Actus loup | FERUS

Loups tués en France au cours de la période 2016-2017

loup cibleRevoici le décompte funeste des loups tués en France pour la période 2016-2017, qui court depuis la publication de l’arrêté ministériel du 5 juillet 2016. Cet arrêté autorise le tir de 36 loups au total. L’arrêté stipule cette année qu’il ne faudra pas abattre plus de 23 loups avant le 30 septembre. A ce jour, 6 loups ont déjà été tués. Une manifestation s’est tenue à Lyon le 16 janvier dernier pour protester contre cette chasse aux loups généralisée (infos –> ICI). Vous pouvez également signer –> LA PÉTITION.

Par tirs :

- 15 août (06) : 2 loups ont été prélevés dans les Alpes Maritimes sur la commune de Séranon, au nord de Grasse, par des agents de l’ONCFS (source). 4-5

- ≈ 20 juillet (06) : 2 jeunes louves abattues sur la commune d’Isola par la brigade loup (source).  2-3

- 12 juillet (73) : une louve adulte tuée dans le cadre d un tir de défense renforcée par la brigade loup de l’ONCFS à Saint-Colomban-des-Villards, en Maurienne (source). 1

Par département :

  • Alpes-Maritimes (06) : 4
  • Savoie (73) : 1

Par collisions :

- 14 août (26) : un loup retrouvé mort dans le fossé entre Die et Châtillon en Diois, dans la Drôme (source). Résultats des analyses en attente. 1

Share

Victoire des Français et des loups !

loup morgane toulon

Photo © Morgane Bricard

Communiqué de presse commun ASPAS, FERUS, One Voice et ALEPE, le 12 août 2016.

Des tirs de loup sont stoppés grâce aux associations citoyennes ! Le Tribunal administratif de Nîmes vient de donner raison à l’ASPAS, Ferus, One Voice et l’ALEPE, en suspendant d’urgence l’arrêté préfectoral du 22 juillet 2016 qui ordonnait illégalement le « tir de prélèvement renforcé » d’un loup pour une durée de 6 mois sur 6 communes dans le secteur du causse Méjean, en Lozère.

Comme le veulent la majorité des Français, les loups doivent être maintenus dans notre pays. C’est chose faite : dans son ordonnance qui suspend l’arrêté ce 9 août, le juge souligne que la pérennité de l’élevage ovin dans le département n’est pas compromise par la présence d’un loup, et relève l’absence de mise en œuvre de « tirs de défense » préalables au tir de prélèvement renforcé.

Le juge administratif rappelle ainsi que des battues aux loups ne peuvent pas être autorisées si tout n’a pas été mis en œuvre pour protéger les troupeaux exposés à un risque de prédation. Il existe en effet des moyens de protection des troupeaux ainsi qu’une gradation des tirs que les préfets peuvent autoriser, qui ne visent à tuer des loups, espèce protégée, qu’en dernier recours, et uniquement si des dégâts sont causés malgré la mise en œuvre de moyens de protection.

Lire la suite

Share

La plaquette Le loup en France - FERUS

couv-plaquette-loup-FERUSFERUS vient de rééditer sa plaquette « Le loup en France », financée entièrement par  Ulule, site de financement participatif. Merci à tous les contributeurs !

Seize pages pour connaître et comprendre la biologie du loup, l’historique de sa présence en France et de son retour naturel, sa répartition actuelle dans notre pays, sa conservation et les moyens de la cohabitation avec le pastoralisme.

Sommaire :

  • Biologie (une vie en meute, un prédateur efficace des ongulés sauvages, comportement envers l’homme)
  • Présence en France (d’où vient-il ?, une exceptionelle capacité de dispersion, une espèce protégée, une population française vulnérable, les tirs de loups
  • Carte répartition en France (2015)
  • Cohabitation loup / pastoralisme (la présence humaine, le regroupement nocturne, les chiens de protection)
  • La conservation du loup en France

    Lire la suite

Share

Le tourisme lié aux loups et leur chasse ne font pas bon ménage

loup-denali

Un loup à Denali, pour la joie des touristes. Photo Ron Niebrugge

L’observation de la faune rapporte des milliards, mais une récente étude menée en Alaska montre que la chasse aux prédateurs a un impact négatif sur le tourisme vert.

De nombreux touristes parcourent des milliers de kilomètres dans l’espoir d’apercevoir des loups dans leur habitat sauvage, mais une récente étude démontre que leurs chances de voir le prédateur réduisent considérablement lorsque la chasse et le piégeage sont autorisés. En 2013, une association gouvernementale américaine, attentive aux problématiques environnementales, le PEER, a tiré la sonnette d’alarme : la dégringolade du nombre de loups près du parc national de Denali (Alaska, États-Unis) est en train d’affecter le tourisme nature.

La recherche publiée par le journal scientifique PLOS ONE suggère que les visiteurs des parcs nationaux ont deux fois moins de chance de voir des loups dans leur habitat naturel lorsque la chasse aux loups est autorisée aux abords du parc national de Denali. Ce constat est le résultat de recherches effectuées entre 1973 et 2013, date à laquelle il a été révélé que la chasse et le piégeage des loups près du parc national ont réduit la population régionale lupine de presque deux-tiers et par conséquent diminué de manière significative les chances qu’ont les visiteurs du parc de voir des loups à l’état sauvage.

Selon Bridget Borg, biologiste spécialiste de la faune de Denali et auteure principale de l’étude, ces recherches sont les premières à établir le lien entre le prélèvement d’animaux sauvages aux abords du parc, et l’expérience que peuvent en faire les visiteurs à l’intérieur de celui-ci.

Lire la suite

Share

Hautes-Alpes : petits arrangements entre ennemis du loup

chasseu-loup-morvan-vaucoulon

Illustration © Patryck Vaucoulon

Retour chronologique sur l’affaire des génisses qui ont déroché à Sigoyer, en juin dernier.

Acte 1 :

Le 19 juin dernier, 17 génisses sont retrouvées mortes au bas d’une falaise. Elles étaient livrées à elles-même depuis 3 jours, malgré les forts orages qui sévissaient et la dangerosité de cette zone de pâturage, située au bord d’un précipice de 80m de haut. L’éleveuse rameute les médias et crie à la responsabilité du loup. Ce n’est pas une inconnue, il s’agit de la secrétaire générale de la FDSEA 05, viscéralement opposée au loup, une habituée des prises de parole véhémentes lors des réunions départementales loup. Elle fait appel à l’ONCFS pour faire un constat. La responsabilité du loup ne peut être prouvée, et, d’après nos informations, l’analyse technique du constat indiquerait que la cause de la chute est « indéterminée ».

Acte 2 :

Malgré toutes ces zones d’ombre, l’éleveuse percevra une indemnisation « au bénéfice du doute » à savoir sur « le dos du loup » s’élevant à 19 000 € auxquels il faudra ajouter les 4000€ d’hélitreuillage. Une indemnisation politique et rien d’autre, payée avec de l’argent public et qui va aussi permettre d’augmenter artificiellement le « coût du loup » ainsi que les bilans officiels des victimes du loup. Egalement, le préfet lui accorde le 22 juin un « tir de défense renforcé ». Ce qui implique que dans le secteur, un loup pourra être tué au hasard par des chasseurs.

Lire la suite

Share

Taux de prédation par loup sur le bétail : un problème français ?

cp morgane bricard (299)

Photo Morgane Bricard

Taux de prédation par loup sur le bétail : un problème français ? Par Patrick Leyrissoux

Article paru dans la Gazette des grands prédateurs n°56 (mai 2015)

Abonnez-vous à la Gazette !

Sur le site de l’association Houmbaba (www.houmbaba.com), il est évoqué que les pertes par prédation du loup en France sont hors norme par rapport à certains états américains (4). Voulant en savoir plus, j’ai mené ma propre enquête pour les pays européens à partir de la documentation disponible sur Internet.

Lire la suite

Share

Lettre d'information InfoLoup n° 11 mai/juin 2016

infoloup11Dans le cadre du Plan d’action national loup 2013-2017, la DREAL Rhône-Alpes publie tous les 2 mois un fascicule contenant actualités et informations sur le sujet. Cette lettre d’information est destinée aux services de l’État et aux acteurs concernés par le loup afin d’apporter un éclairage sur les dispositifs ou les points d’actualité relatifs à ce sujet. Le dernier numéro d’InfoLoup a été mis en ligne. Il est disponible –> ICI.

On y apprend notamment qu’ »une démarche prospective d’évaluation de la situation du loup en France sur le long terme (2025/2030) a été lancée de manière à fournir à l’Etat et aux principaux acteurs du dossier les éléments permettant de définir les objectifs à atteindre en termes de présence de l’espèce sur le territoire. » Voici d’ailleurs le discours que Barbara Pompili y a tenu.

A lire absolument : Les résultats provisoires de l’étude d’évaluation de l’efficacité des moyens de protection des troupeaux contre la prédation par le loup, menée par le bureau d’étude TERROÏKO (page 5).

Au sommaire :

  • Coordination du plan loup
  • Mesures de protection : Carte 2016 des cercles 1 et 2
  • Zoom sur… l’étude sur l’efficacité des mesures de protection

    Lire la suite

Share

Chiens de protection et randonneurs, quelques réflexes à adopter

panneaux cpt

Photo © Elsa Comte

panneaux cpt2Les beaux jours arrivent et de nombreux adeptes de la randonnée vont pouvoir s’adonner à leur loisir favori, notamment en montagne. Sur le parcours, vous pouvez rencontrer des chiens de protection des troupeaux. Ce sont de gros chiens blanc qui montent la garde auprès des troupeaux de moutons (patous).

Les chiens de protection sont un excellent moyen de protection des troupeaux face à la prédation. Leur présence est donc indispensable si l’on souhaite favoriser une bonne cohabitation loup / pastoralisme. Néanmoins, certains éleveurs hésitent à s’en doter arguant les incidents qui peuvent survenir entre ces chiens et les différents usagers de la montagne (randonneurs, cyclistes)… Rappel du comportement à adopter face aux chiens de protection :

  • descendre de vélo (ou de cheval),
  • garder un comportement calme et passif,
  • laisser le chien faire son travail d’inspection et d’identification,
  • tenir ses distances avec le troupeau, le contourner (sous la vigilance du patou).

Lire la suite

Share

2016-2017 : l'état ordonne l'abattage de 36 loups

chasse loupSégolène Royal, ministre de l’Environnement et Stéphane Le Foll ministre de l’Agriculture n’ont toujours que faire de l’avis des Français : leur arrêté ordonnant le tir de 36 loups a été publié hier jeudi 7 juillet au Journal Officiel, sans même connaître les résultats de la consultation publique.
Pour la période 2016-2017, une subtilité néanmoins : il ne faudra pas abattre plus de 23 loups avant le 30 septembre. Pour ne pas épuiser trop rapidement la possibilité de recourir à des tirs?
La synthèse de la consultation publique indique pourtant que 90 % des avis étaient défavorable à ce projet d’arrêté. A quoi cela sert-il de consulter les français si leur avis est à ce point bafoué?

Incompétence et irresponsabilité

Au delà du déni de démocratie auquel le gouvernement nous a habitués, ce qui est particulièrement grave cette année c’est que le plafond puisse être fixé sans connaissance de l’état actuel de la population de loups.

Lire la suite

Share