La Marche des Loups : Jean-Michel Bertrand a besoin de vous pour son prochain film !

Si vous avez aimé le film « La Vallée des loups » de Jean-Michel Bertrand, si vous avez envie de soutenir la défense des loups alors poursuivez votre lecture :
Le nouveau film de Jean-Michel Bertrand «La Marche des loups» a quelques difficultés financières dues à un véritable boycott de la part de certaines collectivités qui ont des pressions des éleveurs et des anti-loups.
C’est pourquoi nous lançons une campagne de crowfunding pour compléter ce gap qui nous permettrait d’obtenir des jours de tournage en plus qui nous sont essentiels.

Pour en savoir plus et y participer, nous vous invitons à vous rendre sur la page consacrée à notre projet ICI

Nous avons donc besoin de votre soutien dès aujourd’hui, n’hésitez pas également à partager le lien au plus grand nombre.

Un grand merci !

Jean-Michel Bertrand (réalisateur) et Jean-Pierre Bailly (producteur)

 

Les faits :

Après La Vallée des loups, le réalisateur Jean-Michel Bertrand se lance dans une nouvelle aventure aux côtés des loups.

Le thème de ce nouveau film sera la dispersion des jeunes loups, la territorialité des grands prédateurs et l’équilibre du nombre d’individus composant une meute. Un équilibre non pas choisi par les humains mais par les loups eux-mêmes qui ne supportent pas d’être trop nombreux sur le territoire qu’ils ont choisi, à l’image des aigles et aussi des renards.

Une nouvelle immersion au coeur du sauvage pour partager l’intimité du grand prédateur.

Le film La Vallée des loups avait obtenu le soutien des vallées Champsaur Valgaudemar, du département des Hautes-Alpes (où vit et tourne Jean-Michel) et de la région PACA à hauteur de 80 000 € au total.

La première surprise fut une lettre de l’A.D.D.E.T (Agence Départementale de Développement Economique et Touristique) des Hautes-Alpes adressée au producteur du film, lui demandant de ne pas faire figurer le département des Hautes-Alpes au générique malgré les 15 000 € versés pour soutenir le film. Le courrier précisait que l’A.D.D.E.T ne demandait pas la restitution de cette somme.

15 000 € pour ne pas apparaître… Les pressions ont dû être fortes à la tête du département.

Le loup y serait-il pour quelque chose ?

Le film est sorti en janvier 2017 et a eu le succès que l’on sait avec près de 200 000 entrées au cinéma.

Le très fort relais des médias nationaux et les excellentes critiques du film (sauf rares exceptions) ont mis en lumière la beauté et les espaces sauvages préservés du département des Haute-Alpes. Mais étrangement, l’A.D.D.E.T, dans sa revue de presse mensuelle, n’a jamais relayé les très nombreux articles et émissions télé ou radio parlant du film et par voie de conséquence des Hautes-Alpes.

C’est un véritable boycott de la part des politiques locaux insensibles à l’éclairage médiatique national de leur département au travers du loup.

Lorsqu’il s’est agi de faire un nouveau film, et comme il le craignait, le producteur a constaté qu’aucun financement local, départemental ou régional n’était accordé. Un manque de 80 000 € impossible à obtenir de la part de ces structures. Lorsque le producteur demande des explications, les rares personnages politiques locaux qui daignent le recevoir lui répondent en « off » qu’ils sont pris en otage par les éleveurs et qu’il ne faut rien espérer obtenir, le sujet étant explosif… Alors que Jean-Michel a présenté son film dans la France entière et jusqu’à Vancouver au Canada, et qu’il a animé plus de 120 débats dans la plus grande sérénité et sans aucun dérapage agressif ou violent, on ne peut que constater une belle occasion manquée de favoriser ce lien de tolérance et de respect mutuel indispensables à l’évolution des esprits sur un sujet souvent clivant.

Afin de pouvoir faire ce nouveau film dans les meilleures conditions et de permettre à Jean-Michel de passer du temps sur le terrain pour continuer à filmer les loups sauvages dans leur milieu naturel en France, le producteur du film (Jean-Pierre Bailly MC4) a décidé de mettre en place un financement participatif au travers de plate forme Kiss Kiss Bank Bank pour réunir au moins une partie de ce déficit.

Nous comptons sur vous pour résister à ce que l’on peut qualifier de véritable censure orchestrée par les lobbies et pratiquée par un personnel politique à la botte de ceux qui font le plus de bruit.

La production et le réalisateur.

Photos Bertrand Baudin

Les commentaires sont fermés.