La cohabitation avec l'ours est possible

© Daniel Trinquecostes

Les associations de CAP – Ours Coordination Associative Pyrénéenne pour l’Ours
Pyrénées, Pays des Hommes, Pays des Ours

Les associations aragonaises et espagnoles SEO Birdife, Amigos de la tierra, Fundación para la conservación del Quebrantahuesos, FAPAS, FOP.

Communiqué du 21 août 2019 : La cohabitation avec l’ours est possible

L’ours brun et l’élevage de montagne sont deux éléments indissociables de l’écosystème pyrénéen, patrimoine naturel et culturel de ses habitants.

L’ours brun ne peut servir d’otage face aux difficultés de l’élevage de montagne pour s’adapter au nouveau contexte de l’exode rural, du manque de main d’œuvre, des maladies et des règlements sanitaires, de la concurrence féroce des importations de viande à bas prix dans le contexte de la mondialisation. L’ours n’a créé aucun des problèmes actuels qui rendent difficile la rentabilité de l’élevage extensif dans les Pyrénées.

Au lieu d’accuser l’ours de tous les maux pour réussir l’union du secteur de l’élevage et obtenir davantage d’appuis et davantage d’aides de la part des politiques, notre proposition est la suivante :

promouvoir un « contrat » avec le secteur de l’élevage pour apporter des réponses non seulement au retour de l’ours brun mais aussi à son propre avenir.

Une démonstration existe depuis de nombreuses années, dans les Monts cantabriques, où l’ours n’est pas l’ennemi des activités d’élevage de montagne. L’ours apporte une économie complémentaire aux territoires de montagne, en promouvant un tourisme de nature là où il habite.

Si dans les Monts cantabriques on a pu obtenir ce résultat, on peut également y parvenir dans les Pyrénées.

Cela fait des années que nos ONG font des propositions concrètes pour le maintien de l’élevage extensif en cohabitation avec l’ours et le loup, susceptibles de recevoir des aides, notamment européennes : promotion du regroupement nocturne et surveillance des troupeaux (chiens de protection) , amélioration des installations sur les estives (clôtures, abreuvoirs, cabanes), indemnisations justes et rapides, formation (conseil et information), augmentation des investissements, recherche et innovation sur les mesures de gestion du bétail et la réduction des dommages et aides à l’élevage extensif au titre des services éco systémiques (en explorant des instruments de financement européens et des incitations ou des exonérations fiscales).

Pour se faire, il faut que les gouvernements des régions autonomes et les organisations agricoles veuillent bien se mettre au travail, avec une attitude responsable et constructive pour résoudre les problèmes concrets de l’éleveur et ne pas utiliser l’ours comme bouc émissaire dans un but électoraliste à courte vue.

L’administration aragonaise lourde et bureaucratisée, souvent lente et inefficace dans la résolution de conflits, devrait se rapprocher de la réalité rurale en arbitrant des mécanismes efficients, en encourageant des mesures et des actions pour la cohabitation et réduire ainsi les incidents, que ce soit avec la faune sauvage ou les autres usages (touristiques). Elle doit respecter la Loi en matière de conservation d’espèces menacées comme doivent le faire tous les citoyens européens, y compris les gouvernements que nous avons élus démocratiquement.

Les ONG espagnoles et françaises signataires réaffirment leur engagement envers tous les éléments de l’écosystème pyrénéen, symbolisés par l’ours et le berger.

Signataire français : ONG de la coordination Cap Ours (Altaïr Nature, Animal Cross, Association Nature Comminges (ANC), Comité Écologique Ariégeois (CEA), Conseil International Associatif pour la Protection des Pyrénées (CIAPP), FERUS (Groupe Loup France/ARTUS), Fonds d’Intervention Eco- Pastoral – Groupe Ours Pyrénées (FIEP), France Nature Environnement (FNE), France Nature Environnement Hautes Pyrénées (FNE 65), France Nature Environnement Midi- Pyrénées (FNE Midi-Pyrénées), Nature en Occitanie, Pays de l’Ours-Adet (Association pour le Développement Durable des Pyrénées), Société d’Etude de Protection et d’Aménagement de la Nature dans le Sud Ouest – Pyrénées-Atlantiques (SEPANSO 64), Société nationale de protection de la Nature (SNPN), Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM), Sours, WWF France.)

Signataires espagnols : ONG de protection de la nature aragonaises et nationales : SEO Birdife, Amigos de la tierra, Fundación para la conservación del Quebrantahuesos, FAPAS, FOP

Les commentaires sont fermés.