FERUS

OURS : 42 - FRANCE : 0 ! La France, médaille d'or... des bras croisés !

ourse-oursons-ariege-2016

© ONCFS / Equipe Ours / Réseau Ours Brun

Communiqué de presse FERUS, lundi 22 août 2016.

OURS : 42 – FRANCE : 0 ! 

La France, médaille d’or… des bras croisés !

Les ours font leur boulot, l’État doit enfin faire le sien.

Depuis 2006, 42 ours ont été « apportés » aux Pyrénées… par les ours pyrénéens eux-mêmes ! (naissances) :

Lire la suite

Share

Loups tués en France au cours de la période 2016-2017

loup cibleRevoici le décompte funeste des loups tués en France pour la période 2016-2017, qui court depuis la publication de l’arrêté ministériel du 5 juillet 2016. Cet arrêté autorise le tir de 36 loups au total. L’arrêté stipule cette année qu’il ne faudra pas abattre plus de 23 loups avant le 30 septembre. A ce jour, 6 loups ont déjà été tués. Une manifestation s’est tenue à Lyon le 16 janvier dernier pour protester contre cette chasse aux loups généralisée (infos –> ICI). Vous pouvez également signer –> LA PÉTITION.

Par tirs :

- 15 août (06) : 2 loups ont été prélevés dans les Alpes Maritimes sur la commune de Séranon, au nord de Grasse, par des agents de l’ONCFS (source). 4-5

- ≈ 20 juillet (06) : 2 jeunes louves abattues sur la commune d’Isola par la brigade loup (source).  2-3

- 12 juillet (73) : une louve adulte tuée dans le cadre d un tir de défense renforcée par la brigade loup de l’ONCFS à Saint-Colomban-des-Villards, en Maurienne (source). 1

Par département :

  • Alpes-Maritimes (06) : 4
  • Savoie (73) : 1

Par collisions :

- 14 août (26) : un loup retrouvé mort dans le fossé entre Die et Châtillon en Diois, dans la Drôme (source). Résultats des analyses en attente. 1

Share

Reportage Parole d'ours 2013 - TV Izard

reportage-parole-d-oursUn premier reportage a été tourné sur notre programme d’écobénévolat Parole d’ours. Pour le découvrir, cliquez sur l’image :

reportage-parole-ours

Lire la suite

Share

Victoire des Français et des loups !

loup morgane toulon

Photo © Morgane Bricard

Communiqué de presse commun ASPAS, FERUS, One Voice et ALEPE, le 12 août 2016.

Des tirs de loup sont stoppés grâce aux associations citoyennes ! Le Tribunal administratif de Nîmes vient de donner raison à l’ASPAS, Ferus, One Voice et l’ALEPE, en suspendant d’urgence l’arrêté préfectoral du 22 juillet 2016 qui ordonnait illégalement le « tir de prélèvement renforcé » d’un loup pour une durée de 6 mois sur 6 communes dans le secteur du causse Méjean, en Lozère.

Comme le veulent la majorité des Français, les loups doivent être maintenus dans notre pays. C’est chose faite : dans son ordonnance qui suspend l’arrêté ce 9 août, le juge souligne que la pérennité de l’élevage ovin dans le département n’est pas compromise par la présence d’un loup, et relève l’absence de mise en œuvre de « tirs de défense » préalables au tir de prélèvement renforcé.

Le juge administratif rappelle ainsi que des battues aux loups ne peuvent pas être autorisées si tout n’a pas été mis en œuvre pour protéger les troupeaux exposés à un risque de prédation. Il existe en effet des moyens de protection des troupeaux ainsi qu’une gradation des tirs que les préfets peuvent autoriser, qui ne visent à tuer des loups, espèce protégée, qu’en dernier recours, et uniquement si des dégâts sont causés malgré la mise en œuvre de moyens de protection.

Lire la suite

Share

La plaquette Le loup en France - FERUS

couv-plaquette-loup-FERUSFERUS vient de rééditer sa plaquette « Le loup en France », financée entièrement par  Ulule, site de financement participatif. Merci à tous les contributeurs !

Seize pages pour connaître et comprendre la biologie du loup, l’historique de sa présence en France et de son retour naturel, sa répartition actuelle dans notre pays, sa conservation et les moyens de la cohabitation avec le pastoralisme.

Sommaire :

  • Biologie (une vie en meute, un prédateur efficace des ongulés sauvages, comportement envers l’homme)
  • Présence en France (d’où vient-il ?, une exceptionelle capacité de dispersion, une espèce protégée, une population française vulnérable, les tirs de loups
  • Carte répartition en France (2015)
  • Cohabitation loup / pastoralisme (la présence humaine, le regroupement nocturne, les chiens de protection)
  • La conservation du loup en France

    Lire la suite

Share

Escapade au pays des loups (22 -> 25 septembre)

mercantour

Mercantour

Escapade au pays des loups du 22 au 25 septembre 2015

Pour se ressourcer au grand air ! 

louve-mercant-ONCFS2Venez découvrir le Parc National du Mercantour et les Alpes du sud, où les loups sont présents depuis plus de 20 ans maintenant : plusieurs meutes, une trentaine d’individus.

Attraits du programme indicatif (susceptible de variations en fonction de la météo notamment) :

  • recherche d’indices de passage des loups : empreintes, carcasses laissées, fèces.
  • observation de la faune de montagne : chamois, mouflons, cervidés, oiseaux.
  • randonnée en zone déserte, et découverte des panoramas grandioses.

Buts du séjour : parcourir les biotopes à loup, mieux connaitre sa biologie et appréhender les conflits loup / pastoralisme.

Lire la suite

Share

Le tourisme lié aux loups et leur chasse ne font pas bon ménage

loup-denali

Un loup à Denali, pour la joie des touristes. Photo Ron Niebrugge

L’observation de la faune rapporte des milliards, mais une récente étude menée en Alaska montre que la chasse aux prédateurs a un impact négatif sur le tourisme vert.

De nombreux touristes parcourent des milliers de kilomètres dans l’espoir d’apercevoir des loups dans leur habitat sauvage, mais une récente étude démontre que leurs chances de voir le prédateur réduisent considérablement lorsque la chasse et le piégeage sont autorisés. En 2013, une association gouvernementale américaine, attentive aux problématiques environnementales, le PEER, a tiré la sonnette d’alarme : la dégringolade du nombre de loups près du parc national de Denali (Alaska, États-Unis) est en train d’affecter le tourisme nature.

La recherche publiée par le journal scientifique PLOS ONE suggère que les visiteurs des parcs nationaux ont deux fois moins de chance de voir des loups dans leur habitat naturel lorsque la chasse aux loups est autorisée aux abords du parc national de Denali. Ce constat est le résultat de recherches effectuées entre 1973 et 2013, date à laquelle il a été révélé que la chasse et le piégeage des loups près du parc national ont réduit la population régionale lupine de presque deux-tiers et par conséquent diminué de manière significative les chances qu’ont les visiteurs du parc de voir des loups à l’état sauvage.

Selon Bridget Borg, biologiste spécialiste de la faune de Denali et auteure principale de l’étude, ces recherches sont les premières à établir le lien entre le prélèvement d’animaux sauvages aux abords du parc, et l’expérience que peuvent en faire les visiteurs à l’intérieur de celui-ci.

Lire la suite

Share

Ours : images juillet 2016 + Echo des Tanières 28 en ligne !

echo28ours-juil-16-2Le numéro 28 de L’Echo des Tanières réalisé par le Réseau Ours Brun est en ligne (ci-contre), vous y trouverez le bilan des activités de recherche de terrain en Pyrénées françaises. Ne ratez pas le montage de photos et de vidéos –> ICI.

Informations diverses :

« Le 08 juillet, une piste d’ours est découverte sur les berges de la Neste, commune de St Lary Soulan dans les Hautes-Pyrénées. Dans un premier temps, l’ours Goiat fut suspecté car ayant été localisé par GPS les jours précédents, sur la commune de Gouaux, toujours en vallée d’Aure. Toutefois, les données GPS transmises plusieurs jours après (faute de couverture GSM) par l’équipe de suivi espagnole, révèleront que Goiat n’a jamais été localisé à moins de 8 km de ce secteur limitrophe de la commune de Tramezaïgues. Les relevés d’empreintes, réalisés le lendemain par le Parc National des Pyrénées lors de la vérification du témoignage, permettent aussi de constater que les dimensions de ces dernières correspondent à la classe de taille d’un mâle adulte mais d’un gabarit inférieur de celui de l’ours Goiat. Néanmoins, aucun indice biologique (poils, crottes) n’a pu être collecté pour un éventuel génotypage. L’hypothèse d’un ours provenant de la population des Pyrénées centrales semble la plus probable au vu des deux pistes d’ours (non attribuables à Goiat) relevées depuis le début de l’année entre la Garonne et le département des Hautes-Pyrénées. »

Lire la suite

Share

Des pumas pour sauver des vies humaines sur la route

puma-recadre

Un puma dans le Sud Dakota © Michael Forsberg

Le déclin des grands carnivores a conduit à l’augmentation des populations de grands herbivores à travers le monde. Conséquence : des coûts sociaux-économiques importants tels que l’augmentation des accidents de la route avec la faune sauvage. Les tentatives pour réduire ce phénomène (barrières, relocalisation, stérilisation ou abattage des cerfs etc.) dans l’Est des USA ont échoué et les collisions routières avec les cerfs continuent d’augmenter. Une équipe de chercheurs américains vient de présenter une première évaluation des services fournis par la réhabilitation des grands carnivores, utilisant dans le cas présent la baisse des collisions grâce aux pumas. Leurs simulations ont révélé que le retour pérenne du puma pourrait réduire les densités de cerfs et les accidents routiers avec ceux-ci de 22 % dans l’est américain, évitant ainsi 21 400 blessures et 155 morts humains, et 2,13 milliards de dollars d’économie dans les 30 ans à venir. Les chercheurs ont estimé qu’un seul puma tuait environ 259 cerfs sur une durée de vie moyenne de 6 ans et pouvait ainsi empêcher 8 accidents, soit une économie de 37 600 $.

Ces résultats concordent avec l’analyse des données provenant du Nord et Sud Dakota, deux états récemment recolonisés par les pumas. Dans le Sud Dakota, les accidents routiers dus aux cerfs ont baissé de 9 % en 8 ans ; les économies réalisées sont estimées à 1,1 million de dollars annuellement.

La restauration des grands carnivores pourrait fournir d’autres services précieux, comme la réduction des dégâts des cerfs à l’agriculture et aux forêts, et ces avantages pourraient compenser les coûts liés à la cohabitation avec ces espèces.

Lire la suite

Share