Espagne : un décret autorise le nourrissage de certaines espèces sauvages dont l'ours

nourrissage-espagne

Photo © Maurice Chatelain

Depuis le 11 novembre, le nourrissage de certaines espèces sauvages via le dépôt des animaux morts dans des charniers prévus à cet effet est à nouveau autorisé en Espagne (décret royal). C’est une excellente nouvelle pour les espèces nécrophages, notamment pour les vautours, mais qui profitera aussi aux ours bruns!

L’Espagne avait dû fermer la plupart de ces charniers afin de respecter une directive européenne visant à lutter contre la maladie de la vache folle (les animaux morts devaient impérativement être confiés au service public de l’équarrissage. Conséquence : les vautours  se retrouvèrent privés d’une source de nourriture indispensable à leur survie.

L’Espagne applique la nouvelle réglementation européenne dont l’objectif est de fournir « un approvisionnement naturel suffisant pour plusieurs espèces animales menacées telles que le Gypaète barbu, le Vautour moine, le Vautour fauve et l’Ours brun ».

Ce décret autorisera aussi  les éleveurs à laisser sur place le bétail mort dans les élevages extensifs et ce dans certains secteurs non clôturés. C’est une source de nourriture supplémentaire pour les espèces sauvages, mais aussi un avantage pour les éleveurs qui n’auront plus à supporter les coûts liés à la collecte et au traitement des cadavres.

Source : « Un nouveau décret royal important pour les vautours » (Ornithomedia.com)

2 commentaires pour Espagne : un décret autorise le nourrissage de certaines espèces sauvages dont l’ours

  • EMDE

    Quelles sont les conditions éxigées pour qu’un éleveur puisse installer une aire de nourrissage à proximité de son élevage?

  • franck

    Le terme nourrissage me semble mal choisi. Il s’agit plutôt de tout simplement laisser à la nature le soin de « traiter » les cadavres d’animaux d’élevage extensif morts naturellement. Or l’élevage extensif contrairement à celui intensif est parfaitement naturel et puise ses racines dans l’histoire humaine depuis des millénaires. Laisser à disposition des fossoyeurs les cadavres des animaux d’élevage est parfaitement conforme à l’ordre naturel. Non seulement permet la survie de nombreuses espèce mais aussi permet une économie non négligence d’énergie en évitant l’incinération…cette pratique est à mille lieues de celle consistant à remplir des mangeoirs de maïs OGM pour « engraisser » artificiellement les sangliers destinés à être tirés durant la saison de chasse.