères, qui vivaient pourtant dans ces vallées, mais après Verdun, ils avaient eu assez d’émotions fortes, ils n’avaient pas besoin de prendre des armes de guerre pour tuer tout ce qui bouge… La biodiversité aura été anéantie par les petits tueurs du dimanche, qui prennent du plaisir à tuer, alors que la mort n’est ni un spectacle, ni un plaisir, pour un être moral, ce que nous sommes censés être… Pour observer la nature, nos sens suffisent, on n’a pas besoin de se transformer en petit soldat, désormais pour parcourir la campagne il faut un gilet pare-balle fluo, un sifflet, et surtout rebrousser chemin. Quand l’avis de la majorité sera-t-il enfin respecté ? Il faut élever un monument à Cannelle et à son espèce en haut de la vallée d’Aspe, où mes ancêtres vivaient au milieu de centaines d’ours (hé oui), et le faire payer par les exterminateurs…

D’accord avec Lurbe.

Au siècle dernier il y avait 150 ours : ils ont été éliminés non pas pour leurs prédations mais parce que TUER UN OURS RAPPORTAIT DE L’ARGENT POUR FAIRE VIVRE UNE FAMILLE PENDANT UN LAPS DE TEMPS IMPORTANT.

Maintenant ce sont les chasseurs/éleveurs et pour certains braconniers (Claude tuée en Vallée d’Aspe en 1994) qui font le ménage suivant leurs idées en ne tenant aucun compte des gens qui acceptent l’Ours.

Au-delà de la somme de 11000 € qui ne résoudra absolument le problème des Ours en Ht Béarn c’est la CONDAMNATION D’UN MODE DE PENSEE SECTAIRE : JE CHASSE DONC JE PEUX FAIRE TOUT OU A PEU PRES TOUT. LES LOIS JE M’ASSOIS DESSUS.

Nous avons tous oublié une chose : ce chasseur n’était tout seul à participer à cette battue.

Nous avons aussi oublié le rôle de cette Usine à Gaz de l’IPHB qui devait assurer la pérennité des Ours en Ht Béarn mais ce n’était pas le rôle du Procès.

Il savait qu’il se trouvait dans une zône protégée et il araconté aux gendarmes une histoire à dormir debout.Ils l’ont répercutée alors qu ’ils n ’étaient pas présents.Leur témoignage a compté hélas au cours du 1er proçés.Il aurait du être condamné beaucoup plus tôt ….Enfin son appel s’est retourné contre lui.Merci aux associations qui ont fait preuve d’une grande ténacité. Le petit de Cannelle s ’en est sorti sans elle,mais à on ignore quel sorte d ’adulte il est devenu car c ’est l’ourse qui enseigne tout à son ourson.Il est certainemenrt victime d’une carence affective et Marquèze aurait du récolter une 2ème condamnation au nom de cet immense préjudice . Et ,bien sûr avec interdiction de toucher à un fusil.

Malheureusement les autres chasseurs n’ont pas été poursuivis alors qu’ils ont participé à la battue


Les commentaires sont fermés.