Communiqué : L’Ours et les arrêtés chasse en Ariège

Communiqué : L’Ours et les arrêtés chasse en Ariège

Actus de Ferus Actus ours Toute l'actualité

Communiqué FERUS / Comité Écologique Ariégeois (CEA), 18 novembre 2011.

L’Ours et les arrêtés chasse en Ariège

Lors de l’audience du Tribunal Administratif de Toulouse du 18/11/2011, le rapporteur public a sollicité l’annulation partielle des trois arrêtés d’ouverture de la chasse en Ariège  (2009, 2010, 2011) en ce que ces derniers contiennent des mesures de protection de l’ours trop limitées. FERUS et le CEA (Comité Ecologique Ariégeois) qui ont attaqué ces trois arrêtés ne peuvent que se réjouir et espérer qu’il sera suivi par le tribunal.

Nous rappelons qu’il n’est pas question d’interdire la pratique de la chasse dans le département, il ne s’agit pas d’une demande d’annulation de tout l’arrêté. Il s’agit de forcer le préfet à faire tout simplement son travail et à prendre des mesures pour garantir la protection de l’ours, sa non perturbation pendant la phase critique de préparation de l’entrée en tanière, notamment des femelles suitées.

Nous rappelons aussi que depuis des années nous réclamons la reprise du dialogue direct entre ONG de protection, associations de chasseurs concernées, Office national de la Chasse et de la Faune sauvage et services de l’Etat pour tomber d’accord et mettre dans l’arrêté annuel d’ouverture les quelques zones où il faudrait ne pas faire de battues avec chiens pendant quelques semaines.

En complément, lire ce texte : Ce n’est pas la chasse en Ariège que nous visons, c’est le laxisme de l’administration. La pratique de la chasse hors zone à ours ne va pas changer de notre fait!

6 commentaires sur “Communiqué : L’Ours et les arrêtés chasse en Ariège”

En accord avec la lettre récente du Parlement Européen à Me NKM et son injonction pour la sauvegarde de l’ours ,il ne devrait pas y avoir de problème à obtenir un résultat … Il serait temps que les Fédérations de chasse s’inscrivent dans le dialogue et le compromis , ça leur permettrait de faire sortir leur activité de la caricature et de la très mauvaise image qu’elles renvoient à l’opinion publique . Bravo à FERUS pour cette action légitime !

D’accord avec chris ,l’image des viand euh chasseurs est basse,et ont comprend pourquoi!!changez,peut leurs redonnez une meilleur image non.

Effectivement, l’image des chasseurs n’est pas très bonne. Mais a qui la faute? Un certain nombre d’entre eux sont effectivement des « viandards », et tous ceux qui fréquente plus ou moins ce milieux, en connaissent.
Mais les autres, ceux qui respectent leur environnement et qui ont, aujourd’hui l’opportunité de donner d’eux, une autre image.
Qu’allez vous faire messieurs les chasseurs?
Continuer a vous cacher derrière une bande de tueurs extremistes ou vous montrer, et mettre vos propres valeurs en avant, pour effacer cette vision négative, que la grande majorité des Français ont de vous.
Je pense qu’il est temps pour vous, de vous remettre autour de la table et de prendre la main qui vous est tendue (a l’initiative de FERUS), pour solutionner quelques désaccords et faire avancer les choses.
En aurez vous le courage?

Je ne veux pas être systématiquement anti-chasse d’une part parce que je suis pour la cohabitation et d’autre part parce que l’ours dans les Pyrénées aurait tout intérêt à avoir le respect et l’adhésion du monde de la chasse .
Aujourd’hui, dans la conjoncture actuelle où il n’y a plus de plan de sauvegarde de l’ours sur le massif, nous ne pouvons pas nous permettre la moindre perte du fait de l’homme sur ce noyau Central . Fut-ce d’un seul ours toute perte serait potentiellement catastrophique pour l’avenir de l’ensemble de la population . Il faut imaginer que si Balou avait été tué lors de son accident de chasse il n’y aurait aujourd’hui pas le moindre mâle pour relever le défi de la consanguinité qui guette . Le noyau Central ne peut pas se permettre le moindre accident tant que tout ours tué par l’homme ne sera pas systématiquement remplacé et tant qu’il n’y aura pas eu de nouvelles réintroductions pour fortifier et pérenniser à long terme cette population … Quand ces conditions seront remplies , et seulement alors , il sera temps d’être un peu plus souples , bien que toujours extrêmement vigilants , avec les pratiques de chasse dans les zones dites à ours .

depuis des années que je susi de trop loin dans mon nord glacial, la tentative de remise sur pieds la population d’ours dans les Pyrénées, nous avons la pire des ministres de turelle en ce moment. Les promesses n’ont jamais été tenues, et cette excuse de la crise du monde de l’élevage est un faux prétexte, une fin de non recevoir en somme!
J’attends avec impatience de voir revenir au moins 4 femelles et deux males.
cette incurie des autorités aide fortement les anti-ours ainsi que les tueirs-viandards de tous poils. Par dessus le marché le tourisme s’y met…..

je suis contre une cohabitation qui a éliminé les ours Pyrénéens, qui continue à tuer la faune sauvage, au mépris des règles communautaires et des générations futures. La nature n’a pas besoin de l’homme mais le contraire n’est pas vrai. La planète ne nous appartient pas !


Les commentaires sont fermés.