Un tueur d’ours exclu d’une association de chasse autrichienne

Un tueur d’ours exclu d’une association de chasse autrichienne

Actus internationales Actus ours Toute l'actualité

Par La Buvette des Alpages, 8 septembre 2010

Un chasseur suspecté d’avoir tué un ours expulsé de l’Union des chasseurs de Carinthie

Un homme accusé d’avoir tué un ours brun a été exclu de l’Association des chasseurs de Carinthie.

Les fonctionnaires ont déclaré le 3 septembre 2010 qu’ils ont décidé d’expulser le chasseur à vie en raison des preuves recueillies par des enquêteurs spéciaux qui devaient examiner les circonstances de le mort de l’ours Roznik.

Le cadavre de l’ours, décapité et sans peau avait été retrouvé dans le lit d’une rivière de la  vallée de Logar dans la région frontière austro-slovène en Juin 2009.

Depuis que la police a terminé son enquête, le parquet de Klagenfurt examine le cas du chasseur. Le suspect peut faire face à un procès pour crime.

L’ours Roznik, qui était équipé d’une balise de radio-surveillance était un des neuf ours bruns de la province autrichienne de Carinthie. Roznik était connu pour être particulièrement actif pendant la journée, peu timide et pas agressif.

Une récompense de 10.000€ était promise pour tout renseignement permettant d’identifier l’auteur de ce braconnage. Cette somme étant payée par des associations de défense des animaux et par les chasseurs de Carinthie.

Article en ligne sur la Buvette des Alpages

Photos : APA (MIHA KROFEL)

Sources :

Austrian Independent, 3 septembre 2010

Diepresse.com, 18 juin 2009

Diepresse.com, 13 juin 2009

3 commentaires sur “Un tueur d’ours exclu d’une association de chasse autrichienne”

Pour la petite histoire cet ours, baptisé Roznik, faisait partis d’un programme de suivi de la population d’ours slovène. A ce titre il était équipé d’un collier émetteur comme une trentaine de ses congénères. Il avait traversé la Slovénie du sud vers le nord en passant à l’est de Llubjana pour venir s’établir en carinthie… à la frontière de l’Autriche.
On estime aujourd’hui à une dizaine le nombre d’ours vivant à la frontière entre l’italie, l’autriche et la slovénie… malheureusement tous des mâles. Un programme de transfert de femelles est actuellement à l’étude soutenu notamment par le WWF Autrichien. Nous devrions en savoir plus sur son aboutissement d’içi 2012, même si les Slovènes s’étaient déjà montrés prêts à céder gratuitement ces ours dès cette année.
Malheureusement ce cas de braconnage ne semble pas un cas isolé en Autriche où une trentaine d’ours (soit l’ensemble de la population autrichienne) ont disparus du centre du pays sans laisser de traces depuis 20 ans…

Merci pour ce commentaire. Les braconniers autrichiens pourraient faire un concours de braconnage avec les tueurs d’ours en France ! Là-bas, sont-ils condamnés, au moins ?

Avant d’être condamné il faudrait retrouver des traces de leur forfaiture… Depuis une dizaine d’années les ours ont disparus du territoire de la haute autriche sans que l’on retrouve de corps, squelettes ou autres…. Mais devant ces disparitions sur un territoire riche en nourriture et ayant accueilli de nombreuses naissances … le braconnage vient tout de suite à l’esprit.
Et c’est malheureusement valable pour tous les pays d’europe… ainsi en Italie la rumeur veut que l’ours Dino, dont nous parlions à la fin du printemps, aurait été tué par un chasseur à la frontière entre Italie et Autriche et sa viande dégustée lors d’un banquet…

Mais là encore aucune preuve… si ce n’est que cet ours qui causait pas mal de dommages n’a plus fait parler de lui depuis fin juin, un peu comme Bouxty chez nous.

C’est en prenant ces exemples que l’on comprend bien que les paroles de Mme Jouanno n’ont aucune valeur. Comment prouver qu’un ours a été braconné si il n’y a pas d’aveu ou de corps ? A moins que l’ours ne soit victime d’un accident de la route il n’y aura jamais aucun remplacement…


Les commentaires sont fermés.