Le lynx dans le sud du massif Central

Lynx

@ Castanet-Hervieu

Le lynx dans le sud du massif Central

Par Christian Nappée avec la collaboration de Patrick Therey

Article paru dans la Gazette des grands prédateurs n°51 (février 2014)

La photographie, la télévision et tout ce qui véhicule des images font que la plupart des gens savent aujourd’hui identifier d’un coup d’œil certains animaux qu’ils ne verront sans doute jamais « en vrai » sauf à y consacrer un temps considérable dans des zones reculées ou, ce qui est plus facile, à se rendre dans des parcs zoologiques. Le lynx fait partie de ces animaux assez bien inscrits dans la mémoire visuelle de nos contemporains sans qu’ils n’aient jamais eu l’occasion de le voir dans la nature.

Il en allait certainement autrement avant que la photo ne répande son image.

Les observateurs occasionnels de cet animal avaient probablement beaucoup de difficultés à relier leurs observations aux noms proposés par le vocable local. Et cela d’autant plus que ces noms, « loup-cervier » ou « chat-loup », par exemple, étaient ambigus car empreints d’une confusion avec le loup ou le chat sauvage. Ceci explique peut-être, en partie, le fait que l’on ait très peu d’indications sur la présence historique du lynx dans le massif Central, comme dans bien d’autres régions de notre pays.

Dans son Essai sur l’Histoire Naturelle du Lynx paru en 1930, Lavauden remarque bien cette rareté des mentions historiques en écrivant que cet animal « qui a tout ce qu’il faut pour exciter l’intérêt, pour attirer et pour retenir l’attention (…) a été au contraire complètement méconnu. Il est demeuré pour ainsi dire ignoré des populations qui vivaient à son contact ».

Lavauden cite toutefois deux auteurs mentionnant le lynx comme présent dans le massif Central au XVIII iéme siècle : l’abbé A .Delarbre qui le signale en 1798 dans son Essai Zoologique sur la Ci-devant Province d’Auvergne et Magné de Marolles qui, dans son édition de 1836 sur La chasse au fusil rappelle cette présence du lynx en Auvergne au siècle précédent.

Lavauden fait état de deux captures réalisées au XIX iéme siècle dans le massif Central :  un individu tué en Haute-Loire en 1822 dans les bois de St Pierre Eynac et un autre sur le mont Lozère en 1875 près de Génolhac à la limite des départements Gard et Lozère. Ces deux exemplaires naturalisés existent encore, l’un au musée du Puy, l’autre au musée de Nîmes.

Ernest Olivier, dans sa Faune de l’Allier publiée à Moulins en 1898, mentionne plusieurs captures dans le nord du massif Central. Il rapporte, par exemple, la capture de deux individus la même année en 1853 : le premier, un jeune individu pesant 9kg, dans l’Allier sur la montagne Bourbonnaise près de Montoncel, le second, un adulte, dans le Puy-de-Dôme au bord de l’Allier, au niveau de Maringues. Un peu plus tard, au cours de l’hiver 1865, un lynx de 30 kg est tué à la chasse par temps de neige dans les monts de la Madeleine au sud-est de l’Allier.

 


Lire la suite en téléchargeant l’article en pdf :

lynx massif central

Lynx massif Central Nappée

S’abonner à la Gazette des Grands Prédateurs / les anciens numéros !

1 commentaire pour Le lynx dans le sud du massif Central