Le Museum National d’Histoire Naturelle préconise de lâcher rapidement 6 ourses dans les Pyrénées

lutz lucker ourse oursons

Photo © Lutz Lucker

Communiqué FERUS / Pays de l’Ours-Adet, 30 janvier 2014.

Interrogé par le Ministère de l’Ecologie, le Museum National d’Histoire Naturelle préconise de lâcher rapidement et à minima 6 ourses dans les Pyrénées

Le Museum National d’Histoire Naturelle a rendu le rapport commandé en mai 2013 par le Gouvernement sur la place de l’ours dans les Pyrénées et la stratégie à mettre en œuvre pour sa conservation (voir le rapport –> ICI).

Le constat dressé par le Museum est très clair :

  • L’ours brun n’a écologiquement aucun impact négatif sur l’écosystème pyrénéen, faune comme flore. Il y a donc toute sa place.
  • L’état de conservation de l’espèce est jugé « Défavorable inadéquat » en regard des critères fixés par la Directive Habitats.

Rappelant que « la Directive Habitats impose aux Etats membres de maintenir les populations d’ours bruns dans un état de conservation favorable », et s’agissant des scenarii de conservation, le Museum :

  • considère que « la non-intervention maximise les risques encourus pour le maintien de l’espèce dans les Pyrénées puisqu’elle cumule à la fois les risques démographique et génétique pour les deux noyaux de la population ».
  • préconise le lâcher rapide, simultané et rapproché d’à minima « 4 femelles en Pyrénées occidentales et 2 femelles (pleines) en Pyrénées centrales ».
  • prévient que « tout retard nécessitera une probabilité d’intervention ultérieure beaucoup plus importante ».

Le Gouvernement dispose donc maintenant de « l’expertise collective associant les meilleurs scientifiques compétents sur le sujet » souhaitée dans sa lettre de commande au Museum, et de tous les éléments nécessaires pour élaborer en 2014 le nouveau « Plan Ours » promis par Philippe Martin.

Ferus et Pays de l’Ours-Adet demande au Ministre de l’Ecologie de lancer la préparation du nouveau Plan ours sans délai afin de tenir son engagement et d’éviter à la France qui prétend être « exemplaire en matière de biodiversité » d’être traduite devant la Cour de justice Européenne.

Il serait indécent de continuer à donner des leçons d’écologie à la Terre entière si nous ne sommes pas capables de conserver notre propre patrimoine naturel.

Les commentaires sont fermés.