Loup : massacre programmé en Norvège

Carte des meutes et couples de loups en Scandinavie (ROVDATA)

Loup en Scandinavie. Photo Baard Næss

Mise à jour du 4 février 2020 :

La Cour d’appel a jugé illégal l’abattage des loups en 2018 ==>> voir ici.

Article du 3 décembre 2019 :

Pour la troisième année, le gouvernement norvégien se prépare à un massacre de masse. Il prévoit de faire abattre 43 loups sur une population estimée à… à peine une soixantaine de loups !

Trois meutes (soit 17 loups) sont concernées dans la « wolf zone » (zone loup) + 26 animaux hors de cette zone.

Pourtant, le loup est classé en danger critique dans le pays

Lire la suite

Loup : le nombre de ZPP en hausse mais la reproduction toujours confinée aux Alpes et des zones alpines sans indice...

Photo N Haessig Photographies

L’OFB, le tout nouvel Office Français de la Biodiversité (anciennement ONCFS), vient de publier le bilan estival de la population de loups en France.

97 ZPP (Zones de Présence Permanente) et 80 meutes sont recensées (contre 92 ZPP et 70 meutes à la sortie de l’hiver 2018/2019).  FERUS rappelle que si la présence du loup s’étale, grâce notamment aux individus colonisateurs, la reproduction de l’espèce reste confinée aux Alpes et aux monts provençaux, mise à part une meute dans le Jura, côté suisse.

Lire la suite

Feu : le premier loup abattu en 2020….

Communiqué de FERUS, 28 janvier 2020

Dans la nuit du 25 au 26 janvier, un premier loup vient d’être abattu sous autorisation des pouvoirs publics, dans l’Ubaye (Alpes-de-Haute-Provence).

A l’heure où les grands discours s’inquiètent de la crise majeure que subit la biodiversité, l’Etat français continue de faire n’importe quoi et de réguler drastiquement les loups, espèce protégée.

FERUS condamne une nouvelle fois cette politique absurde et inutile.

Les études scientifiques et le Conseil National de Protection de la Nature ont déjà à maintes reprises souligné que les tirs de loups étaient trop nombreux et étaient une mauvaise solution pour protéger les troupeaux. Ces tirs peuvent également s’avérer contre-productifs en augmentant la prédation, notamment sur les troupeaux peu ou mal protégés, ce qui constitue un grand nombre de troupeaux dans les Alpes.

En 2019, 98 loups ont été tués par l’Etat français. En 2019, on enregistre 12 487 animaux domestiques victimes de la prédation du loup (un record en Europe !) ; en 2018, ce chiffre était de 12 055 (source DREAL). Les tirs de loups ne font pas baisser la prédation ! Seuls les moyens de protection correctement mis en place peuvent le faire comme le démontre chaque année notre programme Pastoraloup sur le terrain.

Lire la suite

Marche avec les loups, le 15 janvier 2020 au cinéma

A la fin de la première semaine de sortie, « Marche » avec les loups totalise déjà 45 000 entrées.

FERUS est de nouveau partenaire du second film de Jean-Michel Bertrand « Marche avec les loups », le 15 janvier au cinéma.

Après avoir disparu pendant près de 80 ans et malgré les obstacles, les loups sont en train de retrouver leurs anciens territoires. Ce film raconte le grand mystère de la dispersion des loups : comment les jeunes loups quittent le territoire qui les a vus naître, et la façon dont ces aventuriers partent à la conquête de nouveaux territoires. Deux années durant, Jean-Michel Bertrand a mené une véritable enquête pour tenter de comprendre le fonctionnement complexe et erratique de ces jeunes loups, leurs rencontres avec leurs semblables et les opportunités de se mettre en couple. Dans le sillage des loups nomades, le film nous raconte comment ceux-ci doivent traverser des territoires hostiles déjà occupés par leurs semblables et dans lesquels ils ne sont pas les bienvenus, ou d’autres, plus nombreux, colonisés par les humains. Heureusement, subsistent des territoires sauvages connus seuls de ces aventuriers… Après La Vallée des Loups sorti en 2017 et qui a enregistré plus de 200.000 entrées, Marche avec Les Loups poursuit l’aventure de Jean-Michel Bertrand avec la nature.

Le livre du film « Marche avec les loups », en vente à la boutique de FERUS ==>> ICI.

 

Bande annonce du film :

Un loup en Charente-Maritime

Le loup photographié à Saint-Thomas de Conac (photo DR)

Mise à jour du 21 janvier 2020 : le 20 janvier, un canidé a été photographié dans le département voisin, en Charente, sur la commune de Gurat. L’animal a été authentifié comme étant un loup. C’est le premier indice de présence de l’espèce dans le département depuis 1926.  Plus d’infos ==>> Charente Libre

Lire la suite

La Confédération Paysanne de l’Ariège a la gâchette facile : une mise au point s’impose

Photo Nathalie Masson

Suite aux premiers dégâts de loup au Nord-Est de l’Ariège, à Moulin-Neuf, frontière avec l’Aude, la Confédération Paysanne de l’Ariège a déclaré dans un communiqué que  « Ces loups font leur entrée en Ariège dans un contexte extrêmement tendu sur la question de la prédation, puisque l’Ariège est le deuxième département Français impacté en nombre de constats, et le cinquième en termes de nombre d’animaux tués par les ours protégés » et « que le loup peut être tiré en toute légalité en situation d’attaque notamment et dans la limite d’un quota fixé annuellement par les autorités (17 % selon la publication du Journal Officiel du 3 janvier). » [1]

Il convient d’effectuer une piqûre de rappel anti-amnésie concernant les conditions de dérogation au statut protégé du loup, cet animal n’étant ni une cible de ball-trap, ni un défouloir : c’est une espèce classée vulnérable en France dans la liste rouge des espèces menacées de l’UICN.

Lire la suite

Nouvelle année, nouveau plafond de loups à tuer

Photo Nathalie Masson (parc Alpha)

Quelques jours après la fin de la consultation publique, le nouvel arrêté interministériel permettant l’abattage de 17 à 19 % de la population de loups en 2020 a été signé ==>> voir ICI.

Les années se suivent et se ressemblent…  La majorité des participants à la consultation publique s’est opposée une fois de plus au projet d’arrêté (voir ICI). Nous remercions tous nos adhérents et participants d’y avoir participé même si nous savions pertinemment que ça ne changerait rien : nous devons continuer à manifester notre opposition à cette politique de tirs absurde et inutile.

Le CNPN s’est également prononcé contre le projet d’arrêté en soulignant notamment :

Lire la suite

Mortalité des loups - 2019

A ce jour,  98 loups sont décomptés du plafond de 100 loups (arrêté plafond 100 loups ==>> ICI). Le 24 septembre, nous avons adressé avec notre partenaire l’Aspas un recours précontentieux aux ministres de l’écologie et de l’agriculture pour faire retirer l’arrêté interministériel de tirs de loups.

Mise à jour du 12 septembre : 90 loups abattus… Le plafond de l’arrêté initial (90 loups – prélèvement de 17 % de la population de loups) est atteint. Sans surprise, le préfet coordinateur du plan loup va rehausser le plafond à 100 loups (soit 19 % de la population). D’ailleurs, dès le début, sachant pertinemment que ce plafond serait rehaussé à 19 %, nous n’avons jamais parlé de plafond de 90 loups mais bien de 100… 

Mise à jour du 6 septembre 2019 : 86 loups tués, tous les tirs sont suspendus pendant 24 h. Sans doute le temps de pouvoir publier le nouvel arrêté passant de 90 à 100 loups pouvant (devant ?) être abattus…

Mise à jour du 5 septembre 2019 : avec 83 loups tués, les tirs de prélèvement (simples et renforcés) viennent d’être suspendus par le préfet coordinateur du plan loup (hors Hautes-Alpes). Les tirs de défense simple restent autorisés. Les tirs de défense renforcée sont limités aux exploitations comptabilisant au moins dix attaques depuis le début de l’année.

Début 2019, les pouvoirs publics ont autorisé l’abattage de 43 nouveaux loups (voir note technique de la DREAL Auvergne-Rhone-Alpes). Un chiffre qui a été ré-évalué le 7 juin avec la nouvelle estimation de loups : 530 soit 53 loups pouvant être abattus. Le 26 juillet, faisant fi de tous les avis scientifiques, les pouvoirs publics sont passés de 12 % de prélèvement annuel à 19 % soit 100 loups à abattre. Les associations ont déposé un recours au Conseil d’Etat ==>> ICI.

En 2018, 51 loups (47 loups abattus et 4 cas de braconnage) ont été décomptés du plafond et FERUS a porté plainte auprès de la Commission Européenne.

Lire la suite

100 loups à tuer en 2020 : la participation de FERUS à la consultation publique

Photo Anthony Kohler

Jusqu’au 25 décembre 2019, les Français sont invités à participer à la consultation publique concernant un projet d’arrêté ministériel qui prévoit l’abattage de 100 nouveaux loups en 2020.

Vous aussi, dites non à ces abattages injustifiés et inutiles ==>> voir ICI.

Voici la contribution de FERUS à cette consultation publique :

FERUS est totalement opposé à cet arrêté, qui doit être annulé.

Notre opinion rejoint celle de la majorité des Français, qui est foulée aux pieds malgré ce nouveau simulacre de consultation.

Le loup est une espèce protégée, classée vulnérable en France selon les critères de l’UICN. Ses effectifs nationaux, autour de 500 spécimens, ne sont pas exceptionnels et sont inférieurs à une viabilité de long terme, bien qu’en croissance soutenue jusqu’à maintenant.

Cet arrêté est la continuité de plus de 6 ans d‘une politique française résidant principalement en abattages massifs, en hausse constante, tant en nombre qu’en pourcentage de la population de loups.

Lire la suite