Espagne : 2 jeunes ours issus des noyaux oriental et occidental !

Espagne : 2 jeunes ours issus des noyaux oriental et occidental !

Actus internationales Actus ours Toute l'actualité

Bonne nouvelle pour les noyaux occidental et oriental des ours des Cantabriques de plus en plus réunis, notamment pour la variabilité génétique du fragile noyau de l’est. On compte plus de 100 ours dans le noyau occidental et à peine une trentaine pour celui de l’est.

Le ministère de l’Environnement des Asturies a confirmé ce 12 août l’existence de deux ours, fruit de la communication génétique entre les populations orientale et occidentale d’ours bruns des Cantabriques.

Des analyses ADN (échantillons de poils et fèces) ont en effet permis d’identifier deux ours « hybrides » (mère orientale et père occidental). Les échantillons génétiques ont été récoltés dans le Parc Naturel de Redes le 18 novembre 2008. Une des « hybridations » a pu être confirmée avec un autre échantillon provenant du parc national des Pics de l’Europe (Leon) au printemps 2009.

img-240809-2

Les 2 ours, 1 mâle et l’autre de sexe inconnu, sont issus de la même portée. Le père est l’ours de la population occidentale qui avait été localisé dans le noyau oriental (province de Palencia) en 2005. La mère avait déjà été échantillonnée sur le versant cantabrique du Parc national.

La découverte de ces 2 premiers descendants « hybrides » confirme l’existence d’une communication génétique effective après qu’un projet de recherche ait mis en évidence précédemment l’existence d’au moins quatre migrants d’une population à une autre. La communication entre les 2 populations est considérée dans le Plan de Conservation de l’espèce dans les Asturies et dans la Stratégie Nationale de conservation de l’ours brun cantabrique comme l’une des grandes clés pour la conservation de l’espèce à long terme et vient montrer l’efficacité des mesures prises ces dernières années.

Bien qu’il s’agisse des premières localisations d’ours « hybrides », l’importance de cette découverte est porteuse d’espoir pour localiser par la suite d’autres cas.

Sources : Asturias confirma la existencia de dos ejemplares de oso pardo con ADN de poblaciones oriental y occidental (Europa Press, 12 août 2009)

3 commentaires sur “Espagne : 2 jeunes ours issus des noyaux oriental et occidental !”

hé bien voila, s’il en était besoin que avec un minimum d’animaux, celui que nous connaissons en France, nous pouvons faire beaucoup sans trop bousculer la nature dans notre sens ! Bien sur je crois que pour cette année il ne sera plus introduit d’ours, mais que sans en réintroduire beaucoup et pour peu qu’on les laisse vivre et qu’ils soient lachés à des endroits stratégiques notre but serait atteint avec un peu de patience.

A l’attention de  » Jean-Marc  » : bien sur ,qu’avec un petit effectif ,on peut » sortir » un nombre significatif de produits , que ce soit pour une population résiduelle d’animaux sauvages, dans leur milieu originel , ou pour une race d’animaux domestiques à petit effectif, au fond de leur étable , ou de leur box , ! Mais la consanguinité, qui en résulte ,est chose tenace et bien réelle ! Et pour en sortir , ( de cette consanguinité ) , il n’y a pas 50 solutions ! Sinon , c’est l’impasse totale , garantie sur facture , à moyen terme !

En effet, la nature se débrouille très bien toute seule, sauf quand l’homme intervient pour détruire ce quelle a mis des centaines ou des milliers d’années a créer. Alors il faut bien réparer. Les ours seuls ne pourront pas se régénérer, et si nous n’intervenons pas en relachant quelques spécimens qui apporteront un patrimoine génétique différent, l’espèce est vouée a une disparition certaine.
Eh oui, la nature est ainsi faîte.


Les commentaires sont fermés.