Actus loup | FERUS

L'animal tué en Dordogne était bien un loup

loup-ak-texte-pp

© Anthony Kohler

On a appris que l’animal tué en Dordogne en octobre dernier était bien un loup.

Le 16 juin, le Procureur de la République de Périgueux a rendu public les résultats de l’enquête : l’animal abattu le 30 octobre 2015 à Saint-Léon-sur-l’Isle était un jeune loup français d’origine italienne. L’animal avait été trouvé dans un poulailler, blessé à une patte prise dans un piège. Le propriétaire avait alors appelé son voisin chasseur qui avait tout simplement abattu l’animal avec son fusil pour l’achever (photo).

Le chasseur encourt une peine de 12 mois d’emprisonnement et 15000 euros d’amende. Pour se défendre, il dit avoir confondu l’animal avec un gros chien et avoir voulu abréger ses souffrances.

Il aura tout de même fallu plus de 7 mois à l’enquête pourdéterminer qu’il s’agissait d’un loup, un délai étrangement long…

On n’avait pas vu trace de loup en Dordogne depuis 1929, date à laquelle le dernier spécimen de loup avait été tué.

L’animal avait été décompté du plafond 2015-2016 avant l’annonce officielle.

Share

2016-2017 : encore 36 loups à tuer, exprimez-vous !

loup tirs

Photo Roland Clerc

Donnez votre avis (jusqu’au 22 juin 2016) ==>> ICI

Le nouveau projet d’arrêté d’abattage de loups pour la saison 2016-2017 (c’est-à-dire du 1er juillet 2016 au 30 juin 2017) vient de sortir. Il prévoit de nouveau de pouvoir tuer 36 loups, soit près de 15 % de la population de loups en France si on se base sur la population estimée en 2015 (282 loups). Pourtant, on ne sait toujours pas si la population de loups n’a pas pâtit des abattages de 2015-2016 (35 loups à ce jour). En effet, le texte accompagnant le projet d’arrêté l’indique clairement « Toutes les données permettant de déterminer habituellement l’évolution de la population lupine n’ont pas encore été obtenues. »

Penser déjà à tuer 36 loups dans ce contexte est irresponsable et scandaleux !

D’autre part, même si on peut constater une évolution géographique du loup en France, son statut reste très vulnérable vu que de nombreux zones rejointes par l’espèce, aux habitats naturels pourtant propices et au nombre de proies sauvage élevé, ne contiennent qu’un loup ou au mieux quelques individus dispersés. Depuis le retour du loup il y a 23 ans, aucune reproduction à l’ouest du Rhône n’a encore été constatée, ce qui n’est pas normal.

Lire la suite

Share

Plafond atteint = bonus de 2 loups à tuer

louve-louveteau

Photo © Jocelyne Thomas

Alors que le cadavre de la louve abattue le 13 juin était encore tiède, et le plafond 2015-2016 atteint, le ministère s’est empressé de prendre le 14 juin un arrêté autorisant l’abattage de 2 loups supplémentaires (36 loups tués ça ne suffisait pas?). Que d’empressement ! Que de réactivité mal placée ! Il restait pourtant seulement 2 semaines à attendre pour que le nouvel arrêté autorisant la chasse au loup pour la période 2016-2017 soit publié.

L’arrêté, qui a été publié ce jour au journal officiel, prévoit la possibilité de « détruire » (appréciez le champ lexical…) 2 loups, mâles ou femelles, jeunes ou adultes.

Pourtant, au mois de juin, les naissances ont eu lieu, et si l’on abat une louve alpha, cela revient à condamner toute sa portée de louveteaux (rappel). Scandaleux quand on sait que le loup est une espèce protégée dont l’estimation chiffrée de sa population en 2016 est à ce jour toujours inconnue. Le risque de porter gravement atteinte à la population de loups française est donc d’autant plus grand en cette période de l’année…

Était-ce si insupportable que cela de laisser 2 semaines de répit au loup ?

Lire la suite

Share

Loup, le déni d’écologie du gouvernement

3loupsanthony

Photo © Anthony Kohler

Communiqué de presse, FERUS, 15 juin 2016.

Loup, le déni d’écologie du gouvernement

La ministre de l’environnement, Ségolène Royal et son collègue de l’agriculture, Stéphane Le Foll, sont bien décidés, une fois de plus, à passer en force et à prendre un nouvel arrêté de destruction de loups, alors même que la population de loups diminue en France et que, dans le même temps, le nombre de dégâts aux troupeaux, remboursés par les pouvoirs publics, augmente toujours, restant à un niveau bien trop élevé ! Un non-sens qui ne semble pas déranger les deux ministres. Ils n’hésiteront pas, une fois de plus, à ignorer les témoignages très majoritairement hostiles des citoyens à la consultation publique.

L’arrêté en cours de consultation publique prévoit l’abattage de 36 loups dans un premier temps, alors que pour la première fois, l’estimation du nombre de loups en France n’est pas officiellement connue. Il était en baisse importante en 2014 (chiffres ONCFS), avant même l’abattage de 36 loups et la mort plus ou moins suspecte d’une dizaine d’autres. Il est donc très probable qu’au cours de l’année 2015 la population française de loup a chuté de façon significative.

Lire la suite

Share

Une louve tuée dans les Alpes Maritimes : le plafond atteint

bollene-vesubieloup ONCFS pièges-photosLundi 13 juin, une louve a été tuée à 23h30 à la Bollène Vésubie (06) par la brigade loup de l’ONCFS (source). Le plafond (record) de 36 loups pouvant être tués pour la période 2015-2016 vient donc d’être atteint. Mais comme si cela ne suffisait pas, en attendant la sortie le 30 juin du prochain arrêté pour la période 2016-2017, 3 autres arrêtés autorisant le tir de 2 loups chacun peuvent dorénavant être pris consécutivement. La raison de cette mascarade administrative? Un arrêté de 6 loups « d’un coup » risquerait trop de se faire attaquer par les associations de protection de l’environnement, alors que 2 par 2, c’est plus facilement justifiable devant les tribunaux…

Il s’agit là du 15e loup tué dans les Alpes-Maritimes, département champion toutes catégories de la chasse aux loups, loin devant les Alpes de Haute-Provence (8 loups abattus) et les Hautes-Alpes (6 loups tués).

Lire la suite

Share

Les anti-loups font interdire une conférence : ont-ils peur de la vérité ?

conf-loup-annulee

Conférence annulée par les obscurantistes !

Communiqué Cap Loup, 14 juin 2016.

Ils ont peur du loup, peur des joujoux, peur de tout. Mais pas du ridicule ! Une conférence sur la biologie des loups qui devait avoir lieu ce mercredi 15 juin à Nyons (26) vient d’être annulée sous la pression d’éleveurs. Après l’interdiction en mai dernier d’une peluche représentant un loup, les éleveurs anti-loups continuent d’imposer leur diktat.

Intitulée « Les loups, biologie d’un mythe », la conférence prévue de longue date au CFPPA(1) de Nyons a dû être annulée par cet établissement public, sous la pression d’un groupuscule d’éleveurs et du sous-préfet invoquant la menace de troubles à l’ordre public. Pourtant, cette conférence proposée par la SFEPM(2) a déjà été accueillie sans problème en plusieurs lieux du sud-est de la France depuis le début de l’année, notamment dans des lycées agricoles à la demande des enseignants ou des étudiants. Elle présente de façon dépassionnée les connaissances scientifiques disponibles sur le loup, dans le but d’informer les étudiants et les citoyens sur un sujet complexe.

Les 27-28 mai dernier, les organisateurs du Giro (tour cycliste d’Italie) avaient retiré leur mascotte lors du passage de la course en France, sous la pression d’élus locaux et de la préfecture des Hautes-Alpes obéissant aux injonctions d’éleveurs qui menaçaient de bloquer la course. La cause unique : la mascotte représentait un loup. Encore une fois, des responsables locaux se font les complices d’une poignée d’éleveurs qui dictent leur volonté d’éliminer les loups, jusqu’aux peluches à leur effigie et jusqu’aux informations scientifiques sur cette espèce.

Lire la suite

Share

Italie : une brigade contre le braconnage des loups

Emanuele Gallo con la sua Kira-km8F-U1080297856939VPG-1024x576@LaStampa.it

Emanuele Gallo et Kira. Photo la Stampa

On se souvient qu’en France, une brigade loup de dix emplois jeunes a été recrutée par le ministère de l’Environnement depuis 2015 pour notamment mieux tuer des loups, conformément à une politique d’abattage contreproductive dont les quotas ont été arbitrairement fixés par avance pour principalement satisfaire des intérêts électoraux.

En Italie, où l’acceptation du sauvage est beaucoup plus profondément ancrée dans la culture et dans les cœurs, c’est à un phénomène exactement inverse qu’on assiste : dans le cadre du projet européen « Life Wolfalps » (pour la conservation du loup et la coexistence entre le prédateur et les activités économiques traditionnelles), un escadron de 10 détectives (5 hommes aguerris et 5 chiens spécialement entraînés) a été constitué il y a environ deux ans dans le but de traquer les braconniers du loup. La force de leur équipe est basée sur l’amitié ancestrale entre l’homme et le chien (2 bergers malinois, 2 labradors et un grison). L’équipe intervient dans la partie nord-ouest des Alpes italiennes mais une autre brigade existe déjà en Vénétie pour couvrir les Alpes orientales. En cas de déclenchement d’une suspicion de braconnage, l’équipe est aussitôt prête à partir sur la « scène du crime » dans divers coins du Piémont. La patrouille arpente ainsi le territoire à la recherche d’appâts empoisonnés ou de restes d’animaux morts, elle recueille des indices et prend des photographies. Les forestiers et gardiens de parcs nationaux qui la composent formulent ensuite des hypothèses qui sont transmises à la justice. A ce jour, une dizaine d’enquêtes pour empoisonnement a déjà été ouverte.

Lire la suite

Share

Le loup en France : quand le culturel prend le pas sur le biologique

loup-France-Alpes-Lachize

Loups dans les Alpes. Photo Christian Lachize

Le loup en France : quand le culturel prend le pas sur le biologique. Par François Moutou, docteur vétérinaire, SNPN et administrateur de FERUS

Article paru dans la Gazette des grands prédateurs n°55 (février 2015)

Abonnez-vous à la Gazette !

Le Plan d’action national loup, dans sa nouvelle version (2013-2017) prévoit des interventions directes sur le prédateur, dans le cadre d’une réglementation revue chaque année en fonction des effectifs et de la répartition de l’espèce.

Les textes applicables au loup (Canis lupus) pour les années 2014 et 2015 ont été publiés dans le Journal Officiel de la République Française daté du 4 juillet 2014. Plusieurs lectures sont possibles. Un regard juridique semble nécessaire pour vérifier si ce qui est proposé reste compatible avec les divers textes européens et internationaux déjà signés par la France, ce qui n’est pas évident. L’évolution vers le tir de toujours plus de loups et vers un élargissement des personnes autorisées à les tirer pose également quelques questions. Le mot « expérimental » n’explique et ne justifie pas tout.

Lire la suite

Share

Rejoignez-nous pour brandir vos peluches à l’effigie d’un loup !

mascotte giro

Sous la pression des représentants agricoles FDSEA/JA, le Giro d’Italia (Tour d’Italie cycliste) se passera de Lupo Wolfi lors de son étape françaises des 27 et 28 mai, dans les Hautes-Alpes. En effet, la mascotte officielle du Giro a le malheur d’être… un loup !

Rejoignez-nous pour brandir vos peluches à l’effigie d’un loup !

Rendez-vous aujourd’hui vendredi 27 mai à 12h et demain samedi 28 mai à 10h à l’Intermarché de Guillestre à côté de la station service.
Il y aura la possibilité de venir vous chercher à la gare SNCF Mont-Dauphin – Guillestre (plus de précisions 06 98 17 34 28 / 06 84 49 58 10).

On vous attend nombreux et motivés !

Voir aussi :

Lire la suite

Share