La conservation du loup en plaine lorraine

Mise à jour du 15 novembre 2019 :

Nos associations (FERUS et Aspa Vosges) viennent d’être déboutées de notre recours en référé-suspension.

Malgré des arguments au moins aussi solides que lors des précédentes procédures juridiques pour attaquer le même type d’arrêté au cours des années précédentes, pour le même loup, dans des conditions qui n’ont quasiment pas changé sur le terrain (troupeaux non protégés en très grande majorité*), ça n’a pas fonctionné cette fois.

D’un point de vue juridique, la différence majeure aujourd’hui résulte de ce que les tirs de prélèvement autorisés dans les Vosges se basent, cette fois-ci, sur l’arrêté ministériel du 26 juillet 2019 portant dérogation à titre expérimental des précédents textes de loi permettant de déroger au statut protégé du loup **.

Lire la suite

Mortalité des loups - 2019

A ce jour,  96 loups sont décomptés du plafond de 100 loups (arrêté plafond 100 loups ==>> ICI). Le 24 septembre, nous avons adressé avec notre partenaire l’Aspas un recours précontentieux aux ministres de l’écologie et de l’agriculture pour faire retirer l’arrêté interministériel de tirs de loups.

Mise à jour du 12 septembre : 90 loups abattus… Le plafond de l’arrêté initial (90 loups – prélèvement de 17 % de la population de loups) est atteint. Sans surprise, le préfet coordinateur du plan loup va rehausser le plafond à 100 loups (soit 19 % de la population). D’ailleurs, dès le début, sachant pertinemment que ce plafond serait rehaussé à 19 %, nous n’avons jamais parlé de plafond de 90 loups mais bien de 100… 

Mise à jour du 6 septembre 2019 : 86 loups tués, tous les tirs sont suspendus pendant 24 h. Sans doute le temps de pouvoir publier le nouvel arrêté passant de 90 à 100 loups pouvant (devant ?) être abattus…

Mise à jour du 5 septembre 2019 : avec 83 loups tués, les tirs de prélèvement (simples et renforcés) viennent d’être suspendus par le préfet coordinateur du plan loup (hors Hautes-Alpes). Les tirs de défense simple restent autorisés. Les tirs de défense renforcée sont limités aux exploitations comptabilisant au moins dix attaques depuis le début de l’année.

Début 2019, les pouvoirs publics ont autorisé l’abattage de 43 nouveaux loups (voir note technique de la DREAL Auvergne-Rhone-Alpes). Un chiffre qui a été ré-évalué le 7 juin avec la nouvelle estimation de loups : 530 soit 53 loups pouvant être abattus. Le 26 juillet, faisant fi de tous les avis scientifiques, les pouvoirs publics sont passés de 12 % de prélèvement annuel à 19 % soit 100 loups à abattre. Les associations ont déposé un recours au Conseil d’Etat ==>> ICI.

En 2018, 51 loups (47 loups abattus et 4 cas de braconnage) ont été décomptés du plafond et FERUS a porté plainte auprès de la Commission Européenne.

Lire la suite

Nouveauté boutique : marche avec les loups

Marche avec les loups

Jean-Michel Bertrand – Bertrand Bodin

Le livre du film

Après les 200 000 entrées au cinéma du film La Vallée des loups en 2017, le nouveau film de Jean Michel Bertrand (sortie national janvier 2020) explore les relations parfois tendues entre les loups et les hommes. Complément naturel du film, le livre Marche avec les loups raconte l’épopée des jeunes qui quittent leur meute natale à la recherche d’un nouveau territoire. Hors de la vallée préservée qui les a vu naître, ils vont se retrouver confrontés au monde des hommes. Un véritable road movie à travers les Alpes et jusqu’au Jura qui nous en dit long sur notre relation au sauvage.

L’apprentissage de jeunes loups face aux monde des humains

Avec ce film et le livre qui l’accompagne, le réalisateur Jean-Michel Bertrand nous fait vivre une immersion primitive et philosophique au cœur de vieilles forêts multicentenaires. Des bivouacs improbables suspendus au bord des abîmes ou nichés sous les stalactites des cascades de glace. La découverte d’un lac secret aux eaux transparentes et turquoises envahi de truites. Ou encore la rencontre avec un berger qui s’accommode de la présence du loup et l’accepte…

Puis, au bout de la route, la découverte d’un territoire inoccupé, disponible et prometteur pour les jeunes loups. Une cabane de rêve. D’autres rencontres, d’autres questionnements, d’autres émerveillements et enfin la promesse d’assister à l’installation d’une nouvelle meute.

Les auteurs

Originaire du Champsaur, dans les Hautes Alpes, le cinéaste français Jean-Michel Bertrand a réalisé des films ethnologiques dans le monde entier, de la Mongolie au Canada en passant par la Sibérie et l’Islande. Cet amoureux de la montagne et de la faune sauvage a signé pour le cinéma Vertige d’une rencontre en 2010 et en 2017 La vallée des loups qui raconte sa quête du grand prédateur dans une vallée sauvage de son enfance.

Photographe renommé, Bertrand Bodin est l’auteur de plus de 20 livres sur la faune sauvage et les Alpes, en particulier dans la région du Parc national des Ecrins. Cet artiste expérimenté a couvert en images la quête de Jean-Michel Bertrand pendant plusieurs années.

 

Lire la suite

Banff Athletica : des serviettes de sport qui soutiennent la conservation des grands prédateurs

Banff Athletica est notre partenaire depuis cette année. Cette jeune marque a pour objectif de fournir aux athlètes européens des serviettes de sport de haute qualité et « responsables ».

A travers sa charte éthique, Banff Athletica s’engage à respecter les normes humaines et environnementales les plus strictes pour répondre à la demande des sportifs soucieux de l’origine de leurs équipements.

En reconnaissance à la ville de « Banff » située dans les rocheuses canadiennes et à ses habitants (ours, loups, lynx), Banff Athletica s’engage au niveau franco-belge, à reverser une partie de ses bénéfices au profit de FERUS et à communiquer sur ses différents projets auprès de ses propres partenaires et clients.

Lire la suite

La lettre d'information InfoLoup n° 29

Photo Eric Durr

Tous les deux mois, la DREAL Auvergne Rhône-Alpes publie une lettre d’information sur le loup destinée aux services de l’État et aux acteurs concernés par le loup afin d’apporter un éclairage sur les dispositifs ou les points d’actualité relatifs à ce sujet. Cette lettre est diffusée par les pouvoirs publics et ne reflète en aucun cas les positions de l’association FERUS.

Le dernier numéro, n°29 (juillet / août / septembre 2019), est paru ==>> ICI

Au sommaire :

Interview avec Jean-Paul Célet, préfet référent national

Suivi de la population de loups

Données sur les dommages

Non protégeabilité de certains troupeaux : tous les troupeaux bovins et équins sont concernés (!). Les tirs de loups peuvent donc avoir lieu sans aucune condition de moyens de protection (!)

Lire la suite

Écrins : pas d'attaque de loup

Photo JM Hytte

Communiqué du parc national des Ecrins :

A propos d’un témoignage de randonneurs attaqués sur leur bivouac dans le secteur du lac de Fangeas (commune de Freissinières – Hautes-Alpes)

Le Parc national des Écrins avec le soutien technique de l’Office national de la Chasse et de la faune sauvage (ONCFS), a mené une enquête sur le témoignage de randonneurs attaqués sur leur lieu de bivouac dans la nuit du 16 au 17 septembre 2019.

Il a été procédé à l’audition de ces randonneurs ainsi que de trois autres qui ont été témoins de faits similaires, au même endroit depuis le début du mois d’août.

Les témoignages convergent sur l’identification d’un renard, décrit de façon cohérente par tous, peu farouche et devenu coutumier de rechercher de la nourriture dans les tentes et sous les abris de bivouac pendant la nuit.

Lire la suite

La chasse des loups dans le cœur des parcs nationaux serait une déclaration de guerre faite à la nature

Photo Anthony Kohler

Communiqué de presse FERUS-ASPAS-LPO, 18 septembre 2019

La chasse des loups dans le cœur des parcs nationaux  serait une déclaration de guerre faite à la nature

Une poignée d’anti-loups violents et prêts à tous les mensonges font pression sur les pouvoirs publics pour abattre des loups, une espèce protégée, jusque dans nos derniers espaces protégés ! FERUS, l’ASPAS et la LPO rappellent l’Etat et les élus à leur devoir le plus élémentaire de faire respecter le droit. Ils leur demandent la plus grande fermeté face à cette surenchère entretenue par quelques éleveurs extrémistes.

 

Le 16 septembre, à Lyon, un « groupe de travail sur la prédation dans les parcs nationaux » s’est réuni en présence du préfet coordonnateur loup, des ministères de l’environnement et de l’agriculture, des représentants des parcs nationaux et des réserves naturelles, des associations, d’élus et d’éleveurs. Cette réunion faisait suite à un dérochement d’ovins dans le parc national des Écrins. Une perte certes regrettable mais sur un troupeau sans protection, et sans que la responsabilité du loup n’ait pu être démontrée à ce jour.

Trop souvent, par le passé, l’État a laissé impunis des actes de menaces et de malveillances de la part d’activistes agricoles et cynégétiques. Systématiquement cette attitude a été interprétée comme de la faiblesse. Il n’y a qu’une seule manière de réagir face à ces nouvelles menaces, vidéo terroriste anti-loup et blocage de la préfecture des Hautes-Alpes, c’est de sanctionner sans tarder les auteurs des actes violents et illégaux. L’impunité génère la surenchère. On le voit à nouveau avec cette demande inacceptable de pouvoir tuer les loups dans le cœur des parcs nationaux métropolitains, qui ne représentent que 0.66 % de la superficie du territoire français.

Lire la suite

Résultats d'autopsie du vieux loup d'Angoustrine

Le loup d’Angoustrine 10 jours avant sa mort. Photo Lindsay Nègre

Mise à jour du 6 septembre 2019 : les analyses génétiques ont montré que ce loup avait au moins 14 ans (un record pour les loups sauvages en France) et venait du massif du Mercantour ! Plus d’infos ==>> ICI.

Communiqué de la préfecture des Pyrénées-Orientales, 4 avril 2019

Résultats de l’autopsie du loup euthanasié à Angoustrine-Villeneuve-des-Escaldes

Le mardi 29 janvier 2019, un loup très affaibli était euthanasié par un vétérinaire sur la commune d’Angoustrine-Villeneuve-Les Escaldes dans les Pyrénées Orientales (66).

Comme prévu par le protocole,sa dépouille a fait l’objet d’une autopsie complète réalisée par le Laboratoire Départemental d’Analyses avec l’appui technique et scientifique de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) afin de définir les causes précises de sa mort. Différents experts en pathologie de la faune sauvage ont également été mobilisés pour réaliser un examen minutieux de l’animal ainsi que des examens histologiques, toxicologiques, sérologiques et radiologiques.

L’usure des organes et des dents indique que l’animal était âgé de 6 à 10 ans. A sa découverte, l’animal présentait un état de maigreur important, avec une fonte musculaire marquée sur le train-arrière . Les principales lésions observées sont liées à l’âge : des lésions dentaires et des abcès au niveau de la colonne vertébrale et dans l’abdomen. L’animal était également atteint de septicémie, probablement consécutive aux abcès. L’ensemble de ces constatations permet de comprendre que le loup devait avoir de sévères difficultés à se déplacer et à chasser et donc à se nourrir correctement. Le contenu de l’estomac a d’ailleurs révélé la présence de paille et de plastique.

Lire la suite

Un premier loup en Eure-et-Loire

Ce 29 août en début d’après-midi, un grand canidé a été pris en photo, trottant dans  un chaume de céréales sur la commune de Crucey-Villages, au nord du département d’Eure-et-Loir. L’ONCFS a identifié l’animal comme étant un loup. Si des échantillons génétiques sont trouvés, son origine pourra peut être être déterminé. A ce stade, rien d’étonnant à la présence d’un loup sauvage en dispersion dans ce secteur.

La FDSEA 28 veut déjà la disparition du loup… Il y a pourtant peu de troupeaux dans le département.

Le dernier loup d’Eure-et-Loir aurait été tué en 1900.

Lire la suite