Rocheuses américaines : le loup replacé sur la liste des espèces en danger mais un plan de réduction adopté par l’Idaho

Rocheuses américaines : le loup replacé sur la liste des espèces en danger mais un plan de réduction adopté par l’Idaho

Actus internationales Actus loup Toute l'actualité

Le 5 août, suite à une plainte de plusieurs associations dont Defenders of Wildlife, le juge fédéral Donald Molloy a de nouveau restauré la protection fédérale pour les loups du Montana et de l’Idaho. Selon le juge, les loups des Rocheuses septentrionales doivent être traités comme une seule population. En d’autres termes, si des animaux sont considérés « en danger »  dans un Etat, tous les animaux de tous les Etats de la région doivent être listés « en danger ». Alors que le loup était délisté en 2009 dans le Montana et l’Idaho, l’USFWS (Service fédéral de la Pêche et de la Faune Sauvage) décidait de garder l’espèce sur la liste des espèces en danger dans le Wyoming parce que cet Etat permettait dans son plan de gestion, en cas de delisting, une chasse au loup non réglementée dans la majeure partie de l’Etat. Le Montana et l’Idaho, les législateurs et les groupes d’élevage ont indiqué qu’ils essaieront de renverser la décision du juge  Donald Molloy et feront pression sur le Wyoming pour qu’il change sa politique de gestion du loup. L’Etat du Wyoming a d’ailleurs déclaré qu’il n’en ferait rien.

Suite au relisting du loup, les saisons de chasse au loup 2010-2011 ont du être abandonnées dans le Montana et l’Idaho. Toutefois, l’Idaho a adopté un plan de réduction de 80 % des loups dans la région de Lolo pour augmenter les populations de wapitis. Defenders of Wildlife a jugé ce plan inacceptable d’autant plus que le loup est de nouveau sur la liste fédérale des espèces en danger. Le plan de réduction prévoit l’abattage de meutes entières par voies terrestre et aérienne, le gazage des louveteaux en tanière et la stérilisation des couples alpha. Le gazage des louveteaux en tanière et la stérilisation sont des mesures inappropriées pour une espèce figurant sur la liste fédérale des espèces en danger. Pour Defenders of Wildlife, ce n’est pas un mode de gestion responsable au XXIème siècle. D’autre part, l’utilisation de gaz n’est pas légale actuellement. Alors que l’Idaho clame que les loups sont la principale cause de déclin des wapitis dans différents secteurs de l’Etat, Defenders of Wildlife soulignent que dans 23 des 29 zones de gestion du wapiti, les populations de ces animaux sont égales ou supérieures aux buts des plans de gestion et que de nombreuses zones voyant un déclin des wapitis n’abritent pas … de loups ! Defenders of Wildlife cite également l’exemple de la  Clearwater National Forest qui a connu un déclin de la population des wapitis en 1988 soit bien avant que les loups recolonisent le secteur.

Defenders of Wildlife a lancé une pétition contre le plan de réduction des loups de l’Idaho

Rappel :

En 2009, 73 loups ont été abattus dans le Montana et  185 autres dans l’Idaho lors de la première chasse au loup qui a suivi le delisting de l’espèce dans ces Etats. L’USFWS estimait qu’il y avait au moins 1706 loups fin 2009 dans la région, dont au moins 843 dans l’Idaho, 524 dans le Montana et 320 dans le Wyoming (plus quelques-uns dans les Etats de l’Oregon et de Washington).

Sources :

State resolves to fight wolf ruling (Idaho Mountain Express, 18 août 2010)

Idaho Commission Resolves To Fight Wolf Ruling (AP, 17 août 2010)

Gray wolf back on protect list in Mont. and Idaho, to ranchers and hunters ire (the Washington Post, 9 août 2010)

Voir aussi :

USA : les loups de nouveau retirés de la liste des espèces protégées (janvier 2009)

Le point sur la chasse aux loups dans les Rocheuses américaines (octobre 2009)

USA : la population de loups des Rocheuses est stable (février 2010)

2 commentaires sur “Rocheuses américaines : le loup replacé sur la liste des espèces en danger mais un plan de réduction adopté par l’Idaho”

C’est ignoble de vouloir tuer les loups. Nous devons bien au contraire les protéger. Comment faire comprendre aux humains qu’ils ne sont pas les seuls à vivre sur cette planète et que celle-ci ne leur appartient pas plus qu’elle appartient aux animaux. Nous devons la partager, respecter tous les êtres vivants et respecter la nature.

Tuer les loups, cela peut être légitime. Mais avec quel moyens ?

Gazage, voie aérienne…
C’est à partir de là qu’il faut montrer notre mécontentement.


Les commentaires sont fermés.