Loup : des tirs non létaux autorisés dans le Var

Loup : des tirs non létaux autorisés dans le Var

Actus en France Actus loup Toute l'actualité

Ce 3 août, le nouveau préfet du Var Hugues Parant a signé un arrêté préfectoral autorisant des tirs non létaux sur le loup dans le nord du département (zone de présente permanente de Canjuers).

Des autorisations de tirs seront accordées à titre individuel à tout éleveur ou membre d’un groupement pastoral à condition que les demandeurs soient titulaires du permis de chasser. Les troupeaux concernés devront avoir subi des attaques et réuni certaines conditions comme des moyens de protection.

Ces tirs sont autorisés sur un périmètre intégrant treize communes varoises du haut pays (Aiguines, Ampus, Bargème, Bargemon, Bauduen, Chateaudouble, Comps-sur-Artuby, La Roque Esclapon, Mons, Montferrat, Seillans, Trigance et Vérignon).

Les tirs « non létaux » ont lieu avec des « munitions (balles ou chevrotines) en caoutchouc ou à grenaille métallique, dans la limite du numéro 8 et au-delà, soit d’un diamètre inférieur ou égal à 2,25 mm ». Ces tirs sont considérés comme de l’effarouchement (annexe III du protocole 2009-2010).

Source : AFP (7 août 2009), Var Matin (8 août 2009)

3 commentaires sur “Loup : des tirs non létaux autorisés dans le Var”

Il fallait s’y attendre.

Ce qui va permettre tout et n’importe quoi !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

C’est la porte ouverte à tous les excès.

En Suisse les autorités sont réactives … pas comme en France !

« Des autorisations de tirs seront accordées à titre individuel à tout éleveur ou membre d’un groupement pastoral à condition que les demandeurs soient titulaires du permis de chasser. »

A CONDITION QUE LES DEMANDEURS SOIENT TITULAIRES DU PERMIS DE CHASSER !

Quel mascarade ! Ils ont trouvé un nouveau moyen de manipuler les éleveurs et les obliger à rejoindre le clan des chasseurs ! Si ça continue ils vont les obliger à être actionnaire chez Monsanto !

C’est écœurant cette hypocrite manipulation des éleveurs, les mettant d’autant plus en confrontation avec l’opinion publique.

L’État demande à des artisans du privé de régler ce genre de problème en payant la redevance servant à payer les agents ONCF, et aussi de se mettre à dos la majorité française alors que les contribuables payent tous des impôts et que les agents de l’ONCF sont bien plus habilités et légalement autorisés pour effectuer ce genre de tâches ! C’est à se demander où passe l’argent des impôts pendant qu’ils s’acharnent toujours à vouloir dresser une partie de la population contre l’autre pour qu’elle passe son temps à se chamailler pendant qu’ils magouillent !

Surtout que l’on sait tous que des tirs létaux inférieur ou égal à 2,25 mm sont capables de blesser le loup, assez pour l’handicaper à la chasse et l’obliger à se retourner davantage sur les troupeaux des éleveurs pour ne pas mourir de faim !

Autrement dit, l’État ne demande pas seulement aux bergers de se dresser contre la majorité française et l’écotourisme ramenant des devises mais aussi de se tirer une balle dans le pied en aggravant la situation pour le forcer à finir par des tirs à balles réelles et devenir ainsi hors la loi ! Quel mépris et manipulation des éleveurs de la part de l’État français et du lobby de la chasse !!! L’éleveur toujours entre le marteau et l’enclume !

Mais ça, Hugues Parant n’en à rien à faire, avec son autosatisfaction égoïste dans son bureau de préfet et les avantages qui vont avec ! Les bergers et les randonnées, ça ne doit pas être sont truc !

Il serait si simple de tirer une fléchette par les agents de l’ONCF pour endormir le loup incriminé (ou un membre de la meute) et lui poser un collier émetteur pour connaitre les déplacements. Si simple à partir du moment où l’on veut bien le décider ! Un tas de moyens restent à expérimenter pourtant, éclairage solaire (le loup n’aime pas l’éclairage), ballons gonflables (modifiant le paysage analysé par le loup avant l’attaque), urine de chiens (chenils, SPA, …) etc … . Un seul moyen peut être inefficace mais l’utilisation de plusieurs pourrait s’avérer concluant. Mais le préfet doit être occupé à se gaver d’AOC et Label Rouges venant de l’étranger car l’État français est obligé d’importer du bio tellement il méprise nos éleveurs pour ne servir que les multinationales qui font grossir leur compte en banque !

Préfecture du Var

Bd du 112ème régiment d’Infanterie Quartier les Lices 83070 TOULON CEDEX

Tel : 04 94 18 83 83

* Préfet Hugues PARANT

* Secrétaire général Jérôme GUTTON

* Directeur du cabinet Simon BABRE

* Sous-préfète, chargée de mission Caroline GADOU

Adresse :

Hôtel de la Préfecture avenue du 112e-R.-I. BP 1209 83070 Toulon Cedex

Téléphone : +33 4 94 18 83 83

Télécopie : +33 4 94 18 80 60

Leur écrire :

http://www.var.pref.gouv.fr/contact.php3

Sinon dans l’article de Var-Matin, je note une incohérence. Selon Philippe Fabre qui crie à l’impossible, éleveur à la Roque-Escaplon et président du syndicat ovin du Var, ces bêtes étaient dans des parcs gardés par des chiens, ce qui n’a pas empêché 6 bêtes d’être attaquées pendant la nuit sans que l’on parle de morsures sur les chiens (les loups seraient capables de les manger aussi selon certains). Les chiens de protection se seraient ils fait des copains moins scrupuleux dans le voisinage ? Bonjour à Zeur (on commence à se connaître sur son blog).


Les commentaires sont fermés.