Lettre ouverte à C. Jouanno : attendre encore, c’est compromettre le lâcher d’une ourse en 2011

Lettre ouverte à C. Jouanno : attendre encore, c’est compromettre le lâcher d’une ourse en 2011

Actus de Ferus Actus en France Actus ours Toute l'actualité

Pays de l’ours-ADET / FERUS

Lettre ouverte à Chantal Jouanno
Secrétaire d’Etat à l’Ecologie
Le 30 septembre 2010

Madame la Ministre,

Nos associations tiennent à vous alerter sur l’urgence absolue à lancer sans délais les préparatifs du lâcher d’une ourse que vous avez annoncé pour le printemps 2011.

Notre expérience, pour avoir participé aux précédentes opérations, nous permet d’affirmer qu’attendre encore, c’est compromettre ce lâcher !

En effet, lâcher une ourse requiert de nombreuses démarches administratives, diplomatiques, des autorisations, des consultations d’organismes variés, sans compter les aspects techniques, protocoles sanitaires et vétérinaires, et jusqu’à la commande de matériel spécifique dont les délais de livraison peuvent être très longs.
Or, à notre connaissance, aucune de ces démarches n’est à ce jour initiée.

Le moment approche où ces délais accumulées ne permettront plus de lâcher une ourse dans les Pyrénées au printemps 2011, conformément à votre engagement annoncé le 26 juillet dernier à Toulouse, ce que nous ne pouvons imaginer.

Vous savez comme nous que ce lâcher constitue le strict minimum pour ne pas assister dans les années qui viennent à la disparition totale d’un des deux noyaux de la population d’ours dans les Pyrénées.

Nous vous appelons donc solennellement à entreprendre ces démarches dès maintenant et nos associations se tiennent à votre disposition si nous pouvons y contribuer.

Convaincus que vous aurez à coeur de respecter votre engagement, nous vous prions de recevoir, Madame la Ministre, l’expression de nos sentiments respectueux.

François ARCANGELI , Président de Pays de l’Ours – Adet,
Conseiller régional Midi-Pyrénées,
Maire d’Arbas

Jean-François DARMSTAEDTER, Président de Ferus

Voir aussi :

2010, année internationale de la biodiversité : l’Etat français lâche l’ours (communiqué de FERUS, juillet 2010)
Ours : documents présentés au comité de massif par Chantal Jouanno (juillet 2010)

13 commentaires sur “Lettre ouverte à C. Jouanno : attendre encore, c’est compromettre le lâcher d’une ourse en 2011”

Je crois que, malheureusement, alerter la Secrétaire d’Etat ne sert pas à grand-chose :la France se moque des ours, depuis toujours. et ne fera rien pour eux, sauf si elle est condamnée par la CJE . Sait-on où en est la plainte contre la france ? Et puis, relâcher des ours sans les protéger des actes de braconnage, des « accidents » de chasse reste voué à l’échec…

Les anti-ours ont réussi à stopper le processus de réintroduction en étant hyper-actifs sur le terrain et sur le plan médiatique. Avec des méthodes évidemment plus que condamnables et des arguments dérisoires ou mensongers mais qui ont suffi à faire pencher la balance.

Les politiques, même quand en privé ils reconnaissent le bien fondé des arguments des scientifiques ou des associatifs (qui sont évidemment d’une autre qualité), ne comprennent que le rapport de force. Ils ont l’oeil rivé sur les élections, sur leurs carrières, sur l’impact de leurs décisions dans le corps électoral.

Les voix du monde rural (éleveurs et tous ceux qui Ils n’ont pas le courage de s’opposer à leur démagogie) sont plus utiles pour eux que les voix des « écolos » qu’ils savent perdues.

Ils n’auront jamais le courage politique qu’il conviendrait d’avoir pour mettre en phase leurs actes et leurs discours (Grenelle et autres promesses). Chantal Jouanno, Jean-Louis Borloo et les autres sont dans cette configuration.

Alerter la secrétaire d’Etat doit être fait mais cela ne servira effectivement à rien. Il faut cogner plus fort. Il faut, devant l’opinion, faire honte à ce pouvoir, qui, après s’être fait condamner par l’Europe et la communauté internationale sur la question des droits de l’homme, fait tout ce qu’il faut pour montrer qu’il se fiche royalement de la protection de l’environnement.

POUR LES GENERATIONS FUTURES NE PASSEZ PAS A LA POSTERITE POUR AVOIR FAIT DISPARAITRE A TOUT JAMAIS L OURS DES PYRENEES MERCI

Rappelons à Jacques pour être tout à fait juste, que « l’autre » pouvoir n’a jamais relâché UN SEUL ours et a laissé continuer le saccage de la Vallée d’Aspe, et n’a pas rétabli les réserves Lalonde…
😉

réserves Lalonde, abrogées par Barnier, pourtant Ministre de l’Environnement sur proposition de son ami Bayrou. La Gauche comme la Droite sont responsables de ce désastre. Sauver les ours n’est qu’une question de volonté politique…

@ Ugatza

La question que je pose est de savoir si « alerter » la secrétaire d’Etat est suffisant ou pas. Ce n’est pas de savoir ce qu’on fait d’autres gouvernements à d’autres moments.

Il y a eu des réintros faites sous Mitterand , puis Lepeltier et Nelly Olin (UMP) ont cru qu’ils allaient pouvoir continuer le processus (on y a cru aussi).

Apparemment, ça traîne la patte, actuellement, d’où l’alerte.. Je crois que pour des raisons de pure politique politicienne le pouvoir ne veut pas de vagues supplémentaires, il en a assez comme ça à gérer, donc il fait le mort (de toutes façons il est déjà mort -:) )

Allons-nous le réveiller ou pas, c’est ça le débat..

Puisque ce renforcement doit se faire en Haut-Béarn , il serait urgent que le FIEP et la SEPANSO , associations locales de la protection de l’ours se mobilisent activement avec Ferus et l’Adet pour hâter le début de ce protocole de renforcement … Que font ces associations au premier chef concernées ?… Si une ourse n’est pas relâchée l’année prochaine , on peut objectivement considérer que ce sera la fin du noyau Béarnais… 2012 est une année électorale , donc ce sera une année sans décision majeure et dans deux ans … que le dossier ours se remette éventuellement en branle avec une nouvelle équipe au ministère de l’Ecologie ,( et là rien n’est gagné d’avance ! ), reste une hypothèse encore assujettie au facteur temps … Il vaudra alors mieux se résoudre , presque dix ans après la mort de Cannelle ,à abandonner ces trois pauvres mâles qui seront alors dieu sait où , et se consacrer exclusivement à assurer positivement et définitivement la pérénnité du noyau central …

Ton message, Jacques contient quelque chose d’inexact.
Sous Mitterrand (ayant quitté le pouvoir en 1995), il n’y a eu AUCUNE mesure de renforcement de la population d’ours du Haut Béarn et AUCUN relâcher nulle part, alors que c’était réclamé par Artus,le WWF et le FIEP.
Seule mesure favorable: les réserves Lalonde, établies a minima sur les données du Réseau Ours.
Ces réserves ont été supprimées Par Michel Barnier (à la demande de François Bayrou l’écolo signataire du Pacte Ecologique)dès 1995.

Mais elles n’ont pas été rétablies de 1997 à 2002 par les gouvernements Jospin où ont siégé, comme ministres de l’Environnement … des Verts.
Pas un seul relâcher: force est de le constater: SEULE la Drouate relâche des ours.
Ni la Gôche, ni les « écolos »…

C’est je pense, un scandale et il est opportun de s’en souvenir, non pas pour voter à Drouate aux prochaines élections, mais pour ne rien attendre de la « Gôche écologiste tendance ».

A moins d’avoir vocation à être d’éternels cocus.
C’est pas la mienne.

Le Ministère de l’Ecologie n’est bien sûr, qu’une coquille vide…Ses Ministres n’ont aucun pouvoir. Seuls comptent la chasse et l’agriculture type FNSEA…

OK Ugatza, je me suis sans doute trompé en écrivant Mitterand. Je sais que c’est lui qui avait inauguré l’expo « ours » au Muséum de Paris qui fut l’une des actions spectaculaires de feu ARTUS pour les réintros.

Mais ces actions avaient évidemment commencé beaucoup plus tôt pour ques réintros puissent se faire. Il y a ici http://www.univers-nature.com/interviews/artus.html une interview de Roland Guichard d’Artus qui donne des précisions sur ces premières années de bagarre qui ont commencé vers 1999, mais je ne sais pas précisément quand la décision politique a été prise ni par qui, mais forcément avant les réintros de 96, j’ai donc dit « Mitterand » par excès de précipitation..

Ceci dit, cela n’a aucune importance pour ce qui est de la situation actuelle, c’est juste un point d’histoire.

On sait bien que Bonrepaux (élu PS de l’Ariège) est un anti-ours congénital et qu’il y a (peut-être) des élus de droite ou d’autres élus de gauche qui seraient favorables à l’ours si on leur posait la question..

Ce qu’il faut voir, c’est que Mme Jouanno semble bien, actuellement, nous mener en bateau comme le font tous les jours dans d’autres domaines d’autres membres de ce gouvernement.

Mitterand étant mort et les socialistes n’étant plus au pouvoir, ce qu’ils ont fait ou pas autrefois n’a qu’une importance limitée. C’est bien au pouvoir UMP actuel qu’il faut demander des comptes, car c’est de lui que nous attendons de nouvelles réntroductions comme il l’avait promis.

Tout a de l’importance: les circonstances actuelles ne s’expliquent-elles pas par le passé?
En particulier, le nombre actuel d’ours est autant le résultat des relâcher qui ont été faits EN 1996 et EN 2005 que de ceux qui n’ont pas été faits entre 1997 et 2002, sans parler des soustractions effectuées par les anti-ours impunément, quels que soient les gouvernements.

Tu nous recommandes l’amnésie ou quoi, Jacques?

Comme d’habitude, Jacques n’est qu’une banane à la solde des socialeux.
Arcangéli sait très bien ce qu’il peut attendre de Jouanno, à savoir rien du tout, mais sa lettre, si elle était de diffusion beaucoup plus importante, obligerait la secrétaire d’état à bouger, ne serait ce qu’en confessant publiquement que son inutilité ou son parasitisme politique lui sont imposée par sa hiérarchie!
Arcangeli fait vraiment tout ce qu’il peut dans un contexte extrèmement difficile.


Les commentaires sont fermés.