Lynx braconné : Ferus et le Centre Athénas alertent le préfet du Jura

lynx lettre prefet jura

Photo © Anthony Kohler

Suite au récent cas de braconnage d’une femelle lynx dans le Jura (voir –> ICI), le Centre Athénas et FERUS ont adressé ce jour une lettre ouverte à Jacques Quastana, préfet du Jura. Une copie de ce courrier a aussi été envoyée à Philippe Martin, ministre de l’écologie et à Stéphane Fratacci, préfet de la région France-Comté.

 » Monsieur le Préfet,

Dans le courant du mois de janvier, une femelle lynx a été tuée par balle puis jetée dans un ravin depuis le belvédère de Granges de Ladoye. Bien que dissimulé, le cadavre a pu être récupéré le 27 janvier par l’équipe du Centre Athénas. FERUS et le Centre Athénas vont porter plainte auprès du Tribunal de grande instance de Lons-le-Saunier pour destruction d’espèce protégée.

Pour un cadavre découvert, combien ne le sont jamais? Chaque année, des lynx sont tués illégalement, et ce, dans l’indifférence générale. La plupart du temps, les cadavres ne sont jamais retrouvés. Pour preuve, la recrudescence du phénomène des « lynx orphelins », ces jeunes lynx non émancipés que l’on retrouve affamés et désorientés, et dont la mère a « mystérieusement » disparu (21 signalements de 1996 à 2013, parmi lesquels 17 permettent d’envisager une destruction illicite de la femelle adulte). Outre ces cas de lynx orphelins, 15 cas de braconnage avéré sont documentés par l’ONCFS sur le Massif du Jura de 1979 à 2010, et deux des 6 jeunes relâchés par le Centre Athénas après réhabilitation ont disparu soudainement sans traces ni autre explication qu’un tir illégal.

Dénoncés depuis des années par nos associations, les actes de braconnage touchant cette espèce sont selon nous gravement sous-estimés, ceci engendrant un manque de moyens dédiés et une impunité de fait, encourageant leurs auteurs et rendant les pouvoirs publics complices par défaut de ce délit.

Nos associations attendent :

  • Que vous mettiez en œuvre tous les moyens pour retrouver le ou les auteur(s) de ce geste inadmissible et révoltant,
  • Une condamnation ferme et publique de cet acte de braconnage,
  • Que l’Etat prenne enfin la mesure de ce phénomène qui entache l’image du Jura et de la Franche-Comté,
  • Que des moyens soient affectés d’urgence à la lutte contre le braconnage. En effet, quelle que soit l’implication des services de l’ONCFS, la réduction régulière de leurs moyens ne leur permet pas de lutter de façon efficace contre cette tendance lourde, qui déstructure la population de lynx du Massif (disparition d’adultes cantonnés, plus grande mobilité induite avec risque routier accru).
  • Que soit affichée de façon visible par l’Etat la volonté de conserver la population de lynx, dont le noyau jurassien est le seul et dernier viable après la disparition actée de l’espèce dans les Vosges suite à des actes de braconnage.

Le Jura, la Franche-Comté ont une responsabilité historique dans la sauvegarde de cette espèce emblématique du Massif, représentative de sa nature sauvage et de sa richesse.

Le lynx constitue une chance et un atout pour le Jura et la Franche-Comté.

Ne pas le voir et laisser champ libre aux extrémistes adeptes de l’illégalité sera à coup sûr sévèrement jugé par les 84% de nos concitoyens s’étant prononcés pour la sauvegarde de l’espèce et par nos voisins européens.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, à l’expression de nos respects les plus profonds. »

Lire aussi : 

– Un nouveau lynx braconné dans le Jura : quand l’Etat fera-t-il son travail?

Les commentaires sont fermés.