Un 2ème loup équipé d’un collier GPS dans le Parc du Mercantour

Un 2ème loup équipé d’un collier GPS dans le Parc du Mercantour

Actus en France Actus loup Toute l'actualité

Communiqué Parc national du Mercantour

Un 2ème loup équipé d’un collier GPS dans le Parc du Mercantour !

Eric CIOTTI, Président du Parc national du Mercantour (PNM), Député et Président du Conseil général des Alpes-Maritimes, Jean-Pierre POLY, Directeur général de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), Bernard BAUDIN, Président de la Fédération des chasseurs des Alpes-Maritimes (FDC 06) et Jean-Michel GAILLARD, Directeur de recherche au CNRS, annoncent la réussite d’une seconde capture de loup ce lundi 29 mars, dans le cadre d’un programme scientifique dont l’objet est de mieux connaître l’impact du prédateur sur ses proies sauvages. L’animal a été équipé d’un collier GPS avant d’être relâché sur le lieu même de sa capture. Celle-ci s’est déroulée en périphérie du Parc national du Mercantour dans les Alpes-Maritimes par télé-anesthésie depuis un hélicoptère, avec le concours de deux experts suédois, spécialistes de cette méthode.

Ce programme « Prédateurs –Proies », lancé en 2004, est piloté par l’ONCFS en collaboration avec le CNRS, la FDC 06 et le PNM. Il constitue un élément du volet « Etude de la place et du rôle du loup dans les écosystèmes » du plan national d’actions sur le loup 2008-2012 porté conjointement par les ministères de l’Ecologie et de l’Agriculture.

Une conférence de presse se tiendra samedi 3 avril prochain en milieu d’après-midi à Nice.

Les détails de la capture vous seront présentés à cette occasion. Un prochain communiqué de presse précisera le lieu et l’heure précis du rendez-vous.

11 commentaires sur “Un 2ème loup équipé d’un collier GPS dans le Parc du Mercantour”

Intéressant,

Mais combien cela coûte de patrouiller en hélicoptère pour essayer de détecter les loups ?

La méthode semble certes plus prône à succès que le piège au cable, mais est-ce que de tels moyens sont nécessaire pour ce type d’étude ?

Je reste dubitatif…

Le loup étant extrêmement intelligent il est très difficile à piéger ; et quand bien même il est piégé, il faut intervenir au plus vite pour qu’il ne s’ampute pas. La télé anesthésie semble une meilleure solution même si elle doit rester coûteuse..

Je reste sceptique sur l’intérêt d’engager de tels coûts sur une espèce archi étudiée comme le loup.

Il y a des moments où la cohérence n’est pas de mise au niveau de l’étude de la faune sauvage / protection de l’environnement…

Une question ingénue : quelle est la position officielle des instances représentant les chasseurs sur la présence du loup, et, en particulier, sur la concurrence qu’il exerce sur leurs activités de prélèvement ?

Secondo :quid de l’exploitation politique des résultats de ces recherches, comme celle des données recueillies par le Réseau Loup Lynx ? qui du contrôle de cette exploitation ?

Car c’est tellement facile, pour faire la paix dans les campagnes, d’ordonner un tir de prélèvement – n’est-ce pas Mr le Préfet de Haute-Savoie ? Brillantissime initiative, couronnée par le tir mortel sur la louve alpha.

Perso, j’ai suivi la formation du réseau, mais hors de question que je rapporte quelque élément que ce soit. Un jour, il y aura des quotas de loups à ne pas dépasser, et ce jour-là, il ne faudra pas pleurer si les tirs s’ensuivent.

La méthode est peut-être couteuse, mais beaucoup plus sécurisante pour l’animal, c’est le principal ! Bravo.

@ Dahu74 a écrit : Perso, j’ai suivi la formation du réseau, mais hors de question que je rapporte quelque élément que ce soit. Un jour, il y aura des quotas de loups à ne pas dépasser, et ce jour-là, il ne faudra pas pleurer si les tirs s’ensuivent.

Ben, je serai du même avis, j’ai fait plusieurs observations de Canis lupus italicus obs visuelle, fécès, empreintes…, mais il n’est pas question que je transmette un de mes renseignements au réseau …ni à l’ONCFS…car tous les renseignements sont aussitôt transmis à la DDAF qui en fin de compte (sous couverture préfectorale) décide ou non du tir du loup…

on peut voir les résultats…mais pas les endroits…ou alors c’est que sa présence est bien avérée !!

Bonjour
Et oui ce loup appartiens a une meute et lui placer un collier GPS rend la meute disponible a des tirs de quota.
Pour ma part ce n’est pas une bonne chose

Mais cela nous apprend aussi des choses intéressantes, voir le premier compte de l’ONCFS sur la louve équipée :

Extrait : La plupart de ses déplacements, souvent une quinzaine de
kilomètres en 24h, l’ont amené à fréquenter les alpages à élevage
ovin. Ce qui semble normal puisque les troupeaux sont
omniprésents sur ce massif. Ces alpages sont également fréquentés
potentiellement par les chamois, mouflons ou cerfs.
Le collier ne fait que confirmer ce que les constats de dégâts
nous ont appris des loups depuis longtemps. Malgré ce côtoiement
aucune attaque n’a pu être attribuée à F1, en 2009.

C’est à dire que la louve a côtoyé des troupeaux de moutons, d’assez près puisque les données étaient fournies par GPS donc la localisation facilité et la précision vraiment fiable…donc de deux choses l’une :

– Soit la meute chassait des proies sauvages et effectuait de très bonnes chasses sans trop de pertes de calories en dépenses inutiles…

– Soit les troupeaux étaient très bien protégés ce qui décourageait les loups justement a cause du gros effort a fournir… (donc c’est ainsi que l’on peut prouver l’efficacité d’une bonne protection…( Patous, présence humaine, filets de rétention)

Donc pas tout a fait négatif….mais il vrai que le risque existe…A nous de nous battre pour qu’il n’y ait jamais de « quota » de loups donné en prime aux chasseurs…

Non Michel57, ce collier est au contraire une « garantie survie » pendant tout sa durée d’émission, si on doit parler comme ça.
Cette opération a nécessité si lourd travail de préparatif en amont et maintenant en aval pour le suivi (par l’ONCFS, le Parc national du Mercantour, le CNRS…), pour ne pas le dilapider par un tir officiel, ça on peut en être sûr !
Il faut aussi voir que ce collier n’a une durée de vie que de quelques mois. Elle ne sera donc pas suivie pendant des années. C’est un suivi à finalité scientifique (trouver ses proies sauvages) très limité dans le temps.

Concernant le Réseau, chacun a son point de vue, c’est bien normal.
Mais personnellement, je trouve dommage qu’il soit « boudé » par certains naturalistes, car on profite tous de son travail de suivi à l’échelle nationale, qui permet d’en savoir plus sur notre population.
Par rapport aux tirs, les préfectures n’ont absolument pas besoin des données du Réseau pour les déclencher : il suffit qu’il y ait plus de X attaques constatées… De plus, peu importe qu’une zone comporte un, 3, 5 ou 10 loups pour qu’un tir de défense ou de prélèvement puisse avoir lieu. Ces tirs ne sont pas liés aux données que recueillent les correspondants.
Evidemment, toutes évolutions des conditions de tirs changeraient la donne (possibilité de tirs hivernaux par exemple). A ce moment là, on pourrait très logiquement se poser la question de la finalité des indices transmis au Réseau par les correspondants naturalistes, mais on en est heureusement pas là.

Mathieu, tu n’as pas bien compris ce que l’on voulait dire au sujet des tirs…
Cela serait valable, de pouvoir situer la meute soit par GPS soit par renseignements fournis, au cas ou il y aurait des quotas de loups a abattre attribués…indépendamment des attaques sur troupeaux…On a l’impression qu’on s’y dirige tout droit…

Politique oblige….

Moi aussi, je reste dubitatif …
Les captures par pièges au sol ont leurs inconvénients et contraintes, mais ont fait leur preuve dans le monde entier. Bon, c’est sûr : pas les piège utilisés en France !
Mais les captures par hélicoptère, c’est beaucoup de stress pour les animaux, c’est coûteux, et pas franchement le top du point de vue de la préservation de l’environnement, non ?
Et puis c’est bien triste de dépenser tout ce fric pour que des suédois fasse le boulot, quand des français auraient pu le faire eux-même, du sol !

Mais bon… Si au final, on peut exploiter un bon jeu de données pour mieux comprendre les relations prédateurs/proies, alors tant mieux !


Les commentaires sont fermés.