Des nouvelles de Claverina et Sorita (vidéo)

Sorita le 26 octobre 2018 © Fond d’intervention éco-pastorale – groupe ours Pyrénées

Communiqué de l’ONCFS, 18 décembre 2018

Lâchers de Claverina et de Sorita en Béarn : première hivernation en France

Les deux ourses lâchées en Béarn en octobre dernier par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) sont toujours en excellente forme.

Une première vidéo de l’ourse Sorita captée fin octobre 2018 dans le cadre du réseau de suivi Ours Brun, sur le territoire béarnais du Parc national des Pyrénées, témoigne de cette bonne santé. On y voit l’ourse Sorita, équipée de son collier émetteur, évoluer dans son nouvel environnement français (vidéo ci-dessous).

La bonne santé des deux ourses est aussi attestée par l’impressionnante distance couverte depuis leur lâcher. Claverina et Sorita ont parcouru pas moins de 530 kilomètres chacune, depuis début octobre.
Cette phase d’exploration de leur nouveau territoire a amené les deux ourses à parcourir largement les montagnes du Béarn, avec quelques incursions sur le territoire voisin espagnol, en Aragon et en Navarre. C’est lors de
ces incursions en Navarre que l’ourse Claverina a sans doute prédaté à plusieurs reprises des ovins d’élevage, en novembre. Le Préfet des Pyrénées-Atlantiques a eu l’occasion de s’exprimer sur le sujet aussitôt l’information
confirmée.

Les épisodes de prédation en Espagne ont été gérés en bonne coordination entre les autorités françaises et espagnoles, nationales comme locales. Des échanges entre les équipes techniques des deux pays permettent de suivre le
déplacement des animaux de part et d’autre de la frontière. Aucune prédation sur cheptel n’a été, pour l’heure, imputée aux deux ourses sur le sol français.
L’heure est maintenant à l’entrée en hivernation. Bien que la douceur des températures de la fin de l’automne 2018 ait retardé la mise au repos des deux ourses, Claverina et Sorita sont, depuis quelques jours, fixées sur une zone réduite et ne se déplacent presque plus.
Elles devraient entrer en tanière et se mettre en sommeil d’ici la fin de l’année. Cette fin d’automne, plus calme, a été l’occasion pour les deux plantigrades d’emmagasiner des provisions pour l’hiver. Les techniciens de l’ONCFS ont notamment pu récolter des fèces attribués à Sorita qui attestent d’une forte consommation de glands, un fruit forestier très nutritif pour les ours.

Les équipes de l’ONCFS ont également réalisé un premier bilan de l’ensemble des analyses sanitaires réalisées sur les deux ourses lors de leur capture en Slovénie. Ces analyses confirment le bon état de santé des deux femelles et l’absence de maladie et autre parasite. Ces analyses ont également permis de corriger l’estimation de l’âge des deux ourses : Claverina et Sorita sont plus jeunes que ne le laissait penser la simple observation morphologique. Elles n’auraient que 5 ans (et non pas 7 à 8 ans comme estimé précédemment).
Cette jeunesse des deux ourses est une bonne nouvelle pour l’espèce : des individus plus jeunes ont plus de chance de s’adapter rapidement à leur nouvel environnement, l’ours ayant une espérance de vie d’environ 25 ans.

Les commentaires sont fermés.