2 ours abattus, nouveaux lâchers, groupe national ours : interview avec Chantal Jouanno

2 ours abattus, nouveaux lâchers, groupe national ours : interview avec Chantal Jouanno

Actus en France Actus ours Toute l'actualité
Chantal Jouanno aux côtés de Jean-Louis Borloo

La Dépêche du Midi, 20 septembre 2009

Exclusif. Ours : la Ministre s’en mêle

Secrétaire d’Etat à l’Ecologie depuis janvier 2009, Chantal Jouanno a repris le dossier de la préservation des ours dans les Pyrénées.

LA DEPECHE DU DIMANCHE : Comment avez-vous réagi à la mort de deux ours annoncée le 5 septembre dernier par un éleveur ariégeois ?

Chantal JOUANNO : J’ai demandé au préfet de région Midi-Pyrénées, le préfet de massif, d’ouvrir deux enquêtes. Une enquête administrative, menée par la gendarmerie, puis une enquête technique, diligentée par l’ONCFS. Je viens de recevoir le résultat de ces deux enquêtes. L’enquête administrative n’a rien donné. Mais l’enquête menée par les techniciens de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage fait état d’une suspicion. J’ai demandé à l’Office de poursuivre cette enquête. A l’heure actuelle, on ne peut pas dire si un ours a été tué, ou non : il n’y a qu’une suspicion.

DDD : La chasse à l’ours aurait repris dans les Pyrénées : c’est en tout cas ce qu’affirme une association ariégeoise

C. J. : Si tel est le cas, c’est inadmissible ! Ce serait un échec pour tout le travail de préservation mené depuis des années. L’ours est une espèce protégée, menacée. Dès que j’ai eu connaissance de ces déclarations, j’ai demandé au préfet de l’Ariège de transmettre au procureur. A lui de déterminer quelle suite il va donner.

DDD : Que ferez-vous si la preuve est apportée que des ours ont été tués ?

C. J. : Nous porterons plainte. C’est un délit. Notre rôle est de faire respecter la loi. Beaucoup de choses ont été faites dans les Pyrénées : des aides au pastoralisme, des remboursements en cas de prédation. On a progressé sur tellement de sujets que ce serait dommage de retourner en arrière ! Mais je ne veux pas d’une politique parisienne qu’on imposerait aux habitants des Pyrénées.

DDD : Les éleveurs pratiquent la politique de la chaise vide aux réunions du Gnop, le Groupe national ours dans les Pyrénées. Comment ferez-vous pour réconcilier les positions inconciliables des pro et des anti-ours ?

C. J. : Aucune position n’est inconciliable. Je suis sûre qu’on peut reprendre le dialogue. Je ferai tout pour.

DDD : Rencontrerez-vous les éleveurs ?

C. J. : Il faut rencontrer tout le monde. Les éleveurs ont leurs problèmes. Il faut discuter.

DDD : Qu’en est-il du rapport de ce Groupe ours ?

C. J. : J’ai reçu ses conclusions début septembre. Le Gnop préconise la mise en œuvre d’une charte chasse, la reprise du dialogue avec les éleveurs, une étude sur l’ours et le tourisme. Pour la partie centrale des Pyrénées, il faut rapidement réaliser une expertise pour savoir si la question de la pérennité du noyau des ours se pose de manière scientifique. Dans les Pyrénées-Atlantiques, il ne reste plus que des plantigrades mâles ; il faudrait théoriquement amener des femelles.

DDD : Etes-vous favorable à de nouvelles réintroductions d’ours dans les Pyrénées ?

C. J. : Dans tous les cas, je ne souhaite pas prendre des décisions seule. Pour les Pyrénées-Atlantiques, où la question de la survie du noyau d’ours se pose, je souhaite mener une large concertation avec l’ensemble des acteurs locaux. Je ne pense pas que l’on puisse résoudre les questions écologiques dans l’affrontement. Et puis réintroduire des ours pour qu’ils se fassent tuer, non ! L’écologie doit se conduire dans le respect.

Recueilli par Sabine Bernède

Note de FERUS : FERUS rappelle que plus de 122 réunions de concertation sur l’ours ont été menées par l’Etat sur toute la chaîne pyrénéenne en 10 ans : 70 en 1995-1996 et plus de 50 en 2005 pour les 5 lâchers de 2006. FERUS rappelle également que les Pyrénéens, y compris dans les vallées, se sont prononcés à plusieurs reprisses pour le maintien de l’ours et pour de nouveaux lâchers si la population est insuffisante.

18 commentaires sur “2 ours abattus, nouveaux lâchers, groupe national ours : interview avec Chantal Jouanno”

C’est de très mauvaise augure, Jouanno nous prend vraiment pour des billes, les anti-ours ont gagné, on se fait avoir sur toute la ligne, tout est à recommencer. C’est très grave. On recule de 30 ans ! C’est donc reparti pour des années de concertation, de bla-bla et d’inaction… Qu’attendre de plus d’un gouvernement allié à CPNT ????? Colère !!!!!!!!!!! Il va falloir des actions associatives fortes, unitaires et avec des formes nouvelles c’est à dire davantage de radicalité et d’audace. Lacube a gagné.

Absolument d’accord avec la note finale de Ferus , on ne peut plus se permettre de passer des années supplémentaires à palabrer pour savoir s’il faut enfin remplacer Cannelle dans le Haut-Béarn … Alors que d’emblée aprés la mort de cette dernière ourse, Lassalle lui-même, président de l’IPHB, était favorable à ce remplacement !… Il y a des preuves filmées de ses dires aux actualités régionales de l’époque !… On ne peut donc pas dire aujourd’hui que le renforcement va se faire contre l’ IPHB , chargée initialement du dossier ours , ni contre tout le pastoralisme que gère cette Institution … Depuis 2004, mort de Cannelle , tout a déja été dit et redit , il y a eut largement le temps ! Il faut, maintenant et dans l’urgence, passer à l’étape suivante ! Assez de tergiversations inutiles et stériles . L’heure est venue de prendre des décisions et de préparer la logistique de ce renforcement en Haut-Béarn . C’est sur cette logistique que doivent maintenant se concentrer les discussions . Si rien n’est décidé avant la fin de l’année il n’y aura pas de réintroduction en 2010 et ça devient insupportable de laisser les gènes de ces derniers ours mâles Pyrénéens en situation de stérilité ! Que l’Etat prenne donc enfin ses responsabilités !… Et qu’on avance !

Voila cet état Français nous prend vraiment pour des nases cela fait des années que l on étudie pour savoir si l ours peut vivre chez nous et que l on fait des réunion Pendant ce temps la de l autre coté on plombe les ours Ce ministere c est vraiment n importe quoi Des belles paroles tout cela L état ne veut pas s engager dans ce mouvement il ne font rien contre ces anti_ours .Grace a ce ministère de me…..de et se gouvernement on vas tuer l ’ours c ’est la fin pour cet espèces Bravo le grenelle

j’espère que les associations vont enfin réagir de façon proportionné à cette interview et mobiliser de façon large

Gregory

Ben, c’est la technique bien acquise des ministres de l’Environnement successifs qui est de faire de la concertation à tout va jusqu’à la fin de leur mission afin de passer la patate chaude au suivant…

Malheureusement, on a pas de 2ème Cannelle pour déclencher une 2ème vague d’émotion qui avait lancé la 2ème réintroduction…

Cela n’est pas Lacube qui a gagné, avec ou sans lui, très probablement, la situation aurait été la même. Ces ministres de pacotille, se servent de ce poste à l’Environnement comme d’un tremplin pour des Ministères « plus intéressant ».

Certains ont été plus rigoureux que d’autre, mais dans l’ensemble, ils n’ont aucune volonté de maintenir la biodiversité en France. Surtout pas de vagues et se coucher devant les communes de montagnes.

Vive la négociation avec des élus anti-ours , des représentants des syndicats d’éleveurs anti-ours comme M.Lacube , et les nouvelles associations de protection de la nature de l’environnement , c’est à dire la chasse avec en plus maintenant l’association des amis de Mme Broueihl (ou de M.Lacube en Ariège) . Finalement on pourrait faire représenter tout ce beau monde par 2 ou 3 personnes qui seraient , par exemple , les élus Bonrepaux ou Lassalle avec M.Lacube pour l’agriculture et Mme Broueilh pour les associations , de préférence au café du coin pour la convivialité . Vive la démocratie .

Bonjour

tout est dit… à quand une grande action unitaire d’ampleur nationale ?

pour beaucoup,enfrance na nature est un terrain hostile,inconnu,donc qui fait peur,et si le cadastre remplace la nature libre(donc vivante),le conditionnement par les élues,les journalistes et autres fait depuis tres longtemp,son travail de lobotomie parmis une bonne partie de la population.autour de moi certain ont peur des lynx,des loup,quand ils vont en montagne.La peur de la nature est je crois bien plus forte en france qu’en espagne,italie,et que dans les pays du nord.D’ailleur a notre époque que les chasseurs est autant de pouvoir dans ce pays est signe,que le désir de tout controlé,asservir,et l’agressivité ;prime sur la raison.

S’il vous plait, cessez de faire des amalgames démagos, je suis chasseur, je pense être un bon connaisseur de la nature et de la montagne en particulier, et je suis profondément triste après lecture de l’interview de C Jouanno, qui offre sur un plateau la victoire à l’obscurantisme de quelques braillards ignares et peureux ( la peur de l’ours passé un certain âge c’est triste) Quand au médiocre Nillous de CPNT nous verrons bien combien de chasseurs le suivront dans ses alliances égoïstes et carriéristes avec l’UMP de notre amie Chantal. CPNT va mourir et FNillous aura une récompense à l’ UMP, de la à dire que la fin évoquée du plan ours réjouit les chasseurs, c’est ce mettre au niveau des anti-ours, de la bêtise et de la haine cordialement

Philippe

Bonsoir, a PHILIPPE : Je salut votre texte et pense effectivement qu’il ne faut pas être trop radical ! Voila un bon chasseur, avec une vision bien éveillée ! Merci, et que les chasseurs qui se respect (en respectant la nature) vous rejoignent dans vos pensées. PS : je ne suis pas chasseur, mais j’ai accompagné mon frère qui était très raisonnable !

Que Philippe le chasseur soit sincère dans son désir de protéger l’ours c’est effectivement louable mais après ce sont les actes et non les incantations qu’il faut voir . Il y a des chasseurs honnêtes sur le sujet et même à Férus où ils sont impliqués dans la protection de l’espèce . Mais la réalité sur le terrain c’est , malheureusement , plutôt des chasseurs qui font du lobbying pour refuser un cadre de protection des zones vitales de l’espèce et même un soutien franc aux groupes extrémistes agricoles qui refusent la cohabitation comme la manifestation de Luchon la montré il y a quelques années .

D’accord même si je ne partage pas tout ce qui se dit.

Pour habiter un secteur assez éloigné du Ht Béarn je vois comment réagissent certains éleveurs/chasseurs et parfois braconniers.

Un exemple simple : le Grand Tétras, qui se trouve sur le même térritoire que l’Ours. L’an dernier apparement pas de prises de ce cet oiseau mais bizarement 3 ont été blessés non retrouvés et un autre tué par un chien (fait rapporté par les chasseurs) Vous avez dit bizarre comme c’est bizarre !!!!!!

C’est encore un autre hasard si les ours qui ont été tuées sont des femelles ???

CLAUDE en 1994 PAR DES BRACONNIERS

MELBA EN 1996/97 SUITE A UNE BATTUE

CANNELLE EN 2004 ALORS QUE LES CHASSEURS SAVAIENT QU’ELLE ETAIT LA AVEC SON OURSON

PALOUMA TOMBEE D’UNE BARRE ROCHEUSE SANS QUE L’ON PUISSE DIRE QUOI QUE CE SOIT(mais un jour les langues se délieront)

FRANSKA DERANGEE CHASSEE POURSUIVIE PAR DES ELEVEURS/CHASSEURS (devant la télévision et des millions de témoins)

Très bien les déclarations de bonnes intentions je voudrais bien y croire mais je suis sceptique sur la volonté de la majorité des chasseurs de protéger l’Ours.

Je fréquente la population de chasseurs : la famille, de mon village et ceux de mon quartier (sur 41 il y a 13 chasseurs) je crois que je commence à bien les connaître.

bonsoir, vous savez, quand un chasseur tue un animal cela se voit et s’entend, mais en général, les conséquences ne sont pas plus graves que d’autres activités qui ne tuent pas de façon brutale , mais gênent ou anéantissent la reproduction, dérangent les animaux à des périodes de l’année ou ceux ci sont plus fragiles. Je vis prés d’une forêt domaniale aux portes de Toulouse ou la chasse à toujours été pratiquée,et les animaux étaient nombreux. Puis, des parkings ont été aménagés, les accès ont été améliorés, des pistes VTT ouvertes, puis la base de loisir c’est développée, a l’automne les voitures sont plus nombreuses que les cèpes et ne contiennent plus dans les parkings, au printemps tout le monde à soif de nature et tout le monde pédale, marche, respire dans la foret, les chiens de la ville ont enfin de la mousse et de la boue sous les pattes, et des odeurs enivrantes plein la truffe. Ceci est inévitable, ceci est normal, le besoin d’air et de vert est légitime, mais qui dit, qui sait que cela tue, et nuit gravement à la faune. Qui seulement dit : »attention c’est fragile !! » ?? Qui de vous ignore que le dérangement excessif, l’ignorance envers la nature, les chiens fous, le bruit, le ski, le VTT, les raquettes, les routes forestières laissés ouvertes pour faire plaisir etc, etc , provoquent des ravages….mais qui en parle ?? C’est plus facile d’accuser un chasseur qui aménage et entretien un territoire, car..on l’a vu tuer. Quand je vois que l’on propose des sorties d’observation sur des territoires de meutes à l’entrée de l’hiver, je frémis. Pigeon nous parle de chasseurs qui soutiennent en montagne les extrémistes agricole, dans une zone ou la majorité des agriculteurs chassent, faut t’il s’étonner que les chasseurs fassent du lobbying ou soutiennent les agriculteurs et vice versas alors qu’il s’agit des même personnes ?? Restons sérieux !! Demandez à un chasseur de plaine, ou du bord de mer s’il est pour ou contre les loups, les lynx et les ours et pour rire, s’il a des affinités avec les agriculteurs extrémistes de l’Ariège. Le vrai problème c’est l’amalgame et la tendance à généraliser qui est vraiment une forme de discrimination on le touche du doigt avec les propos de Jean Pierre 64 ; Un braconnier n’est pas un chasseur cher Jean Pierre, un éleveur qui court derrière un ours non plus, un type avec un fusil surtout à la campagne n’est pas obligatoirement un chasseur non plus, le gars qui a écrasé la pauvre ourse sur la voie rapide n’a pas été condamné pour chasse prohibée avec un véhicule terrestre à moteur, non ? Supposons que je dise  » un jour les gens parleront et ou saura que c’est en voulant échapper à des photographes que Palouma à chuté » ou bien « c’est le chien de la mère Michel qui la poursuivait.. » est ce que vous vous rendez compte que dans ce cas je dis à tous le monde que la mère Michel a tué Palouma, ou que les photographes sont dangereux pour les ours ?? Trouvez vous cela normal ?? Jean Pierre qui connait les chasseurs les a comptés(!) , il y en 13, Jean Pierre connait il aussi le nombre de photographes, de suisses, de footballeurs, d’anciens parachutistes, de pétanqueurs de sont quartier ?? Allez va je ne vous en veux pas, mais après plus de 30 ans de chasse je suis toujours aussi étonné et triste d’avoir à croiser (gentiment) le fer avec des gens qui pratiquent la chasse aux sorcières et qui laissent passer sans sourciller des énormités en matière d’écologie. Dans mon village, la LPO, les gosses des écoles et les chasseurs ont planté des haies, fait des nichoirs à chouette effraie dans le clocher, fabriqué des observatoires ornithologiques et ont dévoré des tonnes de pâté de chevreuil et de sanglier fabriqué par les mamies, voilà chers amis , je crois que tous ici (et surtout les enfants) ont compris que vu l’ampleur des dégâts il valait mieux que l’on s’entraide et que l’on s’écoute…… Je n’interviendrais plus sur ce sujet c’est promis, mais de grâce quand vous avancez, pensez à regarder ce que vous écrasez …….. Et sachez pour conclure que comme vous, JOUANNO m’inquiète beaucoup, que Nihous n’est rien et ne représente rien par contre, je n’ai pour l’heure rencontré que trois chasseurs farouchement opposés aux loups et à l’ours alors que presque toutes les personnes âgées étaient contre, du moins en milieu rural !!!……………..(demandez à Jean Pierre s’il a le temps de les compter et vous verrez si je ment !!)

cordialement

L’humour dont vous faites preuve est désarmant.

Comment ai je pu faire un recensement des chasseurs : simple il y a eu sur ma commune une présentation des associations et fatalement j’ai eu contact avec les chasseurs (pas besoin de les compter ils nous ont donné les chiffres) et parmi ces représentants il y avait les chasseurs de mon lotissement.

Quant aux personnes agées habitant en campagne j’ai pas mal de contact et pour ceux que je connais beaucoup ne sont opposés à l’Ours et au Loup (et même en Montagne que je fréquente régulièrement).

Donc ce que vous dites tombe à plat.

Bien sur que lorsqu’un animal est tué cela s’entend mais je ne suis pas assez bête pour aller vérifier.

Quand il s’agit de photographes, de footballeurs et de Suisses je ne risque rien avec eux ni les animaux.

bonjour phillippe 64, je suis d accord avec toi les v v t , les suisses et tout autres personnes qui baladent en forets que ce soit en provence ou dans les pyrenees et autres sont certainement moins dangeureux que les viandars du dimanche qui tirent sur tout ce qui bougent c est vrai aussi qu il ne faut pas mettre tous les chasseurs dans le meme sac mais malheureusement pour eux les chasseurs a la galinette cendrèe voir celui qui as tirer sur balou le confondant avec un sanglier on as tout compris pour moi je penses que le cnpt as pris le contol de la nature en france et nous et ben on subit basta

Je fais de l’amalgame dangereux pas sur.

Je ne répondrais pas à cette provocation mais une toute petite chose c’est le discours habituel ce n’est pas moi c’est l’autre.

. Une chose que j’approuve et à laquelle je souscris c’est les dérangements que les gens produisent en arpentant les chemins.

A voir et à méditer

http://www.laforetdelea.org/adieu_l


Les commentaires sont fermés.