L’éradication des loups organisée par le gouvernement ?

loup-ak-texte-pp

Photo Anthony Kohler

Note de FERUS : à ce jour, 34/36 loups ont été décomptés du plafond de loups pouvant être abattus pour 2015-2016 (dont 33 loups abattus et un cas de braconnage décompté). Les tirs de prélèvement et tirs de prélèvements renforcés, donc notamment ceux pouvant être réalisés par les chasseurs lors de leurs parties de chasse, ont été abrogés au niveau national. Les deux loups « restants » à abattre sont « réservés » pour les tirs de défense, donc à proximité des troupeaux qui sont pour la majorité redescendus hors des zones à loup. Une mini-trêve avant un très probable rehaussement du plafond de loup à tuer pour 2015-2016 (au moins 6 loups). Rendez-vous à Lyon le 16 janvier 2016 pour dire non à la chasse aux loups (si vous ne pouvez pas vous y rendre, une participation vous est proposée). 

Communiqué de presse Cap Loup 29 décembre 2015

L’éradication des loups organisée par le gouvernement ?

Au moins 41 loups sont déjà morts depuis juillet, sur un « plafond » d’abattage de 36. Leurs populations diminuent, et un projet imminent d’arrêté ministériel doit autoriser la destruction officielle de 6 loups supplémentaires ! Le gouvernement a-t-il programmé sans l’avouer la fin d’une espèce protégée ? Cet acharnement anti-nature devrait renforcer la mobilisation des citoyens qui manifesteront contre la chasse aux loups, le 16 janvier à Lyon et le 17 janvier à Nice.

L’arrêté ministériel du 30/06/15 fixe à 36 le nombre de loups pouvant être abattus entre juillet 2015 et juin 2016. Pourtant, au moins 41 loups sont déjà morts : 34 abattus, dont 33 « légalement », et 7 morts encore non élucidées, auxquelles s’ajoute le braconnage qui passe inaperçu. D’après le suivi officiel(1), la population de loups en France a baissé entre 2014 et 2015, et continuera à baisser au rythme des abattages actuellement réalisés.

Cette politique place notre pays en infraction avec ses engagements européens. C’est pourquoi nos associations ont porté plainte contre la France auprès de la Commission Européenne, et déposé un recours au Conseil d’État pour demander l’annulation de l’arrêté ministériel du 30/06/15 qui encadre la chasse aux loups. Nous attaquerions de même un nouvel arrêté qui intensifierait cette chasse.

La population de loups est en baisse, mais pas la prédation sur le bétail. Entre 2014 et 2015, le nombre d’attaques sur les troupeaux a même augmenté de 5%(2) ! Ce constat est sans surprise : offrir des trophées de loups aux chasseurs ne sert pas à protéger les brebis. La prédation continue tant que les troupeaux ne sont pas correctement protégés. Sur le terrain, nos associations constatent chaque jour les carences en la matière, vidéos à l’appui(3).

Malgré toutes nos demandes depuis deux ans, la ministre de l’Écologie refuse de nous recevoir et mène une politique d’abattage systématique des loups, contre l’avis des Français(4). Face à un tel gâchis et à tant de mépris des gouvernants, nos associations appellent les citoyens à manifester pour exiger la fin de la chasse aux loups : le 16 janvier à Lyon (14h, place Bellecour) et le 17 janvier à Nice (10h, place Masséna).

Les associations de CAP Loup

(1) Source : Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, étude de mai 2015

(2) Source : DREAL Rhône-Alpes, bilan au 30 novembre 2015

(3) Voir les vidéos de l’ASPAS, octobre-novembre 2015

(4) Sondage IFOP ASPAS/One Voice, septembre 2013

Les commentaires sont fermés.