Autriche : la population d’ours des Kalkalpen s’est éteinte

Autriche : la population d’ours des Kalkalpen s’est éteinte

Actus internationales Actus ours Toute l'actualité
Un ours en Slovénie © Miha Krofel

Il ne reste aucun ours dans le nord de l’arc alpin autrichien. Le dernier ours, Moritz, qui était né en Autriche, n’a pas été détecté en 2011. La sous-population semble éteinte selon Christian Pichler du WWF Autriche.

Les ours du nord de l’arc alpin autrichien sont originaires d’un programme de réintroduction initié par le WWF Autriche : de 1989 à 1993, 3 ours (Mira, Cilka et Djuro) sont en effet relâchés dans le secteur où un mâle, appelé l’ours de l’Otscher, avait naturellement dispersé depuis la Slovénie voisine en 1972.

Entre 1989 et 2010, au moins 35 ours ont habité la région. L’un des raisons de l’échec du programme est le braconnage ; plus de 20 ours ont disparu. Une trop petite population fondatrice est aussi en cause.

Le WWF Autriche concentre maintenant ses efforts sur l’ours en Carinthie. Les ours d’un triangle entre l’Autriche, l’Italie et la Slovénie sont connectés à la grosse population des Alpes dinariques. Les ours, principalement des jeunes mâles, dispersent depuis la Slovénie à travers les Alpes. Le nombre d’ours qui atteint les Alpes dépend en fait de la chasse à l’ours en Slovénie. Ces 10 dernières années, les quotas de chasse ont en effet considérablement augmenté à cause des conflits entre les ours en dispersion et les éleveurs. Actuellement, la population d’ours du triangle Autriche-Italie-Slovénie est estimée à 12-15 ours. Parmi eux, 5 à 8 animaux, tous des mâles, se trouvent en Carinthie.

carte ours autriche wwf

Sources :

Brown bear population in the Limestone Alps (Kora, 1er mars 2012) x

Voir aussi :

Autriche : la population d’ours en déclin (juillet 2007)

Enfin des oursons en Autriche ! (septembre 2006)

2 commentaires sur “Autriche : la population d’ours des Kalkalpen s’est éteinte”

Cette disparition de l’ours en Tchéquie et en Autriche est bien alarmante et inquiétante . Le sauvage et par voie de conséquence la nature se réduisent de plus en plus à une peau de chagrin . Celle de l’ours !

On ne peut s’empêcher de penser à la disparition , chez nous , du plantigrade Haut-Béarnais .
Nous pouvons nous aussi , d’ores et déjà , légitimement nous demander s’il restera encore cette année un ours pour faire le printemps en Haut-Béarn ? Et si ce n’est pas cette année qu’en sera t-il l’année prochaine ?

On entend souvent comme argument de la part des adversaires de l’ours dans les Pyrénées le fait qu’il n’est pas urgent de sauver notre plantigrade de l’extinction parce qu’il n’est pas en voie de disparition , ailleurs , dans le reste de l’Europe . La preuve est faite que c’est loin d’être le cas !

Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi ces deux pays qui appartiennent à la Communauté Européenne , comme nous , ne sont pas obligés , comme nous ou comme nous serions censés le faire, de sauvegarder leur population d’ours ? … A partir de là nous pouvons en déduire l’impact réel qu’auront chez nous les instances européennes pour obliger dans l’avenir notre gouvernement à enfin adopter un plan de sauvegarde de l’ours , avec des lâchers dans les Pyrénées !

C’est pas joli-joli tout ça !

Oui, je partage l’inquiétude de Christb64 sur l’avenir de nos ours pyrénéen.
Que faire quand des gouvernements, dont le notre, ne se préoccupent pas de la biodiversité sur leurs territoires, alors qu’ils y sont obligés, et que les instances Européenne qui sont sensées gérér cela et faire appliquer les lois, n’ont en réalité, aucun pouvoir.
Pour preuve, la France a bien été condannée pour ne pas avoir appliqué son plan de sauvegarde de sa population d’ours et le résultat est: Mr Sarkosy annule purement et simplement, le laché d’une seule ourse (alors qu’il en faudrait plusieurs) dans le Béarn, pour des raisons injustifiées.
Les Autrichiens nous donnent là, un bien mauvais exemple, et je ne doute pas un instant, qu’un certain nombre d’anti-ours pyrénéens s’empresseront de le suivre.
La crise que nous subissons actuellement, n’explique pas tout et surtout le fait que nous devons laisser disparaitre les prédateurs de notre environnement.


Les commentaires sont fermés.